Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
F
H

Petit dictionnaire de mythologie populaire roumaine

 | 
Ion Taloș

Petit dictionnaire de mythologie populaire roumaine

G

Texte intégral

1Geai (Gaiţa). Cet oiseau doit sa célébrité au fait qu’il quitte son mauvais nid pour s’installer dans celui, bien construit, de la tourterelle, et aussi « parce qu'il parle douze ou quatorze langues ». Il peut, en effet, imiter bien des bruits et des gazouillis. Cette particularité vient du fait que la tourterelle était sa sœur, et que tous deux entreprirent d’apprendre le plus grand nombre possible de chants d’oiseaux. