Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
P
S

Petit dictionnaire de mythologie populaire roumaine

 | 
Ion Taloș

Petit dictionnaire de mythologie populaire roumaine

R

Texte intégral

1Renard (Vulpea). En roumain, « renard » est au féminin car, à l’origine, il s’agissait d’une horrible vieille qui avait la triste habitude de voler. Chassée par les habitants de son village, elle trouva refuge chez la sainte mère Dimanche* à qui elle déroba ses volailles et les mangea en cachette. Dimanche la condamne à être renard. Une autre tradition raconte que Dieu convoqua tous les animaux à l’aube du monde pour leur donner leurs particularités. Le renard reçut la ruse. Depuis ce temps-là, on dit qu’il faut faire demi-tour quand on rencontre un goupil car c’est de mauvais augure. La croyance semble récente car, dans les textes populaires les plus anciens et les chants d’enterrement, il est dit que le mort rencontre le renard sur le chemin de l’au-delà et qu’il doit fraterniser avec lui afin qu’il lui montre le bon chemin. Dans les contes merveilleux, le renard est un animal reconnaissant ou bienveillant : il ressuscite son bienfaiteur, tire un gars du puits ou d’une tombe, aide le héros à échapper au dragon (Drac*), etc. Il fut une princesse, un garçon ou un pendu et peut se changer en un gars ou en un cheval. Dans les contes animaliers, il trompe des bêtes plus grandes et plus fortes que lui (ours, loup...), mais est lui-même trompé par les plus petits.

