Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Lexique des émotions

 | 
Iva Novakova
, 
Agnès Tutin

2. Combinatoire syntaxique et lexicale du lexique des émotions

Les prédicats d’affect dans des dictionnaires monolingues coordonnés espagnol/grec/français

Angels Catena et Effi Lamprou

Résumé

Dans cet article nous analyserons les prédicats d’affect dans le cadre du modèle des classes d’objets (Gross, 1995) en vue d’applications dans des systèmes de traduction automatique. En nous basant sur le travail entrepris par Buvet et al. (2005), nous présentons la méthodologie d’élaboration de trois dictionnaires électroniques monolingues coordonnés du français, de l’espagnol et du grec à partir de la description des hyperclasses sémantiques des prédicats d’affect en espagnol et en grec et de l’analyse de leurs équivalents de traduction vers le français.

The aim of this article is to fulfil a linguistic description of the affect predicates based on a model of class of objects (Gross 1995) for future applications in automatic translation systems concerning French, Spanish and Greek languages. Following on from the work undertaken by Buvet and coll. (2005), we present the methodology of the development of three coordinated monolingual electronic dictionaries of French, Spanish and Greek starting from the description of semantic hyper-classes of predicates of emotions in Spanish and Greek and the analysis of their French translation equivalents.

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Voir, entre autres : Sánchez García (1995-1996), Sanromán (2003), pour l’espagnol ; Gavriilidou (2 (...)
  • 2 Voir, entre autres, Ortony et Turner (1990) et Oatley (1999).
  • 3 En effet, si l’on observe les classifications proposées par ces auteurs, on s’aperçoit qu’il est d (...)
  • 4 En effet, la plupart des analyses consultées prennent comme objet d’étude, soit les noms : voir An (...)

1Les études sur le lexique des états affectifs étant nombreuses1, il est indispensable de définir dans un premier temps les particularités de notre approche par rapport à celles qui l’ont précédée. En premier lieu, nous nous éloignons des taxonomies lexico-conceptuelles2 dans la mesure où notre but ne consiste pas à définir les états affectifs du point de vue cognitif mais à établir une typologie à partir de leurs propriétés linguistiques3. En effet, le modèle des classes d’objets consiste à regrouper les unités lexicales d’une langue déterminée dans des classes sémantiquement homogènes en prenant comme critère leurs propriétés syntaxiques, morphologiques et sémantiques communes. C’est cette démarche typologique qui nous rapproche d’autres descriptions comme celle de Tutin et al. (2006) pour les noms d’affect en français. Il faut pourtant souligner deux particularités de notre analyse. D’une part, le cadre d’analyse étant la phrase élémentaire, constituée d’un prédicat et de ses éventuels arguments, il est question dans notre étude de classes de prédicats sémantiques, indépendamment de la forme – nom, verbe ou adjectif – qu’ils adoptent4. D’autre part, l’objectif de notre recherche est d’élaborer un système de dictionnaires monolingues coordonnés, orienté vers des applications en traduction automatique. La désambiguïsation des prédicats se situe donc au cœur de notre description. En effet, chaque prédicat est décrit en fonction de son domaine d’arguments et en fonction d’autres propriétés linguistiques dont l’actualisation de ces schémas prédicatifs. Les prédicats et les arguments, une fois qu’ils ont été désambiguïsés, se voient attribuer un équivalent de traduction vers la L2. Or, les significations en rapport avec l’actualisation des schémas prédicatifs ont des dépendances formelles plus fortes et ne peuvent pas être traitées au moyen de ces mêmes mécanismes traductologiques.

  • 5 La base lexicale sur laquelle s’appuie notre recherche comprend pour chaque langue autour de 80 no (...)

2Dans la première partie de cet article, nous aborderons la typologie des prédicats d’affect en espagnol et en grec5 (cette typologie peut être rapprochée de celle proposée pour le français dans Buvet et al., 2005). Dans la deuxième partie, nous envisagerons les problèmes soulevés par l’attribution des équivalents de traduction dans un système de dictionnaires monolingues coordonnés ayant comme méthode lexicographique le modèle des classes d’objets.

2. Classes sémantiques d’<affect>

  • 6 Les noms des classes sémantiques répondent à des critères notionnels. Il ne s’agit pas d’étiquette (...)
  • 7 Dans d’autres travaux : « individual-level » vs « stage-level » (Carlson, 1977) ; « estados acotad (...)

3Les prédicats d’<affect>6 font partie des prédicats qui dénotent des états (psychologiques) des individus dans la mesure où ils ont une durée homogène – ils ne subissent ni changements ni évolution pendant le temps où ils durent – et où ils n’ont pas de limite interne. Parmi les prédicats d’<état>, on distingue les états indépendants de la situation spatio-temporelle de ceux qui s’inscrivent dans une situation spatio-temporelle déterminée7. Les adjectifs d’<affect> font partie de ce deuxième groupe et se combinent en espagnol avec le verbe estar (1). Ils s’opposent aux prédicats qui se combinent avec le verbe ser (2) :

  • 8 Tous nos exemples sont suivis d’une traduction littérale en français. Pour le grec, nous avons pro (...)

(1) Ana está (contenta + angustiada + triste)8
Ana est (contente + angoissée + triste)

(2) Ana es (prudente + miedosa)
Ana est (prudente + peureuse)

4Les adjectifs de l’exemple (2) dénotent des propriétés des individus et sont incompatibles avec les verbes pseudo-copulatifs restrictifs qui focalisent sur la durée de l’état en la délimitant (3) ou avec la position attribut du sujet d’un verbe non copulatif qui focalise sur la phase finale de l’état (4) :

(3) Ana lleva dos días (contenta + angustiada + triste + *prudente + *miedosa)
Ça fait deux jours qu’Ana est (contente + angoissée + triste + prudente + peureuse)

(4) Ana llegó a casa (contenta + angustiada + triste + *prudente + *miedosa)
Anne est rentrée chez elle (contente + angoissée + triste + prudente + peureuse)

  • 9 Ou les participes qui en grec se déclinent comme les adjectifs : voir exemple (6).

5À la différence de l’espagnol, le verbe support είμαι (être) est sélectionné par tous les prédicats adjectivaux9 dénotant un état. Il est valable tant pour les états passagers, (5) et 6), que pour les états qui sont plus duratifs ou stables (7) :

(5) O Κωνσταντίνος είναι άρρωστος
Oarticle masc. sing. nominatif Costadinosnom propre nominatif ineverbe 3e pers. sing. présentarostosadj. masc. Nominatif
« Le Constantinos est malade »
Constantinos est malade

(6) Η Μυρτώ είναι (ερωτευμένη + φοβισμένη + αγχωμένη + στενοχωρημένη)
Iarticle fém. sing. nominatif Myrtonom propre nominatif ineverbe 3e pers. sing. présent (erotevmeniadj. fém. sing. nominatif + fovizmeniadj. fém. sing. nominatif + anxomeniadj. fém. sing. nominatif + stenoxorimeniadj. fém. sing. nominatif)
« La Myrto est (amoureuse + effrayée + angoissée + triste) »
Myrto est (amoureuse + effrayée + angoissée + triste)

(7) O Κωνσταντίνος είναι ψηλός
Oarticle masc. sing. nominatif Costadinosnom propre nominatif ineverbe 3e pers. sing. présent psilosadj. masc. nominatif
« Le Constantinos est haut »
Constantinos est grand de taille

6Pour définir la classe des <affects> dans les deux langues, nous avons essayé d’éviter, d’un côté, les critères généraux mais insuffisants pour distinguer les <affects> d’autres classes de prédicats tels que le recours au verbe support sentirse Adj/se sentir Adj ou leur caractère intensifiable ; et d’un autre côté, les propriétés communes à la plupart de ces prédicats mais qui ne sont pas partagées par la totalité des membres de la classe telles que l’extériorisation du sentiment en grec (Η Μυρτώ εξέφρασε την αγάπη της στον Ιάσωνα vs Η Μυρτώ εξέφρασε *τον πανικό της στον Ιάσωνα/Myrto a exprimé son amour à Iasonas vs Myrto a exprimé son panique à Iasonas). En effet, tout comme les prédicats d’<affect>, certains états physiques et physiologiques sont susceptibles de se combiner avec le verbe sentir (8) :

(8) Ana siente (hambre + fatiga)
Ana ressent (de la faim + de la fatigue)

