Version classiqueVersion mobile

Le Lexique des émotions

 | 
Iva Novakova
, 
Agnès Tutin

3. Autour de quelques sentiments/émotions

De la distinction entre nom d’émotion et nom de sentiment : coup de foudre et amour1

Houda Ounis

Résumé

Il s’agit de démontrer que l’acception « psychologique » de coup de foudre qui a trait à l’amour subit et violent est compositionnelle comme l’indiquent les propriétés formelles de coup et de foudre. En effet, les traits de rapidité et d’instantanéité caractérisant coup et les traits de violence et d’imprévisibilité composant foudre se retrouvent aussi bien dans l’acception « concrète » de coup de foudre (dénotant « la frappe d’un feu céleste ») que dans son acception « psychologique ». De plus, on ne trouve pas attesté dans la langue coup d’amour, du fait de la définition (linguistique) de amour qui en fait un nom incompatible avec un coup de pour exprimer ce que véhicule coup de foudre : amour évoque un état, suppose un déroulement et est un nom imperfectif alors que un coup de marque la ponctualité et est perfectif.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. Introduction

Si nous partons de la définition proposée par Grossmann et Tutin (2005, p. 8) pour caractériser les noms d’affect, on peut considérer que généralement ces noms se caractérisent d’un point de vue syntaxique par leur combinaison avec les verbes supports avoir, ressentir, éprouver et le nom un sentiment de ; ainsi, le nom joie peut être considéré comme un nom d’affect étant donné qu’il cumule les deux possibilités éprouver de la joie et un sentiment de joie – et non le nom échec, par exemple, qui permet seulement un sentiment d’échec (*éprouver de l’échec). D’un point de vue sémantique, ces noms impliquent un processus psychologique ou « un ressenti » et entrent dans une construction à deux arguments : soit l’actant2 est l’agent de « l’affect » (Pierre dans Pierre éprouve de l’amour pour Marie), soit il est l’objet (Marie dans Pierre éprouve de l’amour pour Marie). Cette définition n’est certes pas complète et rigoureuse dans la mesure où elle ne peut pas, d’une part, êt...

Auteur

Laboratoire Modèles, Dynamiques, Corpus (MoDyCo) (UMR 7114) CNRS / université Paris X, Nanterre

© UGA Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search