Version classiqueVersion mobile

Le concept de société

 | 
Lorenz von Stein

Le concept de société et les lois de son mouvement

Bibliographie

Norbert Waszek

Texte intégral

Bibliographies

On trouvera une très bonne documentation sur les œuvres de Stein, ainsi que sur la littérature secondaire consacrée à Stein, dans W. Schmidt (1956), M. Hahn (1969), M. Munding (1978) et K. H. Fischer (1990). Les travaux les plus récents ayant pu intégrer et corriger les résultats obtenus dans les travaux précédents, la fiabilité des résultats augmente avec la chronologie. La bibliographie de B. Richter (1970) est plus spécialisée ; elle donne la liste des articles (environ 800 !) que Stein rédigea pour l’Allgemeine Zeitung pendant près d’un demisiècle.

Klaus H. Fischer, « Bibliographie der Werke Lorenz von Steins und der Sekundärliteratur (Bibliographie des œuvres de Lorenz von Stein et de la littérature sur Stein) », dans son livre Die Wissenschaft der Gesellschaft. Gesellschaftsanalyse und Geschichtsphilosophie des Lorenz von Stein unter besonderer Berücksichtigung seines gesellschaftswissenschaftlichen Entwurfs (La Science de la société. Analyse sociale et philosophie de l’histoire de Lorenz von Stein, plus particulièrement à partir de son essai en science sociale), Francfort-sur-le-Main, Haag & Herchen, 1990, p. 260-313.

Manfred Hahn, « Quellen-und Literaturverzeichnis (Bibliographie des sources et de la littérature sur Stein) », dans son livre Bürgerlicher Optimismus im Niedergang. Studien zu Lorenz Stein und Hegel (L’Optimisme bourgeois en déclin. Études sur Lorenz Stein et Hegel), Munich, Fink, 1969, p. 203-219.

Max Munding, « Bibliographie der Werke Lorenz von Steins und der Sekundärliteratur (Bibliographie des œuvres de Lorenz von Stein et de la littérature sur Stein) », Staat und Gesellschaft. Studien über Lorenz von Stein (État et Société. Études sur Lorenz von Stein), éd. Roman Schnur, Berlin, Duncker & Humblot, 1978, p. 561-625.

Jörg Papenfuss, « Bibliographie über Lorenz von Stein (Bibliographie sur Lorenz von Stein) », Jahrbuch der Heimatgemeinschaft Eckernförde (Annuaire de la commune d’Eckernförde), 40, 1982, p. 59-73.

Bodo Richter, « Verzeichnis der Beiträge Lorenz von Steins zur Allgemeinen Zeitung (Les contributions de Lorenz von Stein à l’Allgemeine Zeitung), 1843-1889 », Zeitschrift der Gesellschaft für Schleswig-Holsteinische Geschichte, 95, 1970, p. 49-89.

Werner Schmidt, « Bibliographie », dans son livre Lorenz von Stein. Ein Beitrag zur Biographie, zur Geschichte Schleswig-Holsteins und zur Geistesgeschichte des 19. Jahrhunderts (Lorenz von Stein. Contribution à sa biographie, à l’histoire du Schleswig-Holstein et à l’histoire intellectuelle du XIXe siècle), Eckernförde, J. C. Schwensen, 1956, p. 129-138.

Œuvres principales de Stein

Éditions originales

Die Geschichte des dänischen Civilprocesses und das heutige Verfahren, als Beitrag zu einer vergleichenden Rechtswissenschaft (Histoire et condition actuelle du procès civil danois, comme contribution à une science comparée du droit), Kiel, Schwers, 1841, xxx, x, 228 pages (BN, F 44792).

Der Socialismus und Communismus des heutigen Frankreichs. Ein Beitrag zur Zeitgeschichte (Le Socialisme et le communisme dans la France d’aujourd’hui. Contribution à l’histoire contemporaine), Leipzig, Otto Wigand, 1842 ; 2e éd. : 1848, 2 tomes en 1 vol., XVI, 592 pages (BN, 8 ° Lb51 3624).

Die Municipalverfassung Frankreichs, Leipzig, Otto Wigand, 1843, 86 pages (BN, 8° Lf136 121). Voir trad. fr. ci-dessous p. 236.

Ouvrage collectif. Les huit autres auteurs étaient – par ordre alphabétique – Johann Christiansen (1809-1854), Johann Gustav Droysen (1808-1886), Niels Nikolaus Falck (1784-1850), Emil Herrmann (1812-1885), Carl Otto von Madai (1809-1850), Johann Christian Ravit (1806-1868), Marcus Tönsen (1772-1861), Georg Waitz (1813-1886), Staats-und Erbrecht des Herzogthums Schleswig. Kritik des Commissionsbedenkens über die Successionsverhältnisse des Herzogthums Schleswig (Droit politique et droit de succession du duché de Schleswig. Critique des remarques de la commission sur les relations de succession du duché de Schleswig), Hambourg, Perthes, 1846, 115 pages.

Die Geschichte des französischen Strafrechts und des Processes (Histoire du droit pénal français et de la procédure), Bâle, Schweighauser, 1846 (BN, 8° Le4 97) ; 2e éd. 1875 (réimpression : Aalen, Scientia, 1968).

La Question du Schleswig-Holstein, Paris, Klincksieck, 1848, 46 pages (BN, Mp 5134).

Geschichte der sozialen Bewegung in Frankreich, von 1789 bis auf unsere Tage (Histoire du mouvement social en France de 1789 à nos jours), 3 vol., Leipzig, Otto Wigand, 1850. Nouvelle édition de G. Salomon 1921-1959 : voir ci-dessous p. 236.

Anonyme, Die wirtschaftliche Erziehung und die Lebensaufgabe der Hausfrau (L’Éducation économique de la femme au foyer et la tâche qu’elle a dans la vie), Leipzig, 1852 ; 2e éd. 1853 ; 3e éd., avec le nom de l’auteur, sous le titre : Die Frau, ihre Bildung und Lebensaufgabe (La Femme, sa formation et les tâches de sa vie), Berlin et Dresde, Dieckmann, 1890, 374 pages.

System der Staatswissenschaft (Système de science politique), vol. 1 : System der Statistik, der Populationistik und der Volkswirtschaftslehre Volkswirtschaftslehre (Système de statistique, de science de la population et de l’économie), Stuttgart et Tübingen, J. G. Cotta, 1852, XX, 565 pages ; vol. 2 : Die Gesellschaftslehre (La Théorie de la société), Stuttgart et Tübingen, J. G. Cotta, 1856, X, 431 pages.

Lehrbuch der Volkswirtschaft (Manuel d’économie). Zum Gebrauche für Vorlesungen und zum Selbststudium, Vienne, Braumüller, 1858, XVI, 358 pages (BN, R 51778) ; 2e éd. 1878 ; 3e éd. sous le titre : Lehrbuch der National-Ökonomie (Manuel de l’économie politique), Vienne, Manz, 1887, XVI, 457 pages (BN, 8 ° R46157).

Lehrbuch der Finanzwissenschaft (Manuel de science financière). Als Grundlage zu Vorlesungen und zum Selbstudium, Leipzig, Brockhaus, 1860, XVII, 565 pages (réimpression : Düsseldorf, Wirtschaft und Finanzen, 1998) ; 2e éd. 1871, XIX, 747 pages ; 3e éd. 1875, XVIII, 804 pages ; 4e éd. en 2 vol., 1878, I : XVI, 568 et II : XII, 552 pages ; 5e éd., 2 vol. en 4 tomes, 1885 : I, II. 1 ; 1886 : II. 2, II. 3 ; I : XI, 476 pages ; II. 1 : XIII, 561 pages, II. 2 : XXII, 435 pages, II. 3 : XXIII, 427 pages (réimpression de la 5e éd. : Hildesheim et New York, Olms, 1975).

Die Verwaltungslehre (La Science de l’administration), 7 vol., Stuttgart, Cotta, 1865-1868 ; 2 e éd. en 10 vol., 1869-1884 (réimpression : Aalen, Scientia, 1975).

Handbuch der Verwaltungslehre und des Verwaltungsrechts (Manuel de la science de l’administration et du droit administratif), mit Vergleichung der Literatur und Gesetzgebung von Frankreich, England und Deutschland. Als Grundlage für Vorlesungen, Stuttgart, Cotta, 1870, XVIII, 458 pages ; 2e éd. 1876, XXVII, 898 pages ; 3e éd. en trois vol. 1888 ; I : XXIII, 428 pages ; II : XIII, 843 pages ; III : V, 256 pages.

Alpenrosen (Roses des Alpes), Stuttgart, Cotta, 1873, IV, 100 pages. Nouvelle édition, avec une préface de K. H. Fischer, Schutterwald-Baden, Wissenschaftlicher Verlag, 1994, 105 pages.

Die Frau auf dem Gebiete der Nationalökonomie (La Femme sur le plan de l’économie politique), Stuttgart, Cotta, 1875, IV, 54 pages (réimpression : Stuttgart, W. Hohmann, 1996) ; 6 e éd. 1886, VII, 163 pages.

Gegenwart und Zukunft der Rechts-und Staatswissenschaft Deutschlands (Présent et futur des sciences juridiques et politiques en Allemagne), Stuttgart, Cotta, 1876, X, 339 pages.

Die Frau auf dem socialen Gebiete (La Femme sur le plan social), Stuttgart, Cotta, 1880, 142 pages.

Traductions et éditions modernes

De la constitution de la Commune en France, trad. de Die Municipalverfassung Frankreichs, 1843, par Simon Édouard Victor Le Grand, Bruxelles, C. Muquardt, 1859 (BN, 8 ° Lf 95 40) ; 2 e éd. 1864.

Geschichte der sozialen Bewegung in Frankreich, von 1789 bis auf unsere Tage (1850), 3 vol., éd. Gottfried Salomon, Munich, Drei Masken, 1921 (réimpression : Hildesheim, Olms, 1959). Trad. anglaise : The History of the Social Movement in France, 1789-1850, éd. et trad. par Kaethe Mengelberg, Totowa (New Jersey), The Bedminster Press, 1964. Trad. espagnole (partielle) : Movimientos sociales y Monarquia, éd. et trad. par Enrique Tierno Galvan, Madrid, Instituto de estudios politicos, 1957.

Proletariat und Gesellschaft, extrait de la deuxième édition de Der Socialismus und Communismus des heutigen Frankreichs (1848), éd. Manfred Hahn, Munich, Fink, 1971.

Schriften zum Sozialismus (Écrits sur le socialisme), 1848, 1852, 1854 ; trois articles que Stein rédigea pour la revue Die Gegenwart, éd. Eckart Panekoke, Darmstadt, WBG, 1974.

Lorenz von Steins nachgelassene staatsrechtliche und rechtsphilosophische Vorlesungsmanuskripte (Manuscrits posthumes des Cours de Stein sur le droit politique et la philosophie du droit), éd. Heinz Taschke, Heidelberg, von Decker & Schenck, 1985.

Das gesellschaftliche Labyrinth. Texte zur Gesellschafts-und Staatstheorie (Le Labyrinthe social. Choix de textes sur la théorie de la société et de l’État), éd. Klaus H. Fischer, Schutterwald-Baden, Wissenschaftlicher Verlag, 1992.

Lorenz von Steins « Bemerkungen über Verfassung und Verwaltung » von 1889 (Les « Remarques sur la constitution et l’administration » de 1889 de Lorenz von Stein), éd. Wilhelm Brauneder et Kaname Nishiyama, Francfortsur-le-Main, Peter Lang, 1992.

Lorenz von Steins Arbeiten für Japan (Les Travaux de Lorenz von Stein pour le Japon), éd. Kazuhiro Takii, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 1998.

Lehrbuch der Finanzwissenschaft (Manuel de science financière). Als Grundlage zu Vorlesungen und zum Selbstudium, fac-similé de la première édition [1860] avec un volume supplémentaire Vademecum, éd. Herbert Hax (p. 199, avec contributions de H. Grossekettler, M. Heilmann, St. Koslowski et T. Shibata), Düsseldorf, Wirtschaft und Finanzen, 1998.

Littérature secondaire

Études biographiques

Andrea Boockmann, Lorenz von Stein 1815-1890, Nachlass, Bibliothek, Biographie, Kiel, Landesbibliothek, 1980.

Wilhelm Brauneder, « Lorenz von Steins Wirken in Wien (L’activité de Lorenz von Stein à Vienne) », dans Lorenz von Stein 1890-1990. Akademischer Festakt zum 100. Todestag, éd. Albert von Mutius, Heidelberg, von Decker & Schenck, 1992, p. 19-28.

Karl Theodor von Inama-Sternegg, « Lorenz von Stein », 1 re éd. 1890), dans son livre Staatswissenschaftliche Abhandlungen (Études en sciences politiques), Leipzig, Duncker & Humblot, 1903, p. 41-56. Contient en annexe, p. 53-56, les souvenirs d’Ernst, l’un des fils de Stein.

—, « Lorenz von Stein », dans Allgemeine Deutsche Biographie (ADB), tome 35, Leipzig, Duncker & Humblot, 1893, p. 661-666.

Alexander Novotny, « Lorenz von Steins Berufung nach Wien (La nomination de Lorenz von Stein à Vienne) », dans Festschrift. Zur Feier des zweihundertjährigen Bestandes des Haus-, Hof-und Staatsarchivs, éd. Leo Santifaller, tome 2, Vienne, Kommissions-Verlag der Österreichischen Staatsdruckerei, 1951, p. 474-484.

Alexander Scharff, « Lorenz von Stein und die schleswig-holsteinische Bewegung (Lorenz von Stein et le mouvement politique au Schleswig-Holstein) », dans son livre Schleswig-Holstein in der deutschen und nordeuropäischen Geschichte. Gesammelte Aufsätze, Stuttgart, Klett, 1969, p. 111-120.

Werner Schmidt, Lorenz von Stein. Ein Beitrag zur Biographie, zur Geschichte Schleswig-Holsteins und zur Geistesgeschichte des 19. Jahrhunderts (Lorenz von Stein. Contribution à sa biographie, à l’histoire du Schleswig-Holstein et à l’histoire intellectuelle du XIXe siècle), Eckernförde, J. C. Schwensen, 1956.

Hans Staack, « Die Ahnen des Staatswissenschaftlers und Soziologen Lorenz von Stein (Les ancêtres de Lorenz von Stein, spécialiste en sciences politiques et sociologue) », Jahrbuch der Heimatgemeinschaft des Kreises Eckernförde (Annuaire de la communauté natale d’Eckernförde), 23, 1965, p. 39-53.

Constant von Wurzbach, « Lorenz Ritter von Stein », dans Biographisches Lexikon des Kaiserthums Oesterreich (Dictionnaire biographique de l’empire autrichien), vol. 38, Vienne, K. K. Hof-und Staatsdruckerei, 1879, p. 35-40.

Littérature sur Stein en français

Raymond Aron, La Sociologie allemande contemporaine [1935], Paris, PUF (Quadrige), 4e éd. 1981, p. 46 (une seule phrase sur L. v. Stein).

Ernst-Wolfgang Böckenförde, « Lorenz von Stein, théoricien du mouvement de l’État et de la société vers l’État social », dans E. W. Böckenförde, Le Droit, l’État et la constitution démocratique, essais réunis, traduits et présentés par Olivier Jouanjan, Paris, LGDJ, 2000, p. 148-175.

L. Boicu, « Les principautés roumaines dans les projets de Karl von Bruck et Lorenz von Stein pour la constitution de la “Mitteleuropa” à l’époque de la guerre de Crimée », Revue roumaine d’histoire, VI. 2, 1967, p. 233-256.

Jacques Droz, L’Europe centrale. Évolution historique de l’idée de « Mitteleuropa », Paris, Payot, 1960. Sur Stein, p. 110 et suiv., 116 et suiv.

Julien Freund, « Politique et économie selon Lorenz von Stein. Commentaires à l’introduction “Der Begriff der Gesellschaft” de l’ouvrage Geschichte der sozialen Bewegung in Frankreich von 1789 bis auf unsere Tage », dans Staat und Gesellschaft. Studien über Lorenz von Stein, op. cit., 1978, p. 125-147.

Georges Gurvitch, « La dialectique de l’Idée du droit social chez Lorenz von Stein », dans son livre L’Idée du droit social. Notion et système du droit social. Histoire doctrinale depuis le XVIIe siècle jusqu’à la fin du XIXe siècle, Paris, Sirey, 1932, p. 521-535.

Raimund Hörburger, « Von Stein et la naissance de la science sociale », Cahiers internationaux de sociologie, vol. LV, 1973, p. 217-244.

—, « Lorenz von Stein et Karl Marx », Archives de philosophie, 37, 1974, p. 377-405.

Jean-François Kervégan, « L’État après Hegel : Le dépassement social du politique », dans L’État moderne : regards sur la pensée politique de l’Europe occidentale entre 1715 et 1848, éd. Simone Goyard-Fabre, Paris, Vrin, 2000, p. 291-305. Sur Stein, p. 296-299.

Reinhart Koselleck, « Le pronostic historique dans l’ouvrage de Lorenz von Stein sur la constitution prussienne », dans Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, trad. Jochen et Marie-Claire Hoock, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1990, p. 81-95 (traduction de « Geschichtliche Prognose… », 1965 ; voir ci-dessous p. 245).

Georges Langrod, « L’œuvre de Lorenz von Stein vue par ses successeurs », dans Staat und Gesellschaft…, op. cit., 1978, p. 465-477.

Herbert Marcuse, « La transformation de la dialectique en sociologie : Lorenz von Stein », dans son livre Raison et révolution. Hegel et la naissance de la théorie sociale, trad. Robert Castel et Pierre-Henri Gonthier, Paris, Minuit, 1968, p. 421-435.

Charles Rihs, « Lorenz von Stein. Un jeune hégélien libéral à Paris (1840-1842) », Revue d’histoire économique et sociale, 47.3, 1969, p. 404-446.

Marcel Thomann, « La renaissance de la science politique en Allemagne. Lorenz von Stein et Robert von Mohl », Politique. Revue internationale des idées, des institutions et de la vie politique, 6, 1963, p. 285-300.

Norbert Waszek, « Lorenz von Stein », dans Dictionnaire du XIXe siècle européen, éd. Madeleine Ambrière, Paris, PUF, 1997, p. 1129.

—, « Aux sources de l’État social à l’allemande : Lorenz von Stein – et Hegel », dans Hegel : droit, histoire, société, éd. N. Waszek, Revue germanique internationale, 15, Paris, PUF, 2001, p. 211-238.

—, « Lorenz von Stein : propagateur du droit français en Allemagne ; “ambassadeur” officieux de la recherche juridique allemande en France », dans Influences et réceptions mutuelles du droit et de la philosophie en France et en Allemagne, éd. Jean-François Kervégan et Heinz Mohnhaupt, Francfort-sur-le-Main, Klostermann, 2001, p. 379-403.

—, « L’État de droit social chez Lorenz von Stein », dans Figures de l’État de droit, éd. Olivier Jouanjan, Strasbourg, Presses universitaires, 2001, p. 193-217.

Littérature sur Stein en allemand, anglais, italien

Erich Angermann, « Zwei Typen des Ausgleichs gesellschaftlicher Interessen durch die Staatsgewalt. Ein Vergleich der Lehren Lorenz von Steins und Robert Mohls (Deux façons de réaliser un compromis entre intérêts sociaux par le moyen du pouvoir d’État. Comparaison entre les conceptions de Lorenz von Stein et de Robert Mohl) », dans Staat und Gesellschaft im deutschen Vormärz (État et société dans le « Vormärz » allemand) 1815-1848, éd. Werner Conze, Stuttgart, Ernst Klett, 1962, 2e éd. 1970, p. 173-205.

Hans-Joachim Arndt, « Gesellschaftlicher Bedingungsrahmen und staatlicher Handlungsspielraum. Zu Lorenz von Steins Bedeutung für das Verständnis der “politischen Ökonomie” im 20. Jahrhundert (Cadre de conditions sociales et marge de manœuvre politique. Sur l’importance de Stein pour la compréhension de l’“économie politique” au XXe siècle) », dans Staat und Gesellschaft…, op. cit., 1978, p. 149-183.

Erwin von Beckerath, « Stein, Wagner, Schäffle. Das “Dreigestirn” der deutschen Finanzwissenschaft (Stein, Wagner, Schäffle. La “triple constellation” de la science allemande des finances) », dans son livre Lynkeus. Gestalten und Probleme aus Wirtschaft und Politik (Lynkeus. Figures et problèmes d’économie et de politique), Tübingen, Mohr, 1962, p. 75-101.

Dirk Blasius, Lorenz von Stein. Grundlagen und Struktur seiner politischen Ideenwelt (Lorenz von Stein. Fondements et structure de sa conception politique), thèse, université de Cologne, 1970.

—, « Gesellschaftsgeschichte und Gesellschaftswissenschaft bei Lorenz von Stein (Histoire sociale et science sociale chez Lorenz von Stein) », Archiv für Rechts-und Sozialphilosophie (Archives de philosophie sociale et juridique), 57, 1971, p. 261-285.

—, « Lorenz von Steins Lehre vom Königtum der sozialen Reform und ihre verfassungspolitischen Grundlagen (La conception de Lorenz von Stein d’une monarchie de réformes sociales et ses bases constitutionelles) », Der Staat (L’État), 10, 1971, p. 33-51.

—, « Lorenz von Stein und Preussen (Lorenz von Stein et la Prusse) », Historische Zeitschrift, 212, 1971, p. 339-362.

—, « Konservative Sozialpolitik und Sozialreform im 19. Jahrhundert (Politique sociale conservatrice et réforme sociale au XIXe siècle) », dans Rekonstruktion des Konservativismus (Reconstruction du conservatisme), éd. Gerd-Klaus Kaltenbrunner, Fribourg, Rombach, 1972, p. 469-488.

