Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
L
N

Petit dictionnaire de mythologie populaire roumaine

 | 
Ion Taloș

Petit dictionnaire de mythologie populaire roumaine

M

Texte intégral

1Mai, le 1er (Armindenul). Le rite qui se déroule le 1er mai – dans certaines régions aussi à la Saint-Georges ou à la Pentecôte – est connu de toute la Roumanie sous le nom d’Arminden. C’est également la fête du prophète Jérémie, Ieremiinü en slave, d’où le roumain tire Erminden puis Arminden. C’est une fête importante car elle indique l’arrivée du printemps. On ne travaille ni à la maison ni aux champs afin que grêle et intempéries épargnent les céréales. On célèbre cette journée de différentes façon dans les diverses parties du pays. En Transylvanie et au Banat, les jeunes gens plantent devant les maisons des filles à marier un hêtre, un chêne, un saule, un érable, etc., ébranché jusqu’à la cime ; les entrées des autres maisons sont décorées de feuillage. Ces arbres et cette verdure s’appellent aussi Arminden. L’arbre sèche mais reste en place jusqu’à la prochaine récolte de froment, puis on utilise son bois pour le four où l'on fait cuire le premier pain de la nouvelle récolte.
On relie l’origine de ce rite à la persécution de Jésus-Christ*, de saint Georges* ou de saint Philippe*. Quand les soldats d’Hérode tuèrent tous les enfants de moins de deux ans, ils marquèrent chaque maison visitée avec un tel arbre afin que chacun sache qu’il n’y avait plus là de petits. Plus célèbre est la légende qui raconte que les juifs poursuivirent en vain le Christ mais apprirent d’un païen où celui-ci passait la nuit ; pour identifier la maison le jour venu, ils plantèrent devant un arbrisseau ; à leur grand étonnement, le lendemain matin il y en avait un devant chaque demeure, ce qui empêcha la capture du Christ. En souvenir, on plante chaque année des arbres devant les maisons ou on orne portes et fenêtres avec du feuillage. Ce rite vise aussi à éloigner les fantômes. L’arbre planté devant la maison d’une demoiselle indique aussi qu’un jeune homme la désire.
En Bucovine, Moldavie et Munténie le même nom désigne le rite suivant : les hommes gagnent la nature, abattent un agneau et le rôtissent, boivent du vermouth et du vin rouge ou du schnaps dans des verres contenant l’absinthe, ce qui doit permettre le renouvellement du sang. Des musiciens sont présents, les gens dansent, se roulent par terre et se souhaitent mutuellement de bonnes choses. Tous ces actes visent à amener bonne humeur, bonheur et santé. Le soir, ils retournent chez eux avec du lilas et de l’absinthe à leur chapeau ou dans leur ceinture.
Ce jour-là, il faut aussi se laver de bonne heure avec de la rosée et battre les vaches avec un sac contenant un écheveau pour qu’elles soient saillies. En outre, ce jour est favorable aux semis de haricots et de fèves.

2Maison (Casa). Elle doit être édifiée en un lieu magiquement pur. Les endroits favorables sont le bord du chemin, où se dressa autrefois une demeure dont les habitants furent heureux, le lieu où l’on a découvert des pièces de monnaie, celui où se couchent les animaux et celui où un homme peut dormir sans être dérangé. En revanche, il faut éviter la lisière des champs, les places marécageuses, pleines de racines, surtout celles de sureau, les carrefours, les anciens cimetières et tout endroit où eut lieu un suicide ou l’abattage d’animaux. Dans chaque cas, il faut vérifier le terrain : il est favorable si des tranches de pain, du fromage, du schnaps ou des verres d’eau restent intacts une nuit entière ; si ce n’est pas le cas, il faut éviter de construire là. Pour acheter le terrain aux mauvais esprits et donc permettre la construction et assurer aux habitants un sommeil serein et une vie heureuse, il faut placer dans les fondations des fleurs (surtout de basilic), des grains de blé ou de poivre, de l’ail, du sel, des objets métalliques, des monnaies ainsi que divers animaux (chien, chat, mouton, cheval), oiseaux (pigeon, coq) et insectes (coccinelle), sacrifices offerts aux esprits du lieu. Les légendes parlent même de sacrifices humains symboliques : ombre ou taille mesurée avec une baguette, ou même photographie d’une personne sont placées dans les fondations de la demeure qui s’élève alors sans problème, mais la personne meurt quand elle est achevée, ou quarante jours voire même une année plus tard. L’achèvement de la maison est un moment dangereux car un membre de la famille peut mourir. La construction reste donc légèrement inachevée et, avant d’y entrer, on y place pour la nuit, en guise de test, un animal (chat, chien, coq) afin que la colère des esprits s’exerce sur lui et nom sur les membres de la famille. En outre, on répand du froment dans la maison encore inhabitée afin que la famille soit féconde.

3Malédiction / Bénédiction (Blestemul / Binecuvântarea). La puissance magique de la parole est évoquée dans bien des genres folkloriques : prières, bénédictions, colindes, légendes, contes et conjurations l’utilisent pour le bien, les insultes, les sacrements et les chants magiques pour le mal. Même si les fonctions de ces trois formes d’exécration sont relativement identiques, il existe des notables différences. Le chant magique est l’apanage de la sorcière* et s’accompagne de pratiques ; l’insulte relève de la vie quotidienne, souvent utilisée elle sert de soupape à une pression émotionnelle ; la malédiction est prononcée par les parents, les amants, Dieu et la Vierge Marie, elle fait partie du domaine profane, d’une part, sacré, de l’autre. La malédiction maternelle semble très efficace si l'enfant est coupable (Alouette* ; Araignée* ; Cerf* ; Coucou* ; Lenore* ; Taupe*). Elle n’a parfois qu’un effet temporaire (Cerf*). Les malédictions et bénédictions des saints expliquent les caractéristiques de certains animaux.
Un bon nombre de malédictions vise les bêtes et les arbres qui rendirent pénible la naissance du Christ : le cheval* n'est rassasié qu’une fois l’an et pour une heure seulement ; les agneaux* sont soit abattus, soit attaqués par les loups ; le peuplier* doit trembler pour l’éternité ; une ancienne amie de la Vierge Marie ayant imité les vagissements de l’enfant Jésus fut transformée en grillon* ; l’homme qui faucha le foin où s’étaient cachés Joseph et Jésus fut changé en faucheux* ; le menuisier qui se vanta d’avoir fait une lourde croix pour la crucifixion du Christ fut maudit à devoir travailler longtemps pour gagner son argent ; l'araignée* fut condamnée à tisser un fil inutilisable car elle surpassa la Vierge en tissage ; un jeune homme qui s’en prenait aux femmes fut changé en fougère*...
La vache et le bœuf* furent bénis pour avoir facilité la naissance du Christ ; tout comme l’alouette mâle, pour avoir tenté de persuader les juifs de ne pas crucifier Jésus ; de même la grenouille* qui essaya de consoler Marie* au pied de la croix en lui racontant la mort de ses huit (ou dix) petits, écrasés par un chariot, et en lui offrant le seul qui lui restait.