2Revenants (Strigoii). Le roumain strigoi possède deux acceptions : « sorcière* », lorsqu’il s’agit de femmes vivantes, et « revenant » quand il désigne, presque toujours, des hommes apparemment morts ou des cadavres qui ne se décomposent pas, soit parce qu’ils possédaient deux âmes, une bonne qui a quitté le corps à l’instant du trépas tandis que la mauvaise y est restée – soit encore parce que l’âme est revenue dans son enveloppe charnelle six semaines, six mois ou sept ans après le décès. Ces revenants ont le même aspect que de leur vivant, sont parfois plus grands, ont les yeux rouges, des ongles comme des faucilles, une queue poilue et une large bouche. Leur visage est tout rouge parce qu’ils boivent beaucoup de sang, leurs jambes et leurs mains sont minces et sèches comme des fuseaux ou ils possèdent des pattes de chevaux ou de jars. Ils déambulent pieds nus, vêtus d’une chemise rouge ou blanche ou totalement nus ; leur corps est velu, leur chevelure est longue et leurs dents très longues. On se les représente parfois comme un squelette recouvert de peau, parfois comme de solides nains. Ils sortent de leur tombe à minuit, portent leur bière sur la tête ou le dos, apportent le choléra*, la peste et les maladies du bétail. Ils aiment séjourner dans les maisons, les cimetières, sous les ponts, aux carrefours et dans les lieux écartés. Ils dansent sur les tombes, volent autour des clochers, chantent et crient, et les sorcières participent à ces activités. Ils se battent ensuite avec des tiges de lin, des haches, des faucilles, etc. Le vainqueur est nommé roi des revenants. Si quelqu'un passe à proximité de cette bataille, les revenants le frappent et lui font oublier ce qu’il voulait faire. Qui passe là le lendemain aperçoit beaucoup de sang et perd la parole. Après s’être battus, les revenants se rassemblent dans une maison abandonnée, filent la laine volée, tissent le fil et se font des chemises de lin. Leur principale assemblée se déroule la nuit de la Saint-André*.
Les pires revenants sont ceux sur – ou sous – le cadavre desquels est passé un animal. Ils tuent leurs parents, aspirant leur âme par la fenêtre, s’introduisent dans la maison par la cheminée, torturent, défigurent, étranglent ou étouffent les gens. Ils dévorent le cœur des bêtes et des hommes, sucent leur sang, réclament de la nourriture, des boissons, des vêtements ou bien que leur voix ne changent pas afin de pouvoir appeler chacun par son nom. En outre, ils ont la faculté de se changer en chats, chiens, porcs, chèvres et en d’autres animaux – sauf en moutons et en bœufs –, en insectes, en une flamme, en lumière ou en ombre. Ils disparaissent cependant au premier chant du coq, lorsque retentit la claquette dans le ciel.
Qui se transforme en revenant ? Comment peut-on empêcher cette métamorphose ? Comment peut-on identifier un tel personnage ? Comment peut-on le tuer définitivement ? Les fœtus qui crient dans le ventre de leur mère, les enfants qui viennent au monde coiffés et avalent leur membrane amniotique – la sage-femme doit donc l’éloigner aussitôt et l’enterrer, ou bien monter sur le toit de la maison et dévoiler qu’un futur revenant vient de naître –, les enfants illégitimes que leur mère tue ou expose avant le baptême, les enfants incestueux, ceux des sorcières et des assassins, le septième enfant d’une famille, les changelins, les enfants qui réclament le sein après avoir été sevrés – seront des revenants. Il en va de même avec les personnes qui naissent avec une queue ou celles auxquelles une queue pousse immédiatement après leur mort – il faut la leur trancher aussitôt avec une pièce d’argent –, des enfants auxquels l'accoucheuse a prédit qu’ils seraient revenants, des frères du même mois* (Loups-garous*), de ceux qui ne mangèrent jamais d’ail ou de ceux qui possédaient le mauvais œil*. Des morts plus anciens peuvent revenir si des animaux domestiques (chat, chien, poule), une souris et même des enfants sont passés sur ou sous le corps déposé sur la civière. Passent pour devenir des revenants les individus mauvais ou maudits (voleurs ou parjures), ceux que l’on a inhumés au coucher du soleil, les assassins, les pendus, ceux qui ont été voués au diable, ceux qui possèdent des cheveux roux et un visage rouge, etc. On croit que les bêtes sauvages et les mauvais esprits sont des revenants.
Pour empêcher la transformation en revenant, on traite le cadavre de diverses façons. On met de l’encens dans les narines afin que le mort ne puisse plus respirer, dans les oreilles, afin qu’il ne puisse pas entendre le diable, dans les yeux, afin qu’il ne puisse le voir, et dans la bouche, afin qu’il ne puisse dévoiler au démon le nom de ses parents. Parfois, on place de l’ail dans la bouche et l’anus, ou des gravillons, des pois, des grains de blé dans les ouvertures du corps ; dans le cercueil, on met neufs petites pierres, des églantines, des nattes de joncs, la cuiller à polenta et, sur la poitrine, une croix d’aubépine. Si l’on soupçonne le mort de se transformer en revenant, on dépose dans la bière neuf poupées de basilic, du vin, de l’encens, un œuf, des clous de fer, du sable et de l’aubépine. On transperce le cœur du défunt d'un coin de chêne, de frêne ou d’if. Le frère du même mois survivant doit entrer et sortir trois fois du tombeau de son frère mort afin que celui-ci ne le dévore pas. Parfois, on tranche la tête du mort et on la dépose à ses pieds dans la tombe, mesure pratiquée dans toute l’Europe médiévale.
Trois jours après l’inhumation, on plante trois, cinq ou neuf fuseaux sur la tombe ou on y dépose de l’étoupe que l’on enflamme. Ceux qui accomplissent ce rite sèment des pois ou des pavots sur le chemin du retour en disant : « Le mort ne reviendra que lorsque ces graines retourneront à la maison », ou encore : « Que le revenant mange tous les ans l’un de ces grains et non le cœur de ses parents ! »
On reconnaît la tombe d’un revenant parce qu'elle possède un trou par lequel il entre et sort et que des étoiles y tombent. Par ailleurs, les villageois se rassemblent au cimetière et un étalon blanc, un taureau ou un jars, doit passer sur toutes les tombes ; si l’animal refuse de franchir l’une d’elle, on est sûr qu’elle contient un revenant qu’il faut tuer. On l’exhume et un homme, né un samedi, lui enfonce dans le cœur un pieu enduit d’ail – le mort pousse alors des cris effroyables et du sang s’échappe de son cœur, aussi noir que du naphte –, puis on cuit le cœur dans du vin et on le transperce avec une aiguille. Parfois, on démembre le corps et on le donne en pâture aux bêtes sauvages, ou bien on brûle le corps, ou seulement le cœur, ou le cœur et le foie, tandis que les parents sont enfumés ; la cendre est dissoute dans un verre d’eau et tous les proches doivent en boire afin d’être protégés. Les familles aisées arrosent le cadavre de vin et le remettent en terre, le visage tourné vers le sol. On enterre un coq sur la tombe pour que le mort cesse de revenir.
On se protège aussi des revenants et des sorcières en enduisant d’ail, à certaines dates, toutes les ouvertures de la maison (portes, fenêtres, cheminées, failles, etc.), on retourne tous les plats et on mange de l’ail car les revenants n’en supportent pas l’odeur.
Beaucoup de ces croyances et pratiques sont consignées dans les récits : une fille devina que son galant était un revenant ; elle lui attacha un peloton de fil à la jambe pour savoir quelle tombe il regagnait. Une autre, invitée par un revenant à lui rendre visite dans sa tombe, se tira d’affaire en lui demandant d’y entrer le premier, et elle s’enfuit chez elle tandis qu’il obtempérait. Un revenant attira une jeune fille au cimetière où elle le vit dévorer la main d’un défunt et boire son sang ; une autre fut sauvée par son père qui planta sa fourche dans le revenant ; une autre se sauva grâce à une pelote de lin, mais une autre dormit dans une auberge avec un revenant et on la retrouva dépecée. Un revenant vint chez sa femme remariée de fraîche date, la mordit et tua son époux. Un vieux couple devint revenant : elle prit la forme d’une mouche tuant ceux sur le visage desquels elle se posait, lui celle d’un chien et tua ses propres enfants puis but leur sang. Un jour, trois revenants passèrent dans les maisons et recueillirent le sang dans un broc. Quand un revenant entre dans une demeure, il fait perdre connaissance aux habitants en les touchant de la main d’un mort. Les revenants, surtout les assassinés et les suicidés, poursuivent les jeunes gens. L’époux se montre à sa femme tant qu’elle ne lui a pas tiré ses bottes ou tant qu’elle ne lui a pas déclaré qu’elle se rend aux noces de son frère avec sa sœur. On dit que quelques revenants sont bienveillants, mais uniquement quand on les traite bien.
Des contes et des chants évoquent les revenants, par exemple : une fiancée morte dévorait ceux qui la veillait jusqu’à ce qu’un soldat lui enfonce un épieu dans le cœur ; elle revint à la vie et épousa le soldat. Sur la tombe d’une jeune fille destinée à un revenant, poussa une fleur ; un prince la cueillit et la mit à son chapeau ; la nuit, elle prit la forme de la demoiselle et il l’épousa. Un jeune homme se cacha dans la tombe d’un revenant et contraignit celui-ci à lui remettre un chaudron plein d’argent. Voir aussi Dracula*, Lenore*.

