Version classiqueVersion mobile

Babylone

 | 
Manuel Alegre

Notes biobibliographiques

Texte intégral

1Manuel Alegre de Melo Duarte naît le 12 mai 1936 à Águeda, à une trentaine de kilomètres au sud-est d’Aveiro ; il passe son enfance dans sa ville natale. Après une première année au Lycée Passos Manuel, à Lisbonne, en 1947, il poursuit ses études secondaires, en 1949, à Porto, où il fonde le journal Prelúdio (Prélude). En 1956, il entre à la Faculté de Droit de Coïmbre, où il fait du théâtre, fondant le CITAC (Centro de Iniciação Teatral da Academia de Coimbra/Centre d’Initiation Théâtrale de l’Académie de Coïmbre) et participant aux activités du TEUC (Teatro de Estudantes da Universidade de Coimbra/Théâtre Étudiant de l’Université de Coïmbre). Il devient alors l’un des leaders du mouvement étudiant anti-salazariste. Il publie, à l’âge de seize ou dix-sept ans, une œuvre de jeunesse intitulée Sensações Românticas.

2Appelé en 1961 au service militaire aux Açores pendant six mois, il prépare avec Melo Antunes, entre autres, une action armée visant à prendre le contrôle de l’île de São Miguel. Mobilisé en Angola en 1962, il est à l’origine d’une tentative de soulèvement militaire contre la guerre coloniale qui avait débuté en 1961 ; arrêté par la police politique de Salazar, la PIDE, il est condamné à six mois de réclusion à Luanda.

3En 1964, il retourne à Coïmbre, où il est assigné à résidence ; il participe dès lors à la lutte clandestine contre la dictature salazariste, bien que les autorités portugaises lui aient interdit d’exercer des activités politiques. Risquant une nouvelle incarcération, il s’exile à Paris, en juillet ; en septembre, il est élu à la direction du FPLN (Fronte Patriótica de Libertação Nacional/Front Patriotique de Libération Nationale). Ses nouvelles fonctions au sein du FPLN le conduisent à établir des liens avec les principaux leaders indépendantistes des ex-colonies portugaises. Il s’installe à Alger où il poursuit sa lutte contre le régime salazariste ; il sera le principal animateur de la radio Voz da Liberdade (Voix de la Liberté). Ce nouvel exil durera jusqu’en 1974.

4Il publie deux recueils de poésie : Praça da Canção, en 1965, et O Canto e as Armas, en 1967.

5À la suite du Printemps de Prague, en 1968, et de l’invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes soviétiques, il rompt avec le Parti communiste portugais (PCP), auquel il avait adhéré en 1957 ; il critique alors le soutien au régime soviétique du PCP dont il réclame la démocratisation.

6Il publie deux autres recueils de poésie : Lusiade Exilé, en 1970, et Um Barco para Ítaca, en 1971.

7Il rentre au Portugal, le 2 mai 1974, après la Révolution des œillets et adhère au Parti socialiste, dont il devient l’un des principaux dirigeants. La même année paraît en librairie un recueil intitulé Letras. En 1975, il est élu député à l’Assemblée constituante. Il rédige le préambule de la Constitution de 1976 et sera réélu à chaque élection législative.

8En 1976, il est nommé Secrétaire d’État puis Secrétaire d’État adjoint du premier gouvernement constitutionnel. Il publie cette année-là un nouveau recueil : Coisa Amar (Coisas do mar).

9De 1979 à 1984, il fait paraître cinq autres recueils : Nova do Achamento, en 1979, Atlântico, en 1981, Babilónia, en 1983, Chegar aqui et Aicha Conticha, en 1984.

10En 1989, il s’essaie au roman, avec la parution de Jornada de África ; il publie la même année un recueil de nouvelles intitulé O Homem do País Azul et un livre de poésie, Vésperas de Batalha.

11De 1990 à 1993, il fait éditer quatre autres recueils de poésie : Rua de Baixo, en 1990, A Rosa e o Compasso, en 1991, Com que Pena – Vinte Poemas para Camões, en 1992, Sonetos do Obscuro Quê, en 1993.

12En 1995, il est nommé vice-président de l’Assemblée Nationale. En librairie paraissent cette année-là un livre de poésie, Coimbra nunca Vista, et un nouveau livre de fiction, Alma.

13En 1996, il est élu au Conseil d’État, qu’il quittera en 2002, et il fait paraître un livre pour la jeunesse, As Naus de Verde Pinho, ainsi qu’un recueil de poésie intitulé Alentejo e Ninguém.