7Cependant, seuls les <affects> admettent les anaphores associatives avec le nom sentimiento, qui est leur hypéronyme (9) et (10) :

(9) Siente (tristeza + odio) y se avergüenza de ese sentimiento
Νιώθει (λύπη + μίσος) και ντρέπεται για το συναίσθημα αυτό
Nioθiverbe 3e pers. sing. présent (lipinom fém. sing. nominatif + misos nom masc. sing. nominatif) keconj. drepeteverbe 3e pers. sing. présent γiaprép. toarticle déf. masc. sing. neutre acus. sinesθimanom neutre sing. accus. aftopronom neutre. sing. accus.
« Ressent (tristesse + haine) et a honte pour ce sentiment »
Elle ressent (de la tristesse + de la haine) et elle a honte de ce sentiment

(10) *Siente (hambre + fatiga) y se avergüenza de ese sentimiento
*(Νιώθει + αισθάνεται) (πείνα + κούραση) και ντρέπεται για το συναίσθημα αυτό
Nioθiverbe 3e pers. sing. présent (pinanom fém. sing. nominatif + kurasinom fém. sing. nominatif) keconj. drepeteverbe 3e pers. sing. présent γiaprép. toarticle défini neutre. sing. accus. sinesθimanom neutre. sing. accus. aftopronom neutre sing. accus.
« Ressent (faim + fatigue) et a honte pour ce sentiment »
Elle ressent (de la faim + de la fatigue) et elle a honte de ce sentiment

  • 10 Littéralement : Quelle peine ! Quelle faim ! Quel courage !
  • 11 Littéralement : Combien de peine ! Combien de faim ! Combien de courage !

8De même, les noms d’<affect> comme les noms de qualité (exemple : valentía/γενναιότητα/vaillance) et les noms d’état (exemple : hambre/πείνα/faim) font partie des noms intensifiables (voir Flaux et Van de Velde, 2000). Ce sont des prédicats qui n’ont pas d’extension temporelle et qui neutralisent la modification qualificative au profit de la quantification non numérique (exemple : ¡qué pena !, ¡qué hambre ! ou ¡qué valentía !10 sont respectivement synonymes de ¡cuánta pena !, ¡cuánta hambre ! et ¡cuánta valentía !)11 Or, malgré ce comportement similaire à l’égard de l’intensité, les <affects> se distinguent des autres noms intensifiables parce que le sens ‘sentiment’ est inclus dans leur sémantisme, ce qui explique l’incohérence de l’énoncé suivant :

  • 12 Ces exemples sont inspirés de Wierzbicka (1992).
  • 13 Pour la traduction des exemples (11) et (12), nous n’avons pas procédé de la même manière (nous ne (...)
  • 14 Lire : Elle a montré (sa peine + son étonnement). POS renvoie aux pronoms possessifs.

(11) *Mostró su (pena + asombro) pero no manifestó ningún sentimiento12
*Εδειξε (τον πόνο + την έκπληξη) της αλλά δεν εκδήλωσε κανένα συναίσθημα13
Edikse (ton pono + tin ekpliksi) tis ala den ekdilose kanena sinesθima
Elle a montré POS14 (peine + étonnement) mais elle n’a manifesté aucun sentiment

9En effet, la négation de ce qui est présupposé dans la première proposition rend la phrase incohérente, contrairement à ce qui arrive dans l’exemple suivant où la négation du sentiment n’est pas incompatible avec les noms de qualité :

(12) Demostró su (generosidad + valentía) pero no manifestó ningún sentimiento
Απέδειξε την (γενναιοδωρία + γενναιότητα) της αλλά δεν εκδήλωσε κανένα συναίσθημα
Apedikse tin (γeneodoria + γeneotita) tis ala den ekdilose kanena sinesθima
Elle a démontré POS (générosité + vaillance) mais elle n’a manifesté aucun sentiment

10Il s’agit, généralement, de prédicats dyadiques avec deux positions argumentales dont la première correspond au lieu psychologique de l’affect (l’expérienceur) et la deuxième à l’origine de l’affect :

  • 15 La structure de la phrase en grec est différente de l’espagnol en ce qui concerne les prépositions (...)

(13) Su (amor + admiración + cariño) porAna
(Η αγάπη της για την + ο θαυμασμός της προς την + η αφοσίωση της στην) Αννα15
(I aγapi tis γia tin + o thavmazmos tis pros tin + i afosiosi tis stin) Anna
Son (amour + admiration + affection) pour Anna

  • 16 Déterminant.
  • 17 Notons qu’à la différence du français et de l’espagnol, les prépositions adéquates pour ce type de (...)

(14) Su (asombro + alegría + pena + temor) por la noticia
Dét.16 (έκπληξη + χαρά + πόνος + φόβος) POS εξαιτίας17 του νέου
Dét. (ekpliksi + xara + ponos + fovos) POS eksetias tu neu
POS (étonnement + joie + peine + crainte) par la nouvelle

11Dans la section suivante, nous allons montrer comment l’analyse de la structure actancielle des prédicats d’<affect> et la nature de leurs arguments sémantiques nous permet de distribuer les unités lexicales amor, admiración, cariño (amour, admiration, affection) et οργή, έκπληξη, πόνος (rage, étonnement, peine). dans deux hyperclasses sémantiques bien délimitées : les prédicats de <sentiment> et les prédicats d’<émotion>.

3. Les prédicats de <sentiment>

12La classe des <sentiments>, en espagnol et en grec, rassemble des prédicats avec deux arguments sémantiques dont le premier est l’expérienceur (le support de l’état de l’âme) et le deuxième, l’objet du sentiment. Comme il a été signalé par Anscombre (1995), l’affect est perçu comme ayant son origine dans l’expérienceur même, de telle sorte que le complément indique l’objet de l’affect plus que la cause :

(15) Su (admiración + cariño + respeto) por Ana
Son (admiration + affection) pour Ana

(16) Ο Ιάσωνας ερωτεύτηκε τη Μυρτώ/Ο Ιάσωνας είναι ερωτευμένος με τη Μυρτώ
Oarticle masc. nominatif Iasonasnom propre nominatif eroteftikeverbe 3e pers. sing. aoriste tiarticle fém. sing. accus. Myrtonom propre accus.
« Le Iasonas a aimé la Myrto »
Iasonas est tombé amoureux de Myrto
Oarticle masc. nominatif Iasonasnom propre nominatif ineverbe 3e pers. sing. présent erotevmenosadj. masc. sing. nominatif meprép. tiarticle fém. sing. accus. Myrtonom propre accus.
« Le Iasonas est amoureux avec la Myrto »
Iasonas est amoureux de Myrto

13En espagnol, cette particularité sémantique se traduit dans l’emploi des prépositions qui introduisent leur complément car le fait que le sentiment soit perçu comme s’adressant à un objet peut être mis en rapport avec le choix de la préposition hacia (envers), pour indiquer le deuxième argument :

(17) Su (amor + admiración + cariño + odio + afecto…) hacia ella
POS (amour + admiration + affection + haine + attachement…) envers elle

  • 18 Pour le français, voir l’étude de Melis (2003, p. 28-29) sur les prépositions et le mode de sélect (...)

14Les prépositions les plus fréquentes, qui traduisent, en grec, la visée du sentiment et qui introduisent le deuxième argument lorsque le prédicat a une forme nominale ou adjectivale, sont με (avec) ou για (pour)18. Il est important de noter que ces dernières doivent être compatibles sur le plan sémantique avec la nature du sentiment, à savoir les sentiments négatifs ou hostiles tels que haine, animosité qui sélectionnent la préposition à l’encontre de en français, ce qui est valable aussi en grec pour d’autres types d’états affectifs à caractère négatif :

(18) Ο Ιάσωνας νιώθει μίσος εναντίον όσων τον προσέβαλαν
Oarticle masc. sing. nominatif Iasonasnom propre nominatif (nioθiverbe 3e pers. sing. présent misosnom neutre sing. accus. enadionprép. osonpronom relatif quantitatif générique plur. gén. tonpronom pers. forme faible 3e pers. masc. sing. accus. cod remplaçant Iasonas prosevalanverbe 3e pers. plur. aoriste
« Le Iasonas (ressent + éprouve) haine contre ceux l’ont vexé »
Iasonas (ressent + éprouve) de la haine contre ceux qui l’ont humilié

  • 19 Il s’agit de sentiments qui mettent en relation deux humains (voir Lamprou, 2004).