3Ronce (Rugul). Au commencement du monde, tous les arbres se rassemblèrent pour élire leur empereur. On proposa cet honneur à la vigne qui refusa disant qu’elle avait trop à faire à produire le vin car les hommes en ont souvent besoin. L’olivier refusa aussi car ses fruits sont très recherchés, surtout lors des enterrements. La ronce (rosa canina L.) accepta. On utilise ses baies pour soigner les maux de ventre, et ses fleurs contre le choléra, etc. La veille de la Saint-Georges, on lui fait honneur : on accroche des ronces à la porte, aux fenêtres et aux coins des maisons afin d’éloigner les sorcières*. En outre, on dispose des ronces en croix sur la poitrine du mort, revenant putatif, déposé sur la civière.

4Rossignol (Privighetoarea). Lors d’un mariage impérial, un empereur servit de témoin, mais sa femme ne fut pas choisie, on lui préféra l'impératrice d’un autre royaume. Fâchée, elle se moqua de ce témoin, la calomnia, affirmant qu’elle avait volé un pain. L’impératrice en fut si confuse qu'elle pria Dieu de la changer en oiseau, ce qu’il fit. Volant dans la pièce, l’oiseau constata que le témoin avait dérobé le pain : on pendit donc l’empereur, mais l’impératrice resta rossignol.
Selon une autre tradition, le rossignol était une belle demoiselle dépourvue d’anus, aussi ne pouvait-elle ni manger, ni boire, ni participer aux noces. Elle emprunta un jour l’anus d’une tique mais ne voulut plus lui rendre ; la tique la condamna à être un oiseau qui ne dormirait jamais de peur que quelqu’un lui dérobe son anus. On dit aussi que la fille d’un empereur avait un amant secret, que son père fit décapiter ; elle-même fut changée en un rossignol qui monte la garde toute la nuit auprès de l'aimé. On explique ainsi le vilain aspect du rossignol : à l’origine des temps, tous les oiseaux étaient sans couleurs. Dieu les convoqua pour colorer leur plume, mais le rossignol arriva trop tard, toutes les couleurs étaient épuisées ; il conserva donc son aspect premier mais reçut une voix merveilleuse afin de plaire tout de même aux autres oiseaux et aux hommes.

5Rusalim. Ce personnage aurait été un empereur qui avait trois filles appelées Rusalii (Pentecôte*), haïes de ses sujets parce qu’elles quittèrent leur père et se convertirent au christianisme. Malgré leur homonymie, Rusalim et Rusalii ont une origine différente : le premier nom est la déformation de Jérusalem, alors que le second vient du slavon rusalija.

© UGA Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

P
 
S