Version classiqueVersion mobile

De l’émerveillement dans les littératures poétiques et narratives des xixe et xxe siècles

 | 
Julie Anselmini
, 
Marie-Hélène Boblet

Paroles d'écrivains

Le Temps – pour l’éveiller1

Pierre Voélin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ainsi la poésie divague, gesticule, bredouille, titube, ivre, béate, hébétée, folle et pourtant elle seule demeure sobre, et de tout ce qui est au monde elle seule reste éveillée2.
Ossip Mandelstam

Je voudrais commencer par dire en peu de mots de quelle façon cette expérience, la plus simple : s’émerveiller, une expérience très finement partagée par beaucoup d’entre nous, sinon par tous, hier comme aujourd’hui, concerne, jusqu’en son cœur, l’acte de la création poétique. Pas de point de vue privilégié cependant, je me presse de le dire, l’artiste se trompe plus souvent qu’à son tour sur sa propre activité, voire sur les forces qu’il pourrait croire siennes quand il voudrait éclairer les autres humains sur son travail. Son art lui-même étant né d’une subjectivité radicale, à savoir la manière avec laquelle il se laisse auto-affecter par la vie, sa vie réelle, sa vie vécue, suivant les courbes que celle-ci déploie sous le ciel capricieux de chaque jour.

Cette subjectivité n’a rien d’une ...

Auteur

Poète originaire de La Franche-Comté, mais résolument européen, il fut longtemps professeur de lettres à Fribourg. Il a publié, outre deux recueils de brefs essais, plusieurs livres de poésie sous la forme de « suites poétiques » qui sont des tentatives pour habiter le présent d’une mémoire à la fois intime et collective : Lierres, Fribourg, Le feu de nuict, 1984 ; Sur la mort brève, suivi de La Nuit osseuse, Albeuve, Castella, 1984 ; Lents Passages de l’ombre, Albeuve, Castella, 1986 ; Les Bois calmés, Genève, La Dogana, 1989 ; Parole et famine, Lausanne, Empreintes, 1995 ; D’un nœud d’abeilles, Losne, Th. Bouchard, 1995 (tirage limité) ; La Lumière et d’autres pas, Genève, La Dogana, 1997 ; Dans l’œil millénaire, Le Chambon-sur-Lignon, Cheyne, 2005 ; L’Été sans visage, Lausanne, Empreintes, 2010.

© UGA Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search