Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’émerveillement dans les littératures poétiques et narratives des xixe et xxe siècles

 | 
Julie Anselmini
, 
Marie-Hélène Boblet

Troisième partie. Émerveillement et poésie

Jaccottet, l’émerveillement murmuré

Anne Gourio

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le second xxe siècle peut-il offrir une issue à la nuit ? Tandis que Pasolini, en 1975, annonçait la disparition des lucioles et déplorait à travers elle que s’éteignent les lueurs des contre-pouvoirs, Georges Didi-Huberman lui répondait récemment, dans Survivance des lucioles1, qu’une résistance pouvait encore se maintenir à travers de nouvelles formes esthétiques éclairant les ténèbres, comme autant de signaux proches, erratiques et intermittents. Entre la luciole et la nuit pourraient bien se jouer non seulement la possibilité d’une expression esthétique aujourd’hui, mais celle d’une disposition affective du sujet à l’émerveillement. L’œuvre discrète de Philippe Jaccottet propose précisément, dès 1960, une brève notation sur les papillons, qui concentre dans l’ambiguïté de ses valeurs les conditions de possibilité problématiques d’un émerveillement du sujet dans le contexte sombre du second xxe siècle : « Dans la nuit, papillons vêtus de poussière, de cendre, cachant leur or sous...

Auteur

Maître de conférences en littérature à l’université Caen Normandie et membre du LASLAR (EA 4256), elle est spécialiste de poésie moderne ; elle travaille en particulier sur l’élémentaire dans la poésie de la seconde moitié du siècle. Elle a consacré sa thèse à l’imaginaire de la pierre dans la poésie du xxe siècle (Chants de pierres, ELLUG, 2005), a dirigé un ouvrage sur le cratylisme dans la poésie de Mallarmé à nos jours (La Poésie, au défaut des langues, Presses universitaires de Caen, 2013), et organisé en 2015, en collaboration avec Paris 3 et l’IMEC, le premier colloque consacré aux archives de Lorand Gaspar (« J’ai rêvé d’une genèse ». Lorand Gaspar, le poème et l’archive).

© UGA Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540