4Mandragore (Mătrăguna). C’est l’impératrice des herbes, la maîtresse de la forêt ou la Grande Maîtresse, la plante érotique par excellence. On peut utiliser ses propriétés magiques pour le bien ou le mal : elles peuvent aider les filles à trouver un mari, leur apporter le bonheur et la fécondité, augmenter le lait des vaches, avoir une bonne influence sur l’issue des affaires et procurer richesse, bien-être et harmonie. En même temps, on peut les utiliser pour nuire à quelqu'un, rendre une personne haïssable aux autres, si bien qu’une jeune fille ne sera plus aimée, ni invitée à danser, ou bien qu’un ennemi tombera malade ou deviendra fou, etc.
Les femmes, parfois les hommes, déracinent la mandragore entre Pâques et l’Ascension* dans une forêt éloignée, où l’on entend nul coq chanter et nul chien aboyer, en secret et en deux temps. D’abord, on marque la mandragore d’un ruban rouge, puis on l’arrache une semaine plus tard selon un rituel qui fait partir les femmes très tôt le matin alors que le village est endormi ; elles doivent porter des habits propres ou même neufs et être joyeuses afin d’obtenir les faveurs de la plante. Si quelqu’un les voit ou si un chien aboie contre elles, la mandragore perd ses vertus magiques. Si elle doit être arrachée pour obtenir l’amour, le mariage ou le succès, les femmes emportent une bonne nourriture – œufs consacrés à l’église, crêpes, choux farcis – et des boissons – vin, schnaps. Elles saluent la plante et s’adressent à elle avec respect avant de la déterrer et de la poser sur le sol. Les protagonistes du rituel entourent la mandragore de mets et boissons, mangent et boivent, s'enlacent, s’embrassent et se caressent amoureusement, dansent autour de la plante, parfois nues, les cheveux dénoués ou se couchent les unes sur les autres ; puis elles parlent de la personne et du but qu’elles voudraient atteindre avec l’aide de la mandragore – amour, bonheur, considération, succès, etc. À l’endroit où elles ont déterré la plante, elles déposent un peu de sucre et des pièces de monnaie, dédommagent donc la terre, puis elles répandent un peu de vin. Elles baignent la mandragore dans du vin avant de la ramener chez elles dans leur giron. Afin que la mandragore garde ses pouvoirs, elles doivent s’adresser poliment à tous ceux qu'elles rencontrent et ne jamais se retourner, ne pas parler fort, ne pas jurer, ni uriner ni cracher.
Pour guérir un malade, une vieille femme gagne la forêt de bon matin avec le patient ; tous deux doivent atteindre le lieu où pousse la mandragore au moment où le jour s’unit à la nuit. La magicienne étend la chemise neuve du patient sur la mandragore, y dépose un verre de miel et un verre d’eau ainsi qu’une pièce de monnaie et un pain. Puis elle entame un chant magique incantatoire qui ordonne à la plante de rechercher dans le ciel, sur et sous terre le remède pour son patient. La magicienne et le malade passent la nuit à quelques pas de la mandragore ; à l'aube, la femme s’approche de la plante, la salue poliment et déclame son charme une seconde fois, mais ce n’est plus un ordre : elle constate que la plante a ramené le remède. Le patient goûte le miel, verse l’eau du second verre sur sa tête, passe la chemise neuve dans laquelle se trouve la pièce de monnaie ; la femme remercie la mandragore et rentre chez elle avec le malade. Grâce à la mandragore, on guérit les maux de dents et des membres, les frissons, les douleurs dans les reins, la toux, les abcès, les blessures et la maladie envoyée par les fées méchantes.
Pour évoquer les forces nuisibles de la mandragore, le rituel prend une autre forme. Il faut passer des habits sales et laids, se disputer, s’insulter, se frapper, cracher et faire des gestes grotesques. La plante est maltraitée, jetée sur le sol, découpée, etc.
Comme moyen magique, la mandragore attire les clients chez l'aubergiste si on la place dans le tonneau de vin, et chez le meunier si on la dépose sous la meule de pierre. Celui qui la possède connaît toujours le succès.

5Manole. Architecte mythique qui, avec neuf maçons, construit en marbre et en verre l'église du monastère de Curtea de Argeş pour Negru-Vodã*, prince légendaire. L’église doit être splendide et témoigner de la renommée du prince pour des siècles, mais des forces mystérieuses contrecarrent la construction. Tout ce qui est édifié le jour s’effondre la nuit. Manole apprend en rêve que les murs s’effondreront tant qu’une femme n’aura pas été emmurée dans les fondations. Avec ses compagnons, Manole jure qu’on sacrifiera la première femme qui apportera le déjeuner de son époux. Le sort veut que ce soit sa propre femme, belle et douce, et Manole doit se plier à l’arrêt du destin. Son épouse est sacrifiée et l’église s’élève sans problèmes. Alors que Manole et ses maçons sont encore sur le toit, le prince apparaît pour prendre possession de l’édifice. Sa beauté unique ravit le prince qui est pris d’une crainte : Manole et ses ouvriers pourraient construire une autre église encore plus belle que celle-ci. Il ordonne donc brusquement d’ôter les échafaudages afin qu’ils périssent de faim et de soif sur le toit. Manole et ses hommes tentent de s’échapper en confectionnant des ailes de bois pour planer jusqu’au sol, mais ils échouent et les dix hommes s’écrasent au sol près de l’église. Les maçons se métamorphosent en pierres tandis qu’une source curative jaillit à l'endroit où Manole est tombé. Manole est un demi-dieu luttant de toutes ses forces contre sa destinée. Il sacrifie tout ce qui lui est le plus cher, amour et famille, mais ne peut se réjouir de son œuvre car la mort le sépare d’elle, mais sa récompense est de vivre dans le souvenir des autres. Ce thème est connu en Europe du Sud-Est sous forme de chanson, dans d’autres régions sous celle d’un récit.

6Mante religieuse (Călugăriţa). Quand il fallut élire l’empereur de Judée, les païens tentèrent, par tous les moyens, d’obtenir les voix des chrétiens. Ils rendirent donc visite à saint Pierre*, le chef des Apôtres, qui en débattit avec les siens. Tous constatèrent que les chrétiens avaient trop peu de têtes politiques pour proposer leur propre candidat, or la politique était nécessaire. Autre difficulté : il était interdit aux chrétiens de se réunir. Ils confièrent donc aux femmes la tâche de passer dans les maisons et de former les chrétiens à la politique ; elles devaient être voilées et ne pas regarder les hommes dans les yeux, sinon elles courraient le danger de s'éprendre d’autres hommes et de ne pas accomplir leur devoir. L’une d’elle, appelée La Nonne, passa outre cet ordre et s’éprit du fils du diable. Saint Pierre, pour la punir, la changea en mante religieuse. Selon d’autres traditions, il s’agit d’une nonne qui voulait épouser un Tartare ou qui était la maîtresse du diable. Elle subit le même châtiment.
La mante religieuse joue un rôle en météorologie et peut être utilisée comme adjuvant magique : placée sous l’oreiller ou sur la poitrine d’hommes ou d’enfants malins, elle les rend bons.