—, « Lorenz von Stein », dans Deutsche Historiker (Historiens allemands), éd. Hans-Ulrich Wehler, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1973, p. 25-38.

—, « Zeitbezug und Zeitkritik in Lorenz von Steins Verwaltungslehre (Rapport à l’époque et critique de l’époque dans la Science de l’administration de Lorenz von Stein) », dans Staat und Gesellschaft…, op. cit., 1978, p. 419-433.

—, « Lorenz von Stein und die Geschichte der sozialen Bewegung in Deutschland (Lorenz von Stein et l’histoire du mouvement social en Allemagne) », dans Lorenz von Stein 1890-1990. Akademischer Festakt zum 100. Todestag, op. cit., 1992, p. 11-17.

Dirk Blasius et Eckhart Pankoke, Lorenz von Stein. Geschichts-und gesellschaftswissenschaftliche Perspektiven (Lorenz von Stein. Perspectives en sciences sociales et historiques), Darmstadt, WBG, 1977.

Ernst-Wolfgang Böckenförde, « Lorenz von Stein als Theoretiker der Bewegung von Staat und Gesellschaft zum Sozialstaat (Lorenz von Stein comme théoricien du mouvement de l’État et de la société vers l’État social) », dans Alteuropa und die moderne Gesellschaft. Festschrift für Otto Brunner, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1963, p. 248-277 ; repris dans son livre Recht, Staat, Freiheit. Studien zur Rechtsphilosophie, Staatstheorie und Verfassungsgeschichte (Droit, État, liberté. Études sur la philosophie du droit, la théorie de l’état et l’histoire constitutionnelle), Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1991, p. 170-208. Pour la traduction française de cet article voir ci-dessus p. 238.

Kurt Braunreuther, « Lorenz von Stein (1815-1890) und sein Platz in der Geschichte des bürgerlich-soziologischen Denkens in Deutschland (Lorenz von Stein (1815-1890) et sa place dans l’histoire de la pensée sociologique bourgeoise en Allemagne) », dans Studien zur Geschichte der politischen Ökonomie und der Soziologie (Études d’histoire de l’économie politique et de la sociologie), Berlin, Akademie, 1978, p. 273-294.

William Archibald Dunning, « Lorenz von Stein », dans son livre A History of Political Theories. From Rousseau to Spencer (Histoire des théories politiques. De Rousseau à Spencer), New York, Macmillan, 1920, 2e éd. 1928, p. 377-386.

Klaus H. Fischer, Die Wissenschaft der Gesellschaft. Gesellschaftsanalyse und Geschichtsphilosophie des Lorenz von Stein unter besonderer Berücksichtigung seines gesellschaftswissenschaftlichen Entwurfs (La Science de la société. Analyse sociale et philosophie de l’histoire de Lorenz von Stein, plus particulièrement à partir de son essai en science sociale), Francfort-surle-Main, Haag & Herchen, 1990.

Béla Földes, « Bemerkungen zu dem Problem Lorenz von Stein – Karl Marx (Remarques sur le problème Lorenz von Stein – Karl Marx) », Jahrbücher für Nationalökonomie und Statistik, 102, 1914, p. 289-299.

Ernst Forsthoff, « Begriff und Wesen des sozialen Rechtsstaates (Concept et essence de l’État de droit social) », dans Veröffentlichungen der Vereinigung der Deutschen Staatsrechtslehrer, 12, 1954, p. 8-36. La référence principale sur Stein se trouve p. 13.

Hans Freyer, Soziologie als Wirklichkeitswissenschaft. Logische Grundlegung des Systems der Soziologie (La Sociologie comme science empirique. Fondements logiques du système de la sociologie), Leipzig et Berlin, Teubner, 1930. Sur Stein, p. 93-95 et 101.

—, Einleitung in die Soziologie (Introduction à la sociologie), Leipzig, Quelle & Meyer, 1931. Sur Stein, p. 69-74 et 86.

Felix Gilbert, « Lorenz von Stein und die Revolution von 1848. Ein Beitrag zur Entwicklung Steins und zur Entstehung der deutschen Gesellschaftswissenschaft (Lorenz von Stein et la révolution de 1848. Contribution à l’évolution de Stein et à la naissance de la science sociale allemande) », dans Mitteilungen des österreichischen Instituts für Geschichtsforschung, 50, 1936, p. 369-387.

Heinz Gollwitzer, Europabild und Europagedanke (Image et pensée de l’Europe), Munich, C. H. Beck, 1951. Sur Stein, p. 266-268 et 441.

Rolf Grawert, « Staatsamt und Volksvertretung. Institutionelle Gegenkräfte im politischen Ordnungssystem Lorenz von Steins (Service de l’État et représentation populaire. Contrepoids institutionnels dans le système politique de Lorenz von Stein) », dans Staat und Gesellschaft…, op. cit., 1978, p. 245-271.

Joist Grolle, « Lorenz Stein als preussischer Geheimagent (Lorenz Stein comme agent secret prussien) », Archiv für Kulturgeschichte, 50, 1968, p. 82-96.

Heinz Grossekettler, « Die Staatsverschuldung aus der Sicht Lorenz von Steins (L’endettement de l’État du point de vue de Lorenz von Stein) », dans Studien zur Entwicklung der ökonomischen Theorie IX, éd. Harald Scherf, Berlin, Duncker & Humblot, 1990, p. 19-54.

—, « Lorenz von Stein und die moderne Staatswirtschaftslehre (Lorenz von Stein et la doctrine moderne de l’économie politique) », dans le volume supplémentaire Vademecum à l’édition fac-similé du Lehrbuch der Finanzwissenschaft, op. cit, 1998, p. 73-110.

—, « Lorenz von Stein (1815-1890) », dans The Elgar Companion to Law and Economics, éd. Jürgen G. Backhaus, Cheltenham (UK), et Northhampton (MA-USA), Edward Elgar, 1999, p. 472-482.

Ernst Grünfeld, « Lorenz von Stein und Japan (Lorenz von Stein et le Japon) », Jahrbücher für Nationalökonomie und Statistik, 3e série, vol. 45, 1913, p. 354-361.

Ludwig Gumplowicz, Rechtsstaat und Sozialismus (État de droit et socialisme), Innsbruck, Wagner, 1881 (réimpression : Osnabrück, Otto Zeller, 1964). Sur Stein, p. 150-186.

Karl Günzel, Der Begriff der Freiheit bei Hegel und Lorenz von Stein (Le Concept de liberté chez Hegel et Lorenz von Stein), thèse en philosophie à l’université de Leipzig, 1934.

Manfred Hahn, Bürgerlicher Optimismus im Niedergang. Studien zu Lorenz Stein und Hegel (L’Optimisme bourgeois en déclin. Études sur Lorenz Stein et Hegel), Munich, Fink, 1969.

Klaus Hartmann, « Reiner Begriff und tätiges Leben. Lorenz von Steins Grundkonzeption zum Verhältnis von Staat und Gesellschaft und von Rechtsphilosophie und Recht (Pur concept et vie active. La conception de base de Lorenz von Stein sur le rapport de l’État et de la société, sur la philosophie du droit et le droit) », dans Staat und Gesellschaft…, op. cit., 1978, p. 65-95.

Friedhart Hegner, « Die Entwicklung des sozialwissenschaftlichen Klassenbegriffs bei den Frühsozialisten und bei Lorenz von Stein (Le développement du concept sociologique de classe, chez les premiers socialistes et chez Lorenz von Stein) », dans Archiv für Rechts-und Sozialphilosophie, 62, 1976, p. 401-422.

