Version classiqueVersion mobile

Babel : ordre ou chaos ?

 | 
Sylvie Parizet

Introduction

Texte intégral

  • 1 Gn., XI, 1. Il s’agit de la Traduction œcuménique de la Bible, Le Cerf, 1975 (désormais abrégé en (...)

1Peu de sujets réservent autant de surprises que l’étude du mythe de Babel au xxe siècle. En guise d’introduction, un simple exemple sera plus éloquent qu’un long discours. L’une des traductions françaises les plus courantes du premier verset de l’épisode biblique (« La terre entière se servait de la même langue et des mêmes mots1 ») évoque un âge d’or où tous les hommes pouvaient se comprendre, et semble renvoyer à un éden linguistique qui aurait pour noms : langue unique, langue-mère, langue des origines, langue du sanctuaire, etc. Qui n’a secrètement rêvé à cette époque bénie de l’« avant-Babel », harmonieux reflet d’un ordre du monde ?

  • 2 Gn., XI, 1. Cette traduction est de D. Banon, dans « Babel ou l’idolâtrie embusquée », Bulletin du (...)
  • 3 Gn., XI, 1. La traduction est, cette fois, d’A. Neher, L’Exil de la parole. Du silence biblique au (...)

2Mais si on examine certaines traductions récentes de ce même verset (« Hélas toute la terre parlait un même langage et avait une même idéologie2 » ; « Le malheur, c’est que l’humanité, dans sa totalité, était d’un seul bord et vivait une seule histoire3 »), on est fondé à se demander s’il s’agit toujours du mythe de Babel, et si ces exégètes traduisent bien le même texte hébreu. L’exemple est d’autant plus éloquent qu’il porte, à un premier niveau, sur un problème de traduction, et que l’on est déjà, avec ce passage de l’hébreu au français, au cœur d’un sujet « babélien ». À un niveau plus profond, cette diversité, pour ne pas dire cette divergence des traductions, renvoie à deux conceptions radicalement différentes de l’épisode biblique concerné.

3Dans l’imaginaire collectif, la perte de la langue unique est un drame, et « Babel » est tenue pour responsable de tous les maux du monde moderne. Confusion, ruines, chaos… : tels sont les termes qu’évoque le plus souvent l’image de la tour inachevée. L’univers babélien est alors vu comme un monde de souffrance et d’incompréhension qui, par la folie de l’hybris humaine, a succédé au cosmos sagement conçu et ordonné par un Dieu qui exigeait de l’homme « de la mesure en toutes choses ».

  • 4 G. Steiner, After Babel. Aspects of Language and Translation, New York/Londres, Oxford University (...)
  • 5 Notons que l’on continue, dans un cas comme dans l’autre, à « déplorer Babel » – les uns regrettan (...)

4S’il est habituel, donc, de considérer l’« après-Babel » (pour reprendre l’expression de Georges Steiner4) comme une malédiction, pour les auteurs de ces surprenantes traductions que nous venons de citer, c’est le monde de la langue unique, l’« avant-Babel », qui est une monstruosité, tant sur un plan religieux qu’éthique, philosophique, ou même politique. Autant dire que ce qui était ordre pour les uns devient chaos aux yeux des autres5

5Selon certains exégètes, en effet, l’érection de la tour serait image d’un désir de fusion régressif. Pour d’autres encore, elle serait volonté d’ériger un monde totalitaire. Dans cette logique, le prétendu châtiment de Dieu, qui contraint l’homme à abandonner la construction de l’édifice, serait une bénédiction, et la tour inachevée, le symbole d’un retour à l’ordre. L’univers babélien qui est le nôtre, celui de la multiplicité linguistique, devrait être considéré comme une bienheureuse nécessité – un ordre, au sens le plus noble du terme.

  • 6 Titre d’une conférence que j’avais donnée à l’université d’Arras en 1997. Titre, également, d’un e (...)

6Babel : malédiction ou bénédiction6 ? Telle est l’une des questions que posent désormais, de plus en plus souvent, écrivains, exégètes, philosophes et critiques. Question que l’on peut reformuler, en des termes un peu moins judéo-chrétiens, à l’aune des valeurs attachées aux notions d’ordre et de chaos.

7L’étude du mythe de Babel dans la littérature du xxe siècle s’avère, à cet égard, particulièrement riche d’enseignements. On voit vite que les phénomènes de renversement axiologique ne concernent pas la seule exégèse du texte biblique. Mais, par-delà cette volonté d’en finir avec une image négative de Babel, quelle place les écrivains de la Modernité accordent-ils à cet épisode ? Quels sens les réécritures proposées confèrent-elles à ce mythe depuis une centaine d’années ? Telles sont les questions auxquelles je tenterai de répondre ici.