7Marâtre (Soacra rea). Elle joue presque toujours un rôle négatif dans les histoires familiales. Une ballade raconte qu’elle persécute sa bru lorsque son fils est parti à la guerre : elle lui donne les travaux les plus durs et la pire nourriture, l’enferme dans une étable ou une cave où l’époux la retrouve, parfois morte ou transformée en araignée. Dans certains contes, la marâtre chasse, en l’absence de son fils, sa bru aux mains coupées avec ses deux enfants aux cheveux d’or, ou bien elle charge un serviteur d’emmener sa bru en forêt et de la tuer. Mais le valet lui laisse la vie. La punition de la marâtre est terrible : on l’écartèle, la brûle, l’enferme dans une cave, etc.

8Marc l’évangéliste (Marcul Boilor). Sa fête, aussi appelée Marc-des-Bœufs, tombe le 25 avril et est célébrée pour la santé des bêtes à cornes. Ils ne faut pas leur passer le joug afin qu’elles restent en bonne santé toute l’année ; ce jour-là, on ne laboure qu’avec des chevaux.

9Marcou le brave (Marcu Viteazul). On rattache parfois ce héros à Alexandre le Grand*, mais plus souvent au Slave du Sud Marcu Craljeviæ. Nourrisson, il part se battre avec une gigantesque hache. Un jour qu’il dormait sous un arbre, son souffle en éleva les branches jusqu’aux nuages. Une autre fois, ivre, il aurait presque perdu un pari : deux gifles de son serviteur le remirent à jeun et il gagna le pari. Quelques toponymes du district d’Olt rappellent son nom. Bien des gens le considèrent comme un héros des païens, qui vécut ses aventures au sud du Danube.

10Mardi soir (Marţi seara, Marţolea). C’est une femme-fantôme qui habite sur Canagal, la montagne mythique, et se montre le mardi soir. Elle brise les doigts des femmes qui travaillent au rouet ou les épouvante, les torture, les pique de leur fuseau et, comme Joimăriţa*, jette les quenouillées au leu. Elle prend parfois l'aspect de la mère de la fileuse, l’aide à travailler afin qu’elle puisse cuisiner et bouillir le fil et la fileuse. Il n’existe qu’un seul moyen d’échapper à ce danger : la femme doit crier que le mont Canagal – peut-être déformation de « Galilea » — est en feu ; Mardi Soir disparaît alors, craignant que ses enfants soient en péril.

11Mariage posthume (Căsătoria postumă). La coutume veut qu’on célèbre un mariage symbolique pour les personnes mortes célibataires. La pensée fondamentale du rituel est qu’une vie sans mariage est une vie incomplète. Le mort, ou la défunte, porte des habits de marié et une jeune fille, ou un jeune homme, l’accompagne au cimetière où a lieu le mariage et où ils reçoivent les anneaux. Après l’enterrement, les jeunes dansent comme pour un mariage normal.

