Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction

p. 5-20


Texte intégral

1C’est d’abord pour rendre hommage à tous les montagnards de mon village, qui à un titre ou à un autre ont participé à cette enquête de longue durée et qui m’ont transmis leur connaissance du patois des Contamines-Montjoie, que j’ai écrit cet ouvrage. Toutes et tous ne peuvent être cités ici tant ils sont nombreux, mais qu’ils soient encore remerciés pour leur aide, leur disponibilité et les heureux instants passés à deviser ensemble de l’ancien temps dans leur parler natal. Ce recueil de mots patois, d’expressions, de phrases extraites de conversations ou de récits, se propose de restituer, en deux volumes, le milieu montagnard, les travaux saisonniers, les faits et gestes ainsi que les étapes de la vie des habitants des Contamines. En un mot : la vie traditionnelle du village à l’heure où le patois était encore la langue quotidienne. Mais au-delà, cet ouvrage envisage aussi les survivances de cet héritage dialectal dans le parler local actuel, facteur, parmi d’autres, de l’identité culturelle de la société villageoise : en premier lieu, les mots et expressions de français local ou régional encore usités aujourd’hui, comme l’a illustré un précédent ouvrage écrit avec Claudette Germi, Les Mots de la montagne autour du Mont-Blanc ; ensuite, la microtoponymie du village qui a gardé la trace de tout un vocabulaire patois et qui exprimait la perception des paysages du territoire communal et de leur évolution par les habitants eux-mêmes.

La situation géographique du village

2Le village des Contamines-Montjoie (Haute-Savoie), situé au sud du massif du Mont-Blanc, est désormais bien connu, tant du fait de sa fréquentation touristique que grâce aux articles, reportages et ouvrages qui lui ont été consacrés ces dernières années. Visité dès le xixe siècle par voyageurs et précurseurs de l’alpinisme et de la randonnée autour du mont Blanc, le village est progressivement devenu une station touristique où s’est maintenue assez longtemps une activité agro-sylvo-pastorale qui a permis, jusqu’à ces dernières décennies du moins, la survie du patois local.

3À l’amont de la vallée du Bonnant, le territoire de la commune des Contamines-Montjoie s’étend sur 8 140 hectares et s’étage des environs de 1 000 mètres en fond de vallée jusqu’aux hauts sommets de la chaîne frontalière avec l’Italie qui culmine à l’aiguille centrale de Tré-la-Tête (3 917 m) et à l’aiguille des Glaciers (3 816 m), cette dernière limitrophe avec le département de la Savoie. Une grande partie du territoire communal entre 2 000 et 4 000 mètres d’altitude est occupée par glaciers, rocs et landes des hauts pâturages, cadre d’une réserve naturelle qui inclut aussi une partie de l’étage inférieur des forêts et des remues pastorales ; ces versants forestiers ou herbeux escarpés dominent les nombreux hameaux de la vallée, nichés en bordure des cônes de déjection des torrents affluents du Bonnant. À l’aval, le village communique facilement avec Saint-Nicolas-de-Véroce et Saint-Gervais, tandis que les cols du Bonhomme et du Joly constituent les antiques passages vers la Tarentaise (puis le Val d’Aoste) et le Beaufortain.

Le cadre historique

4Il ne s’agit ici que de rappeler le contexte historique de la situation géolinguistique du village, plusieurs articles ou ouvrages ayant déjà abordé ces questions d’histoire locale et régionale concernant la châtellenie de Montjoie, le Faucigny ou le duché de Savoie. Lors de la conquête de la Gaule par Rome, le haut Val Montjoie est habité par une population alpine indépendante, les Ceutrons, dont le nom est de consonance celtique, même s’ils sont indépendants des grands peuples voisins gaulois : Allobroges de la vallée de l’Arve, de la Combe de Savoie et du Dauphiné ; Helvètes de la Suisse romande. Le territoire des Ceutrons couvrait la Tarentaise, le Beaufortain, le haut Val d’Arly, le Val Montjoie et la haute vallée de l’Arve ; dans ces deux vallées, des camps fortifiés (les Gurres, les Amerands, le Champel, Campoz), des bornes gravées (col de la Forclaz, du Jaillet, Croisse Baulet, col de l’Avenaz, lac des Fins) et des indices toponymiques (l’Avenaz) précisent les limites des territoires respectifs des Allobroges et des Ceutrons. Le haut Val Montjoie permettait donc aux Ceutrons de Tarentaise de rallier directement la vallée de Chamonix par les cols du Bonhomme, de Voza et de la Forclaz, en restant au contact des peuples alpins du Valais (Véragres, Nantuates, Sédunes). Sous l’administration romaine, la création des provinces des Alpes graies et pennines confirmera ce rôle de passage entre Aime et Martigny, les deux capitales provinciales. Peu à peu, la langue des autochtones, sans doute apparentée au gaulois, cédera la place au latin parlé dans les Alpes qui évoluera lui-même, aux siècles qui précèdent l’an mille, vers un dialecte qui se distingue de ceux de la France d’oïl, l’ancien francoprovençal, ancêtre de nos patois locaux savoyards.

