Version classiqueVersion mobile

Le mythe littéraire de l’Atlantide (1800-1939)

 | 
Chantal Foucrier

Deuxième partie. Retour aux origines perdues

Retour aux origines perdues

Texte intégral

1Dans l’histoire des représentations imaginaires de l’Atlantide, le xixe siècle est une période charnière pour la propagation du mythe. Celui-ci a en effet franchi l’océan Atlantique, et engendré aux États-Unis une pléthore de fictions et de polémiques à partir de 1880. Cette expansion géographique s’est en outre accompagnée d’une diffusion parfois anarchique du mythe dans divers genres de discours, en touchant un public de plus en plus nombreux, toujours plus avide de révélations fracassantes. Longtemps cantonnée dans les bibliothèques des érudits, la quête de l’Atlantide a, au xixe siècle, progressivement envahi tous les domaines de la littérature : le journalisme, le feuilleton, le roman, sans oublier le traité d’ésotérisme et les théories scientifiques, des plus fantaisistes aux plus sérieuses.

  • 1 Philippe Sellier, « Récits mythiques et productions littéraires », dans Trames, mythes, images, re (...)

2Invoquer le développement du genre romanesque, les progrès de l’édition ou l’élargissement du public de lecteurs ne suffit pas à expliquer cette fortune littéraire du mythe qui ne fera que s’amplifier dans la première moitié du xxe siècle. On doit plutôt s’interroger sur l’origine et la nature d’une telle audience, et se demander pourquoi l’Atlantide, comme Paradis perdu des origines, a pu s’inscrire aussi aisément et aussi durablement dans le paysage culturel des sociétés occidentales. Une première explication nous est fournie par l’actualité politique des années 1870-1939, une actualité marquée par des guerres qui ont nécessairement relancé l’intérêt pour un récit ayant trait à la décadence des États dominateurs. Le lien du mythe atlantidien à l’histoire primitive de la Terre justifie par ailleurs son succès à une époque où les progrès furent considérables dans des domaines tels que la préhistoire, la géologie, ou l’anthropologie. Cette double série d’arguments justifie l’affirmation suivante de Philippe Sellier : « Le succès de tel mythe à telle époque se révèle un instrument de diagnostic culturel.1 »

3La résurgence périodique de l’Atlantide dans l’imaginaire occidental est à cet égard un phénomène digne d’intérêt. Elle nous invite en l’occurrence à constater que la mythologie du continent disparu a nourri des visions du monde de plus en plus pessimistes. Là aussi, le xixe siècle apparaît comme une période de transition, tant est grande la distance entre les interprétations romantiques du mythe et celles de la fin du siècle : les unes célèbrent l’avènement d’un nouvel art poétique, tandis que les autres, hantées par le sentiment du déclin, déplorent la corruption des mœurs et la dégradation de l’harmonie sociale. Pour être très schématique, on dira qu’entre l’époque de Novalis et la Deuxième Guerre mondiale, les aspects utopiques de la fable antique se sont progressivement effacés au profit de ses aspects dystopiques.

4La deuxième partie de cet ouvrage s’applique à décrire cette évolution historique, tout en montrant comment le retour au mythe engage, dans des réécritures pourtant très diversifiées, des procédures assez analogues.

5Parmi elles, nous ferons émerger celles qui consistent à placer la vaste hypertextualité atlantidienne sous le double signe de la rationalité et de l’irrationnel. D’un côté en effet, la littérature d’imagination relaie la science et divulgue les théories les plus en vogue et aussi les plus discutées, en matière de mythographie, d’archéologie ou de paléontologie par exemple. Pourtant, et parfois dans un même texte, la volonté de rationaliser le mythe se double d’une tendance à cultiver ses aspects énigmatiques, en sorte que la recherche de l’Atlantide a le plus souvent l’allure d’une quête mystique. Ce trait constitue à nos yeux un élément de cohérence du corpus. Toutes les histoires attestent en effet une même attirance pour l’archaïque, une nostalgie de l’origine, un refus du matérialisme. Elles relèvent en ce sens de doctrines philosophiques marquées par la tradition ésotérique dont nous suivrons le développement, parfois exorbitant, jusqu’au début du xxe siècle, époque où les sciences occultes inondèrent la littérature populaire.

6Nous nous demanderons alors si cette aspiration permanente à renouer avec quelque sagesse primordiale a pu orienter les adaptations littéraires dans le sens d’un retour à des formes primitives de la pensée et du langage, des formes « mythiques » justement. Les œuvres semblent par exemple exprimer une conception cyclique de l’Histoire, ce que montre, dans bien des cas, la représentation de catastrophes répétitives évoquant la vieille image des morts et des renaissances successives de l’univers. Ces secousses cosmiques ont des vertus cathartiques, elles établissent symboliquement un lien entre les métamorphoses de l’homme et celles de la nature, entre l’individu et la collectivité. Ajoutés à d’autres, ces faits d’écriture nous invitent à explorer les divers visages de l’exemplarité de la fable, trait tenace et constant qui voue peut-être l’Atlantide à d’infinies palingénésies.

Notes

1 Philippe Sellier, « Récits mythiques et productions littéraires », dans Trames, mythes, images, représentations, Actes du XIVe Congrès de littérature générale et comparée (Limoges, 1977), Paris, Didier-Érudition, p. 69.

© UGA Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search