12Marie, sainte (Sf. Maria). Aucune autre sainte n’occupe une telle place dans la mythologie roumaine. Sa vie, ses sentiments, ses miracles, son influence sur le destin des hommes, des bêtes et des plantes, ce qui lui plaît ou déplaît, tout cela est narré dans d’innombrables récits transmis oralement.
Sa naissance est le fruit d’une conception magique. Selon le contrat* d'Adam et du diable, toutes les âmes appartenaient au démon à la mort. Voulant changer cette situation. Dieu envoya un ange voir Adam en enfer afin qu’il tente d’apprendre comment on pourrait rendre le contrat caduc. « Ce n’est possible, déclara le diable sûr de lui, que si une vierge est enceinte d’affliction ou que si une tille accouche d’un enfant par le sommet de la tête. » Dieu incita Joachim, âgé de 77 ans, à épouser une fillette de sept ans, Anna. Le couple n’eut pas d'enfants, et Anna fut si chagrinée qu’elle en tomba enceinte et accoucha de Marie.
Selon d’autres traditions, Anna et Joachim étaient un vieux couple sans enfants, dont le pain bénit était toujours déposé sous la table car, dessus, il n’y avait place que pour l’offrande des couples avec enfants. Pour échapper à cette honte, Joachim et Anna prièrent Dieu avec une telle ferveur qu’ils turent féconds, malgré leur grand âge. C’est en baisant la feuille d’un poirier qu’Anna tomba enceinte.
Enfant, Marie fut vouée à l'Église. On dit aussi qu’elle fut la fille d’un négociant ou d’un empereur, grandissant dans une tour, loin du monde, en compagnie d’une vieille servante, ou aussi qu’elle fut élevée dans un cloître. Pourtant, elle se retrouva enceinte après avoir respiré le parfum d’un citron ou d’une fleur, ou bien pour avoir embrassé une icône trouvée dans une fontaine, ou encore après que l'archange Gabriel lui eut annoncé la conception. On mit sa grossesse à l’épreuve : tous les savants et les grands hommes se rassemblèrent et reçurent un bout de bois mort qu’ils mirent dans leur bouche. Le bois reverdit dans la bouche d’un seul homme âgé et passa pour preuve que la conception était immaculée. Le père de Marie ne se contenta pas de cela : il fit asseoir sa fille sur un traîneau tiré par deux chevaux sauvages qu’on lâcha. Elle arriva ainsi à la cour de Crăciun (Noël*) où elle fut hébergée dans l’écurie. Crãciun était un riche sans cœur qui battait et mutilait sa femme et ses trois filles. Ce soir-là, il était auprès de ses moutons. Crãciuneasa, sa femme, entendit les plaintes de Marie et la délivra de l’enfant. Parfois, l’accouchement se fait par le sommet de la tête, au grand étonnement de la sage-femme. L’écurie fut remplie d’un lumière si vive que Crãciun crut que ses filles, qu’il tenait pour idiotes, avaient mis le feu chez lui, et il regagna sa maison à la hâte. Là, il apprit que son épouse avait aidé une étrangère à accoucher. De rage, il lui trancha les mains, mais sa femme les retrouva, soit parce que Marie souffla sur les moignons, soit parce qu’elle les plongea dans l’eau du bain de l’enfant Jésus ou qu'elle toucha ses langes. On prétend quelquefois qu’elle retrouva des mains d’or. Cette naissance profita aussi aux filles mutilées de Crãciun : l’aînée eut des mains d’or, comme sa mère ; la jambe plus courte de la seconde retrouva la bonne longueur, et la cadette eut son œil guéri. Crãciun envoya ses serviteurs à l’écurie pour nourrir les bêtes, mais ceux-ci ne purent s’en approcher à cause de l’aveuglante lumière, du chant des anges, du bourdonnement des abeilles et de l’encens. Alors Crãciun s’y rendit en personne, vit le miracle de ses yeux et se convertit. Il le narra à tous les juifs et garda Marie et Jésus chez lui pendant les fêtes.
Le moineau* et la grenouille* étaient aussi présents à la naissance. Le premier annonça aussitôt que l’enfant vivait, et il en fut béni à vivre plus longtemps que le chêne. La grenouille proclama partout la naissance et reçut le don d'annoncer la pluie.
L’enfant fut poursuivi par les soldats d’Hérode, mais Marie réussit à cacher Jésus parmi de bons moutons, porcs et vaches, qui furent bénis pour cela. Mais elle ne le put au milieu des chevaux, et elle les maudit. On dit aussi qu’elle cacha Jésus sous la queue de la mule, du bœuf et du mouton, mais ne le put sous celle de la chèvre qui la dressait. Sur la route d’Égypte, Marie changea son fils en figue, riz, poivre, etc., afin qu’il ne fût point tué. Pendant sa fuite, elle tomba sur un bon et un mauvais semeur. Le premier récolta des pierres pour s’être moqué, le second moissonna son blé dès le lendemain.
L’histoire de la crucifixion et de Marie à la recherche du Christ sont riches d’événements. Petit, Jésus sut déjà qu'il serait crucifié et il vit croître le bois dont serait fait sa croix. Pendant la crucifixion, Marie attendit en vain dans une église de bois qu’elle avait construite. Saint Jean lui apprit que Jésus serait crucifié à la Porte de Pilate, alors elle dénoua ses cheveux et les ébouriffa, prit des sandales et un bâton de fer et gagna ce lieu. Ce voyage est rempli de faits merveilleux. Marie rencontra le mâle de l’alouette* : il boitait car, ayant exhorté les juifs à ne pas crucifier Jésus, ceux-ci l’avaient lapidé et touché à la patte. Puis, Marie rencontra un charpentier qui racontait avec fierté qu’il avait fait, pour l’occasion, une croix plus grande que celle commandée : elle le maudit à devoir travailler dur et longtemps avant d’être payé. Ensuite, elle tomba sur un forgeron qui se vantait d’avoir volé beaucoup de fer pour faire les clous plus petits que commandés ; elle le bénit, disant qu’il gagnerait beaucoup d’argent en travaillant peu. Finalement elle vit une grenouille qui tenta de la consoler : « Si tu pleures ainsi la perte d’un seul fils, comment dois-je déplorer celle de huit (ou onze) enfants sur neuf (ou sur douze) ? La roue d’un char les a broyés, mais je t’offre le dernier qui me reste pour te consoler. » Marie sourit en voyant la ridicule grenouille et la bénit : son corps ne pourrirait jamais, mais se dessécherait et les hommes boiraient l’eau dans laquelle vivent les grenouilles.
Marie doit franchir trois cours d’eau et, à chaque fois, elle prie un arbre de plier sa branche afin qu’elle puisse lui servir de pont. Le hêtre rouge refusa et fut maudit à saigner quand il perdrait une branche, et à souffrir comme le corps humain quand il serait blessé. D’autres arbres furent cléments et Marie les bénit : l’olivier serait sacré et l’huile tirée de ses fruits servirait à alimenter les lampes de prières ; le tilleul se tiendrait tous les ans à l'église et ses fleurs orneraient les icônes ; quant au noyer, son bois servirait à les faire. Une seconde fois, Marie croisa en chemin l’araignée* et la souris*. Comme elle ne les avait pas bénies lors de sa première rencontre, l’araignée prépara une solide corde pour la pendre, et la souris creusa une tombe pour l’enterrer ; toutes deux furent donc maudites à être impures et tuées par les hommes. Ensuite, Marie rencontra l’écrevisse* qui lui raconta avoir volé les très grands clous préparés pour la crucifixion, en marchant à reculons afin que les juifs ne remarquent rien ; son action fut récompensée : désormais elle peut courir aussi bien en arrière qu’en avant.
Désespérée, Marie voulut se tuer, mais les couteaux fondirent, l’eau du lac ne l’engloutit point et le basilique éteignit le feu. Les hirondelles lui transmirent la nouvelle de la résurrection de son fils sous trois jours, et elles furent donc bénies à être les plus purs des oiseaux et à apporter le bonheur à celui sous le porche duquel elles édifient leur nid ; celui qui le détruirait serait maudit.
Marie atteignit la porte de Pilate et elle demanda à son fils en croix pourquoi il s’était laissé crucifier ; il lui répondit qu'il désirait ainsi que, chez les hommes et les bêtes, les enfants et les parents s’aiment mutuellement, ce qui advint. En outre, il voulait que les nouveau-nés soient baptisés, les couples mariés et que les défunts reçoivent la messe de Requiem. La crucifixion donna naissance à des plantes et des produits importants : le corps du Christ devint vigne, son sang, vin, sa face et sa barbe, du froment, sa sueur, des roses... On dit aussi que Marie atteignit la tombe de son fils au moment où les gardiens recevaient leur repas ; elle leur demanda à voir son fils et ils lui répondirent : « Tu ne le reverras que lorsque le poisson de notre soupe, l'agneau de notre rôti et notre poule au pot reprendront vie, et lorsque notre vin sera grappe sur les coteaux et notre pain champ de blé. » À cet instant, le miracle se produisit : le poisson se mit à nager dans la soupe et éclaboussa les mains et le visage des gardiens qui se couvrirent de taches de rousseur à tout jamais ; l’agneau reprit vie, la poule se percha sur le bord du pot, étendit ses ailes et chanta pour la résurrection du Christ, alors que le vin se changeait en grappes et le pain en champ de blé. Les gardiens lapidèrent Marie, mais elle ramassa les pierres et en fit don, sous la forme d’œufs de Pâques, à la fille d’un juif.
Tout ce qu’elle fit était créateur. Sa bague* perdue devint rainette, sa ceinture, l’arc-en-ciel*, ses chaussures oubliées dans le champ, des fleurs, ses larmes, des fourmis rouges, des abeilles* ou des pommes d’or, ses crachats, des vers à soie*, son foulard, le chat qui mangea les souris sur l’arche de Noé*... Les bons furent bénis et les mauvais maudits. Le cheval ne serait rassasié qu’une heure, à l’Ascension, pour avoir empêché la délivrance de Marie, mais le bœuf le serait avec peu de nourriture parce qu’il la facilita ; le peuplier tremblerait éternellement et perdrait son feuillage pour ne pas s’être tenu tranquille pendant l’accouchement, mais le calme if resterait toujours vert ; les vaches du riche avare devinrent des cerfs-volants* (lygaeus equestris, roum. vaca Domnului ou Rădaşcă) ; la femme qui imita les vagissements de Jésus fut changée en grillon et un jeune homme qui importunait sans cesse les femmes, en fougère* (Năvalnic).
La vie de Marie comporte encore des faits plus étranges. On dit qu’elle eut un frère, appelé Trifon*, qui faisait partie de ceux qui ne crurent pas à l’immaculée conception. Il s’exprima irrespectueusement sur ce sujet et Marie dit à sa mère qu'il s’était coupé le nez dans la vigne en travaillant. Cette dernière s’y précipita, vit que Trifon n’avait rien et lui narra ce qu’avait dit Marie. Trifon répondit : « Comment aurais-je pu me couper le nez ? » et il montra avec son couteau comment il aurait pu le faire. A cet instant, il se trancha le nez. Sur les conseils de Marie, la mère put le guérir, ce qui amena la conversion de Trifon.
Marie fit un concours avec l’araignée à qui d’elles deux filerait le fil et tisserait le lin le plus fin. L’araignée gagna le concours de filage, bien connu chez les Macédo-Roumains, mais Marie gagna celui de tissage. L’araignée fut maudite à produire une toile inutile, et les hommes qui la tue voient, à leur mort, sept de leurs péchés pardonnés.
Un empereur légendaire du nom de Pic* (voir aussi Moustique*) battit Marie, mais le Soleil le jeta dans un puits et le transforma en cousin. Marie avait aussi un ennemi irréductible, le mille-pattes.
Alors qu’elle priait près de la tombe de son fils, l’archange Gabriel lui apprit qu’elle allait mourir. Les apôtres vinrent des quatre coins de la terre pour prendre congé de Marie qui s’éteignit doucement, paisiblement, sans douleurs, et son fils reçut son âme. Les apôtres délibérèrent pour savoir s’ils devaient enterrer son corps à Jérusalem, dans la tombe du Seigneur, ou à Nazareth, là où avait eu lieu l’Annonciation, – lorsque s’approcha une rangée d’arbres. Chacun jeta des feuilles, des fleurs ou des fruits sur le cercueil, puis ils l’emmenèrent et, suivis des apôtres, ils le portèrent sur le Mont des Oliviers puis, empruntant un pont invisible, au ciel où les apôtres ne purent les suivre. Depuis, on bénit les fruits à la date anniversaire de la mort de Marie, quand débute la grande tristesse, c’est-à-dire l’hiver. Certains disent que Marie est inhumé à Gethsémani. Alors qu’on y portait le corps, les juifs auraient tenté de renverser le cercueil, mais ceux qui en parlaient furent frappés de mutisme, ceux qui regardaient perdirent la vue et ceux qui touchèrent la bière furent paralysés. Thomas, volant sur un nuage, arriva des Indes en retard, ouvrit la tombe pour prendre congé de Marie, mais il la trouva vide.
Même après son trépas, Marie reste la médiatrice efficace entre les hommes et Dieu. Grâce à son intercession et ses larmes, la fin du monde est sans cesse repoussée. Elle descendit un jour en enfer et vit le triste sort des âmes damnées ; par ses pleurs, elle obtint que les morts de l’enfer quittent ce lieu et gagnent le paradis, entre la Résurrection et la Pentecôte, période où les portes du ciel sont ouvertes. Par ailleurs, Marie tressa un filet immense avec lequel elle péchera trois fois et sauvera des âmes damnées à la fin du monde. Son icône apparaît là où il faut édifier une église. Parfois, Marie quitte l’icône pour s’incarner, en chair et en os, et aider un brave garçon, lui donnant un pain qui ne diminue jamais, ou bien une fillette tombée dans une profonde caverne. Selon une tradition arméno-roumaine, Marie tient l’enfant Jésus sur un bras et s’appuie sur l'autre ; afin de pouvoir aider la fillette, une troisième main lui pousse. Quelques icônes la représentent ainsi. Elle sauve les hommes de la noyade, les protège dans leur voyage, du feu et de tous les dangers, les guérit ainsi que les bêtes, les aide contre les sorcières malignes. Elle vient en aide aux parturientes ou encore tue un dragon ravisseur d’une jeune fille. On l’invoque dans les prières et dans les charmes. On sait ce qui lui plaît ou déplaît, et on s’y conforme. Elle aime bien, par exemple, que l’on nettoie la pièce une fois achevé le travail au rouet, mais elle déteste que les hommes s’asseyent sur les tables, courent à reculons ou arrosent les grains de blé d’eau de chaux avant de semer.
Finalement, on constate que le rôle mythologique et religieux de Marie est plus important que celui de Dieu ou de Jésus. Avec Marie s’ouvrit une ère nouvelle : avant qu’elle accouche du Christ, Avestiţa causait de grands maux aux femmes enceintes et aux nouveau-nés. La crucifixion de son fils amena l’amour dans les familles et ordonna la vie humaine selon de nouvelles règles. Marie eut une influence considérable sur les destinées de l’homme et du cosmos, les améliorant et les enrichissant en vertu du principe que les bons sont récompensés et les mauvais punis. Elle a créé de nouvelles plantes aux pouvoirs curatifs, des bêtes, séparé le péché de la vertu et décidé de ce qui pouvait être tué ou non. Ses actes sont des miracles, ses souffrances et sa grande sollicitude pour les hommes en font un modèle exemplaire selon lequel il faut se gouverner. Sous bien des aspects, la Vierge Marie représente Diana Regina, la grande déesse méditerranéenne de la fertilité et du salut, connue depuis des temps très anciens. Elle possède parfois les traits de la Terra Mater.