Martin Heilmann, Lorenz von Stein und die Grundprobleme der Steuerlehre (Lorenz von Stein et les problèmes fondamentaux de la théorie des impôts), Heidelberg, von Decker & Schenck, 1984.

—, « Zur Aktualität Lorenz von Steins als Klassiker der Finanzwissenschaft (De l’actualité de Lorenz von Stein, en tant que classique de la science des finances) », dans Albert von Mutius (éd.), Lorenz von Stein 1890-1990, Heidelberg, von Decker & Schenk, 1992, p. 65-73.

—, « Lorenz von Stein. Überblick zu Leben und Werk (Lorenz von Stein. Aperçu sur sa vie et son œuvre) », dans le volume supplémentaire Vademecum à l’édition fac-similé du Lehrbuch der Finanzwissenschaft…, op. cit., 1998, p. 33-71.

Moses Hess, « Sozialismus und Kommunismus (Socialisme et communisme) », dans Einundzwanzig Bogen aus der Schweiz (Vingt et une feuilles de Suisse), éd. Georg Herwegh, Zurich et Winterthur, Verlag des Literarischen Comptoirs, 1843, p. 74-97.

Erk Volkmar Heyen, « Lorenz von Stein und die europäische Rechtsgeschichte. Zur Einführung in ein neues Feld der historischen Wissenschaftsforschung (Lorenz von Stein et l’histoire européenne du droit. En guise d’introduction à un nouveau champ de recherche historique des sciences) », dans Wissenschaft und Recht der Verwaltung seit dem Ancien Régime. Europäische Ansichten (Science et droit de l’administration depuis l’Ancien Régime), éd. E. V. Heyen, Francfort-sur-le-Main, Klostermann, 1984, p. IX-XXV.

—, « Lorenz von Stein. 1815-1890 », dans Juristen in Österreich (Les Juristes en Autriche) 1200-1980, éd. Wilhelm Brauneder, Vienne, Orac, 1987, p. 160-165, 357 f.

Hagen Hof, « Lorenz von Stein », dans Deutsche Juristen aus fünf Jahrhunderten (Cinq siècles de juristes allemands), éd. Gerd Kleinheyer et Jan Schröder, 3e éd. Heidelberg, Müller-UTB, 1989, p. 279-284.

Raimund Hörburger, « Steins Sozialismusverständnis von 1842 (Le concept de socialisme de Stein en 1842) », dans Staat und Gesellschaft…, op. cit., 1978, p. 185-203.

Ernst Rudolf Huber, « Lorenz von Stein und die Grundlegung der Idee des Sozialstaats (Lorenz von Stein et la fondation de l’idée d’État social) », dans son livre Nationalstaat und Verfassungsstaat. Studien zur Geschichte der modernen Staatsidee (État national et État constitutionnel. Études sur l’histoire de l’idée moderne de l’État), Stuttgart, Kohlhammer, 1965, p. 127-143.

—, « Vorsorge für das Dasein. Ein Grundbegriff der Staatslehre Hegels und Lorenz v. Steins (Prévoyance pour l’existence. Un concept fondamental de la doctrine politique de Hegel et de Lorenz von Stein) », dans Festschrift für Ernst Forsthoff (Mélanges Ernst Forsthoff). Zum 70. Geburtstag, éd. Roman Schnur, Munich, C. H. Beck, 1972, p. 139-163.

Karl Theodor von Inama-Sternegg, « Die Entwicklung der Verwaltungslehre und des Verwaltungsrechts seit dem Tode von Lorenz von Stein (Le développement de la science de l’administration et du droit administratif depuis la mort de Lorenz von Stein) » [1902], dans Staatswissenschaftliche Abhandlungen (Études de sciences politiques), Leipzig, Duncker & Humblot, 1903, p. 57-84.

Karl-Hermann Kästner, « Von der sozialen Frage über den sozialen Staat zum Sozialstaat. Zu Lorenz von Steins Sozialtheorie in ihrer Relevanz für die sozialen Probleme des 19. Jahrhunderts und für den sozialen Rechtsstaat der Gegenwart (De la question sociale à l’État social, par la voie de l’État du social. À propos de la théorie sociale de Lorenz von Stein et de son intérêt pour l’étude des problèmes sociaux au XIXe siècle et pour l’État de droit social aujourd’hui) », dans Staat und Gesellschaft…, op. cit., 1978, p. 381-402 ; trad. anglaise : « From the social question to the social state », dans Economy and Society, 10, 1981, p. 7-26.

Jürgen von Kempski, « Stein, Schmoller, Weber und die Einheit der Sozialwissenschaft (Stein, Schmoller, Weber et l’unité de la science sociale) », dans Systeme und Methoden in den Wirtschafts-und Sozialwissenschaften (Systèmes et méthodes en sciences économiques et sociales). Erwin von Beckerath zum 75. Geburtstag, éd. Norbert Kloten et al., Tübingen, Mohr, 1964, p. 191-206 ; maintenant disponible dans son recueil Recht und Politik. Studien zur Einheit der Sozialwissenschaften (Droit et politique. Études sur l’unité des sciences sociales), éd. Achim Eschbach, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1992, p. 475-492.

Reinhart Koselleck, « Geschichtliche Prognose in Lorenz von Steins Schrift zur Preussischen Verfassung », Der Staat, 4, 1965, p. 469-481 ; repris dans son livre Vergangene Zukunft. Zur Semantik geschichtlicher Zeiten, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1979, 3e éd. 1995, p. 87-104. Pour la trad. fr. voir ci-dessus p. 239.

Stefan Koslowski, Die Geburt des Sozialstaats aus dem Geist des Deutschen Idealismus. Person und Gemeinschaft bei Lorenz von Stein (La Naissance de l’État social, à partir de l’esprit de l’idéalisme allemand. Personne et communauté chez Lorenz von Stein), Weinheim, VCH, 1989.

—, « Die Staatswissenschaft als “Philosophie der Tat”. Das Zusammenspiel von individueller Freiheit, Gesellschaftsmacht und staatlicher Verantwortung bei Lorenz von Stein (La science politique comme “philosophie de l’action”. La coopération de la liberté, du pouvoir social et de la responsabilité étatique chez Lorenz von Stein) », Archiv für Rechts-und Sozialphilosophie (Archives de philosophie juridique et sociale), 78, 1992, p. 35-67.

—, « Vom socialen Staat zum Sozialstaat. Aufstieg und Niedergang einer Vision (De l’État du social à l’état social. Montée et décadence d’une vision) », dans Der Staat, 34, 1995, p. 221-241.

—, « Origins of the “Social State” in German Philosophy and “Staatswissenschaften” (Les origines de l’État social dans la philosophie et les sciences politiques allemandes) », dans Restructuring the Welfare State. Theory and Reform of Social Policy (Restructurer l’État-Providence. Théorie et réforme de la politique sociale), éd. Peter Koslowski, Berlin, Springer, 1997, p. 119-142.

—, « Gesellschaft und Staat im Werk Lorenz von Steins (Société et État dans l’œuvre de Lorenz von Stein) », dans le volume supplémentaire Vademecum…, op. cit., 1998, p. 113-155.

Gundela Lahmer, Lorenz von Stein. Zur Konstitution des bürgerlichen Bildungswesens (Lorenz von Stein. Sur la constitution du système bourgeois d’éducation), Francfort-sur-le-Main, Campus, 1982.