14De 1997 à 2004, il publie treize ouvrages : un recueil de discours et de textes politiques, Contra a Corrente, et un livre de poésie, Che, en 1997 ; trois œuvres poétiques, Pico, Senhora das Tempestades et A Terceira Rosa, en 1998 ; un récit intitulé Uma Carga de Cavalaria et Obra Poética – cet ouvrage rassemble toute son œuvre poétique jusqu’à Senhora das Tempestades, ainsi que des poèmes épars –, en 1999 ; deux recueils poétiques, Livro do Português Errante et Diálogos = Cristina Valada + Manuel Alegre – il s’agit d’un recueil enrichi d’illustrations –, en 2001 ; une série de chroniques et d’essais intitulée Arte de Marear, et un récit, Cão como nós, en 2002 ; un récit, Um Velho em Arzila, en 2003, et un roman intitulé Rafael, en 2004.

15Entre 2005 et 2006, l’auteur fait paraître deux recueils de nouvelles, O Quadrado e Outros Contos et O Navegador Sentado, un conte de Noël illustré, A Estrela, ainsi que huit poèmes érotiques réunis sous le titre Sete Sonetos e um Quarto.

16Notons qu’il fait imprimer en 1998, en édition bilingue, Rouxinol do Mundo – Dezanove Poemas Franceses e um Provençal Subvertidos para Francês, où il réunit ses traductions des poètes français suivants : Guillaume d’Aquitaine (un extrait de Farai un vers), François Villon (L’épitaphe Villon), Joachim du Bellay (Heureux qui, comme Ulysse), Alexis Felix Arvers (Sonnet), Gérard de Nerval (El Desdichado), Charles Baudelaire (La mort des amants), Stéphane Mallarmé (Brise marine), Paul Verlaine (Chanson d’automne), Arthur Rimbaud (Ma bohème et Voyelles), Guillaume Apollinaire (Le pont Mirabeau), Paul Éluard (Leda et Courage), André Breton (On me dit que là-bas les plages et Toujours pour la première fois), Louis Aragon (Le crime parfait et L’an deux mille n’aura pas lieu) et, enfin, René Char (un extrait de Moulin premier, A*** et Le taureau).

17L’auteur est actuellement membre honoraire du Conseil de l’Europe, au sein duquel il a exercé plusieurs fonctions, et il occupe toujours le poste de vice-président de l’Assemblée Nationale. Notons, enfin, qu’il s’est porté candidat aux élections présidentielles de janvier 2006, sans le soutien de son parti, dont le candidat officiel, Mário Soares, n’a obtenu que 14,3 % des voix : il a obtenu, quant à lui, 20,7 % des voix, ce qui l’a placé en deuxième position, derrière l’ancien premier ministre de centre droit, Aníbal Cavaco Silva, qui a été élu dès le premier tour avec 50,59 % des suffrages.

18Manuel Alegre est décoré de la Médaille du Mérite du Conseil de l’Europe et de la Médaille de la Ville de Venise (Italie, 1999) ; d’autres distinctions honorifiques lui ont été décernées : Grã-Cruz da Ordem da Liberdade (Portugal), Comenda da Ordem de Isabel, a Católica (Espagne).

19Ses œuvres ont reçu, entre autres récompenses, le prix de la critique littéraire de la Section Portugaise de l’Association Internationale de Critiques Littéraires, le grand prix de poésie de l’Association Portugaise des Écrivains et, en 1999, le prestigieux prix Pessoa.

20Quelques-unes de ses œuvres ont été traduites en français :

  • Lusiade exilé, texte traduit par Luiz Manuel et Anne Perrier (Paris, Pierre Seghers « Autour du monde », 1970) ;
  • Portugal à Paris, œuvre traduite par Caroline Desbans et enrichie d’illustrations d’Éliane Meunier (Pantin, Mots et sortilèges, 1995) ;
  • Pays d’Avril », texte paru dans Cent poèmes sur l’exil (Paris, Le Cherche Midi « Espaces », 1993, p. 100) ;
  • des poèmes traduits par Robert Massart, et publiés, en édition bilingue, dans Poésie portugaise contemporaine (Amay/Esch-sur-Alzette, L’arbre à paroles/L’orange bleue, 1997) ;
  • la première et la dernière partie de Babylone, traduites par nos soins, et publiées dans la revue Europe (n° 858, oct. 2000, p. 251-256) ;
  • Le poète », « Nambuangongo, mon amour », « Exil », « Portugal à Paris », « Requiem », « Chevaux », « Virus », poèmes traduits par Michel Chandeigne, et publiés dans l’Anthologie de la poésie portugaise (1935-2000) (Paris, Gallimard « Poésie », 2003, p. 209-214).

21Manuel Alegre est traduit également en allemand, en espagnol, en italien et en roumain.

© UGA Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search