Version classiqueVersion mobile

Babylone

 | 
Manuel Alegre

BABYLONE/ Babilónia [1983]

I. Babylone

Babilónia

Texte intégral

1

Eu quero ouvir agora o grande canto subterrâneo
dos comboios eléctricos por dentro das palavras
a multidão descendo à pressa os corredores da alma
o saxofone lancinante na estação do Metro

Caminhámos tanto para chegar a esta
desolada paisagem interior

Cartas de fuzilados : eles cantavam a Marselhesa
A minha geração nasceu da guerra
e viu crescer o cogumelo em Hiroshima
Vibrámos tanto com o Bogart em Casablanca
depois aprendemos a cantar Kalinka
Era o tempo das certezas redondas como as abóboras
cada ano mais felizes no Kolkhoze

Ainda entrámos a cavalo
com o Che
em Havana

Era o tempo da festa e da guerrilha
a revolução ia ser uma aventura
acreditávamos até na abolição da morte
Era o tempo em que a História parecia um comboio
rolando inevitavelmente para a Terra Prometida

E eis que vais só na carruagem dos rostos sem olhar
despojados perdidos no Reino do Múltiplo

Nunca mais entraremos
com o Che
em Havana

O deus que está em Delfos continua sem oráculo
A Europa anoitece e só quem espera
verá o inesperado Assim falou
Heraclito

2

Não sei se avistarás Uruk antes da noite
seus muros de tijolo suas muralhas brilhantes como cobre

Na casa nupcial já o leito está pronto
para a deusa do amor Ishtar
em Uruk
a dos grandes mercados e casas cor-de-rosa

Os velhos da cidade consultaram o presságio
mas o sinal de Shamash foi contrário

As lágrimas correm pelo rosto de Gilgamesh

Já o deus sol soltou o furacão
é o vento do norte e o vento do sul
o vento do deserto e o vento da tempestade
o ciclone e o turbilhão

Não sei se chegarás antes da noite
para gravar sobre a pedra
o primeiro poema

Quem poderá vencer a morte ?
Só os deuses vivem eternamente junto de Shamash
os dias dos humanos estão contados
façam o que fizerem passarão como o vento

Vento do norte vento do sul
vento do deserto vento da tempestade

Não sei se chegarás antes da noite

3

Podes dizer (e é verdade) que vens de longe
atravessaste os mares e as montanhas
sentiste o cheiro da pólvora e o assobio da bala
vestido com tuas armas errante pelo deserto
e por vezes perdido
nas ruas
de Babilónia

Quando chegaste à grande margem não havia barqueiro
nem viste as sombras falantes passeando pelo Hades

Trevas para a frente
trevas para trás

Podes dizer (e é verdade) que vens de longe

Como o primeiro homem perguntas e não sabes
o que dorme parece que está morto
o que está morto parece adormecido
não há barqueiro entre esta margem e a outra margem

Mesmo que não haja resposta
tens de manter a pergunta

Aquele que sabe os segredos
não desvendou o que estava escondido
O destino do homem não foi revelado

Eis o que é preciso escrever na pedra
em Uruk dos muros cor-de-rosa

1

Je veux écouter maintenant le grand chant souterrain
des trains électriques au-dedans des mots
la multitude qui descend à la hâte les couloirs de l’âme
le saxophone lancinant dans la station de Métro

Nous avons tant marché pour arriver à ce
désolé paysage intérieur

  • 3 Casablanca est une comédie dramatique de Michael Curtiz. Dans ce film tourné en 1942, Humphrey Bog (...)
  • 4 Kalinka est un célèbre chant populaire russe.

Des lettres de fusillés : ils chantaient La Marseillaise
Ma génération est née de la guerre
et a vu croître le champignon d’Hiroshima
Nous avons tant vibré avec Bogart dans Casablanca3
puis nous avons appris à chanter Kalinka4
C’était le temps des certitudes rondes comme des citrouilles
chaque année plus heureuses dans le Kolkhoze

Nous sommes aussi entrés à cheval
avec le Che
à La Havane

C’était le temps de la fête et de la guérilla
la révolution allait être une aventure
nous croyions même à l’abolition de la mort
C’était le temps où l’Histoire semblait un train
roulant inévitablement vers la Terre Promise

Mais voici que tu vas seul dans la voiture des visages sans regard
dépouillés perdus au Royaume du Multiple

Plus jamais nous n’entrerons
avec le Che
à La Havane

  • 5 Selon Héraclite, philosophe grec d’Ephèse du VIe siècle avant notre ère, la mutation est l’essence (...)

