Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’émerveillement dans les littératures poétiques et narratives des xixe et xxe siècles

 | 
Julie Anselmini
, 
Marie-Hélène Boblet

Quatrième partie. Émerveillement et poétiques narratives

Seignolle. Démons et merveilles. La mémoire est dans la tombe1

Charles Grivel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Argument

Partons peut-être de l’idée que le « merveilleux » représente une étape sur la trajectoire fictionnelle, dont un autre moment peut s’appeler « fantastique », le temps premier d’une action, avec l’apparition inattendue d’un objet craint, mais surtout désiré (le prince crapaud, le carosse en citrouille, l’élixir invisibilisateur, les bottes de sept lieues, etc.). Au « fantastique » d’exposer les conséquences systématiquement fâcheuses de l’impossible conjonction d’une demande exorbitante et d’un souhait que rien n’autorise. Au surgissement radieux de l’objet du désir fait suite la mise en scène des dommages impressionnants qu’il entraîne – comme s’il s’agissait de payer pour une appropriation qui pourtant n’a pas eu lieu.

C’est pour cette raison que j’ai été amené à dire, il y a des lustres, que « le merveilleux est le pire2 » – sous sa forme anodine, bien sûr – puisqu’il conduit nécessairement à son contraire et puisqu’on ne subodore pas – pas encore ! – en lui l’irruption irr...

Auteur

Décédé le 14 mai 2015, Charles Grivel était professeur émérite à l’université de Mannheim. Il s’intéressait particulièrement à la littérature excentrique et populaire du xixe siècle (il a été l’un des pionniers des recherches sur la littérature dite populaire), au naturalisme et à la fin de siècle, ainsi qu’à la photographie dans ses rapports à la littérature et au livre (roman-photo, roman-cinéma, livre à images, illustration, etc.). Parmi ses très nombreuses publications, citons Alexandre Dumas, l’homme 100 têtes (Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2008), « Les vies parallèles d’Alexandre Dumas » (Revue des sciences humaines, n ° 290, août 2008, Charles Grivel [dir.]), Fantastique-Fiction (Presses universitaires de France, 1992), « Baudelaire, Phénakistiscopie. La peinture et le mot », dans Jean-Pierre Guillerm (dir.), Des mots et des couleurs, t. II (Presses universitaires de Lille, 1986, p. 167-195), Écriture de la religion, écriture du roman (Presses universitaires de Lille, 1979), ainsi que l’ouvrage fondateur Production de l’intérêt romanesque (La Haye-Paris, Mouton, 1973).

© UGA Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540