(19) Paul et Marie (éprouvent + ressentent) (de la haine + de l’animosité) (l’un à l’encontre de l’autre + l’un contre l’autre)19

15En espagnol, les prédicats nominaux de cette classe sont actualisés au moyen du verbe support tener, mais ils peuvent également se combiner avec sentir, dans la plupart des cas :

(20) Tu no sabes Det (odio + afecto + respeto + rencor + envidia + simpatía + tirria…) que le tengo
Tu ne sais Det (haine + attachement + respect + rancune + jalousie + sympathie + antipathie…) que je lui ai

(21) Det (odio + envidia + afecto + respeto + rencor + simpatía + *tirria…) que siento por esta gente
Det (haine + jalousie + attachement + respect + rancune + sympathie + antipathie…) que je ressens pour ces gens

16Il découle de ces exemples que les prédicats de <sentiment> dénotent des relations interpersonnelles, c’est pourquoi leur deuxième argument est généralement humain et reçoit une interprétation intentionnelle (voir Ruwet, 1995). Les corpus consultés révèlent que cette tendance est confirmée dans les cas où la préposition qui marque le deuxième argument est hacia (exemple : la falta de confianza en/hacia el presidente vs la falta de confianza en el potencial del equipo/ ? hacia el potencial del equipo). Par ailleurs, le remplacement du complément humain par un complément non humain entraîne, généralement, un changement de sens :

(22) Ana ama a Juan/Su amor hacia Juan/Ana quiere aJuan
Ana aime Juan/Son amour envers Juan/Ana veut Juan

(23) Ana ama el deporte/Su amor hacia el deporte/*Ana quiere al deporte
Ana aime le sport/Son amour envers le sport/Ana veut le sport

17Les prédicats verbaux qui dérivent sémantiquement de ces noms correspondent à des états non bornés, ce qui permet la forme passive avec ser :

(24) Todos (aman + respetan + odian + admiran + veneran + envidian) a Ana
Tout le monde (aime + respecte + déteste + admire + vénère + envie) Ana

(25) Ana es (amada + respetada + odiada + venerada + envidiada) por todos
Ana est (aimée + respectée + détestée + vénérée + enviée) par tous

18Cette propriété s’applique difficilement en grec. Le critère de dérivation n’est pas valable ici :

(26) Ολοι (αγαπούν + σέβονται + μισούν) τη Μαρία
Olipronom relatif quantitatif plur. nominatif (aγapunverbe 3e pers. plur. présent + sevodeverbe 3e pers. plur. présent + misunverbe 3e pers. plur. présent) tiarticle défini fém. sing. accus. Marianom propre sing. accus.
« Tous (aiment + respectent + haïssent) la Maria »
Ils/elles (aiment + respectent + haïssent) tous Maria

  • 20 L’élément Ø montre l’absence de formes dérivées ainsi que l’invalidité de cette construction en gr (...)

(27) Η Μαρία είναι (Ø20 + Ø + Ø) από όλους
Iarticle fém. nominatif Marianom propre sing. nominatif ineverbe 3e pers. sing. présent (Ø + Ø + Ø) apoprép. oluspronom relatif quantitatif plur. accus.
La Maria est (Ø + Ø + Ø) par tous

19Si les constructions à forme passive ne sont pas valables en grec, en revanche, les verbes de <sentiment> en grec comme en espagnol sont non bornés, sans début ni fin déterminés, c’est pourquoi ils ne peuvent pas se combiner avec des verbes phasiques qui traduisent le début, la fin ou l’intervalle entre le début et la fin de l’état affectif dans lequel se trouve la personne affectée (28). Les constructions qui indiquent une ponctualité ne sont pas non plus possibles (29) :

(28) *Ο Ιάσωνας άρχισε να αγαπάει τη Μυρτώ αμέσως μόλις την είδε και σταμάτησε μετά από δυο μήνες
Oarticle défini masc. sing. nominatif Iasonasnom propre sing. nominatif arxiseverbe aux. 3e pers. sing. aoriste nasubj. aγapaïverbe infinitif tiarticle défini fém. sing. accus. Myrtnom propre sing. accus. amesosadv. temps molisadv. temps tinpronom pers. forme faible 3e pers. fém. sing. accus. cod remplaçant Myrto. ideverbe aux. 3e pers. sing. aoriste keconj. stamatiseverbe 3e pers. sing. aoriste metaprép. apoprép. temps dioadj. sing. plur. déterm. nombre minesnom masc. plur. accus.
« Le Iasonas a commencé à aimer la Myrto aussitôt l’a vue et a arrêté après deux mois »
Iasonas a commencé à aimer Myrto aussitôt qu’il l’a aperçue et a arrêté après deux mois

(29) *Ο Ιάσωνας (εχθές + τώρα) (μίσησε τη + αγάπησε τη + εκτίμησε τη + συμπάθησε τη + αφοσιώθηκε στη) Μυρτώ
Oarticle défini masc. sing. nominatif Iasonasnom propre sing. nominatif (exθesadv. temps + toraadv. temps) (misiseverbe 3e pers. sing. aoriste tiarticle défini fém. sing. accus. + aγapiseverbe trans. 3e pers. sing. aoriste tiarticle défini fém. sing. accussatif + simbaθiseverbe trans. 3e pers. sing. aoriste tiarticle défini fém. sing. accus. + afosioθikeverbe trans. 3e pers. sing.. aoriste stise prép. tiarticle défini fém. sing. accus.) Mirtonom propre sing. accus.
« Le Iasonas (hier + maintenant) (a haï + a aimé + a apprécié + s’est dévoué à) la Myrto »
Iasonas (hier + à ce moment là) (a haï + a aimé + a apprécié + s’est dévoué à) Myrto

  • 21 Ces dérivations sémantiques peuvent être modélisées au moyen des fonctions lexicales A2 et Able2 ( (...)

20La classe sémantique des <sentiments> comprend deux types d’adjectifs prédicatifs qui ont une valeur passive et qualifient l’individu dénoté par le deuxième argument. Ainsi, le nom correspondant au deuxième argument du prédicat peut être modifié soit par un participe adjectival soit par un adjectif en – able ou encore par une construction équivalente pour indiquer la propriété typique de ce nom21 :

(30) Un profesor tan (admirado + odiado + respetado + envidiado + menospreciado)
Un professeur si (admiré + détesté + respecté + envié + méprisé)

(31) Es un profesor (digno de admiración + respetable + envidiable + digno de desprecio)
C’est un professeur (digne d’admiration + respectable + enviable + digne de mépris)

21Il faut aussi souligner le rapport que certains prédicats de cette classe entretiennent avec des adjectifs de <disposition d’esprit> comme ceux de l’exemple (32). Ces prédicats dénotent des propriétés intrinsèques, ce qui leur confère des valeurs aspectuelles différentes de celles des <affects> ce qui les rend compatibles avec ser :

(32) Ana es (envidiosa + desconfiada + rencorosa + confiada + apasionada)
Ana est (jalouse + méfiante + rancunière + confiante + passionnée)

22La proximité de certains <sentiments> avec les <attitudes> se manifeste par leur compatibilité avec la construction Nhum tratar a Nhum con N <sentimiento : actitud> ou dar/recibir muestras de N <sentimiento : actitud> a/de Nhum, ce qui justifie une première division à l’intérieur de la classe :

(33) Ana la trató con (cariño + ternura + desprecio + respeto + *envidia + *admiración)
Ana l’a traité avec (affection + tendresse + mépris + respect + jalousie + admiration)

(34) Recibió muestras de (cariño + ternura + desprecio + respeto + *envidia + ? admiración
Elle a reçu des preuves d’(affection + tendresse + mépris + respect + jalousie + admiration)

23De même, les noms de <sentiment> en grec ont un comportement hétérogène et sélectionnent différents verbes ou intensifieurs (35a) et (35b) en fonction de leur caractère négatif ou positif. À titre d’exemple, les <sentiments : négatif> sont combinés avec les verbes calmer, apaiser ou bien provoquer, susciter dans des constructions causatives (36) et (37) :

(35a) (βαθειά αγάπη + ?*βαθύ μίσος)
(vaθiaadj. fém. sing. nominatif aγapinom fém. sing. nominatif + vaθiadj. neutre sing. nominatif misosnom neutre sing.)
« (profonde amour + profond haine) »
(amour profond + haine profonde)

(35b) (*άγρια αγάπη + άγριο μίσος)
(aγriaadj. fém. sing. nominatif aγapinom fém. sing. nominatif + aγrioadj. fém. neutre sing. nominatif misosnom neutre sing. nominatif)
« (farouche amour + farouche haine) »
(amour farouche + haine farouche)

(36) Η δήλωση του κατεύνασε (το μίσος + την έχθρα) τους
Iarticle défini fém. sing. nominatif dilosinom fém. sing. nominatif tupronom possessif forme faible 3e pers. sing. masc. génitif katevnaseverbe 3e pers. sing. aoriste (toarticle défini neutre sing. accus. misosnom neutre sing. accus. + tinarticle défini fém. sing. accus. exθranom fém. sing. accus.) tuspronom poss. forme faible 3e pers. plur. gén.
« La déclaration son a calmé la (haine + animosité) leur » Sa déclaration a calmé leur (haine + animosité)

(37) Η στάση της προκάλεσε (το μίσος + τη ζήλεια + την έχθρα) τους
Iarticle déf. fém. sing. nominatif stasinom fém. sing. nominatif tispronom poss. 3e personne sing. fém. gén. prokaleseverbe 3e pers. sing. aoriste (toarticle défini neutre sing. accus. misosnom neutre sing. accus. + tiarticle défini fém. sing. accus. zilianom fém. sing. accus. + tinarticle défini fém. sing. accus. exθranom fém. sing. accus.) tuspronom poss. forme faible 3e personne plur. gén.
« L’attitude sa a provoqué (le haine + la jalousie + l’animosité) leur »
Son attitude a provoqué leur (haine + jalousie + animosité)

24Le prédicat haine est actualisé en français par le verbe support nourrir (38), alors qu’en grec le verbe équivalent est beaucoup plus général (39). En revanche, les sentiments mettant en relation deux humains et ayant un caractère positif se combinent avec le verbe se confier, ce qui n’est pas possible avec les états de l’âme négatifs dans les deux langues (40a) et (40b) :

(38) Paul nourrit de la haine envers ses voisins

(39) Ο Ιάσωνας τρέφει (μίσος + αγάπη + εκτίμηση + πικρία) για τους συγγενείς του
Oarticle défini masc. sing. nominatif Iasonasnom propre sing. nominatif trefiverbe 3e pers. sing. présent(misosnom neutre sing. accus. + aγapinom fém. sing. accus. + ektimisinom fém. sing. accus. + pikrianom fém. sing. accus.) giaprép. tusarticle déf. plur. accus. singkenisnom masc. plur. accus. tupronom poss. forme réduite 3e pers. gén.
« Le Iasonas nourrit (haine + amour + estime + amertume) pour la famille sa »
Iasonas nourrit (de la haine + de l’amour + de l’estime + de l’amertume) pour sa famille

(40a) O Ιάσωνας και η Μυρτώ εκμυστηρεύτηκαν (την αγάπη + *το μίσος) τους ο ένας στον άλλον
Oarticle déf. masc. sing. nominatif Iasonasnom propre sing. nominatif keconj. iarticle déf. fém. sing. nominatif Myrtonom propre sing. nominatif ekmistireftikanverbe 3e pers. plur. réciproque aoriste (tinarticle déf. fém. sing. accus. aγapinom fém. sing. accus. + toarticle déf. neutre sing. accus. misosnom neutre sing. accus.) tuspronom poss. forme faible 3e pers. plur. gén. oarticle déf. masc. sing. nominatif enaspronom indéf. sing. nominatif ston (seprép. tonarticle déf. masc. sing. accus.) alonpronom indéf. sing. accus.
« Le Iasonas et la Myrto se sont confié (l’amour + le haine) leur l’un à l’autre »
Iasonas et Myrto se sont confié leur (amour + haine) l’un à l’autre

(40b) Paul et Marie se confient leur (amour + désir + *haine)

25Comme il a déjà été signalé, les <sentiments> peuvent être intensifiés (41) : en grec, les sentiments négatifs peuvent s’apaiser (42) ou connaître des manifestations physiques, ce qui les rapproche des <émotions> (voir 2.2.) :

(41) Τον κυρίευσε (το μίσος + η ζήλεια + ο φθόνος) και δεν ακούει πια κανέναν
Tonpronom pers. forme faible 3e personne masc. sing. accus. cod kiriefseverbe 3e pers. sing. aoriste (toarticle déf. neutre sing. nominatif misosnom neutre sing nominatif + iarticle déf. fém. sing. nominatif zilianom fém. sing. nominatif + oarticle déf. masc. sing. nominatif fθonosnom propre sing. nominatif) keconj. denélém. de négation akuiverbe 3e pers. sing. présent piaadv. intensif kanenanpronom indéf. masc. sing. accus.
« L’a envahi (le haine + la jalousie + le envie) et n’écoute plus personne »
(La haine + la jalousie + l’envie) l’ont envahi et il ne veut plus rien entendre

(42) Η παρέμβαση της Μυρτώς κατεύνασε (το μίσος + τη ζήλεια + την έχθρα) τους
Iarticle déf. fém. sing. - nominatif paremvasinom fém. sing. nominatif tisarticle déf. fém. sing. gén. Mirtosnom propre sing. gén. katevnaseverbe 3e pers. sing. aoriste (toarticle défini neutre sing. accus. misosnom neutre sing. accus. + tiarticle défini fém. sing. accus. zilianom fém. sing. - accus. + tinarticle déf. fém. sing. - accus. exθranomfém. sing. accus.) tuspronom poss. forme faible 3e personne plur. gén.
« La intervention de la Myrto a apaisé (le haine + la jalousie + la inimitié) leur »
L’intervention de Myrto a apaisé leur (haine + jalousie + inimitié)

  • 22 Littéralement : Il s’est gagné/a conquis/cela lui a valu l’amour/la tendresse/l’affection de tous.
  • 23 Littéralement : prendre tendresse/prendre affection/prendre amour ; il a récolté la tendresse/l’af (...)
  • 24 Littéralement : Jean est l’envie d’Anna/sa plus grande passion.

26Malgré ce comportement similaire qui nous permet, en espagnol, de regrouper ces prédicats dans une même classe sémantique, il est nécessaire de prendre en compte dans le dictionnaire toute une série de propriétés qui ont trait principalement à l’actualisation de ces mêmes prédicats et qui, étant donné leur nature collocationnelle, ne sont pas obligatoirement hérités par toutes les unités lexicales de la classe. Ainsi, les noms cariño, afecto et amor partagent certains supports conversifs (exemple : Se ganó/conquistó/le valió el amor/el cariño/el afecto de todos22), mais malgré leur proximité sémantique, il est indispensable de signaler leurs propres actualisateurs : coger cariño/ ? ?coger afecto /*coger amor ; se cosechó el cariño / ? ?el afecto /*el amor de todos, etc.23. En effet, le but de cette classification est de tirer profit des propriétés qui sont héritées par chacune des classes d’unités lexicales sans pour autant négliger les comportements qui ne sont pas partagés. Il peut arriver qu’un prédicat d’une classe sémantique déterminée partage les principales propriétés de la classe mais s’en écarte à l’égard de l’une d’elles. C’est le cas, entre autres, de quelques prédicats de <sentiment> dont l’objet de l’affect est lexicalisé (voir, dans cet ouvrage, la contribution de Margarita Alonso Ramos) : Juan es la envidia de Ana/su mayor pasión24.

4. Les prédicats d’<émotion>

  • 25 Voir entre autres et avec différentes descriptions et différents critères, Anscombre (2005, 2006), (...)
  • 26 Pour le grec, voir Valetopoulos (2005a). L’auteur étudie les prédicats d’état psychologique jalous (...)
  • 27 Pour le français, on citera les travaux de Buvet et al. (2006).

