Version classiqueVersion mobile

De l’émerveillement dans les littératures poétiques et narratives des xixe et xxe siècles

 | 
Julie Anselmini
, 
Marie-Hélène Boblet

Deuxième partie. Expériences merveilleuses, spectacles de la merveille

Henri Thomas et l’épiphanie du visible (De la traduction de Stifter à la description d’une Corse sublime)

Patrice Bougon

À Éric Anne et Odile Wakow

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Notre titre – « Henri Thomas et l’épiphanie du visible » – ne comporte pas le terme « émerveillement » qui donne son intitulé à l’ouvrage. Cependant l’épiphanie, dans l’acception que nous allons dire, permet de penser cette notion au regard de l’œuvre de Thomas1, ponctuée par une étrangeté discontinue. L’épiphanie y est à comprendre non pas en son sens religieux (bien que saint Thomas pourrait nous y inviter, tant la question du visible est essentielle chez cet écrivain), mais dans une acception proche de celle de Joyce2. Notre lecture de quelques textes d’Henri Thomas vise à montrer que l’« épiphanie du visible » désigne quelque chose qui fait événement, sans qu’on sache, sur le moment, pourquoi. L’auteur, non plus que le lecteur, ne pouvant maîtriser totalement la signification de ce qui frappe le regard. L’origine de ce qui fait événement demeure, en partie, hors de portée de la raison. L’écrivain, médusé par le visible, tente, après coup, de déployer par les détours de l’écritur...

Auteur

Après sa thèse Politique, vision, rhétorique chez Genet, il a enseigné de 1997 à 2008 comme maître de conférences de langue, littérature et cinéma au Japon. Il est aujourd’hui chargé de cours en classes préparatoires au lycée Sainte-Geneviève à Versailles. Auteur d’une quarantaine d’articles sur Genet, Michel Deguy, Derrida, le cinéma, il a co-édité, avec Marc Dambre, Henri Thomas. L’écriture du secret (Champ Vallon, 2007). Il a aussi dirigé le dossier Henri Thomas dans Europe (nov.-déc. 2013). Il travaille en outre sur le cinéma japonais ainsi que sur la réflexivité et l’écriture dans les films de Truffaut : voir « Les lettres de crédit dans Histoire d’Adèle H (1975) de Truffaut », dans La lettre au cinéma (Artois Presses Université, 2014).

© UGA Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search