5Ensuite, on a très peu de renseignements sur l’histoire du Val Montjoie jusqu’à la création des paroisses (début du xiie siècle pour Saint-Gervais, du xe ou du xie siècle pour Saint-Nicolas-de-Véroce, début du xive siècle pour Notre-Dame de la Gorge), l’apparition des documents d’albergement des alpages par Béatrice de Faucigny au xiiie siècle, les premières attestations des noms de villages puis les visites pastorales des évêques. Durant tout le Moyen Âge et l’époque moderne jusqu’à 1770 (date de la sentence de séparation définitive des communes de Saint-Nicolas et des Contamines), la majeure partie du territoire actuel des Contamines ne constituait que le quartier d’En Haut de la paroisse et communauté de Saint-Nicolas-de-Véroce, ce qui n’a pas été sans tensions, heurts et rancœurs durant des décades entre les deux quartiers. En effet, la petite paroisse de Notre-Dame de la Gorge et le quartier d’En Haut constituaient bien une unité géographique, économique, linguistique aussi, puisque le patois y est identique, alors qu’apparaissent de petites divergences phonétiques ou lexicales avec les parlers de Saint-Nicolas et de Saint-Gervais. Après la Révolution, la paroisse de Notre-Dame de la Gorge, faiblement peuplée, intégrera celle des Contamines au moment où l’émigration vers la France va s’intensifier et influencer la lente pénétration de la langue française dans les parlers locaux ; il est vrai aussi que depuis 1560, le français est devenu la langue courante des documents écrits en Savoie, même si toute une littérature savoyarde profane et religieuse perdurera les siècles suivants et si nombre d’inventaires notariés recèlent des termes d’origine patoise. On peut néanmoins dire que jusqu’à la fin de la guerre de 1914-1918 et jusqu’à l’expansion touristique qui a suivi, patois local « langage de la semaine » et langue française « langage du dimanche » ont longtemps été usités de pair dans notre village. Le réel déclin de la pratique du patois s’amorcera dès les années 1940-1960, concurremment avec la régression des activités agro-pastorales et l’évolution de la société villageoise traditionnelle.

Le paysage dialectal

6Le patois des Contamines appartient au domaine linguistique du francoprovençal alpin où il occupe une position presque centrale entre Valais, vallée d’Aoste, Tarentaise, Beaufortain, Val d’Arly et vallée de l’Arve. Aussi peut-il avoir des caractéristiques phonétiques ou lexicales communes avec chacune de ces contrées. C’est cependant avec les parlers de la moyenne et de la haute vallée de l’Arve, bien connus par des enquêtes linguistiques antérieures, que se présentent davantage de similitudes. L’Atlas linguistique de la France (ALF) avait déjà fait des relevés à Chamonix (point 967), Sixt (point 956), Hauteluce (point 955), Courmayeur (point 966) ; puis, les transcriptions de Duraffour, regroupées dans le Glossaire des patois francoprovençaux (GPFP), nous renseignent sur les patois d’Hauteluce (point S 7), de Magland (point H 28), des Houches (point H 25) et de Vallorcine (point H 23) ; l’Atlas linguistique et ethnographique du Jura et des Alpes du Nord (ALJA) a des points d’enquête à Vallorcine (no 46), Arèches (no 51), Valezan (no 52) et Cordon (no 45), localité qui a également bénéficié d’une monographie de Jean-Paul Brusson ; une thèse a été publiée sur le patois de Megève par Christine Clément. Un peu plus loin de nous, des ouvrages importants ont été publiés sur les patois de Tignes, de Saint-Martin-la-Porte, de Montvalezan (Savoie), de Saxel (Haute-Savoie), des Marécottes et de Nendaz (Valais), sans oublier, pour la vallée d’Aoste, la parution prochaine de l’Atlas des patois valdôtains où notre enquête sera l’un des points de référence en regard des localités de La Salle et de La Thuile.

7Même si le patois des Contamines n’avait pas fait l’objet d’observations antérieures, les matériaux recueillis à ce jour permettent d’établir divergences et convergences avec les parlers proches ou plus lointains, tout en restant, bien sûr, dans le cadre des évolutions linguistiques propres au francoprovençal, telles qu’elles ont encore été exposées récemment par Gaston Tuaillon dans son ouvrage paru en 2007, Le Francoprovençal.

La graphie du patois

8La graphie de Conflans pour les parlers savoyards qui a été utilisée dans nos précédents ouvrages (Bessat et Germi, 1991, 1993, 2001 et 2004) le sera encore dans celui-ci, bien qu’elle n’autorise pas de notations phonétiques aussi fines que celles de l’alphabet phonétique international (API). Cette graphie suffit toutefois, en n’écrivant que les sons qui se prononcent sans trop s’éloigner des conventions graphiques du français, à restituer au plus près la prononciation du patois, notamment en soulignant la voyelle tonique si elle est accentuée sur l’avant-dernière syllabe (trâbla « table » mais trablâ « étagère à fromage »). En suivant cette graphie, voici comment se transcrivent les voyelles et les consonnes du patois des Contamines-Montjoie :

  • la voyelle notée â (français « pâte », « âne ») se trouve, par exemple, dans fâta « besoin », « sel », « mal » ;
  • a (français « patte », « rate ») : fata « poche », sa « sac », ma « ma », kava « queue » ;
  • o (français « sol », « molle ») : mo, mota « sans cornes », byo « hermaphrodite », topnâ « pot », moshe « taille en biseau », rbyolnâ « repousser », travolâ « trembler », kro « creux » ;
  • ô (français « chaud », « trop ») : byô « beau », môshe « mouche », byôla « bouleau », môlye « pré humide », travôla « tremblote » ;
  • eu (français « peur », « meule ») : reulye « rouille », ryeuta « lien flexible », anreulyé « attacher la corde à foin » ;
  • (français « peureux », « feu ») : mèsneû « moissonneur », ryta « pente raide », anboshyeû « entonnoir » ;
  • e (français « je », « angle ») : ne « je », kouère « cuire », vashe « vache » ; presque toujours à la finale car le e disparaît souvent à l’intérieur des mots (rnâ « renard », fnè « fenil » comme aussi lna « lune », farna « farine ») ;
  • è (français « père », « mer », « mais ») : « moi », frè « froid », tèrno « limite », amarèta « airelle rouge » ;
  • é (français « les », « chez », « pied ») : « encore », fré « fraise », pyé « seulement », éprantsé « échelette du couloir à lait » ;
  • ou (français « loup », « route ») : ou « os », valamou « tas de foin », arbouna « perdrix lagopède », dou « coteau », édarbounâ « enlever les taupinières » ;
  • u (français « mur », « lune ») : yu « vu », a du « à foison », druzhe « purin », sèlu « seigle de printemps », kru « humide et froid », zhu « en bas » ;
  • i (français « lit », « vie ») : blanshi « blanchir », rita « toile de chanvre », zhi « plâtre » ;
  • an (français « banc », « lent », « temps » ; voyelle nasale très fréquente en patois) : shan « champ », granzhe « grange », van « vent » et « van », anpye « framboise », plan « plein » et « replat », lan-na « laine » (le tiret indique que le son an est prononcé puis suivi de la consonne n) ;
  • in (français « vin », « peint », « main » ; voyelle nasale plus rare en patois) : shin « chien », shin-na « chienne », lin « lien », bin-ma « jeune chèvre », vnin « venir » ;
  • on (français « pont », « plomb ») : bron « marmite », bron-nâ « marmitée », plon-ma « plume », darbon « taupe », yon « un », nyon « personne ».

9On peut regrouper la plupart de ces voyelles dans des séquences de paires minimales telles que :

  • « bât », ba « bas », bo « crapaud », « taureau », beû « étable », « bout », « clair », bu « vide », ban « banc », bin « beaucoup », bon « bon » ;
  • « nez », na « une », no « nous », nyeû « nœud », ne « je », « neige », « noir » ou « ni », « nuit », nou « neuf », nu « nu », ni « nid », nan « torrent », nyon « personne ».

10Les semi-voyelles y (français « paille », « bille », « paye », « iode », « païen », « pied ») et w (français « oui », « ouate », « moi ») sont notées :

  • y : fayar « hêtre », kayo « cochon », payé « payer », vyon « sentier », pya « pied » ;
  • ou : ouè « aujourd’hui », Savoué « Savoie », poué « puis », roua « rive », ouazé « oiseau », pouan « pont » ;
  • plus rarement ui (français « lui », « suie ») : pèrtui « trou », shapui « charpentier », guize « fonte ».

11La plupart des consonnes sont écrites et prononcées comme en français. C’est le cas de :

  • p : peû « poussier de foin », pyôla « hache », shâplo « je coupe », pata « chiffon », épna « épine » ;
  • b : beû « étable », byôla « bouleau », shâblo « couloir du bois », arba « aube » ;
  • t : teû « tuf », trâbla « table », tsédo « tiède », touâ « tuer » ;
  • d : deû « doux », drè « droit », djé « dix », béda « fente » ;
  • m : meû « mûr », myôla « moelle », mata « molle », émna « mesure à grain » ;
  • n : nra « vagin », nyôla « brouillard », fontan-na « source » ;
  • : fata « poche », fya « brebis », kofo « sale » ;
  • v : « veau », arvâ « arriver », vya « vie » ;
  • s (ss entre deux voyelles) : mèsneû « moissonneur », mèsson « moisson », fosseû « houe », bastou « bientôt », sèrjé « cerisier » ;
  • z (français « rose », « zoo ») : lyza « lause », avouiznâ « cingler », arzlyo « bruyère », zon-nâ « bourdonner » ;
  • ch : cho « ici », archâ « fil de fer », bornachu « creux » ;
  • j : fréjé « fraisier », foujé « fusil », nèjé « rouir le chanvre » ;
  • l : leû « loup », lna « lune », flan « trempé », épèlfra « écorchure » ;
  • r (toutes prononciations confondues) : patois ran « rien », farna « farine », prâ « pré », tran « fourche », tryé « arracher » ;
  • k qui équivaut à c (français « carré », « corbeau », « cou », « recueil »), qu (français « quart », « qui », « queue ») et k (français « kermesse ») : kava « queue », kanpan-na « clochette », akalâ « accroupir », éklyafâ « éclabousser », trokè « tenailles », arkè « abri du vent » ;
  • g (gu devant e, i, eû) qui se prononce toujours comme dans les mots français « gare », « gai », « goût », « gui », « gueule », « guerre » : gâtlyé « chatouiller », golè « trou », guétsé « regarder », bègui « cabri ».

12Quelques consonnes sont plus spécifiques au patois :

  • les consonnes palatales ly et ny (écrites en français « ill », « y » et « gn », « ign ») : palye « paille », môlye « pré humide », montanye « alpage », vânyé « semer » ;
  • les consonnes interdentales du savoyard (écrites en français « ch et « j », « ge) sont écrites sh pour la sourde (anglais th de thin « mince ») et zh pour la sonore (anglais that « cela ») : vashe « vache », shyeû « chou », shaleû « chaleur » et mozhe « génisse », zheû « forêt », zhan « gens », zhoyé « jouer ».

13Le patois local connaît aussi des consonnes dites affriquées ts, dz, tch et dj : bétsa « bête », fruitsé « fromager », tsédo « tiède » ; dzâblo « diable », édzé « aider », frèdzé « cave à lait » ; tchitchotâ « laper », patchôka « boue », épatché « étendre » ; djé « dix ».

Convergences et divergences des évolutions phonétiques avec les parlers voisins

14Ce paragraphe ne se réfère qu’à quelques évolutions phonétiques cartographiées par Tuaillon dans son dernier ouvrage (2007). Si l’on considère l’ensemble des traits phonétiques des parlers de Saxel, des Houches, de Montvalezan et de Tignes (quatre enquêtes très complètes), le patois des Contamines se rapproche nettement de celui des Houches, puis de celui de Saxel et en dernier lieu de ceux de haute Tarentaise.

15L’infinitif des verbes en contexte non palatalisant (verbes français du premier groupe en « er », type « porter ») est en â (portâ) fait assez courant en francoprovençal alpin (carte 18, Tuaillon, 2007). L’infinitif des verbes en contexte palatalisant (verbes français du premier groupe en « er », type « manger ») est en (mzhyé « manger », léshyé « lécher »), comme dans une partie du Valais, du Val d’Aoste et de la Savoie, mais non comme en Haute-Savoie où il est en i (carte 19).

16Les voyelles finales non palatalisées des mots féminins sont en a inaccentué (fèna « femme ») sauf dans quelques cas de déplacement d’accent assez courants en Haute-Savoie (lna « lune », spa « soupe ») (carte 20). Les voyelles finales palatalisées des mots féminins sont en e (vashe « vache », mozhe « génisse ») comme dans une bonne partie orientale du domaine (carte 21).

17La palatalisation des mots issus de c + e/i en latin (cinque « cinq », cinere « cendre », lacticellu « lait ») aboutit à s (sin « cinq », sindre « cendre »), et à sh (lashé « lait »). La première évolution est commune sauf dans une bonne partie de la Haute-Savoie (f) ; la seconde se trouve à Cordon, Valezan et La Thuile (carte 22).

18La palatalisation des mots issus de c + a en latin (type vacca « vache ») aboutit à sh (vashe, « vache ») comme dans une majeure partie de la Haute-Savoie et de la Savoie (mais st en Val d’Arly et à Hauteluce, ts à Vallorcine et en Val d’Aoste) (carte 24). Pour d’autres mots (type latin capra « chèvre »), une seconde palatalisation aboutit ici à shy (shyévra « chèvre »), ce qui semble peu courant.

