Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’émerveillement dans les littératures poétiques et narratives des xixe et xxe siècles

 | 
Julie Anselmini
, 
Marie-Hélène Boblet

Paroles d'écrivains

Un automne émerveillant1

Belinda Cannone

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je vous remercie de m’avoir donné l’occasion de parler de l’émerveillement, et de vous en parler en écrivain et non pas en chercheur (encore que les deux postures ne m’ont jamais paru tout à fait distinctes), parce qu’il me semble que l’émerveillement a toujours été une composante de mon existence. J’ai raconté, dans Le Don du passeur, comment mon père m’y avait en quelque sorte formée. Dans l’enfance, il n’a jamais cessé d’attirer mon attention sur la beauté du monde. « Regarde, regarde ! », cette invitation qui monte aux lèvres devant le spectacle merveilleux, il me semble qu’elle était constamment sienne – au cœur de ce qu’il considérait être son devoir de pédagogue. Il m’a donc appris la vigilance, que je conçois comme la définition même de l’attitude poétique : une attention aiguë au réel.

Si je commence par l’enfance, c’est que je tiens le regard d’enfance pour le modèle de l’émerveillement. Dans Le Peintre de la vie moderne, Baudelaire note – et la déclaration, pour être bien ...

Auteur

Maître de conférences en littératures comparées à l’université Caen Normandie et membre du LASLAR (EA 4256), elle est l’auteur de Philosophies de la musique, 1752-1789 (Klincksieck, 1990), de La Réception des opéras de Mozart, 1793-1829 (Klincksieck, 1991) et de Narrations de la vie intérieure (Presses universitaires de France, 2001). Par ailleurs romancière et essayiste, elle a écrit six romans depuis 1990, de Dernières promenades à Petrópolis (Seuil) à Nu intérieur (L’Olivier, 2015) et maints essais sur le désir dont L’Écriture du désir (Calmann-Lévy, 2000 ; Prix de l’essai de l’Académie française 2001) et Le Baiser peut-être (Alma, 2011).

© UGA Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540