Version classiqueVersion mobile

De l’émerveillement dans les littératures poétiques et narratives des xixe et xxe siècles

 | 
Julie Anselmini
, 
Marie-Hélène Boblet

Première partie. Pour une physiologie de l'émerveillement

Henri Michaux : « témoin émerveillé… enfin sur la route miraculeuse1 »

Jérôme Laurent

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’émerveillement, plus que l’admiration ou l’étonnement2, est au cœur du rapport de Michaux au monde tel qu’on le comprend en lisant ses textes souvent énigmatiques.

Étroitesse n’est plus3

La première figure de cet émerveillement que l’on peut évoquer est l’expérience mescalinienne des années 50-60 et les textes qui lui sont associés. Parlant plus tard de cette période de sa vie Michaux écrit dans Poteaux d’angle : « Contemplation. Tu en connais déjà quelque chose peut-être. Une certaine substance t’y aidait. C’était facile alors, tu étais projeté dedans, il n’y avait plus qu’à y rester grâce à la merveilleuse sustentation vibratoire, facilitant tout4 ».

Et le poète aime à rappeler le nom vulgaire de l’Echinocactus williamsii, plante dont la mescaline est extraite en passant par le Peyotl, « la plante qui fait les yeux émerveillés5 ». L’un des récits de Connaissances par les gouffres nous fait comprendre ceci : « Soudain, ou au moins très vite (il ne sait plus comment c’est venu), lumi...

Auteur

Professeur de philosophie à l’UCBN (EA 2129, « Identité et subjectivité »), il a récemment publié L’Éclair dans la nuit. Plotin et la puissance du Beau (Chatou, La Transparence, 2011), et Leçons sur l’Éthique à Nicomaque (Ellipses, 2013). Ses études portent aussi sur la littérature des xixe et xxe siècles, notamment sur Michaux (« Un pâle semblant de corps fragile » dans Passages et langages de Henri Michaux, textes réunis par Jean-Claude Mathieu et Michel Collot, José Corti, 1987), Bernanos (« S’ouvrir à Dieu. Les personnages de Bernanos et leur rapport à Dieu », Communio, 1991), Claudel (« Claudel et la tentation dionysiaque », Communio, 1992) et Jean-Louis Chrétien (« “Lentes leçons de nudité”, pour introduire à la poésie de Jean-Louis Chrétien », Nunc, no 8, 2005).

© UGA Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search