19La palatalisation des mots issus de g + e/i en latin (type germinare « germer ») donne zh (zhèrnâ « germer ») comme à Chamonix et Cordon, mais zd en Val d’Arly, z en haute Tarentaise (carte 25).

20Comme toute la Haute-Savoie, le patois local a conservé la voyelle vélaire on « un » du latin unum. Dans le même registre, il a conservé vandoua « vendue », ankourâ « curé », noua « nue » (cartes 27 et 28).

21Le continuateur du latin cauda « queue » est ici kava, comme à Chamonix et Cordon, attestation proche d’autres formes de Haute-Savoie et de Suisse romande ; celui de rota « roue » est roua, comme à Cordon et ailleurs en Haute-Savoie (cartes 29 et 30) ; celui de duas « deux » au féminin est davè, comme au sud de la Haute-Savoie, en Beaufortain, Tarentaise et vallée d’Aoste (carte 31).

La spécificité lexicale

22Comme pour les évolutions phonétiques, la plupart des patois proches ont de fortes caractéristiques lexicales communes, mais pour un certain nombre de notions plus rares, des orientations diverses se dessinent. Le patois des Contamines, au contact de plusieurs petites régions, se rapproche, par ses choix lexicaux liés à ces notions particulières, tantôt du Beaufortain ou du Val d’Arly, tantôt de la haute vallée de l’Arve ou même au-delà du Valais, de la haute Tarentaise ou de la vallée d’Aoste. Plus rarement, des termes semblent lui appartenir en propre et constituent alors une indéniable marque d’originalité linguistique. En fait, chaque type lexical présente une aire d’extension spécifique car chaque mot a eu sa propre histoire, plus fluctuante et moins déterminée que celle d’un trait d’évolution phonétique. Les exemples qui suivent, choisis dans ce volume, exposent quelques-unes de ces orientations parfois dues au fruit du hasard des enquêtes, quand il s’agit de mots déjà considérés comme vieux et peu usités dans les relevés du GPFP de Duraffour.

23Toute une série de mots du patois local appartiennent à une aire francoprovençale alpine assez vaste qui couvre les massifs montagneux de l’est de la Savoie et de la Haute-Savoie, du Valais et de la vallée d’Aoste. C’est le cas, toutes nuances phonétiques confondues, de termes du champ sémantique du temps atmosphérique (kouché « neiger », koussa « neige »), de la faune et de la flore alpine (arbouna « perdrix lagopède », darbé « sapin », karlin-na « renoncule des glaciers », loutra « myrtille »), du relief montagneux (shanton, shantèlâ « arête »), de l’alpage (ézè « ustensiles du lait », karon « sonnaille de vache », anrèshyeû « égouttoir à fromage », soué « traite du lait », « repas des vaches au pâturage », trakeûdnâ « carillonner »).

24Une autre série comprend des mots qui dessinent une aire apparemment plus restreinte au sein du francoprovençal alpin : bakan « mauvais temps », bakanyé « faire mauvais temps », bouère « crevasse », arbèyé « poindre » (en parlant de l’aube) se retrouvent en haute Tarentaise, vallée de Chamonix et Valais proche (Finhaut, Les Marécottes), éventuellement en haute vallée d’Aoste. Parmi les mots dont l’aire est essentiellement savoyarde (surtout les massifs alpins et préalpins) : shâlye « tas de bois empilé » et anshâlyé « empiler du bois », tâka « besace, sac de montagne », râlyé « feu en plein air », si « âtre », nan « torrent », kanbè « coffre à grain ». Des types sont surtout connus dans l’est de la Haute-Savoie et en Valais ou Alpes vaudoises : nra « vulve, vagin », ébé « feu de joie », valamou « tas de foin », vorasse « aulne vert », réf, réflo « claie de portage ».

25Des termes n’apparaissent que sur des aires très limitées et variables dans l’espace : étrâblo au seul sens de « écurie du mulet » en haute Tarentaise, étra en Val d’Arly ; bèrlan « troupeau d’un alpage » correspond à brelan à Oz-en-Oisans (borban’à Tignes et Montvalezan) ; bounyon « auget » n’a d’équivalent que dans la vallée de Chamonix et à Montvalezan, de même que péklye « pierre », « rocher » qu’on retrouve cependant à Giaglione en Piémont francoprovençal et en toponymie (Pécloz) ; topo « sombre » apparaît aux Houches et en vallée d’Aoste ; arzlyo « bruyère » aux Houches, à Cordon et à la Giettaz (ailleurs « alisier ») ; katala « boule de neige » à Magland (ailleurs « poulie ») ; gouda « truie » à Bellevaux (ailleurs « vieille truie stérile », « fainéant », « jars » ou variante ganda en Savoie) ; éprantsére « échelette du couloir à lait » à Cordon et Bellevaux ; kovanye « vieux sapin branchu » à Saxel, Bellevaux et Les Marécottes ; rlavé « coulée de terre » à Hauteluce ; san-na « œsophage » à Hauteluce, Les Houches, Vallorcine et Les Marécottes ; darsa « averse » à Megève (dar « cascade » en Valais et Val d’Aoste) ; batchâ ici « trempé et tassé par le mauvais temps » en parlant du foin », aux Gets « faire des intempéries » ; shèvréla « chouette » à Sainte-Foy-Tarentaise ; etc.

26Enfin, quelques mots semblent n’avoir été attestés avec la forme et le sens indiqués qu’aux Contamines-Montjoie, sous réserve de nouvelles occurrences possibles relevées dans des patois proches ou lointains : évalèya « éclaircie », fèranshe « vent froid », bèlan-nâ « faire de l’orage », rbo « retour du mauvais temps », béche « lourde charge », branlo « fenil du regain », shanpan-na « chaintre », arale « fenil à demi enterré », sèlu « seigle de printemps », masnyé « trognon du chou » byordè « saule », garanyon « gourdin », glyo « bûche de bois fendue », guèrlè « copeau », bloshe « lait bourru », sheûbon « cornillon », gripon « sabot d’animal », byo « cabri hermaphrodite », boutfa « grosse saucisse », burla « vessie du porc », pouti « vipère », etc.

L’enquête dialectale des Contamines-Montjoie

27L’enquête s’est déroulée, sur la base du questionnaire établi par Gaston Tuaillon pour les enquêtes dialectales en pays alpin, sur une longue période, des années 1970 à 1990, auprès de nombreux informateurs choisis selon leurs compétences linguistiques et leurs centres d’intérêt pour les domaines abordés par les atlas linguistiques et ethnographiques. Je n’ai pas systématiquement enregistré au magnétophone les données des premières enquêtes (de 1970 à 1976) fondées sur les réponses aux trois cahiers du questionnaire. En revanche, de nombreux enregistrements de conversations en patois, dirigées ou libres, avec un ou plusieurs informateurs, ont été réalisés autour de plusieurs thèmes relatifs à la vie traditionnelle au village (de 1976 à 1990 essentiellement). Ces enquêtes complémentaires ont considérablement enrichi les réponses au questionnaire de base et ont permis de combler les lacunes des premières enquêtes, voire de recueillir des mots-souvenirs en voie d’extinction. Les transcriptions (en graphie de Conflans) de plusieurs passages de ces ethno-textes dialectaux ont, depuis l’an 2000, été publiées avec leur traduction dans la revue locale annuelle du club Histoire et traditions locales du Val Montjoie : En Coutère.

Renseignements sur les informateurs

28La majorité des informateurs appartenait à la génération née avant la guerre de 1914-1918. Natifs du village, ils avaient tous eu le patois comme langue maternelle avant d’aller à l’école primaire et d’y apprendre la langue française au moment où le tourisme commençait à pénétrer plus activement les vallées de Chamonix et du Val Montjoie. Malgré leurs séjours hors de la vallée (l’armée et la guerre pour les hommes, l’émigration temporaire pour certaines femmes) et la présence d’une activité touristique, tous nos témoins ont pratiqué le patois au moins occasionnellement (entre personnes de même génération), les derniers en date jusque vers 1990 ; mais ils ne l’ont que très rarement transmis à leurs enfants (nés après 1925) qui, pour la plupart, en ont seulement une compétence passive, moins encore à la génération suivante (nés après 1950) qui, sauf exception, n’utilise dans la conversation que le français local et des mots-souvenirs patois.

29Voici la liste des principaux informateurs avec l’énumération des champs sémantiques abordés en priorité avec eux :