Silke Lehmann, « Lorenz von Stein über den amerikanischen Sozialismus und Kommunismus (Lorenz von Stein sur le socialisme et le communisme américain) », dans Liberalitas. Festchrift für Erich Angermann zum 65. Geburtstag, éd. Norbert Finzsch et Hermann Wellenreuther, Stuttgart, Franz Steiner, 1992, p. 207-221.

Michael Löbig, « Hegels “bürgerliche Gesellschaft” und die Gesellschaftslehre Lorenz von Steins (La “société civile” de Hegel et la conception de la société de Lorenz von Stein) », dans Hegel-Jahrbuch 1992, Ferwald-Annerod, Germinal, 1992, p. 73-80.

Hans Maier, Die ältere deutsche Staats-und Verwaltungslehre (Polizeiwissenschaft). Ein Beitrag zur Geschichte der politischen Wissenschaft in Deutschland (L’Ancienne Doctrine allemande de l’État et de la science de l’administration. Contribution à l’histoire de la science politique en Allemagne), Neuwied, Luchterhand, 1966 ; 2. Auflage, Munich, DTV, 1980. Sur Stein, p. 242-246, 293 et suiv.

Herbert Marcuse, « The Transformation of the Dialectic into Sociology : Lorenz von Stein », dans son livre Reason and Revolution, Hegel and the Rise of Social Theory, Londres, New York, Toronto, Oxford University Press, 1941, p. 374-388. Trad. allemande par Alfred Schmidt, « Die Überführung der Dialektik in Soziologie : Lorenz von Stein », dans Vernunft und Revolution. Hegel und die Entstehung der Gesellschaftstheorie, Darmstadt et Neuwied, Luchterhand, 1962, p. 327-339. Trad. française, voir ci-dessus p. 239.

Franz Mehring, « Stein, Hess und Marx », Neue Zeit, XV. 2, 1897, p. 379-382.

Kaethe Mengelberg, « Lorenz von Stein and his contribution to historical sociology (Lorenz von Stein et sa contribution à la sociologie historique) », Journal of the History of Ideas, 22, 1961, p. 267-274.

Carl Menger, « Lorenz von Stein. † 23. Sept. 1890 », Jahrbücher für Nationalökonomie und Statistik, 56, 1891, p. 193-200.

Horst Möller, « Lorenz von Steins Interpretation der französischen Revolution von 1789 (L’interprétation de la Révolution française de 1789, par Lorenz von Stein) », Der Staat, 18, 1979, p. 521-548.

Albert von Mutius (éd.), Lorenz von Stein 1890-1990. Akademischer Festakt zum 100. Todestag, op. cit., 1992.

Heinz Nitzschke, Die Geschichtsphilosophie Lorenz von Steins. Ein Beitrag zur Geistesgeschichte des neunzehnten Jahrhunderts (La Philosophie de l’histoire de Lorenz von Stein. Contribution à l’histoire des idées au XIXe siècle), Munich et Berlin, Oldenbourg, 1932.

Franz Oppenheimer, « Lorenz von Stein und die deutsche Soziologie (Lorenz von Stein et la sociologie allemande) », Die Neue Rundschau, 33.2, 1922, p. 888-901.

Eckart Pankoke, « Sociale Bewegung », « Sociale Frage », « Sociale Politik ». Grundprobleme der deutschen « Socialwissenschaft » im 19. Jahrhundert (« Question sociale », « Question politique ». Problèmes fondamentaux de la « science sociale » allemande au XIXe siècle), Stuttgart, Klett, 1970.

—, « Soziale Selbstverwaltung. Zur Problemgeschichte sozial-liberaler Gesellschaftspolitik (Autogestion sociale. Sur l’histoire des problèmes d’une politique sociale socio-libérale) », Archiv für Sozialgeschichte (Archives d’histoire sociale), 12, 1972, p. 185-203. Sur Stein, p. 199-202.

—, « Soziale Politik als Problem öffentlicher Verwaltung. Zu Lorenz von Steins gesellschaftswissenschaftlicher Programmierung des “arbeitenden Staates” (La politique sociale comme problème de gestion publique. Sur le programme sociologique de l’“État au travail”, selon Lorenz von Stein) », dans Staat und Gesellschaft…, op. cit., 1978, p. 405-417.

—, « “Personality” as a Principle of Individual and Institutional Development. Lorenz von Stein’s Institutional Theory of a “Labour Society” (La “personnalité”, comme principe de développement individuel et institutionnel. La théorie institutionnelle d’une “société au travail”, par Lorenz von Stein) », dans The Theory of Ethical Economy in the Historical School (La Théorie d’une économie éthique dans l’école historique), Wilhelm Roscher, Lorenz von Stein, Gustav Schmoller, Wilhelm Dilthey and Contemporary Theory, éd. Peter Koslowski, Berlin, Springer, 1995, p. 39-51.

Helge Pross, « Bürgerlich-konservative Kritik an der kapitalistischen Gesellschaft. Zur Theorie Lorenz von Steins (Critique conservatrice-bourgeoise de la société capitaliste. Sur la théorie de Lorenz von Stein) », dans Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie, 18, 1966, p. 131-138.

Carsten Quesel, Soziologie und Soziale Frage. Lorenz von Stein und die Entstehung der Gesellschaftswissenschaft in Deutschland (Sociologie et question sociale. Lorenz von Stein et la naissance de la science sociale en Allemagne), Wiesbaden, Deutscher Universitätsverlag, 1989.

Bodo Richter, « Lorenz von Stein über die deutsche Einheit und die internationalen Aspekte des Schleswig-Holstein-Problems (Lorenz von Stein sur l’unité allemande et les aspects internationaux du problème du Schleswig-Holstein) (1843-1890) », Zeitschrift der Gesellschaft für Schleswig-Holsteinische Geschichte, 95, 1970, p. 9-48.

Peter-Martin Roeder, Erziehung und Gesellschaft. Ein Beitrag zur Problemgeschichte unter besonderer Berücksichtigung des Werkes von Lorenz von Stein (Éducation et société. Contribution à l’histoire de la question, plus particulièrement à partir de l’œuvre de Lorenz von Stein), Weinheim-Berlin, Beltz, 1968.

Francesco de Sanctis, Crisi e scienza. Lorenz Stein, alle origini della scienza sociale (Crise et science. Lorenz Stein, à l’origine de la science sociale), Naples, E. Jovene, 1976.

Fritz Schalk, « Lorenz von Steins Theorie (La théorie de Lorenz von Stein) », dans Sein und Geschichtlichkeit. Karl-Heinz Volkmann-Schluck zum 60. Geburtstag (L’Être et historicité. Mélanges Karl-Heinz Volkmann-Schluck), Francfort-sur-le-Main, Klostermann, 1974, p. 213-220.

Pierangelo Schiera, « Zwischen Polizeiwissenschaft und Rechtsstaatlichkeit. Lorenz von Sein und der deutsche Konservatismus (Entre “science de la police” et État de droit. Lorenz von Stein et le conservatisme allemand) », dans Staat und Gesellschaft…, op. cit., 1978, p. 207-221.