13Marie l’égyptienne (Maria Viteanca). Ce fut une pécheresse qui vécut trois ans dans le désert, ne se nourrissant que de racines, avant de retourner chez elle. Elle mangea à nouveau du pain et du poisson et l’envie de pécher la reprit. Alors Dieu la chassa dans les espaces sauvages où elle se nourrit de racines et Le pria jusqu’à sa mort. Ainsi acquit-elle la sainteté.

14Marina. C’est l’une des sœurs de saint Pierre, qui ne s’effraya pas face à un diable ayant pris la forme d’un serpent ou d'un cabri. Elle fut rouée neuf fois. Elle protège les champs de la grêle, les maisons du feu et les hommes des bêtes sauvages et de diverses maladies, mais elle est très lunatique. On la fête le 17 juillet où l’on célèbre bien des rites : on barbouille le front, les tempes et le menton des petits enfants de miel afin qu’ils n'attrapent pas la variole ; on cueille l’absinthe pour repousser puces et épilepsie ; on vole de l’ail, car il est plus efficace que celui qu'on possède, pour se protéger des maladies envoyées par les fées méchantes. La bouse séchée sur la haie est, dit-on, très efficace contre les maux d’oreille. On distribue en aumône des balais d'absinthe, des coquelets, des œufs durs, des concombres, des pommes et des bretzels pour repousser les maladies infantiles.

15Mars (Martie, Mărţişor). Il passe pour être fiable et, autrefois, il marquait le début de l’an neuf. Mais comme il trompa tous les autres mois, janvier le battit et le remplaça. Il se souvient parfois de sa tromperie et rit – alors il fait beau –, ou il se rappelle les coups et pleure, alors il pleut ou neige.
Le 1er mars, les parents fabriquent pour leurs enfants une médaille porte-bonheur en or ou en argent, appelée Mărţişor. Elle est attachée à un cordon tressé de deux fils, blanc et rouge, et portée au cou ou au poignet douze jours durant ou jusqu’à ce que le premier arbre fleurisse ou encore qu’on entende le coucou. Ensuite, on lie le Mărţişor à un arbre où il protège la santé de l’enfant et lui donne ses bonnes couleurs. Il assure également la fécondité des arbres fruitiers et les protège du mauvais œil.

16Martinii. Nom donné aux jours qui vont du 1er au 3 février. On les célèbre pour protéger les animaux domestiques des loups, ce qui est une réminiscence des Lupercales romaines.