27D’une manière générale, les classifications qui distinguent les sentiments des émotions en français25 se focalisent sur le nombre de leurs arguments, ainsi que sur l’objet de l’état affectif qui peut être extérieur ou intérieur au lieu psychologique ou sujet de l’état affectif. En ce qui concerne le nombre des arguments dans leur structure argumentale, selon la description de Flaux et al. (2000, p. 87), le prédicat compassion (sentiment) se différencie de tristesse (émotion) étant donné que le premier a obligatoirement un objet syntaxique, alors que ce n’est pas le cas pour le second. D’autre part, pour ce qui est de la cause ou de l’objet de l’état affectif, les auteurs (ibid.) estiment que tristesse, considérée comme un état de l’âme, peut être considérée comme intérieure par rapport au sujet : « [elle est] logée en lui et l’affectant » (ibid.) et dans ce cas il s’agit d’une émotion. D’autres descriptions26 distinguent les prédicats de deux types selon leur nature sémantique (car les émotions sont intrinsèquement causatives), leur structure argumentale (car il s’agit de prédicats généralement monadiques) ou bien des critères morphologiques27. Dans leur majorité, les prédicats nominaux d’émotion en grec sélectionnent soit un seul argument (43), comme les prédicats adjectivaux (exemple 44) :

  • 28 L’élément E signifie absence de complément (élément vide).
  • 29 La préposition για (pour) est polysémique en grec. Elle traduit l’objet du sentiment ou bien sa ca (...)

(43) Ο Ιάσωνας (νιώθει + αισθάνεται) (οργή + φόβο + λύπη) (Ε28 + για29 το αποτέλεσμα)
Oarticle déf. masc. sing. nominatif Iasonasnom propre sing. nominatif (nioθiverbe 3e pers. sing. présent + esθaneteverbe 3e pers. sing. présent) (orγinomfém. sing. accus. + fovonom masc. sing. accus. + lipi nom fém. sing. accus.) γiaprép. toarticle déf. neutre sing. accus. apotelesmanom neutre sing. accus.
« Le Iasonas (éprouve + ressent) (colère + peur + tristesse) (E + à cause du résultat) »
Iasonas (éprouve + ressent) de la (colère + peur + tristesse) (E + à cause du résultat)

(44) Ο Ιάσωνας είναι (χαρούμενος + ενθουσιασμένος + φοβισμένος + οργισμένος + λυπημένος)
Oarticle déf. masc. sing. nominatif Iasonas nom propre sing. nominatif ineverbe 3e pers. sing. présent (xarumenosadj. masc. sing. nominatif + enθusiazmenos adj. masc. sing. nominatif + fovizmenosadj. masc. sing. nominatif + orγizmenosmasc. sing. nominatif + lipimenosmasc. sing. nominatif)
« Le Iasonas est (joyeux + enthousiasmé + effrayé + furieux + triste) »
Iasonas est (joyeux + enthousiasmé + effrayé + furieux + triste)

28Soit deux arguments (για το αποτέλεσμα [pour le résultat]) (43), mais dans ce cas ils imposent certaines restrictions sur la nature sémantique et syntaxique du deuxième argument ; ce dernier traduit obligatoirement la cause (44) qui peut être exprimée par différents moyens linguistiques (compléments prépositionnels, phrases causatives, constructions événementielles, etc.) (43), (45) et (46) :

(45) Ενιωσε (τεράστιο φόβο + τεράστια χαρά) (όταν είδε τα αποτελέσματα + στη θέα των αποτελεσμάτων)
Enioseverbe 3e pers. sing. aoriste (terastioadj. masc. sing. accus. fovonom masc. sing. accus. + terastiaadj. fém. sing. accus. xaranominatif fém. sing. accus.) (otanconj. temps eideverbe 3e pers. sing. aoriste taarticle déf. neutre sing. accus. apotelezmatanom neutre sing. accus. + sti [seprép. tiarticle défini fém. sing. accus.] θeanom fém. sing. accus. tonarticle déf. neutre plur. gén. apotelezmatonnom neutre plur. gén.)

« A éprouvé (énorme peur + énorme joie) (quand a vu les résultats + à la vue des résultats) »
Il a ressenti (une peur + une joie) immense (lorsqu’il a vu les résultats + à la vue des résultats)

(46a) Βλέποντας τα αποτελέσματα, (χάρηκε + φοβήθηκε)
Vlepontasgérondif taarticle déf. neutre plur. accus. apotelezmatanom neutre plur. accus. (xarikeverbe 3e pers. sing. aoriste + foviθike verbe 3e pers. sing. aoriste)
« En voyant les résultats, (s’est réjouit + a eu peur) »
En considérant les résultats, il (s’est réjouit + a eu peur)

(46b) To γεγονός ότι είδε τα αποτελέσματα τον (χαροποίησε + φόβισε)
Toarticle déf. neutre sing. nominatif γeγonosnom neutre sing. nominatif oticonj. De subord. ideverbe 3e pers. sing. aoriste taarticle déf. neutre plur. accus. apotelezmatanom neutre plur. accus. tonpronom pers. forme faible 3e pers. masc. sing. accus. objet (xaropiiseverbe 3e pers. sing. aoriste + fovise)
« Le fait qu’[il] a vu les résultats (l’a réjouit + lui a fait peur) »
À la vue des résultats, il/elle (s’est réjouit + a pris peur)

(46c) To ότι είδε τα αποτελέσματα, τον έκανε να χαρεί
[Toarticle déf. neutre oticonj ideverbe 3e pers. sing. aoriste taarticle neutre plur. accus. apotelezmatanom neutre plur. accus.] sujet de la phr. tonpronom pers. forme faible 3e personne masc. sing. accus. objet ekaneverbe 3e pers. sing. aoriste nasubj. Xariinfinitif voix passive
« Le qu’[il] a vu les résultats, l’a fait se réjouir »
Le fait qu’[il] a vu les résultats l’a rendu joyeux

29Les syntagmes (arguments-objets) exprimant la cause dans les constructions à prédicat nominal peuvent être aussi le sujet phrastique de leurs dérivés verbaux. De même, ces éléments traduisent la cause de l’état émotionnel exprimé cette fois-ci par le verbe : exemples (46a) à (46c).

30De la même façon, en espagnol, le deuxième argument des prédicats d’<émotions> contrairement aux <sentiments>, correspond à une cause qui est ressentie comme extérieure au lieu psychologique, ce qui explique leur incompatibilité avec la préposition hacia (envers) pour introduire le complément. Les émotions se combinent de préférence avec les prépositions ante (devant) ou por (par) :

(47) Su (asombro + angustia + decepción + pesar + sorpresa + miedo…) ante tal suceso/por el suceso
POS (étonnement + angoisse + déception + peine + surprise + peur…) à la vue de cet événement/pour cet événement

31Les verbes et les adjectifs qui sont sémantiquement dérivés de ces noms ont également des propriétés qui les distinguent des <sentiment>. Ainsi, par exemple, les verbes d’<émotions> correspondent à des états bornés. Ceux-ci se distinguent des événements et des actions parce qu’ils sont incompatibles avec les verbes parar, acabar ou terminar (ainsi : *Ana paró/terminó/acabó de asombrarse [Anna a arrêté/terminé/fini de s’étonner]) mais contrairement aux états non bornés, ils refusent la forme passive avec ser (exemple : *Ana es enfurecida por la noticia [Anna est rendue furieuse par la nouvelle]) et ils peuvent s’inscrire dans un intervalle temporel (exemple : Hace dos días se enfureció conmigo [Il y a deux jours elle s’est emportée avec moi] vs *Hace dos días respetó a su padre [Il y a deux jours il a respecté son père]).

32Les verbes de cette classe peuvent prendre deux formes : un emploi transitif dans lequel le sujet est la cause de l’affect et le complément est l’expérienceur (48) ou bien une forme pronominale avec l’expérienceur en position de sujet et la cause comme complément (49) :

(48) La noticia (asombró + angustió + decepcionó + sorprendió + alegró) a Ana
La nouvelle a (étonné + angoissé + déçu + surpris + réjoui) Anna

(49) Ana se (asombró + angustió + decepcionó + sorprendió + alegró) con la noticia
Anna s’est (étonné + angoissé + déçu + surpris + réjoui) avec la nouvelle

33Quant aux adjectifs dérivés, ils peuvent modifier le nom du premier argument sémantique (50) ou bien la cause de l’affect (51) :

(50) Ana está (asombrada + angustiada + decepcionada + sorprendida + alegre)
Anna est (étonnée + angoissée + déçue + surprise + joyeuse)

(51) La noticia es (asombrosa + angustiante + decepcionante + sorprendente + alegre)
La nouvelle est (étonnante + angoissante + décevante + surprenante + joyeuse)

34Étant donné que ces prédicats dénotent des émotions réactives et souvent avec une manifestation physique de l’affect, les noms d’<émotions> sont compatibles avec la construction Mirar a Nhum con cara de N <émotions> :

(52) Me miraba con cara de (asombro + angustia + decepción + sorpresa + alegría)
Elle me regardait avec une tête d’(étonnement + angoisse + surprise + joie)

  • 30 Bien qu’ils proposent une analyse différente, voir aussi Moustaki et al. (à paraître), Valetopoulo (...)

