Version classiqueVersion mobile

Babylone

 | 
Manuel Alegre

Édition utilisée

Texte intégral

1Vu le travail de transformation relativement important dont Babylone a fait l’objet, il était naturel que le texte retenu pour la présente traduction soit la deuxième version parue dans Obra Poética, (Lisbonne, Publicações Dom Quixote, 2000), ouvrage qui réunit toute l’œuvre poétique de Manuel Alegre jusqu’à Senhora das Tempestades (Dame des Tempêtes, 1998), ainsi que des poèmes épars. Ce recueil de poésie a été publié pour la première fois aux éditions O Jornal, en 1983, date qui figure toujours dans la deuxième édition.

2Si l’on compare les deux éditions, celle de 1983 et celle de 2000, on s’aperçoit que le travail de réécriture auquel s’est livré l’auteur se caractérise surtout par des ajouts, mais aussi par des changements mineurs et une suppression.

3Ainsi, dans la deuxième version, Manuel Alegre a ajouté, dans la deuxième partie intitulée « In Mezzo del Camin », les pièces poétiques 6 et 7, la pièce poétique numéro 8 correspondant aux vers regroupés sous le numéro 6 de la première édition.

4Dans la version augmentée, il a incorporé également la quatrième partie intitulée « Sur les fleuves », qui n’existait pas dans l’édition originelle. Dans la « Ballade de Lisbonne », qui offre des accents pessoëns car elle rappelle le texte « Lisbon Revisited (1926) » du poète de Lisbonne, Fernando Pessoa, nous avons rectifié une erreur, confirmée du reste par l’auteur : au lieu de lire, à la page 492 de l’édition utilisée, Com quem nunca mais vem (« Avec celui qui plus jamais ne viendra »), il faut lire Como quem nunca mais vem (« Comme celui qui plus jamais ne viendra », p. 77).

5En outre, dans la cinquième partie intitulée « Le Sermon sur la Montagne », Manuel Alegre a transformé, dans un souci d’épuration, la dernière strophe de la composition poétique numéro 3 ; dans la première mouture du recueil, il avait écrit : Talvez ainda o linho e a hortelã / talvez ainda o vinho / e um pouco de ternura na toalha branca. / Porque é preciso o pão e a beleza / um espaço um tempo / é preciso criar a idade do homem. (« Peut-être aussi le lin et la menthe / peut-être aussi le vin / et un peu de tendresse sur la nappe blanche. / Car il faut le pain et la beauté / un espace un temps / il faut créer l’âge de l’homme. ») Dans la deuxième version, on lit ceci : Talvez ainda o linho e a hortelã / talvez ainda o vinho / a velha mesa / uma branca ternura / um pouco / um pouco de beleza. (« Peut-être aussi le lin et la menthe / peut-être aussi le vin / la vieille table / une blanche tendresse / un peu / un peu de beauté. »)

6Recherchant la concision et donc un style dépouillé, « De plus en plus substantif » (p. 59), le poète a supprimé, dans la deuxième édition, l’avant-dernier vers de cette même partie, qui n’était qu’une réminiscence biblique : alguém há-de gritar : deixa passar meu povo (« quelqu’un criera : laisse passer mon peuple »).

7En définitive, ce travail de transformation accentue la dimension utopique et épique du recueil tout en visant la sobriété du style, préoccupation esthétique formulée à maintes reprises dans Babylone. Pour saisir pleinement la portée universelle de cette œuvre foncièrement humaniste, le lecteur trouvera des éléments intéressants, nous semble-t-il, dans la traduction du texte où l’auteur, invité par l’université catholique de Viseu, expose de manière singulière sa conception de la poésie.

© UGA Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search