Version classiqueVersion mobile

Le concept de société

 | 
Lorenz von Stein

Le concept de société et les lois de son mouvement

Préface

Texte intégral

  • 1 Der Socialismus und Communismus des heutigen Frankreichs. Ein Beitrag zur Zeitgeschichte (Le Socia (...)

1Je livre ici au public un ouvrage qui ne peut être qualifié de réédition de mon écrit précédent sur le socialisme et le communisme.1

2On peut isoler le socialisme et le communisme de leur connexion intime avec le cours des éléments suprêmes de l’histoire. On obtient par là une série d’images belles, fortes, convaincantes et, pour certaines, grandioses, même si nombre d’aspects en elles sont passablement obscurs. L’intérêt de cette démarche donne à l’exposé forme et couleur, et dans les milieux cultivés, c’est toujours avec une attention soutenue que l’on verra défiler ces idées et ces aspirations, qui malgré leur confusion se rattachent aux idéaux les plus nobles du cœur humain, à ses intuitions et ses espoirs les plus secrets. La présentation séparée du socialisme et du communisme est une tâche féconde et qui vaut la peine, à notre époque plus que jamais.

3Dans mon écrit précédent, je me suis situé moi aussi à ce niveau. Si gratifiant qu’ait été l’ouvrage, je l’ai pratiquement mis en pièces, pour en faire un nouveau ; le lecteur s’apercevra que peu de chose a survécu à cette refonte.

4Ce qu’on prédisait il y a des années est aujourd’hui réalité ; la révolution qui se profilait à l’horizon a éclaté, et personne n’oserait mettre en doute qu’il ne se soit agi d’une révolution sociale. L’événement le plus considérable de notre siècle a confirmé la justesse de la prédiction.

5Mais pour quiconque observait les mouvements de la communauté humaine, il fallait que cette confirmation même fût plus qu’un simple fait. La supposer nécessaire conduisait à y voir la conséquence d’une loi bien précise. Mais s’il y avait une loi, il fallait que cette loi fût plus importante que ce qui l’illustrait, que la loi du mouvement social fût plus importante que les réalités du socialisme et même celles de la révolution sociale. Car, loin qu’elle ait commencé d’exister dans les années 1848-1849, cette loi est éternelle ; elle est impliquée par la société humaine et, de même qu’elle a régi les événements depuis des siècles, de même régirat-elle nécessairement les événements dans les siècles à venir. L’existence d’une telle loi est la conviction que l’époque contemporaine a ancrée dans l’esprit de toute personne raisonnable.

6Je ne suis pas de ceux qui, ayant réussi par leur pensée à s’orienter dans le labyrinthe des choses, s’imaginent du même coup tenir dans leurs mains la clé de la grande énigme. Je sais que des siècles ont travaillé à la découverte des vérités les plus simples, et qu’un jour un homme viendra qui ramènera la vie humaine à son principe de vie élémentaire. Mais je sais aussi que ce but ne pourra être atteint sans l’apport préalable de maints travaux sérieux, quand bien même l’avenir dût les rendre superflus. C’est dans cet esprit que j’ai tenté de trouver la loi en question, et de lui donner son nom et son contenu.

7Je crois que le temps des théorèmes sociaux est passé ; je le crois parce que c’est conforme à la marche de l’évolution que j’ai entrepris d’expliquer. Il est possible et vraisemblable que toutes sortes de systèmes continueront à voir le jour ; mais ils ne présenteront ni beaucoup d’originalité intérieure, ni une importance historique comparable, si peu que ce soit, à celle qu’ont eue les systèmes développés jusqu’ici. Cette époque est révolue. La question s’est déplacée sur un autre terrain, qu’on peut désigner facilement et brièvement.

8Pour ce faire, je dois expliquer ici un mot qui, comme beaucoup d’autres, est abondamment utilisé et peu compris. Que veut-on dire lorsqu’on affirme que nous vivons une révolution sociale ?

9L’introduction du présent écrit, la doctrine de la société, montrera que les constitutions comme les administrations des États sont soumises aux éléments et aux mouvements de l’ordre social. Si cela est quelque chose de nécessaire en soi, alors c’est quelque chose qui est toujours valable. Or, les lois universelles peuvent gouverner les choses sans être pour autant connues ou comprises. Le vrai progrès de la connaissance humaine ne procède jamais de connaissances particulières ; il se produit toujours par la découverte des grandes lois universelles, et par la conscience de peuples entiers qui les intériorise. Le véritable caractère, le niveau de développement spirituel de notre temps est tel qu’il a pris conscience de l’existence d’un ordre social et qu’il commence à concevoir la domination de cet ordre sur l’État et le droit. Cette conscience commence à imprégner les mouvements des peuples, et de ce fait, ces mouvements en viennent à considérer le pouvoir d’État comme moyen de la promotion sociale, comme arme dans les luttes sociales, comme condition de la liberté sociale. C’est pourquoi la lutte d’une classe contre l’autre vise à conquérir pour soi le pouvoir d’État légal (verfassungsmäßige Staatsgewalt) et à en exclure l’autre. L’arrièrepensée qui oriente cette lutte est d’utiliser le pouvoir ainsi conquis de telle sorte qu’il serve les visées sociales de la classe sociale qui le détient, en organisant et en dirigeant l’administration de l’État en conséquence. Nul mouvement politique ne peut se soustraire à cette loi.