  • Artémise Mermoud, née Bouvard, 1896-1976 (les Contamines) : les travaux de la terre (labours, moissons, chanvre, etc.), le corps humain, comportement et caractère de l’homme, les étapes de la vie familiale, les relations sociales. Excellente mémoire et très fine connaissance du patois pratiqué par la génération précédente (vieilles expressions, mots en désuétude).
  • Robert Gut, 1892-1975 (les Contamines) : l’alpage et ses lieux-dits, l’artisanat, le commerce, la vie sociale, la commune. D’une famille originaire de Coire, en Suisse, venue avant 1890 au village et ayant acquis l’alpage et l’auberge de la Balme, ce témoin a pratiqué dès son enfance le patois local ; tout au cours de sa vie de berger fruitier et d’aubergiste, il a été au contact aussi bien des montagnards patoisants que des touristes de passage sur le tour du Mont-Blanc.
  • Joseph Barbier, 1892-1974 (le Champelet) : les phénomènes atmosphériques, le relief, le foin, les labours, la menuiserie, la charpente, les bêtes de somme. Ce témoin exerçait le métier de menuisier et de cultivateur, il avait toujours gardé des juments. Excellente connaissance du patois dans tous ces domaines. Sa fille, Blanche (1926-1986), le parlait encore et a publié plusieurs petits textes de fiction en patois local dans le bulletin paroissial des années 1950-1960, L’Écho Montjoie (ethnotextes enregistrés en 1978 par l’enquêteur).
  • Lisa Roch-Dupland, 1902-1988 ; Raymonde Roch-Dupland, 1908-1998, sœur de la précédente ; Yvonne Duquy-Nicoud, 1899-1993 : la neige, les avalanches, les travaux de la terre (foins, moissons), le jardin, l’élevage, l’alpage, le petit bétail, l’homme (physique et caractère), la famille, la vie domestique, la femme et les relations sociales, coutumes et traditions. Ces trois témoins habitant le hameau du Baptieu ont presque toujours participé ensemble aux enquêtes (souvent enregistrées), se remémorant mots et anecdotes de la vie traditionnelle qu’elles avaient connue en vallée et à l’alpage.
  • Célestin Bouvard, 1896-1989 (la Revenaz) : le travail de la terre (foins, labours, moissons), le relief montagneux et la toponymie, la forêt et l’exploitation forestière, le bétail et ses maladies, la vie sociale, les anecdotes historiques (contrebande, catastrophes naturelles, etc.). Cultivateur, bûcheron, le témoin excellait aussi à donner des soins aux animaux domestiques blessés ou malades, d’où son apport à ce vocabulaire spécifique (récits enregistrés).
  • Hortense Mollard née Roch-Dupland, 1904-1991 (la Vy) : le temps atmosphérique, les travaux des champs, le jardin, le chanvre, l’alimentation quotidienne, l’élevage et l’alpage, la vie domestique, l’intérieur de la maison, la religion, les croyances, la vie traditionnelle et son évolution. C’est peut-être le témoin qui a participé le plus activement à l’enquête car elle possédait un cahier où elle notait les mots et les expressions en voie de disparition et s’intéressait à tous les aspects de la vie passée ; elle avait aussi une excellente connaissance de la microtoponymie des alpages où elle avait séjourné une longue période de sa vie (nombreux ethnotextes).
  • Marcel Grandjacques, 1900-1990 (Tresse) ; Ida Grandjacques, née Bouvard, 1896-1991 (la Chapelle) : le bois et l’exploitation forestière, les scieries, les transports, la microtoponymie des hameaux, l’émigration temporaire, la contrebande. Marcel Grandjacques avait été forestier, scieur, il possédait aussi un bistrot sur la route de Saint-Gervais aux Contamines, à l’entrée du village (quelques ethnotextes).
  • Hilaire Raddaz, 1907-1979 (Tresse) : le temps atmosphérique, l’année et les saisons, l’élevage, les remues d’alpage, la maison. Dernier survivant d’une famille nombreuse où aucun enfant ne s’était marié ; frères et sœurs vivaient sous le même toit en hiver ou se partageaient en été les nombreux chalets d’alpage leur appartenant, en fonction des travaux. Tous avaient gardé un mode de vie très rustique et traditionnel dont participait l’usage quotidien du patois.
  • Robert Bessat, 1913-1999 (le Cugnon) : les cultures (pommes de terre, moissons, chanvre), les plantes sauvages et les arbres, les transports du foin, du bois, l’exploitation forestière, la microtoponymie des forêts et des alpages, les moutons, les mulets, la maison, les étapes de la vie, la commune, les fêtes, les croyances et traditions. Cultivateur, muletier et bûcheron, ayant gardé une bonne mémoire des dires des anciens, c’était mon père : il fut donc souvent sollicité pour compléter et vérifier les renseignements transmis par des témoins plus âgés, car lui aussi avait toujours parlé patois avec ses frères et sa sœur mais pas avec ma mère (née en 1919) qui le comprenait pourtant parfaitement (plusieurs ethnotextes en patois ou en français local enregistrés).
  • Ernest Jacquemoud, 1923-1998 (le Cugnonnet) : le temps atmosphérique, le relief montagneux et la microtoponymie, l’élevage et l’alpage, la maison et les métiers relatifs à la construction, les artisans (forgeron, rétameurs, etc.), le bois et la scierie, l’homme (physique et comportement), les relations sociales, les croyances et traditions, les événements du passé. Très longtemps alpagiste, maçon, scieur, gérant de la patinoire où il fut mon prédécesseur durant 30 ans, il a exercé de nombreux métiers au contact de personnes nées avant 1900 ce qui a notablement enrichi son vocabulaire patois de termes spécifiques aux métiers du bâtiment, du bois et de l’alpage. Conscient de la valeur culturelle du patois et de ses variétés dialectales (il conversait aussi avec des patoisants de villages voisins comme Saint-Nicolas-de-Véroce), il a marqué son intérêt pour l’enquête en revoyant une bonne partie des réponses au questionnaire.