35En grec, comme en espagnol, le paradigme des moyens linguistiques qui traduisent l’intensité est assez long. De plus, il varie selon le type ou la nature sémantique de tel ou tel prédicat. À titre d’exemple, notons trois cas qui marquent l’intensité30 de prédicats d’émotions en grec :

(53) (Ξεχείλισε + πλημμύρισε) από χαρά
(Ksexiliseverbe 3e pers. sing. aoriste + plimiriseverbe 3e pers. sing. aoriste) apoprép. xaranom fém. sing. accus.
« (A débordé + s’est inondé) de joie (intensité) »
? Il est (débordé + inondé) de joie

(54) Η (έκπληξη + χαρά) του ήταν τόση μεγάλη που λιποθύμησε
Iarticle déf. fém. sing. nominatif (ekpliksinom fém. sing. nominatif + xaranom fém. sing. nominatif) tupronom poss. forme faible 3e pers. sing. masc. gén. itanverbe 3e pers. sing. imparfait tosipronom démonstrat. fém. sing. nominatif quantitémeγali adj. fém. sing. nominatif puconj. lipoθimiseverbe 3e pers. sing. aoriste
« La (surprise + joie) sa était si grande qu’[il] s’est évanoui (manifestation physiologique) »
Sa (surprise + joie) était si grande qu’il s’est évanoui

(55) Δεν αντέχω άλλο, με πνίγει η οργή
Dennég. andexoverbe 1re pers. sing. présent aloadv. mepronom pers. forme faible 1re pers. sing. accus. pniγiverbe 1re pers. sing. présent iarticle déf. fém. sing. nominatif orγinom fém. sing. nominatif
« N’en peux plus, moi étouffe la rage (manifestation physique) » Je n’en peux plus, la rage m’étouffe

36De plus, les émotions semblent être moins « duratives » que les sentiments :

(56) Η (αγάπη + *χαρά) τους διήρκεσε πολλά χρόνια
Iarticle déf. fém. sing. nominatif (aγapinom fém. sing. nominatif + xaranom fém. sing. nominatif) tuspronom possessif forme faible 3e pers. plur. gén. diirkeseverbe 3e pers. sing. aoriste polaadj. neutre plur. accus. xronianom neutre plur. accus.
L’(amour + joie) leur a duré plusieurs années
Leur (amour + joie) a duré plusieurs années

37En ce qui concerne les verbes supports, les états psychologiques exprimant une émotion se distinguent des autres états affectifs en grec. Nous avons remarqué que le verbe support τρέφω (nourrir) peut se combiner avec les prédicats de <sentiment>, alors qu’il ne peut le faire ni avec les <émotions>, ni avec les <dispositions d’esprit> :

(57) τρέφει (*οργή + *χαρά + *ενθουσιασμό + *φόβο + *μανία + *λύπη + *θάρρος + *γενναιότητα) trefi(orγi + xara + enθusiazmo + fovo + mania + lipi + θaros + γeneotita)
nourrit (rage + joie + enthousiasme + peur + manie + tristesse + courage + noblesse)

  • 31 Le niveau de plausibilité attribué aux lemmes de notre dictionnaire a été établi à partir de Garri (...)
  • 32 Il faut souligner le fait que ces trois raisons ne s’excluent pas entre elles car il peut y avoir (...)

38À l’intérieur des <émotions>, on observe quelques régularités concernant des sous-ensembles de prédicats, ce qui nous a permis de dégager les classes sémantiques de <peur>, <étonnement>, <colère>, <joie>, <tristesse> et <honte>. Parfois, il arrive que certains des prédicats inclus dans un sous-ensemble s’écartent du comportement prototypique d’une classe sémantique fondamentalement pour les trois raisons suivantes (Catena, 2006) : d’un côté, certaines unités ont un degré de plausibilité moindre31 par rapport aux autres unités de la classe (exemple : aflicto vs afligido, apenado) ce qui rend difficile, entre autres, l’observation de formes attestées dans les corpus consultés ; par ailleurs, il existe des prédicats avec une seule forme (verbale, nominale ou adjectivale) qui passent seulement les tests propres à leur catégorie grammaticale (exemple : tener ojeriza a/hacia Nhum) ; finalement, les unités rattachées à un prédicat générique peuvent être en même temps des quasi-synonymes et des intensifieurs de ce prédicat, ce qui altère souvent leur comportement par rapport à la classe (exemple : pasmado vs asombrado)32. Nous avons pourtant maintenu le classement tout en indiquant leur comportement singulier afin de préserver la relation lexicale de (quasi-) synonymie existant entre les éléments de la classe. Ainsi, très souvent nous avons affaire à un terme générique qui peut être reconnu grâce au test d’implication (voir Sanromán, 2003) :

(58) Ana sintió miedo al hacerlo pero no sintió (pánico + pavor + terror)
Ana a éprouvé peur à le faire mais elle n’a pas éprouvé de (panique + frayeur + terreur)

(59) *Ana sintió (pánico + pavor + terror) al hacerlo pero no sintió miedo
Ana a éprouvé (panique + frayeur + terreur) à le faire mais elle n’a pas éprouvé de peur

5. Comment traduire les <affects> ?

  • 33 Laboratoire de phonétique, lexicologie et sémantique de l’Université autonome de Barcelone (flexSe (...)
  • 34 Pour la description des <affects> dans le cadre du modèle des classes d’objets en français : voir Buvet (...)

39Les dictionnaires électroniques élaborés au sein des laboratoires flexSem et LDI33 sont conçus en vue d’applications en traitement automatique des langues, parmi lesquelles la traduction automatique (TA). La macrostructure du dictionnaire comprend l’ensemble des unités lexicales d’une langue (rappelons que chaque lexie correspond à une forme, un sens et une combinatoire, c’est-à-dire, à une unité désambiguïsée) de telle sorte que le module de traduction établit des mécanismes d’équivalence traductologique uniquement pour ces unités lexicales (simples ou composées). La microstructure de ces dictionnaires est conçue comme un module interlangue reliant dans les deux langues les significations qui ont trait à l’actualisation de ces mêmes unités. Ainsi, le dictionnaire bilingue peut être défini comme un système de dictionnaires monolingues coordonnés (Blanco, 2000) dans lequel l’équivalent de traduction d’une unité lexicale est un lien orienté vers le dictionnaire monolingue de la L2. De cette façon, dans le dictionnaire de la langue d’arrivée seront recensées – selon le même appareillage théorique et le même modèle de formalisation – les informations linguistiques nécessaires pour la traduction34. L’attribution des équivalents de traduction a été effectuée en prenant appui sur des corpus attestés, sur des dictionnaires bilingues et, particulièrement, à partir des appréciations de locuteurs natifs capables d’établir des parallélismes entre les propriétés syntactico-sémantiques de chaque paire d’unités lexicales dans les langues concernées.

  • 35 Notre dictionnaire électronique comporte différents champs. Voici sa structuration partielle. Nous (...)

40Du fait que chaque prédicat est rattaché à sa structure actancielle et que l’unité d’analyse est la phrase simple, chaque schéma prédicatif définit un emploi et détermine une série de propriétés linguistiques. Ce type de classement permet donc de lever les ambiguïtés dues à la polysémie des prédicats35 :

(60) Alegre /G : A31/T : estado/C :<afectos> :<emociones> :<alegría>/N0 : Hum/Fr :Gai
Alegre/G : A31/T : estado/C :<estado físico> :<embriaguez>/N0 : Hum/Fr :Gai
Alegre/G : A31/T : estado/C :<carácter> :<tendencias>/N0 : Hum/Fr : Gai

(61) Desazón /G : N/C :<afectos> :<emociones> :<pena>/N0 : Hum/N1 : anteP/Fr : chagrin
Desazón/G : N5/C :<percepción> :<sabor>/N0 : Conc<alimentos>/Fr : fadeur Desazón/G : N5/C :<estado físico>/N0 : Hum/N1 : en Npc/Fr : malaise

(62) αδυναμία /G : N/C :<affect> :<sent> :<amour>/N0 : Hum/N1 : για Νhum/Fr : penchant
αδυναμία/G : N/C :<états> :<états phsysiques>/N0 : Hum/N1 :/Fr : faiblesse

41Même si dans cette première étape nous avons décrit uniquement les formes simples en espagnol et en grec, l’équivalent de traduction peut avoir une forme composée en français :

  • 36 Pour les adjectifs à forme composée, nous suivons l’analyse de G. Gross (1996).