10On ne peut plus nier aujourd’hui que dans toute constitution il ne soit reconnu une place importante à la classe laborieuse de la société, dépourvue de capital et dépendante de la classe détentrice de capital. Cette place, cette part faite à la classe jusqu’ici dépendante sera inévitablement utilisée par elle dans ce but unique : faire de sa position sociale, en vertu du pouvoir d’État, une position qui ne soit plus dépendante, c’est-à-dire faire de ses membres des participants au capital de la nation. Les choses sont ainsi et pas autrement, et c’est le cours qu’elles prendront. Tant qu’il y aura un ordre social, toute mention de la classe non-possédante dans la constitution d’État, qu’elle se fasse au nom de la liberté et de l’égalité, de la violence, de l’humanité, de l’amour, de la fraternité, de l’Église ou de la divinité, aura toujours pour conséquence cette application-là du pouvoir d’État, et pas une autre. C’est ici que se joue la compréhension de notre époque ; c’est ici, et nulle part ailleurs, qu’est l’avenir de l’Europe ! Puissions-nous garder ouverts nos yeux et nos oreilles, pour ne pas perdre de vue, à force de penser à nous, à notre peur, à notre espérance et à notre intérêt, la nécessité éternelle et immuable des choses !

11Si donc on ne peut contester ni empêcher que cette classe dépourvue de capital obtienne sa place dans le pouvoir d’État, alors elle soumettra inévitablement et inlassablement à ce pouvoir, par tous les moyens, la question de savoir si et de quelle manière il est possible de transformer par le pouvoir d’État, et en particulier par l’administration de l’État, la situation de cette classe nécessairement dépendante de par la nature du travail brut, en une situation indépendante, matériellement libre. Elle fera de la solution de cette question la tâche de la vie de l’État dans son entier, elle considérera comme son ennemi et poursuivra quiconque empêcherait le travail nécessaire à cette solution ; elle soumettra de plus en plus à cette tâche le pouvoir d’État et la placera au centre de toutes les forces, de tous les moyens, de tous les mouvements de l’État ; car elle sait qu’elle ne peut se venir en aide toute seule, et que son but ne peut donc être atteint par elle, mais seulement par le concours du pouvoir d’État.

12Cette question, le rôle et la puissance de l’État face à la dépendance de la classe dépourvue de capital, non-possédante, est la question proprement sociale de notre temps. Elle est le domaine sur lequel s’est déplacé le mouvement le plus récent ; c’est dans cette conversion à la réalité effective de la constitution et de l’administration de l’État que réside l’énorme progrès de notre mouvement social par rapport aux systèmes proprement socialiste et communiste de la décennie écoulée ; ceux-ci n’ont pas de signification pour l’État réel, et c’est la raison pour laquelle ils ont fait leur temps. Si la question sociale est si essentiellement différente de la question socialiste, c’est parce qu’elle ne s’intéresse plus, contrairement à cette dernière, à l’idée abstraite, mais à la réalité ; et une fois placée sur ce terrain, où elle puisera sans cesse de nouvelles forces, elle ne le quittera plus jamais.

13Et c’est précisément dans la mesure où les mouvements les plus récents, par le biais des modifications constitutionnelles qui les ont suivis, ont pour la première fois fait délibérément de cette question la tâche de l’État que la dernière révolution a été une révolution sociale. Elle n’a rien changé dans la société ; elle n’en a pas renversé les classes ; elle n’a pas créé de l’indépendance sociale ; elle n’a enrichi personne, et a appauvri des milliers de gens ; mais elle a précipité l’État dans la lutte entre les deux pôles de la société, et c’est là qu’est sa signification sociale propre.