  • 7 Il n’est rien d’étonnant, dès lors, à ce que les deux thèses portant sur les réécritures littérair (...)
  • 8 A. Koyré, From the Closed Word to the Infinite Universe, Baltimore, The John Hopkins University Pr (...)
  • 9 M. Jacquemier, L’Âge d’or du mythe de Babel. 1480-1600, Mont-de-Marsan, éd. Inter-Universitaires, (...)

8Les deux « âges d’or » de Babel sont indéniablement les xvie et xxe siècles7, époques marquées par des progrès scientifiques qui induisent de profonds changements dans la conception du monde : on semble bien passer, pour reprendre le très beau titre d’Alexandre Koyré8, « du monde clos à l’univers infini ». Comme les hommes de la Renaissance, ceux de la Modernité relisent et réécrivent Babel pour en souligner les enjeux qui correspondent à leurs préoccupations. Myriam Jacquemier a consacré un très bel ouvrage9 à l’étude du premier âge d’or de Babel. Je m’attacherai, dans ce livre, à cette passionnante période qu’est le xxe siècle, moment où des écrivains aussi divers que Kafka, Borges, Pierre Emmanuel, Dos Passos ou Paul Auster, pour ne nommer qu’eux, s’intéressent à l’épisode biblique et en proposent de fascinantes réécritures.

9Après avoir rappelé la teneur du texte biblique et de ses commentaires, je proposerai un tour d’horizon du devenir littéraire de « Babel » au fil des ans : cette étape permettra de comprendre comment on en est arrivé au renversement que j’évoquais au début de cette introduction. On pourra examiner ensuite la place accordée à ces deux topoï que sont la ville maudite et la langue perdue. Le centre de gravité du mythe semble se déplacer : Babel est-il bien encore aujourd’hui un « mythe de la chute » ? Après avoir donné quelques éléments de réponse à cette question, toujours ouverte, je tenterai de cerner ce qui fait la spécificité des réécritures proposées par les écrivains du xxe siècle : d’autres préoccupations se font jour, d’ordre idéologique et politique notamment, et les enjeux herméneutique et téléologique du mythe, en particulier, sont soulignés. Ordre et chaos n’existent qu’à la faveur d’un sens et d’une finalité à l’aune desquels il est possible de les évaluer.

Notes

1 Gn., XI, 1. Il s’agit de la Traduction œcuménique de la Bible, Le Cerf, 1975 (désormais abrégé en TOB).

2 Gn., XI, 1. Cette traduction est de D. Banon, dans « Babel ou l’idolâtrie embusquée », Bulletin du Centre protestant d’études, no 6, 1980, article repris dans Tel Quel [Le Seuil], no 88, 1981. (Les citations données dans cet ouvrage proviennent de l’article paru dans le Bulletin du Centre protestant d’études.)

3 Gn., XI, 1. La traduction est, cette fois, d’A. Neher, L’Exil de la parole. Du silence biblique au silence d’Auschwitz, Le Seuil, 1970, p. 113.

4 G. Steiner, After Babel. Aspects of Language and Translation, New York/Londres, Oxford University Press, 1975, traduction française de L. Lotringer, Après Babel. Une poétique du dire et de la traduction, Albin Michel, 1978.

5 Notons que l’on continue, dans un cas comme dans l’autre, à « déplorer Babel » – les uns regrettant le monde de l’avant-Babel, les autres celui de l’après-Babel. Mais précisons d’entrée de jeu que, lorsqu’on pose ici la question « Babel : ordre ou chaos ? », on entend par « Babel » l’univers babélien qui est le nôtre, celui de la diversité.

6 Titre d’une conférence que j’avais donnée à l’université d’Arras en 1997. Titre, également, d’un excellent article de F. Guibal, « Babel, malédiction ou bénédiction ? », Études, janvier 2007, p. 51-61.

7 Il n’est rien d’étonnant, dès lors, à ce que les deux thèses portant sur les réécritures littéraires de ce mythe aient été consacrées, l’une à l’époque de la Renaissance (celle de Myriam Jacquemier), l’autre au xxe siècle (celle qui a donné naissance à cet ouvrage).

8 A. Koyré, From the Closed Word to the Infinite Universe, Baltimore, The John Hopkins University Press, 1957, traduction française de R. Tarr, Du monde clos à l’univers infini, Paris, PUF, 1962.

9 M. Jacquemier, L’Âge d’or du mythe de Babel. 1480-1600, Mont-de-Marsan, éd. Inter-Universitaires, 1999.

© UGA Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search