17Martyrs (Mucenicii, Sfinţişorii). Le 9 mars est un jour important du calendrier de l’église, c’est la fête des quarante martyrs qui donnèrent leur vie pour la foi du Christ. On connaît ce jour parce qu'un riche ne prêta sa charrue à un pauvre ou à son frère que pour cette journée. Les quarante martyrs le blâmèrent de travailler aux champs à cette date, mais quand ils en surent la raison, ils le bénirent en lui octroyant une récolte quarante fois plus importante que d’habitude. L’année suivante, le riche travailla ce jour-là, espérant avoir le même résultat, mais il eut quarante maladies différentes ou une maladie qui durait quarante jours, quarante semaines ou quarante mois. Le jour des Martyrs donne lieu à divers rites : on brûle les ordures et les gens sautent par-dessus le feu en souvenir des souffrances des saints, afin de rester en bonne santé et de ne pas être affligés par les puces l’été suivant. En même temps, on enfume maison et cour avec un chiffon enflammé, ou bien on trace un cercle de cendres autour d'elles pour protéger les hommes et les bêtes des serpents et des belettes*. On cuit quarante bretzels : certains sont posés sur les cornes des bœuf, d’autre jetés en l’air ou distribués en aumône. On espère ainsi avoir une bonne récolte et honorer les âmes des défunts. Les hommes boivent quarante verres de vin afin de rester sains, les enfants frappent la terre de leurs bâtons, comme s’ils étaient les quarante Martyrs, pour chasser l’hiver et le froid et amener le printemps et la chaleur. On peut pêcher et planter des légumes ce jour-là, seules activités autorisées.

18Massue (Buzduganul). C’est l’arme du drac* ; elle pèse 99 demi-quintaux et son possesseur peut la lancer sur neuf pays et neuf mers ; elle ouvre les portes de la maison, saute sur la table, prend sa place sur les clous du mur. Elle suggère la force surnaturelle de son possesseur, mais elle n’est jamais utilisée au combat.

19Mercredi, sainte (Sf. Miercuri). Vierge sacrée habitant au ciel. Plus jeune que ses sœurs, elle possède une cellule ; ses habits sont blancs et elle se comporte avec bonté envers les hommes, leur montre le chemin et donne en rêve de bons conseils aux malades. Elle se montre à celles qui ne jeûnent pas comme une femme aux pattes de poule. Elle nourrit le gibier et sa maison est la première station sur la route du héros des contes parti à la recherche de ses compagnons. Mercredi offre aussi à la jeune fille qu’elle visite une quenouille et un dévidoir d’or, qui fonctionnent tous seuls, ou d’autres objets dont la demoiselle a besoin pour atteindre son but.

20Mère de la forêt (Mania Pãduriï). Ce nom désigne plusieurs êtres mythiques. C’est la Maîtresse (rarement le Maître) de la forêt, et les arbres sont ses enfants ; elle les protège et les allaite, pleure l’arbre abattu comme un fils. Par cette fonction, elle apparaît comme le plus grand arbre de la sylve ; elle ressemble à un homme. Elle ne doit pas quitter la forêt et ne peut poursuivre les humains que jusqu’à sa lisière.
Au Banat, c’est une fée mi-bonne, mi-méchante. Elle aide les hommes pieux à abattre les arbres et les protège des dangers de la forêt ; elle montre le bon chemin aux enfants qui se sont égarés. Ceux qui veulent nuire aux bois sont ses ennemis, elle les paralyse, leur inflige fractures et coupures, brise les roues de leurs chariots. Parfois, elle y grimpe et les oblige à s’arrêter.
Par ailleurs, la Mère de la Forêt, personnage mythique, vit exclusivement dans la forêt, comme la Baba Yaga russe. Elle est alors aussi grande qu’une maison ou qu’une meule, maigre, courbée, couverte de poils, possède des pattes de bœuf, une tête grande comme un boisseau, des yeux comme un tamis et des oreilles énormes qui lui servent de couverture, ce qui rappelle les Panotéens de l’Antiquité classique. Elle est vêtue de feuilles ou de fleurs, peut prendre à volonté n’importe quelle taille et se changer en lièvre, en chien et en vache noire. Les bêtes de la forêt lui sont soumises, y compris les serpents et les crapauds. Dans certaines régions, c’est une femme splendide, mais les extrémités de ses mains et de ses pieds sont celles d’un loup. Elle court la forêt uniquement la nuit et disparaît au premier chant du coq ou lorsqu’on se signe.
La Mère de la Forêt enlève les petits enfants qu’elle remplace par les siens, ou bien elle les prive de sommeil et offre celui-ci à sa progéniture. Les enfants insomniaques peuvent être guéris à l’aide de charmes. Dans l’au-delà, elle donne à manger leurs propres enfants aux femmes qui se sont débarrassées des petits qu’elles ont eus avant d’être mariées. Elle-même est une ogresse, attirant les filles dans la forêt avec ses quenouilles, ou bien elle leur rend visite dans la hutte où elles travaillent (Hutte du métier*), souvent édifiée à la lisière du bois, pour les dévorer ; les filles ne peuvent se sauver qu’en lui narrant « l’histoire des souffrances du chanvre ». Elle recherche maladivement les hommes et les punit de repousser son amour. Dans les contes, elle ressemble au dragon (Drac*), possédant la jument magique qui jette des poulains à neuf cœurs, et le héros doit entrer à son service. Sa demeure est entourée d’une haie où sont plantés des crânes humains, ce qui rappelle les châteaux enchantés de la littérature arthurienne du Moyen Âge et les traditions celtiques.

21Merle (Mierla). En roumain, le nom de cet oiseau est féminin. À l’origine, le merle était la fille d’un prêtre qui lavait de la laine noire dans le fleuve puis s’y baignait. Une fée envieuse de sa beauté lui vola ses habits, si bien qu’elle ne put réapparaître devant son père. Elle s’enveloppa donc de laine et pria Dieu de la changer en oiseau. La grive* voulut l’épouser, mais elle se transforma en roseau, en fleur, en croix, en cep, en érable à feuilles d’aubier ou en source pour lui échapper.

22Mésange (Piţigoiul). Dieu créa tous les oiseaux d’une seule couleur, puis Il les rappela pour les colorier. Tous surgirent aussitôt, sauf la mésange qui arriva alors que les couleurs avaient toutes été utilisées. Dieu prit ce qui restait au fond de chaque pot et, pour cette raison, elle est multicolore. Une autre version raconte que, par un hiver très rude, la mésange accomplit l’acte héroïque de saisir un faisceau de rayons solaires pour l’offrir aux oiseaux gelés ; chacun d’eux lui offrit une plume en récompense ce qui explique son plumage.

23Mi-homme (Jumătate de om). Les mythologies connaissent les hybrides, notamment des êtres mi-homme, mi-fourmi, ou bien mi-homme, mi-fer ou mi-bois. Il y a aussi des demi-hommes, demi-lièvres, demi-chevaux, c’est-à-dire des humains ou des bêtes formés uniquement d’une moitié : moitié de la tête, du corps etc., ou des êtres qui ne possèdent qu’un œil, qu’une oreille, qu’une main ou qu’un pied, mais ils sont plus rares. Le demi homme chevauche un demi-lièvre ou un demi-cheval, est d’une force inhabituelle et peut être tué plusieurs fois et revivre parce que son « âme » est hors de son corps. Pline l'Ancien décrit déjà de tels personnages qui apparaissent aussi bien dans les contes grecs, albanais qu’arabes.

