Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books
G
I

Petit dictionnaire de mythologie populaire roumaine

 | 
Ion Taloș

Petit dictionnaire de mythologie populaire roumaine

H

Volltext

1Haralambie, saint (Sf. Haralambie). À l’origine Haralambie était un pâtre auquel un médecin apprit à traiter bien des maladies et qui guérit de nombreux malades gratuitement. Le choléra anéantit toute sa famille et il voulut se tuer. Dieu l’appela à Lui et lui donna le pouvoir sur le choléra. Haralambie enferma celui-ci dans une noix qu’il ferma avec des chaînes ; il le tient pas les cheveux, dit-on aussi, et ne le lâche que de temps en temps, lorsque les hommes travaillent le jour qui lui est consacré. Haralambie s’occupe de la santé des humains et des bêtes, c’est le patron de la demeure et il multiplie les moissons.

2Herbe du pic, herbe magique (Iarba Fiarelor). Cette herbe merveilleuse, encore appelée verveine, herbe des philosophes ou des voleurs, est, croit-on, très rare. Elle naquit des gouttes de sang qui tombèrent du nombril du Christ en croix. Selon les régions, on la confond avec la fougère ou le trèfle à quatre feuilles. Aussi vivante qu’un homme, sa tête ressemble à une perle ; sa couleur est d’or ou d’argent, rouge ou noire, et, la nuit, elle brille comme le feu, redevenant verte à l’aurore. Cette herbe à la forme d’un cœur, n’a ni feuille ni racines et est aussi fine qu'un cheveu. On la trouve à proximité des lacs, des marais, sur une pierre, ou bien là où la foudre tua un diable. Elle pousse aussi dans les pâturages, mais uniquement tous les neuf ans à la même place.
L’herbe du pic possède une force merveilleuse : elle ramollit le fer et ouvre les serrures, même celle du paradis. Les voleurs et les brigands qui la détiennent peuvent quitter leur prison, pénétrer dans toutes les caves, accéder à tous les trésors et à tous les coffres, ce qui est bien illustré par les littératures de l’Occident médiéval. Bouillie dans du lait, cette herbe facilite le travail des parturientes. Elle permet aux hommes de comprendre le langage des bêtes, des plantes et des oiseaux ; elle rend invulnérable et procure des pouvoirs surnaturels. Pourtant, les animaux qui la mangent meurent car elle est empoisonnée.
Les moyens mis en œuvre pour la découvrir sont d’ordre mécanique : si on traîne dans l’herbe une serrure fermée, elle s’ouvre au contact de la plante ; les chaînes des chevaux laissés à pâturer dans les champs la nuit, tombent en touchant l’herbe du pic ; si on dépose de cette herbe dans une auge remplie d’eau, elle coule au fond ; si on jette la jette dans un fleuve, elle remonte le courant. Il est plus fréquent d’obliger des bêtes ou des oiseaux à chercher cette plante et à vous la rapporter ; quand on enferme leurs petits, le pic et le loriot la ramènent pour les délivrer, et le témoin de la scène peut utiliser l’herbe à son tour. Chez les humains, seul le septième fils est capable de reconnaître l’herbe du pic, et ce uniquement le dimanche, à Pâques, à l’Ascension ou à la Saint-Georges. Qui, grâce à un petite intervention chirurgicale, se fait déposer un morceau de cette herbe sous la peau ou sous la langue a le pouvoir d’ouvrir tout ce qui est fermé. Seul l’ail consacré par les Calouchari* peut l’en empêcher.
Déjà dans l’Antiquité, cette herbe était connue des Grecs, des Romains et au Moyen-Orient. Elle joue encore un rôle aujourd’hui, dans les pays méditerranéens.

3Hercule. Déjà Hérodote savait que, sur les rives du Tyras (aujourd’hui Cerna), près des Bãile Herculane (Bains-d’Hercule), au sud-ouest de la Roumanie, il y avait un rocher où l’on voyait l’empreinte du pied d’Hercule. Elle ressemblait à celle d’un pied humain mais mesurait deux coudées. On l’attribua plus tard à Iorgovan*. Le mythe de la lutte d’Hercule avec le lion de Némée est transposé dans un chant de Noël (Lion*).

4Hérisson (Ariciul). En général, il apparaît sous la forme d’un homme sage qui sait tout et peut voir l’avenir. Parfois, c’est un jeune homme qui aime passionnément danser et commet des fautes, ou encore c’est une personne qui n’aime guère collaborer avec Dieu, c’est-à-dire suivre la voix de la sagesse. Le hérisson prit part à la création du monde. Lorsque Dieu eut fait la terre, il Lui demanda si c’était bien ainsi, car il savait que l’homme ne peut vivre sans eau ; Dieu le laissa donc faire ce qu’il tenait pour bien. Le hérisson accompagné de scarabées, de fourmis et de souris pénétra dans la terre et créa des lacs et des rivières. Dieu eut aussi recours à son aide lors de la pose de la voûte céleste : comme elle était trop petite pour couvrir la terre, le hérisson apprit à Dieu qu’il suffisait de créer des monts et des vaux pour la rétrécir, ce qui fut fait, et le ciel recouvrit exactement la planète. On dit parfois que le hérisson est grognon car insatisfait de la récompense que Dieu lui accorda pour sa collaboration, à savoir des piquants sur le corps. L’animal aide Dieu à faire alterner le jour et la nuit en tressant un fil blanc et un fil noir. Le hérisson eut une autre activité cosmogonique ; après avoir longtemps réfléchi, Dieu décida de marier le Soleil et Il invita des gens à la noce, oubliant presque cet animal qui arriva peu de temps avant le début de la cérémonie sur son char tiré par des chevaux auxquels il donna du feu ou de la poussière terrestre au lieu de foin car il savait que le Soleil aurait des enfants s’il se mariait ; il y aurait donc plusieurs soleils et il n’y aurait plus de végétation sur terre. Le hérisson voulait que ses chevaux s’habituassent à leur nourriture future. Lorsqu’il eut révélé cela, le mariage du soleil n’eut pas lieu.
On dit aussi que le hérisson sait où trouver l’herbe du pic*, à l’aide de laquelle on peut ouvrir toutes les serrures. Le tuer est un péché et c’est un animal bienvenu dans les fermes. Il tient un rôle semblable dans l'ancienne mythologie iranienne.

5Hérodiade (Irodiasa). L’épouse d’Hérode s’éprit d’un serviteur appelé Jean, mais il repoussa ses avances. Pour le punir, elle persuada Hérodiade, sa fille, de demander la tête de Jean en récompense de la danse qu’elle offrit à son père. Elle obtint donc la tête sur un plateau, mais Dieu la condamna à danser pour l'éternité et elle devint la fièvre accompagnée de frissons. Selon d’autres témoignages, il y a neuf Hérodiade, toutes filles malignes d’Hérode. Dans l’Occident médiéval, Hérodiade est assimilée à une diablesse qui parcourt les airs, la nuit, en compagnie de femmes.

