Desktop versionMobile version

Le concept de société

 | 
Lorenz von Stein

Avant-Propos du traducteur

Marc Béghin

Full text

1L’idée de traduire Lorenz von Stein est le fruit d’une longue réflexion. Les conditions à réunir en vue de la parution dans la présente collection d’un écrit philosophique issu du domaine allemand limitaient l’éventail des possibilités : il fallait trouver un texte qui fût tombé dans le domaine public, inédit en français, d’accessibilité raisonnable et présentant un réel intérêt. Cela nous a amené à écarter des auteurs injustement méconnus, mais dont l’excessive difficulté eût possiblement rebuté le non-spécialiste auquel, par hypothèse, s’adresse « Paroles d’ailleurs ». C’est en conversant avec un ami hégélianiste, Stefan Krauss, que nous fut inspiré le projet de traduire Stein, qui est lui-même, comme on verra plus loin, un disciple de Hegel en même temps qu’un penseur original, puisque l’un des pères fondateurs de la sociologie allemande, ayant poussé très avant la théorisation de la distinction État-société. Nous adressons donc nos remerciements chaleureux à Stefan Krauss pour avoir impulsé la traduction qu’on va lire, éclairé le traducteur de ses remarques sur la dette de Stein envers Hegel, suivi de manière désintéressée la genèse du présent volume et, enfin, pour nous avoir mis en relation avec le préfacier, Norbert Waszek, professeur de civilisation allemande et d’histoire des idées à l’université de Rouen. Il était en effet dans la logique des choses que ce dernier, plus anciennement familier de Stein que nous ne le sommes nous-même, se chargeât d’introduire à sa lecture. Il a volontiers accepté de le faire. Qu’il nous permette de l’en remercier ici.

2Le parti de méthode que nous avons adopté en tant que traducteur n’appelle pas de remarques particulières. Il s’est agi pour nous, très classiquement, d’être fidèle à l’original sans faire violence à notre propre sentiment linguistique. Cette dernière exigence devait néanmoins céder le pas devant l’impératif de précision propre à la discipline éminemment technique qu’est la philosophie. Cela explique et justifie les nombreuses répétitions des mots-clés, souvent à l’intérieur d’une même phrase. À ces contraintes sémantiques s’ajoute la monotonie d’un style qui ne brille pas, force nous est de l’admettre, par la variété de ses constructions ni la diversité des charnières du discours. Nous n’avons point cherché à la corriger, si ce n’est en rompant à divers endroits l’imbrication de l’hypotaxe au profit d’une parataxe plus indulgente au lecteur. Pour le reste, il convient de souligner que le lexique général de Stein est assez terne. De toute évidence, l’auteur ne fait pas œuvre de styliste. Le lexique spécifique mis en œuvre dans l’ouvrage n’en requiert que plus d’attention. Nous mentionnons entre parenthèses le terme allemand quand cela semble utile (notamment à l’intention des germanistes qui voudraient lire Stein en français) et ne recourons aux notes de bas de page que dans le cas d’une difficulté non soluble à l’intérieur même du texte. Nous avons été frappé de l’abondance des réminiscences de la Philosophie du droit de Hegel, voire de citations de ce texte non signalées comme telles. Il n’eût cependant pas été conforme à l’esprit de la collection, croyons-nous, de verser dans la cuistrerie en prétendant les recenser toutes. Aussi nous contenterons-nous de renvoyer globalement à la Philosophie du droit, traduite par Jean-François Kervégan, aux Presses universitaires de France en 1998, et Jean-Louis Vieillard-Baron, chez Flammarion en 1999, quiconque voudrait approfondir l’étude de Stein.

© UGA Éditions, 2002

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search