24Milan (Gaia). C’est l’oiseau qui vole jusqu’au soleil pendant la canicule, pour le prier d’envoyer la pluie car il ne peut boire que son eau. On explique ceci de la façon suivante. En effet, à l’aube du monde, lorsqu’il n’y avait pas encore de fleuves ni de sources, Dieu ordonna à tous les volatiles d’en creuser. Tous furent d’accord sauf le milan qui ne voulait pas salir de terre son bec et ses pattes blanches. Il pensait par ailleurs qu’il se trouverait toujours quelqu’un pour apporter de l’eau à un si bel oiseau. Comme il n’a pas participé aux travaux de creusement, il ne peut boire l’eau des fleuves et des sources et doit se désaltérer de rosée ou d’eau de pluie, et ne peut donc supporter la sécheresse.

25Mina, saint (Sf. Mina). Fêté le 11 novembre, ce saint aide à découvrir les voleurs et les malfaiteurs ; il protège les voyageurs des larrons et des maladies et exauce toutes les prières qu’on lui adresse. Ce jour-là, les femmes et les filles apportent des cierges à l’église, qu’elles fixent à des candélabres la tête en bas et allument à l’autre extrémité afin que les voleurs ramènent les objets dérobés ou que reviennent les amants qui les ont quittées.

26Mircea le grand (Mircea cel Mare / Bătrân). Ce prince, qui régna en Munténie de 1386 à 1418, vint au monde avec le soleil sur la poitrine, la lune sur le dos et une étoile sur chaque épaule.

27Mite de pomme (Molia merelor). Un jour, le diable conquit les hommes, leur apportant l’art de se changer en bêtes. Dieu descendit sur terre et mit à l’épreuve les forces magiques des humains : Il promit un sac d’or à celui qui serait en mesure de fabriquer une pomme d’or. Comme nul ne le put, Dieu envoya un éclair. Tous eurent si peur qu’ils se cachèrent dans des pommes et y restèrent à jamais sous forme de mites.

28Mithra petrogenitus. Les historiens ont mis en évidence la diffusion des religions orientales et surtout du mithraïsme en Transylvanie qui fut introduit par deux légions, la Ve Macedonica et la XIIIe Gemina, ayant leurs quartiers dans cette région. Le fait que, sous Aurélien (seconde moitié du iiie siècle), le mithraïsme devint religion d’Empire contribua aussi à son installation.
On peut, grâce au folklore et à la langue, montrer que la population daco-romaine de Transylvanie connaissait Mithra, dieu né d'une pierre. Nombre de colindes* présentent ainsi la naissance du Christ : Marie s’agenouilla devant une pierre et pria que Jésus en naisse. La pierre lui dit qu'il ne naîtrait que si elle l’encensait car elle se fendrait alors et le Christ en sortirait. Le vocable roumain fecioara, « jeune tille », est piatra et lespede, « pierre, dalle », en dialecte, d’où ressort l’assimilation pierre/jeune femme.
Les contes rapportent aussi la naissance d’une fillette d'une pierre, et qu’une pierre engloutit Jean-Baptiste*, le soustrayant aux persécutions d’Hérode.

29Moineau (Vrabia). À l’origine, ce fut une fillette que ne satisfaisait nul mets. Sa mère la maudit à être d’abord chardonneret, puis moineau, mais elle fut peu satisfaite de son plumage rouge et noir, alors Dieu la lança dans un bahut rempli de cendres et, depuis, le moineau est gris-cendre. Il ne peut courir normalement, il saute parce que Noé oublia de le délier lorsqu’il quitta l'arche.
On dit que le moineau fut présent à la naissance et à la crucifixion de Jésus. Il aurait dit à chaque fois : « Il vit ! » Après son accouchement, Marie l’aurait récompensé pour la bonne nouvelle et octroyé de vivre plus longtemps que le chêne. Lors de la mise en croix, les paroles du moineau auraient signifié que le Christ continuerait à être torturé jusqu’à ce qu’il meurt aussi Marie le maudit-elle, le condamnant à rester petit et à ne se nourrir que de miettes. Le calendrier populaire possède un Mardi des Moineaux où les hommes rassemblent des miettes afin de nourrir et de rassasier ces oiseaux pour qu’ils ne dévastent pas les semis.
Une autre caractéristique des moineaux est de disparaître totalement le 1er septembre. Personne ne connaît le but de leur voyage, certains croient toutefois qu’ils vont accomplir la corvée qu’ils doivent à leur impératrice ou payer un tribut de céréales.

30Mois de l’an (Limite anului). Sans enfant, et de ce fait très malheureux, un couple décida de se suicider. En chemin, l’homme et la femme rencontrèrent un vieil homme. Dieu, et lui racontèrent tout. Il leur donna une plante dont ils devaient faire un thé qu’ils boiraient. Cela fait, ils eurent douze enfants qui furent les douze mois de l’année dont ils portent le nom. Les frères veulent être égaux et se fâchent lorsque l’un d’eux est méprisé. Un pauvre leur rendit visite pour obtenir quelques braises et ils lui demandèrent lequel était le pire des mois. « Tous me plaisent autant », répondit-il, ce qui les réjouit fort, aussi lui donnèrent-ils une pleine pelleté de braises qu'il répandit dans son jardin après avoir allumé son feu. Il en sortit toutes sortes d’animaux. Son riche frère demanda des braises à son tour, mais à la question que posaient les douze frères, il répondit qu'avril était le pire des mois. Les frères lui donnèrent des braises, il les répandit dans son jardin, mais sa maison et sa ferme s’enflammèrent.

31Moïse le prophète (Moise Proorocul). Adam et Ève moururent âgés de sept cents ans et furent inhumés sur le mont Alelei. Douze ans plus tard, deux montagnes jaillirent de leurs tombes : de celle d’Adam une verte, de celle d’Eve une noire. Un arrière-petit-fils et une arrière-petite-fille du premier couple dormirent un jour sur ces montagnes et eurent le même rêve : ils auraient un fils qui tuerait le diable. La mère du garçon, mécontente, le déposa sur un fleuve, une femme le trouva et l’éleva avec ses propres enfants ; il devint un grand savant et tous les juifs l’aimèrent. Mais dans un royaume proche vivait alors un empereur haïssant les juifs, qui voulut faire disparaître le peuple de Moïse et jeta un défi à leur intelligence : il fallait dialoguer uniquement par gestes. Moïse en sortit vainqueur mais comprit que l’empereur allait persécuter son peuple et s’enfuit avec lui. Ses ennemis les rattrapèrent devant une haute montagne, mais Dieu lui donna un bâton dont il frappa le mont qui s’ouvrit pour laisser passer les juifs. Un jour, Moïse dut combattre le diable. À la demande de celui-ci, la lutte s’engagea d’abord dans la mer et fut si violente que depuis, il y a des vagues. Elle se poursuivit sur une montagne : par peur du bâton de Moïse, le diable se changea en serpent mais Moïse lui tordit la tête puis l’attacha sur une croix où il resta jusqu’à ce que Jésus arrive et le transforme en poussière.