6Hirondelle (Rândunica). Elle est sacrée, on croit que c’est un bon omen (signe) et qu’elle annonce le printemps. Les hirondelles furent bénies parce qu’elles portèrent à la Vierge Marie la nouvelle que son fils ressusciterait trois jours après sa mort. D’autres traditions prétendent qu’elles furent maudites pour avoir interrompu le sommeil de Dieu.
À l’origine, l’hirondelle était une bergère qui gardait ses moutons habillée en homme. Un jeune pâtre devina qui elle était en réalité, s’éprit d’elle et la mit plusieurs fois à l’épreuve pour connaître son sexe. La jeune fille sut répondre comme un homme à la question : « Un bois est-il bon pour faire une quenouille ou un chariot ? » ; le bouquet de fleurs déposé sous son oreiller aurait dû faner si elle était un homme, mais son chien l’emporta dehors jusqu’à l’aube et il resta frais ; finalement, les deux pâtres devaient se baigner ensemble, mais la jeune fille sauta dans l’eau avec ses vêtements et traversa jusqu’à l’autre rive où elle ôta son chapeau. Le berger aperçut se beaux cheveux de femme et tenta alors de l'épouser. Il se déguisa, l’attira dans un chariot avec des quenouilles dorées et partit vivement pour la ramener chez lui. Sur le pont qui enjambait le fleuve, la jeune fille jeta son anneau dans l’eau, déclarant qu’elle ne lui adresserait pas la parole avant qu’il ne lui ait rapporté la bague. Il la retrouva et dit, joyeux : « Hirondelle chérie, désormais tu me parleras... », mais elle se transforma en oiseau et s’envola par la fenêtre.
D’autres légendes étiologiques disent que l'hirondelle est née d'une fillette battue par sa mère, ou enlevée à la forêt par sa mère, ou d’une épouse trop sage, ou encore d’une mauvaise belle-mère.

7Homme sauvage (Omul sălbatic). Il se montre l’hiver dans les monts Haţeg et terrifie les chasseurs et les bergers. On dit que ceux qui ont des accidents en ce lieu sont ses victimes. Il précipite dans des crevasses ou tue à coup de rocher les personnes approchant de son antre ou chassant ses chevreuils et ses sangliers. Il fonctionne donc comme un génie du lieu, et les animaux sauvages représentent son troupeau.

8Hora. Ce terme désigne une ronde très simple possédant quelquefois une fonction magique. On pense qu’elle est d’origine thraco-hellénique. Au xixe siècle, cette ronde devint le symbole de la réunion de toutes les provinces roumaines (Hora Unirii).

9Horea. Il conduisit le soulèvement des paysans transylvaniens en 1784-1785. Son vrai nom était Ursu (Ours) : son père l’appela ainsi pour faire peur à la mort car il avait déjà perdu un enfant. Les gens le nommèrent Horea (roum. a hori, « chanter ») car il chantait mieux que personne. Son premier nom connote sa force, le second, son don musical. Son chant s’éleva dans les villages montagneux des Carpates occidentales et donna courage et espoir à la population. Il fut capturé et son martyre rappelle la crucifixion de Jésus : après un souper, il fut trahi pour de l’or, tourné en dérision par une troupe armée qui lui confectionna une couronne de branchages, le traîna enchaîné devant une foule immense et lui infligea le supplice de la roue. Son corps brisé fut exposé aux carrefours et mélangé à la poussière des routes. Les traîtres reçurent leur poids d’or. Avec cet or, ils achetèrent de la farine de froment dont leur mère fit des pains. Mais quand on trancha le premier, un caillot de sang en tomba, signe que ses fils avaient versé un sang innocent et qu’elle et eux devraient éternellement aller mendier de maison en maison.

10Hulotte (Huhurezul). Cet oiseau sylvestre fut, à l’origine, l’empereur des volatiles, mais on le déposa de sa fonction car il se comportait mal vis-à-vis de ses vassaux, et on le condamna à être aveugle le jour. On dit aussi que c’est un enfant abandonné par ses parents dans la forêt. Il passe, comme la chouette, pour être le jongleur des fantômes.

11Hutte du métier (Argea). C’était autrefois une pièce à demi souterraine et proche de la forêt où les femmes tissaient en été. Les jeunes femmes y épiaient les chants magiques des vieilles, les répétaient et en mémorisaient les textes. Bien des récits disent que des personnages démoniaques, la Mère de la Forêt*, par exemple, leur rendaient visite. Être assise devant son métier à tisser semble aussi avoir été une posture érotique comme le montre la ballade Le Soleil et la Lune (Soleil*, Lune, nouvelle lune*).

© UGA Éditions, 2002

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

G
 
I