Le dieu qui est à Delphes demeure sans oracle
Sur l’Europe tombe la nuit et seul celui qui espère
verra l’inespéré Ainsi parla
Héraclite5

2

  • 6 Ourouk, ou Uruk, dont il reste des ruines dans le désert, se trouvait à mi-chemin entre Bagdad et (...)

Je ne sais si tu apercevras Ourouk6 avant la nuit
ses murs de briques ses murailles étincelantes comme le cuivre

  • 7 Ishtar était, chez les Babyloniens, la déesse de la Fécondité, de la Végétation et de l’Amour.

Dans la maison nuptiale la couche est déjà prête
pour la déesse de l’amour Ishtar7
à Ourouk
Ourouk avec ses grands marchés et ses maisons roses

  • 8 Shamash était le dieu du Soleil, de la Vérité et de la Justice ; cette autre divinité protectrice (...)

Les vieux de la cité consultèrent l’augure
mais le signe de Shamash8 leur fut contraire

Les larmes coulent sur le visage de Gilgamesh

Déjà le dieu-Soleil lâcha l’ouragan
c’est le vent du nord et le vent du sud
le vent du désert et le vent de la tempête
le cyclone et le tourbillon

Je ne sais si tu arriveras avant la nuit
pour graver sur la pierre
le premier poème

Qui pourra vaincre la mort ?
Seuls les dieux vivent éternellement auprès de Shamash
les jours des humains sont comptés
quoi qu’ils fassent ils passeront comme le vent

Vent du nord vent du sud
vent du désert vent de la tempête

Je ne sais si tu arriveras avant la nuit

3

Tu peux dire (et c’est vrai) que tu viens de loin
tu as franchi les mers et les montagnes
tu as senti l’odeur de la poudre et le sifflement de la balle
vêtu de tes armes errant dans le désert
et parfois perdu
dans les rues
de Babylone

  • 9 Dans la mythologie gréco-romaine, Hadès – Pluton, chez les Romains – était le roi des Enfers : ses (...)

Lorsque tu as gagné la grande rive il n’y avait pas de passeur
tu n’as pas même vu les ombres qui parlent se promener dans l’Hadès9

Ténèbres devant
ténèbres derrière

Tu peux dire (et c’est vrai) que tu viens de loin

Comme le premier homme tu questionnes et tu ne sais pas
ce qui dort semble mort
ce qui est mort semble endormi
Il n’y a pas de passeur entre cette rive et l’autre rive

Même s’il n’y a pas de réponse
tu dois répéter la question

Celui qui connaît les secrets
n’a pas dévoilé ce qui était caché
Le destin de l’homme n’a pas été révélé

Voilà ce qu’il faut écrire sur la pierre
à Ourouk où les murs sont roses

Notes

3 Casablanca est une comédie dramatique de Michael Curtiz. Dans ce film tourné en 1942, Humphrey Bogart joue le rôle de Rick Blaine. Cet Américain en exil est le propriétaire de la boîte de nuit la plus courue de Casablanca ; il prend sous sa protection Victor Laszlo, un chef de la Résistance, accompagné de sa femme Ilsa Lund (Ingrid Bergman) qui avait vécu une grande histoire d’amour avec Rick quelques années auparavant.

4 Kalinka est un célèbre chant populaire russe.

5 Selon Héraclite, philosophe grec d’Ephèse du VIe siècle avant notre ère, la mutation est l’essence du monde ; pour ce penseur présocratique, l’univers est un flux ininterrompu.

6 Ourouk, ou Uruk, dont il reste des ruines dans le désert, se trouvait à mi-chemin entre Bagdad et Bassorah. Cette cité antique abritait notamment le temple dédié à Ishtar ; le poète fait allusion à plusieurs reprises à l’enceinte de briques de cette ville-cité.

7 Ishtar était, chez les Babyloniens, la déesse de la Fécondité, de la Végétation et de l’Amour.

8 Shamash était le dieu du Soleil, de la Vérité et de la Justice ; cette autre divinité protectrice des Babyloniens possédait en outre un don de divination.

9 Dans la mythologie gréco-romaine, Hadès – Pluton, chez les Romains – était le roi des Enfers : ses sujets n’étaient que des ombres ; par extension, l’Hadès désigne le séjour des morts.

© UGA Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search