Carlo Schmid, « Lorenz von Stein, 1815-1890 », dans Die großen Deutschen (Les Grands Hommes d’Allemagne). Deutsche Biographie, éd. Hermann Heimpel, Theodor Heuss et Benno Reifenberg, vol. V, Berlin, Propyläen, 1957 (réimpression : Francfort-sur-le-Main, Berlin, Vienne, Ullstein, 1983), p. 318-330 ; réimprimé d’abord dans son livre Tätiger Geist. Gestalten aus Geschichte und Politik (Esprit efficace. Personnalités de l’histoire et politique), Hanovre, J. H. W. Dietz, 1964, p. 71-92 ; puis sous le titre « Lorenz von Stein und seine Gesellschaftstheorie (Lorenz von Stein et sa théorie de la société) », dans son livre Europa und die Macht des Geistes (Europe et la force de l’esprit), Berne, Munich, Vienne, Scherz, 1973, p. 182-197.

Carl Schmitt, « Die Stellung Lorenz von Steins in der Geschichte des 19. Jahrhunderts (La place de Lorenz von Stein dans l’histoire du XIXe siècle) », Schmollers Jahrbuch für Gesetzgebung, Verwaltung und Volkswirtschaft im Deutschen Reiche, 64, 1940, p. 641-646 ; repris comme Postface à son édition de Lorenz Stein, Zur preußischen Verfassungsfrage [1852], Berlin, Wilhelm Keiper, 1941, p. 61-70.

Gustav Schmoller, « Lorenz Stein », Preußische Jahrbücher, 19, 1867, p. 245-270 ; repris dans son livre Zur Litteraturgeschichte der Staats-und Sozialwissenschaften (Histoire littéraire des sciences sociales et politiques), Leipzig, Duncker & Humblot, 1888, p. 114-146.

Roman Schnur (éd.), Staat und Gesellschaft…, op. cit., 1978.

Takayuki Shibata, « Lorenz von Steins Einflüsse auf Japan (Les formes d’influence de Lorenz von Stein sur le Japon) », dans le volume supplémentaire Vademecum…, op. cit., 1998, p. 157-174.

Heinz-Otto Sieburg, « Die Übertragung der Diskussion des Sozialismus von Frankreich auf Deutschland in der Gesellschaftslehre Lorenz von Steins (La discussion sur le socialisme transférée de la France à l’Allemagne, dans la doctrine sociale de Lorenz von Stein) », dans son livre Deutschland und Frankreich in der Geschichtsschreibung des 19. Jahrhunderts (L’Allemagne et la France dans l’historiographie du XIXe siècle) (1848-1871), Wiesbaden, Franz Steiner, 2 e éd. 1958, p. 166-175.

Joachim et Peter Singelmann, « Lorenz von Stein and the paradigmatic bifurcation of social theory in the nineteenth century (Lorenz von Stein et la bifurcation paradigmatique de la théorie sociale au XIXe siècle) », The British Journal of Sociology, 37.3, 1986, p. 431-452.

Martina Stiehl, « Legaler Despotismus », « Soziales Königtum » : Lorenz von Stein und der Physiokratismus (« Despotisme légal », « Monarchie sociale » : Lorenz von Stein et la physiocratie), thèse, université de Marburg, 1988.

Michael Stolleis, « Stein, Lorenz von (1815-1890) », dans Juristen. Ein biographisches Lexikon, éd. M. Stolleis, Munich, Beck, 1995, p. 586-587.

Heinz Taschke, Lorenz von Steins nachgelassene staatsrechtliche und rechtsphilosophische Vorlesungsmanuskripte (Manuscrits posthumes des Cours de Stein sur le droit politique et la philosophie du droit), Heidelberg, von Decker & Schenck, 1985.

Herbert Uhl, Lorenz von Stein und Karl Marx. Zur Grundlegung von Gesellschaftsanalyse und politischer Theorie (Lorenz von Stein et Karl Marx. Sur la fondation de l’analyse de la société et de la théorie politique), thèse, université de Tübingen, 1977.

Rudolf Vierhaus, « Ranke, Burckhardt, Tocqueville, Stein », dans son livre Ranke und die soziale Welt (Ranke et le monde social), Münster, Aschendorff, 1957, p. 215-228.

Paul Vogel, Hegels Gesellschaftsbegriff und seine geschichtliche Fortbildung durch Lorenz Stein, Marx, Engels und Lasalle, Berlin, Heise, 1925. Sur Stein, p. 123-207.

Norbert Waszek, « Lorenz von Stein », dans Pipers Handbuch der politischen Ideen, éd. Iring Fetscher et Herfried Münkler, tome 4, Munich et Zurich, Piper, 1986, p. 310-316, 321.

—, « Lorenz von Stein Revisited », Politische Vierteljahresschrift, 37, 1996, p. 378-384.

John Weiss, « Dialectical Idealism and the Work of Lorenz von Stein (Idéalisme dialectique dans l’œuvre de Lorenz von Stein) », The International Review of Social History, 8, 1963, p. 75-93.

Fritz Werner, « Lorenz von Stein als Politiker (Lorenz von Stein comme homme politique) », Verwaltungsarchiv, 47, 1942, p. 49-60 ; repris dans son livre Recht und Gericht in unserer Zeit (Droit et cour de justice en notre temps), Reden, Vorträge, Aufsätze 1948-1969, éd. Karl August Bettermann et Carl Hermann Ule, Cologne, Berlin, Bonn, Munich, Carl Heymann, 1971, p. 57-68.

Bernard Willms, « Lorenz von Steins politische Dialektik (La dialectique politique de Lorenz von Stein) », dans Staat und Gesellschaft…, op. cit., 1978, p. 97-123.

Reinhard Zöllner, « “Appreciating Critic”. Lorenz von Steins Japan-Korrespondenz. Auswahl und Kommentar (“Un critique qui apprécie”. La correspondance japonaise de Lorenz von Stein. Sélection de textes et commentaire) », Nachrichten der Gesellschaft für Natur-und Völkerkunde Ostasiens (NOAG), 147-148, 1990, p. 9-74.

—, « Lorenz von Stein und kokutai (Lorenz von Stein et kokutai) », Oriens extremus, 33, 1990, p. 65-76.

—, « Engrafted System. Mori Arinori’s Representation Proposals (Un système transplanté. Les projets de représentation de Mori Arinori) », Monumenta nipponica, 46, 1991, p. 293-327.

—, « Lorenz von Stein und Japan (Lorenz von Stein et le Japon) », dans Lorenz von Stein 1890-1990. Akademischer Festakt zum 100. Todestag, op. cit., 1992, p. 29-40.

—, « Ein Staat nimmt Gestalt an. Lorenz von Stein und Japan (Un État prend forme. Lorenz von Stein et le Japon) », dans Schleswig-Holstein. Geschichte und Kultur im Spiegel der Landesbibliothek, éd. Dieter Lohmeier, Heide, Boyens & Co., 1995, p. 124-125.

Autres ouvrages cités dans la présentation

Paul Bastid, Benjamin Constant et sa doctrine, 2 vol., Paris, A. Collin, 1966.

Albert Bleckmann, « L’État de droit dans la constitution de la République fédérale d’Allemagne », Pouvoirs. Revue française d’études constitutionnelles et politiques, 22, 1982, p. 5-28.

Bernard Bourgeois, « Hegel et les droits de l’homme », dans Philosophie et droits de l’homme, Paris, PUF, 1990, p. 73-97.

William Carr, Schleswig-Holstein 1815-48, Manchester University Press, 1963.

Jacques Chevallier, L’État de droit, 2 e éd., Paris, Montchrestien, 1994. Benjamin Constant, Œuvres, éd. Alfred Roulin, Paris, Gallimard (Pléiade), 1957.