(63) boquiabierto/ : C :<afect> :<emocion> :<asombro>/N0 : Hum/N1 : ante Abst/Fr : bouche bée
άκεφος/ : C :<afects> :<émotions> :<tristesse>/N0 : Hum/N1 :/Fr : de mauvaise humeur36

42Il est important de noter que les formes d’un prédicat peuvent varier d’une langue à l’autre. C’est ce qui arrive avec le prédicat pánico en espagnol et panique en français, car l’espagnol autorise uniquement la forme nominale tandis qu’en français il existe le verbe et le participe adjectival équivalents (paniquer, paniqué). De même, en grec, pour le prédicat σέβομαι/sevome/respecter, il n’existe pas de dérivation équivalente à l’adjectif français respectueux. Ce problème est résolu au moment de la traduction grâce aux informations de microstructure concernant les verbalisations, adjectivations et nominalisations de chaque racine prédicative, et aux liens de synonymie décrits pour chaque lemme.

  • 37 Il s’agit de la classe générique et des hyperclasses, mais la classification peut diverger à des n (...)

43Précisons que les différents champs informationnels de l’article de dictionnaire pour une unité lexicale peuvent différer d’une langue à l’autre à l’exception des informations sur le trait syntactico-sémantique – humain, concret, action, état, etc. –, sur la classe sémantique37 et sur le domaine de spécialité. Ainsi, en ce qui concerne la linéarisation des schémas prédicat-argument, les prépositions marqueurs d’argument diffèrent dans les exemples suivants. L’espagnol et le grec partagent, à ce sujet, le même comportement [(64) et (65)] :

(64) agradecido/C :<afectos> :<sentimientos>/N0 : Hum/N1 : a NHum/Fr : reconnaissant
Valladolid está agradecido a Delibes
Valladolid est reconnaissant envers Delibes

(65) ευγνωμοσύνη/C :<affects> :<sent.>/N0 : Hum/N1 : για NHum/Fr : reconnaissance
ευγνωμοσύνη για/pour Nhum vs reconnaissance envers Nhum en français

  • 38 Pour une présentation plus en détail du module de traduction, voir Blanco (2008). Pour une présent (...)

44En effet, c’est dans le dictionnaire de la L2 que le système peut recueillir les informations relatives à la linéarisation et à l’actualisation des schémas prédicatifs. Sur ce dernier point, nous avons déjà signalé dans la section précédente la nécessité de recenser pour chaque nom prédicatif les collocatifs qui vont véhiculer les significations ayant trait à la quantification, l’aspect, la phase, etc. Cela est valable également pour les adjectifs et les verbes. Prenons un exemple : si nous voulons traduire en français la phrase espagnole Ana me pone celoso, il faudra d’abord identifier le prédicat. Une fois qu’on aura attribué à l’adjectif espagnol celoso son équivalent français jaloux, il faudra chercher dans la microstructure du lemme jaloux les informations relatives à la signification causative afin d’éviter l’erreur *Anna me met jaloux. Il s’agit d’un mélange de stratégies de transfert et d’interlangue. L’attribution de l’équivalent de traduction pour chaque prédicat se fait par transfert et assure le passage d’une entrée en L1 vers une entrée en L2. Les informations lexicographiques recueillies pour chacun des lemmes contiennent les valeurs des différentes significations (quasi-) grammaticales à partir d’environ 70 catégories sémantiques et 40 relations syntaxiques qui permettent de formaliser les correspondances entre les langues étudiées38 (dans l’exemple précédent, nous avons affaire aux différentes valeurs de la signification causative pour les prédicats celoso (jaloux).

  • 39 Expressions équivalentes au sens ‘très affligé’ en français.

45Les moyens d’expression de ces significations en rapport avec l’actualisation sont assez complexes car, outre les collocations formées à partir d’une base et d’un collocatif (exemple : fou de colère, une peur bleue), il existe des constructions fusionnées comme par exemple ponerse o estar hecho un basilisco (être très furieux) pour exprimer l’intensité du prédicat furioso (furieux) ou des procédés morphologiques comme le suffixe-ísimo en espagnol, qui combiné avec un adjectif d’<affect> sert à exprimer l’intensité (exemple : apenadísimo [très affligé]). Finalement, il arrive qu’une même signification puisse s’exprimer aussi bien lexicalement que grammaticalement pour un même prédicat (exemple : muy apenado/muerto de pena/apenadísimo/destrozado39). De la même façon, si nous voulons traduire une phrase à prédicat εκτίμηση/ektimisi/ reconnaissance du grec vers le français ou l’espagnol, le système cherchera son équivalent vers le français. De cette manière, la description dans le dictionnaire monolingue français des valeurs des différents supports que ce prédicat sélectionne nous permettra d’éviter les erreurs en français du type *Léa nourrit de la reconnaissance pour Luc, phrase qui est tout à fait valable en grec (Ο Α trefiektimisi γia ton B [A nourrit de la reconnaissance pour B]).

46L’attribution des équivalents de traduction vers la L2 s’avère plus ardue dans le cas des unités lexicales qui sont marqués au niveau diastratique. En effet, il semble difficile d’établir des correspondances exactes entre certains prédicats d’<affect> du registre familier de telle sorte que nous avons sous-divisé les classes sémantiques en groupes d’unités équivalentes – même étiquetage diasystématique et même niveau d’intensité – pour un prédicat déterminé. Ainsi, certains adjectifs de la classe <sentiment> :<étonnement> (exemple : patitieso, patidifuso, pasmado, helado, tieso, cuajado, anonadado, atónito…/ξερός, κόκκαλο, σέκος, βουβός, στήλη άλατος…) peuvent difficilement rentrer dans une relation bijective avec les prédicats français de la même classe (exemple : baba, ébahi, ébaubi, soufflé, sidéré, interdit, médusé, pantois…), ce qui rend indispensable l’établissement de sous-ensembles équivalents. Dans ce cas, il s’agit de quasi-synonymes et d’intensifieurs de l’adjectif générique asombrado (étonné) auxquels s’ajoute parfois la manifestation physique de l’affect.

6. En guise de conclusion

47La description des prédicats d’<affect> selon le modèle des classes d’objets est particulièrement utile dans le domaine du traitement automatique des langues dans la mesure où le regroupement des schémas prédicatifs à partir de leurs propriétés linguistiques permet la désambiguïsation des unités lexicales qui vont constituer la macrostructure du dictionnaire tout en préservant les rapports d’héritage qui existent entre les unités qui l’intègrent.

  • 40 Nous remercions sincèrement Pierre-André Buvet et nos collègues du laboratoire LDI pour leur souti (...)

48Outre les bénéfices d’une telle classification, les significations en rapport avec l’actualisation de ces schémas prédicatifs sont très souvent véhiculées au moyen de mécanismes linguistiques dont la dépendance formelle exige un traitement particulier pour chaque unité lexicale, d’autant plus que ces moyens d’expression ne concernent pas uniquement les lexèmes mais ressortissent également à la morphologie dérivationnelle. Une description complète du lexique de chacune des langues concernées est donc indispensable afin d’obtenir des résultats satisfaisants dans des systèmes de traduction automatique.40

Notes

1 Voir, entre autres : Sánchez García (1995-1996), Sanromán (2003), pour l’espagnol ; Gavriilidou (2001), Valetopoulos (2005a, 2005b, 2003), Moustaki et al. (à paraître), Lamprou (1999, 2004), pour le grec ; Mel’čuk et Wanner (1996), Goossens (2005), Mathieu (1995, 2005), Anscombre (2003, 1996, 1995), Tutin et al. (2006), Picoche (1997), pour l’allemand et le français.