14C’est pourquoi cette question est de la plus haute importance ; elle a cessé d’être théorique pour devenir pratique. Et l’on comprend seulement maintenant ce que signifiait véritablement le fait que, sans s’en rendre compte, on ait accordé aux idées à l’évidence purement abstraites, impraticables, des socialistes et des communistes un poids que l’on reconnaît rarement aux vérités les plus grandes, aux inventions les plus décisives. Il est remarquable que personne ne se soit étonné que l’on ait considéré pendant des années le socialisme et le communisme comme des faits extrêmement importants, tout en se moquant du premier et en méprisant le second. Et pourtant, les peuples avaient la juste intuition qu’ils contenaient tous deux quelque chose qui les dépassait de très loin. Sans percevoir la cohérence du mouvement, on pressentait qu’ils n’étaient que les signes avant-coureurs et les préparatifs des développements de plus grande ampleur. C’est ce qui a rendu naguère ces théories si importantes pour l’avenir, devenu notre présent ; c’est aujourd’hui encore ce qui leur confère le statut des faits historiques les plus importants de notre passé le plus récent. Et pour cette seule raison, nous pouvons, en nous appuyant sur la dynamique historique, définir notre nouvelle conception en partant de ces théories, en les y intégrant comme des points de vue dépassés, car elles appartiennent au domaine de l’histoire et de la solution de la question sociale ; et cette question est destinée à être le contenu de notre présent comme de notre avenir. Aussi cet écrit n’est-il pas à proprement parler une suite à l’exposé sur le socialisme et le communisme ; il se veut bien plutôt une tentative d’élever l’intuition encore confuse d’où procéda l’esprit de cet exposé, tout comme l’attention qu’on voulut bien lui porter, au niveau d’une connaissance consciente d’être scientifique et, au moins, en soi cohérente.

15Tel est donc l’objectif assigné au présent travail. La question sociale contient elle-même, à son tour, trois grandes questions. La première est celle de l’essence de la société, de son antagonisme et de son mouvement, autrement dit, de la loi de sa vie ; la seconde est celle de la forme et du progrès de la société réelle, ou encore de son histoire ; la troisième est celle du but ultime de son développement, ou encore de la solution de la question sociale. J’ai essayé de fournir dans la suite les linéaments d’une réponse à la première question ; c’est à ce jour la première tentative de définir le concept de société comme un concept à part entière et de développer son contenu. Je dois entretenir en moi la conviction de la décisive vérité de mes idées directrices ; je dois croire que j’ai raison. Mais la vraie valeur du présent travail se mesurera à l’impulsion qu’il donnera ; cela puisse-t-il réussir ! – J’ai essayé en outre de présenter l’histoire de la société française à partir du principe exposé ci-dessus.

16L’introduction fera comprendre pourquoi j’ai dû diviser cette partie principale en trois sections. Enfin, je n’ai pas abordé la troisième question ; mon propos était de tracer la voie qui pourra conduire à une appréciation juste ; mon travail ne va pas au-delà. Je suis intimement convaincu que la solution de la question sociale proposée ici, ne sera jamais apportée par un seul homme, et beaucoup moins encore par un seul livre. Je ne saurais tenir pour sages ceux qui croient cela possible. Il n’y a rien dans la nature infinie qui ne naisse lentement, en croissant de façon organique, branche après branche, feuille après feuille ; comment imaginer, dès lors, que la plus grande tâche de l’histoire puisse trouver soudainement sa solution ? Nous qui travaillons et vivons aujourd’hui, avons seulement à préparer le terrain sur lequel une époque future, d’une main heureuse, répandra la semence. Quand et comment ce temps viendra, avec sa belle harmonie de toutes les forces humaines les plus nobles –, qui oserait le prédire ? Mais si la vérité est une force, et si la vigueur, la foi et la confiance qui animent la croyance du cœur humain en l’harmonie de la nature et de la destination humaine, en un amour éternel de la divinité bienveillante, si ce sentiment est une vérité, alors ce temps viendra !

17À nous, il revient de travailler. L’aurore de l’histoire universelle, par l’action vivifiante des premiers rayons du soleil levant, a tiré notre temps du sommeil, lui a donné la force, l’entrain, la confiance de la jeunesse. Nous entendons ne pas laisser passer cette heure.

18Kiel, mi-octobre 1849

Notes

1 Der Socialismus und Communismus des heutigen Frankreichs. Ein Beitrag zur Zeitgeschichte (Le Socialisme et le communisme dans la France d’aujourd’hui. Contribution à l’histoire contemporaine), Leipzig, Otto Wigand, 1842-1848. Le texte qu’on va lire constitue l’introduction à l’ouvrage de 1850 : Geschichte der sozialen Bewegung in Frankreich, von 1789 bis auf unsere Tage (Histoire du mouvement social en France de 1789 à nos jours). Nous traduisons sur l’édition Salomon, 3 vol. ; reprint Hildesheim, Olms, 1959. (NdT)

© UGA Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search