Auguste Cornu, Karl Marx et Friedrich Engels. Leur vie et leur œuvre, tome II : Du libéralisme démocratique au communisme. La « Gazette rhénane ». Les « Annales franco-allemandes ». 1842-1844, Paris, PUF, 1958.

Jacques Droz, L’Europe centrale. Évolution historique de l’idée de « Mitteleuropa », Paris, Payot, 1960.

Olivier Duchatelle, « Carlo Schmid et l’État de droit social », Recherches germaniques, 29, 1999, p. 113-137.

Alfred Dufour, « Savigny et l’École du droit historique », dans son livre Droits de l’homme, droit naturel et histoire, Paris, PUF, 1991, p. 153-163.

L’État de droit dans la pensée allemande, éd. Olivier Jouanjan, Strasbourg, Presses universitaires, 2001.

Niels Nikolaus Falck, Handbuch des schleswig-holsteinischen Privatrechts (Manuel de droit privé du Schleswig-Holstein), 5 tomes en 6 vol., Altona, J. F. Hammerich, 1825-1848.

—, Juristische Enzyklopädie [1821] ; 5 e éd. Leipzig, Verlagsmagazin, 1851. Trad. fr. : Cours d’introduction générale à l’étude du droit ou Encyclopédie juridique, traduit et annoté par C. A. Pellat, Paris, G. Thorel, 1841.

Karl-Georg Faber, Die Rheinlande zwischen Restauration und Revolution (Les Pays rhénans entre la Restauration et la Révolution), Wiesbaden, Steiner, 1966.

Ernst Forsthoff, « Begriff und Wesen des sozialen Rechtsstaates (Concept et essence de l’État de droit social) », Veröffentlichungen der Vereinigung der Deutschen Staatsrechtslehrer (Publications de l’Association allemande des professeurs de droit public), 12, 1954, p. 8-36.

Michel Fromont, « République fédérale d’Allemagne. L’État de droit », Revue du droit public, 105, 1989, p. 1203-1226.

Edouard Gans, « Vorwort (Préface) », dans : G. W. F. Hegel, Grundlinien der Philosophie des Rechts (Principes de la philosophie du droit), 2e éd. Berlin, Duncker & Humblot, 1833, p. v-xvii.

Edouard Gans : Chroniques françaises. Un hégélien juif à Paris, 1825, 1830, 1835, trad. par Myriam Bienenstock, prés., notes et bibliographie par N. Waszek, Paris, Cerf, 1993.

Grundgesetz für die Bundesrepublik Deutschland (du 23 mai 1949), éd. Reinhold Mercker et Georg Diller, Stuttgart, Reclam, 1985.

Georg Wilhelm Friedrich Hegel, Grundlinien der Philosophie des Rechts (Principes de la philosophie du droit), Berlin, Nicolai, 1821 ; 2e éd. Berlin, Duncker & Humblot, 1833 ; éd. fr. : Principes de la philosophie du droit, a) par Robert Derathé et Jean-Paul Frick, Paris, Vrin, 1975 ; b) par Jean-François Kervégan, Paris, PUF, 1998 ; c) par Jean-Louis Vieillard-Baron, Paris, Flammarion, 1999.

—, Encyclopédie des sciences philosophiques, t. III : Philosophie de l’esprit, prés. et trad. par Bernard Bourgeois, Paris, Vrin, 1988.

Stephen Holmes, Benjamin Constant et la genèse du libéralisme moderne, Paris, PUF, 1994.

Emmanuel Kant, Opuscules sur l’histoire, trad. Stéphane Piobetta, éd. Philippe Raynaud, Paris, Garnier-Flammarion, 1990.

—, Métaphysique des mœurs [1796-1797], 1re partie : Doctrine du droit, trad. Alexis Philonenko, Paris, Vrin, 1986.

Kant : Philosophie de l’Histoire, Revue germanique internationale, 6, éd. N. Waszek, Paris, PUF, 1996.

Jean-François Kervégan, « Hegel et l’état de droit », Archives de philosophie, 50, 1987, p. 55-94.

Johann Friedrich Kierulff, Theorie des gemeinen Zivilrechts (Théorie du droit civil commun), Altona, J. F. Hammerich, 1839.

Wilhelm Klutentreter, Die Rheinische Zeitung von 1842⁄43 (La Gazette rhénane de 1842⁄43), Dortmund, Fr. W. Ruhfus, 1967.

Jacques Le Rider, La Mitteleuropa, Paris, PUF (Que sais-je ?), 1994.

Christian Friedrich Menger, Der Begriff des sozialen Rechtsstaats im Bonner Grundgesetz (Le Concept d’État de droit social dans le « Grundgesetz » de Bonn), Tübingen, Mohr, 1953.

Henry Michel, L’Idée de l’État, Paris, Hachette, 1896.

Robert von Mohl, Die Polizei-Wissenschaft nach den Grundsätzen des Rechtsstaats (La Science de la police, selon les principes de l’État de droit), 2 vol., Tübingen, H. Laupp, 1832-1833.

Heinz Mohnhaupt, « L’État de droit en Allemagne », Cahiers de philosophie politique et juridique, 24, 1993, p. 71-91.

Johann Wilhelm Petersen, Litteratur der Staatslehre (Littérature sur la doctrine de l’état), Strasbourg, sans indication d’éditeur, 1798.

Rainer Polley, « J. F. Kierulff », dans Biographisches Lexikon für Schleswig-Holstein (Dictionnaire biographique de Schleswig-Holstein), vol. 7, 1985, p. 110-112.

Louis Reybaud, Études sur les réformateurs contemporains ou socialistes modernes, Saint-Simon, Charles Fourier, Robert Owen, Paris, Guillaumin, 1840.

Werner Schmidt, Hegel und die Idee der Volksordnung (Hegel et l’idée de l’ordre populaire), Leipzig, Meiner, 1944.

Michael Stolleis, « Rechtsstaat (État de droit) », dans Handwörterbuch zur Deutschen Rechtsgeschichte (Manuel de l’histoire du droit allemand), vol. IV, Berlin, Erich Schmidt, 1990, p. 367-375.

Norbert Waszek, « Zwischen Vertrag und Leidenschaft. Hegels Lehre von der Ehe und die Gegenspieler : Kant und die Frühromantiker (Schlegel, Schleiermacher) (Entre contrat et passion. La théorie hégélienne du mariage et ses adversaires : Kant et les premiers romantiques) », dans Liberté sociale et lien contractuel dans l’histoire du droit et la philosophie, éd. Jean-François Kervégan et Heinz Mohnhaupt. Francfort-sur-le-Main, Klostermann, 1999, p. 271-299.

Carl Theodor Welcker, Die letzten Gründe von Recht, Staat und Strafe, philosophisch und nach den Gesetzen der merkwürdigsten Völker rechtshistorisch entwickelt (Les Fondements derniers du droit, de l’État et de la pénalité, présentés philosophiquement et par l’histoire du droit, selon les lois des peuples les plus remarquables), Giessen, Heyer, 1813.

Hans F. Zacher, « Das soziale Staatsziel (Le but social de l’État) », dans Handbuch des Staatsrechts der Bundesrepublik Deutschland (Manuel du droit public de la République fédérale d’Allemagne), 7 vol., éd. Josef Isensee et Paul Kirchhof, Heidelberg, C. F. Müller, 1987-1992, vol. I, p. 1045-1111.

© UGA Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search