Situation actuelle du patois local

30Les informateurs de l’enquête cités ci-dessus sont tous décédés désormais mais il demeure encore quelques patoisants occasionnels chez les gens âgés de plus de 50 ans à 60 ans. Le déclin est cependant très net et la plupart des locuteurs utilisent un patois qui a tendance à se franciser bien que quelques personnes, même parmi les plus jeunes, aient gardé une compétence remarquable. Néanmoins, de nombreux termes recueillis lors des enquêtes des années 1970-1990 ne seraient plus compris par ces patoisants actuels. Seuls se maintiennent les mots de la conversation courante et ceux qui sont passés en français local. Celui-ci est demeuré en revanche très vivant chez les jeunes générations, surtout dans les milieux où il marque une référence identitaire : pisteurs, moniteurs de ski, guides de montagne, forestiers, agriculteurs, artisans du bois, parfois même s’ils ne sont pas originaires du village. L’autre domaine où le patois a partiellement survécu est la microtoponymie qui a aussi été recueillie sous forme dialectale lors d’enquêtes ces vingt dernières années. Elle figure en cours d’ouvrage sous les entrées dialectales correspondantes et en fin de volume dans l’index des formes toponymiques, ce qui inclut des termes patois sortis d’usage depuis un certain temps.

Présentation de l’enquête

31Pour exposer les matériaux lexicographiques transcrits sur fiches au fil des années, deux méthodes se présentaient : soit sous forme de dictionnaire selon l’ordre alphabétique, soit sous forme thématique en regroupant les données par chapitre. La première voie a été suivie par des ouvrages consacrés à des patois savoyards (Tignes, Montvalezan), le modèle le plus achevé étant Le Patois de Saxel de Julie Dupraz, l’œuvre de toute une vie. La seconde, celle suivie ici, s’inspire des monographies savoyardes de Saint-Martin-la-Porte et de Cordon, ou valaisannes de Nendaz, des Marécottes et du Val d’Anniviers. Chaque méthode présente avantages et inconvénients, pour l’auteur comme pour le lecteur ; pour parer à certaines faiblesses du choix thématique, j’ai tenté de réaliser un index aussi complet que possible des entrées dialectales des dix chapitres de ce volume et de l’ensemble des toponymes du village.

32Le recours à la présentation par thème permettait d’introduire chaque terme étudié dans son environnement global sans négliger pour autant le contexte d’expressions et de phrases qui précise les nuances sémantiques du mot, y compris les évolutions de sens récentes en français local. C’était aussi l’opportunité de transcrire des extraits d’enregistrement qui relatent des épisodes de la vie traditionnelle en montagne. Cette option de transmettre une large part des enquêtes recueillies accroît bien sûr sensiblement le nombre de pages de l’ouvrage. Aussi, ce premier volume n’envisagera que l’environnement naturel (le temps, le relief), la flore, la faune, les activités saisonnières (le foin, la moisson, le jardin, le bois, etc.), l’élevage et l’alpage ; un second volume prendra en compte l’homme (être physique, vie intellectuelle et morale), la famille et les étapes de la vie, les relations sociales, la maison et les travaux domestiques, les termes généraux et grammaticaux. En revanche, les mots presque identiques au français standard par la forme et par le sens (français patoisé) qui alourdissent inconsidérément certaines monographies dialectales n’ont pas ou peu été retenus dans ce recueil.

33Les entrées lexicales sont en caractères gras, suivies des abréviations grammaticales entre parenthèses (nom masculin/féminin, adjectif, verbe transitif/intransitif, etc.), puis du/des sens du mot, des expressions ou phrases dialectales (en caractères gras) avec leur traduction intégrale ; éventuellement, enfin, l’équivalent du mot patois en français local (en caractères italiques) et le/les toponyme(s) qui correspondent à ces entrées (en caractères gras italiques). Les fiches manuscrites qui ont servi de base à ce travail comportaient pour la plupart des compléments établissant la situation des mots du patois local dans l’espace dialectal (références aux atlas linguistiques, glossaires) ainsi que les sources étymologiques connues. Cette recherche proprement linguistique dépassait le cadre de cet ouvrage, mais quelques-unes de ces questions de géolinguistique et d’étymologie ont été abordées dans nos précédents travaux (voir bibliographie). Chacun des dix chapitres est précédé de quelques notes introductives à valeur géographique, historique ou ethnographique, et chacun s’accompagne d’un ou plusieurs récits extraits des enregistrements en patois. La bibliographie sélective s’oriente vers les ouvrages qui ont directement trait aux aspects linguistiques, historiques ou culturels de chaque thème.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.