2 Voir, entre autres, Ortony et Turner (1990) et Oatley (1999).

3 En effet, si l’on observe les classifications proposées par ces auteurs, on s’aperçoit qu’il est difficile d’arriver à un consensus sur ce qui constitue une émotion basique du point de vue psychologique. Il va sans dire qu’une description linguistique peut s’appuyer sur certaines de ces connaissances empiriques, comme par exemple la manifestation corporelle de certaines émotions ou la distinction entre le lieu psychologique et l’origine des affects, pour mieux appréhender le fonctionnement lexical de ces unités.

4 En effet, la plupart des analyses consultées prennent comme objet d’étude, soit les noms : voir Anscombre (1995), Flaux et Van de Velde (2000), Sánchez García (1995-1996), Sanromán (2003), Mel’čuk et Wanner (1996), Goossens (2005), Tutin et al. (1995) ; soit les verbes : voir Mathieu (1995, 2005), Bouchard (1995) ; soit des adjectifs : voir Anscombre (2005).

5 La base lexicale sur laquelle s’appuie notre recherche comprend pour chaque langue autour de 80 noms, 100 verbes et 180 adjectifs. L’analyse de ces prédicats implique la prise en compte de leurs collocatifs. Nous n’avons cependant pas pris en compte les locutions susceptibles de rentrer dans cette classe sémantique même si quelques exemples seront présentés dans le passage consacré aux équivalents de traduction. Il faut également préciser que nous nous sommes centrés pour cette étude sur les hyperclasses de <sentiments> et d’<émotions> qui recouvrent les trois formes des prédicats (verbe, nom et adjectif) et nous n’avons tenu compte ni de la classe <humeurs> (constituée uniquement de prédicats adjectivaux), ni d’autres états en rapport avec les <affects> comme par exemple soledad, melancolía/μοναξιά, μελαγχολία/solitude, mélancolie, etc.

6 Les noms des classes sémantiques répondent à des critères notionnels. Il ne s’agit pas d’étiquettes sémantiques mais plutôt de dénominations arbitraires dans la mesure où il n’y a pas de justification linguistique pour l’attribution d’un nom à une classe déterminée.

7 Dans d’autres travaux : « individual-level » vs « stage-level » (Carlson, 1977) ; « estados acotados » vs « no acotados » (Marín, 2004) ou « propriétés intrinsèques » vs « extrinsèques » (Anscombre, 2005).

8 Tous nos exemples sont suivis d’une traduction littérale en français. Pour le grec, nous avons procédé à une tranlittération, ensuite à une traduction littérale et, à la fin, nous donnons la traduction en français standard.

9 Ou les participes qui en grec se déclinent comme les adjectifs : voir exemple (6).

10 Littéralement : Quelle peine ! Quelle faim ! Quel courage !

11 Littéralement : Combien de peine ! Combien de faim ! Combien de courage !

12 Ces exemples sont inspirés de Wierzbicka (1992).

13 Pour la traduction des exemples (11) et (12), nous n’avons pas procédé de la même manière (nous ne donnons pas les quatre différents types de traduction) étant donné que nous voulons mettre le grec et l’espagnol en comparaison et que la structure des phrases ne présente pas de différences significatives dans les deux langues.

14 Lire : Elle a montré (sa peine + son étonnement). POS renvoie aux pronoms possessifs.

15 La structure de la phrase en grec est différente de l’espagnol en ce qui concerne les prépositions sélectionnées par chaque prédicat. Pour cette raison, nous procédons à une analyse translittérale et nous continuons avec la traduction translittérale et la traduction en français standard :
Iarticle déf. fém. sing. nominatif aγapinominatif fém. sing. nominatif tispronom poss. fém. sing. gén. γiaprép. tinarticle déf. fém. sing. accus. + oarticle déf. masc. sing. nominatif thavmazmosnom fém. sing. nominatif tispronom poss. fém. sing. gén. prosprép. tinarticledéf. fém. sing. accus. + iarticle déf. fém. sing. nominatif afosiosinom fém. sing. nominatif tispronom poss. fém. sing. gén. seprép. tinarticledéf. fém. accus. Annanom propre accus.
« Son (amour pour + admiration vers + affection à) Ana »
Son (amour + admiration + affection) pour Ana

16 Déterminant.

17 Notons qu’à la différence du français et de l’espagnol, les prépositions adéquates pour ce type de constructions sont εξαιτίας/ à cause de et μπροστά/devant.

18 Pour le français, voir l’étude de Melis (2003, p. 28-29) sur les prépositions et le mode de sélection lexicale. Selon sa description, dans un certain nombre de cas, le choix de la préposition est spécifique et dépend de la nature sémantique de l’élément qui se combine avec telle ou telle préposition. C’est le cas, entre autres, de noms de sentiment (haine pour Nhum, avoir confiance en Nhum, faire confiance à Nhum), ou bien du substantif attitude (attitude envers Nhum).

19 Il s’agit de sentiments qui mettent en relation deux humains (voir Lamprou, 2004).

20 L’élément Ø montre l’absence de formes dérivées ainsi que l’invalidité de cette construction en grec.

21 Ces dérivations sémantiques peuvent être modélisées au moyen des fonctions lexicales A2 et Able2 (voir Mel’čuk, 1995).

22 Littéralement : Il s’est gagné/a conquis/cela lui a valu l’amour/la tendresse/l’affection de tous.

23 Littéralement : prendre tendresse/prendre affection/prendre amour ; il a récolté la tendresse/l’affection/l’amour de tous.

24 Littéralement : Jean est l’envie d’Anna/sa plus grande passion.

25 Voir entre autres et avec différentes descriptions et différents critères, Anscombre (2005, 2006), Flaux et al. (2002), Van de Velde (1998), etc.

26 Pour le grec, voir Valetopoulos (2005a). L’auteur étudie les prédicats d’état psychologique jalousie et admiration et tente de distinguer les sentiments des émotions en appliquant au grec les critères proposés dans la littérature. Nous ne suivrons pas cette analyse préférant nous concentrer sur l’actualisation et sur d’autres critères qui définissent, à notre avis, la classe de prédicats d’<émotion> en les appliquant à différents prédicats de trois formes morphologiques (verbes, noms, adjectifs).

27 Pour le français, on citera les travaux de Buvet et al. (2006).

28 L’élément E signifie absence de complément (élément vide).

29 La préposition για (pour) est polysémique en grec. Elle traduit l’objet du sentiment ou bien sa cause.

30 Bien qu’ils proposent une analyse différente, voir aussi Moustaki et al. (à paraître), Valetopoulos (2005a).

31 Le niveau de plausibilité attribué aux lemmes de notre dictionnaire a été établi à partir de Garrigues (1992).

32 Il faut souligner le fait que ces trois raisons ne s’excluent pas entre elles car il peut y avoir des prédicats qui correspondent à plus d’un de ces cas de figure (exemple : cuajado est un adjectif avec une faible plausibilité qui signifie ‘très étonné’).

33 Laboratoire de phonétique, lexicologie et sémantique de l’Université autonome de Barcelone (flexSem) ; laboratoire Lexiques, Dictionnaires, Informatique, université de Paris 13 - Nord et université de Cergy-Pontoise (LDI).

34 Pour la description des <affects> dans le cadre du modèle des classes d’objets en français : voir Buvet et al. (2005).

35 Notre dictionnaire électronique comporte différents champs. Voici sa structuration partielle. Nous donnons le genre (/G) de chaque lemme accompagné d’un chiffre qui renvoie au code de flexion, le trait syntactico-sémantique (/T), la classe d’objets (/C) à laquelle appartient chaque prédicat, la structure argumentale (/N0, /N1) de chaque lemme. Quant au /Fr, il regroupe les équivalents de traduction vers le français.

36 Pour les adjectifs à forme composée, nous suivons l’analyse de G. Gross (1996).

37 Il s’agit de la classe générique et des hyperclasses, mais la classification peut diverger à des niveaux inférieurs.

38 Pour une présentation plus en détail du module de traduction, voir Blanco (2008). Pour une présentation de la typologie des significations grammaticales qui sont à la base de cette formalisation, voir Mel’čuk (1994).

39 Expressions équivalentes au sens ‘très affligé’ en français.

40 Nous remercions sincèrement Pierre-André Buvet et nos collègues du laboratoire LDI pour leur soutien et leur participation dans cette recherche.

Auteurs

Laboratori de Fonètica, Lexicologia i Semàntica (fLexSem), université autonome de Barcelone, Espagne

Département d’Études françaises, université de Chypre, Nicosie

© UGA Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site