32Mort (Moartea). On la représente comme une vieille femme hideuse portant une faux. Par euphémisme, on l'appelle « la femme aux cheveux dénoués » (Despletita), « la rapide » (Grăbita), etc. Ses sœurs qui l’accompagnent sont la Peste et le Choléra. Elle fait partie des Destinées et annonce quand et comment mourra l’enfant qui vient de naître. À l’origine, elle vivait au ciel, mais à cause de sa désobéissance, elle dut résider sur terre. Sa demeure est pleine de pelotes de fil, grandes et petites, ou de cierges. Lorsqu’ils s’éteignent, quelqu’un meurt. Un jour, la mort demanda un agneau à un pâtre ; il le lui apporta, vit les pelotes et demanda qu’elle était la sienne. Comme elle comportait encore beaucoup de fil, il reprit son agneau afin de pouvoir nourrir les siens.
Autrefois, la Mort passaient chez les hommes, répandant la terreur, jusqu’à ce qu’un pâtre transylvanien la chasse. Dieu décida alors qu’elle serait invisible. Pour séduire les hommes, elle se change souvent en un tas d'or qui les attire. Elle possède de nombreux messagers qui annoncent sa venue. Ce sont les faiblesses du corps, les maux de dents et d’os, les cheveux gris, etc. La Mort étrangle, coupe de sa faux, décoche une flèche, poignarde ou tend la coupe mortelle remplie d'un poison si amer que, lorsque Dieu demanda au crâne d’Adam s’il s’en souvenait encore, il s’entendit dire ; « L’amertume de cette boisson est encore sur mes dents. » Une autre fois, Jésus ressuscita un homme trépassé depuis trente ans, qui le pria de le laisser mort afin de ne pas devoir vider à nouveau cette coupe.
Bien des gens appellent la Mort, mais quand elle est là, ils prétendent qu’ils n'ont besoin que de son aide dans leur travail (voir la fable de La Fontaine, La mort et le laboureur). La Mort est subordonnée à saint Haralambie* qui la tient liée ou la retient par les cheveux, ne la libérant qu’à la demande de Dieu. Parfois, la Mort est assimilée à l’archange Michel. Un jour, le père d’un nouveau-né chercha un parrain ; il refusa la Justice parce qu’elle n’est pas égale envers tous, et accepta la Mort ou l’archange Michel, eux qui traitent tous les hommes de la même façon, qu’ils soient riches ou pauvres, jeunes ou vieux, empereurs ou pâtres. Le nouveau-né reçut en cadeau la profession de médecin.
Si Michel accompagne la Mort, il tente de prolonger la vie humaine d’une ou deux heures, mais il commet des erreurs et prend la vie de jeunes gens parce qu’il ne possède qu’un œil. On se moque quelquefois de la Mort, on l’enferme dans un cercueil ou l’assied sur une chaise, et elle ne peut s’en délivrer que si elle promet de ne plus revenir avant trois cents ans.

33Mort comme hôte chez un vivant (Mortul ca oaspete la un viu). Pendant la veillée mortuaire, un homme dit au cadavre : « Si tu en as envie, rends-moi visite dans un an ! Je te donnerai une bonne gorgée de vin. » Un an plus tard, le mort apparut et lui rappela sa promesse. Effrayé, il alla aussitôt chercher du bon vin à la cave. Quand il eut bu, le mort l’invita à minuit à l’église afin de lui offrir du vin. Le pasteur lui recommanda de passer l’aube d’un sacristain, ce qui le sauva car, sinon, il n’aurait par quitté l’église vivant.
Un autre se moqua d’un crâne et l’invita à dîner. Le mort vint alors frapper à sa porte ; il ouvrit, poussa un cri terrible et on le retrouva mort la langue arrachée.

34Mouches goloumbaques (Musca columbacǎ). Ce sont de mauvaises mouches, venimeuses et très dangereuses qui surgissent en Roumanie du Sud-Est et en Serbie tous les printemps. Leur nom scientifique est simulia columbacschensis. Elles causent de grands dégâts parmi les bêtes. Une légende explique leur origine mystérieuse. À l’ouest de l’Olt vivait un dragon à sept têtes, dont les yeux brillaient comme le jour dans l’obscurité ; sa peau résistait aux balles et il se nourrissait d’hommes et de bêtes. Toute tentative de le tuer échouait. Seul Iorgovan*, ou saint Grégoire* le Théologue, réussissent à l'occire. Iorgovan lui trancha les têtes deux par deux, en trois fois, mais le dragon en conserva une et se cacha dans une grotte des bords du Danube ou du Cerna, disant au héros : « J’ai fait bien du mal jusqu’ici, mais j’en ferai encore bien plus car ce qui sortira de ma dernière tête sera un danger pour ton cheval et tous les autres animaux. » En effet, tous les printemps jaillissent de sa tête les essaims dévastateurs de mouches goloumbaques.

35Moustique (Ţânţarul). Il y a fort longtemps vivait un empereur appelé Pic*, dont les méfaits étaient célèbres. Le Soleil qui observait tous ses actes, les rapporta à la mère de Dieu qui décida que cela ne pouvait plus durer et qu’il fallait jeter Pic dans un lac sans fond afin qu’il n’en ressorte jamais. Mais avant que soit prononcé le jugement, Pic surgit et se mit à maltraiter la mère de Dieu et à se battre avec le Soleil. Celui-ci le lança dans un puits profond où il se noya et se transforma en moustique. Il eut si peur, qu’il n’ose plus sortir tant que le dieu Soleil habite la voûte céleste.
Selon d’autres traditions, Dieu appela tous les êtres vivants afin de leur partager de la nourriture. Arrivé en retard, le moustique femelle eut les restes, le jus des plantes. Il protesta et exigea de pouvoir sucer le sang. Dieu le lui accorda avec une restriction : il ne pourrait sucer que du sang et mourrait quand il n’en disposerait plus. Le moustique mâle se contenta du jus des plantes et il lui fut permis de le sucer ainsi que le sang. On dit enfin que le moustique femelle naquit de la fumée de la pipe du diable, c’est pourquoi il le sert et est l’ennemi des anges. Il est plus rarement au service du prince des contes auquel il ramène les juments sauvages. Les moustiques annoncent le mauvais temps, les maladies et la mort.

36Muguet (Lăcrimioara). Un garçon fort pauvre, devenu pâtre du roi, possédait un chalumeau magique que lui ravit la fille de son maître. Il pleura amèrement car c’était là tout son bien. De ses larmes naquit le muguet. On dit aussi que les larmes d’une princesse qui s’était égarée en forêt lui donnèrent le jour, ou encore qu’il naquit des perles que la fille d’un empereur avait reçues de son fiancé et que son ennemi avait pulvérisées.

© UGA Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

L
 
N