Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’émerveillement dans les littératures poétiques et narratives des xixe et xxe siècles

 | 
Julie Anselmini
, 
Marie-Hélène Boblet

Première partie. Pour une physiologie de l'émerveillement

De la « merveille » médiévale : les promesses d’un réel élargi

Myriam White-Le Goff

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Mais l’unicorne est-il un mensonge ? C’est un animal d’une grande douceur et hautement symbolique. Figure de Christ et de la chasteté, il ne peut être capturé qu’en plaçant une vierge dans une forêt, de façon que l’animal, attiré par son odeur très chaste, aille poser sa tête dans son giron, s’offrant comme proie aux lacs des chasseurs. C’est ce qu’on dit, Adso. Mais beaucoup sont enclins à penser qu’il s’agit là d’une fable inventée par les païens. Quelle déception, dis-je. J’aurais eu plaisir à en rencontrer un au détour d’un chemin forestier. Autrement, quel plaisir peut-on prendre à traverser une forêt ?
Umberto Eco1

La « merveille » médiévale, qu’elle soit licorne2 ou dragon, fée ou enchanteur, apparaît avant tout, dans ce passage du roman d’Umberto Eco, comme source de plaisir. Mais elle est aussi présentée comme mensonge ou comme fable inventée. Ce dernier point ne paraît pas faire l’unanimité puisque la merveille apparaît tantôt comme objet de croyance, tantôt comme production...

Auteur

Maître de conférences HDR en langue et littérature médiévales à l’université d’Artois (« Textes et Cultures », EA 4028), sa thèse portait sur la légende du Purgatoire de saint Patrick (Changer le monde, réécritures d’une légende, le Purgatoire de saint Patrick, Honoré Champion, 2006), soit sur une matière à la frontière entre littérature et religion. Depuis, elle poursuit dans cette voie, mais élargit ses recherches au merveilleux médiéval, notamment à sa part féerique (Envoûtante Mélusine, Klincksieck, 2008). Elle a organisé plusieurs colloques sur différents aspects du merveilleux dont le dernier portait sur l’articulation entre merveilleux et spiritualité (Merveilleux et Spiritualité, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2014). Elle travaille également sur la réception du Moyen Âge (notamment au sein de l’association Modernités médiévales).

© UGA Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540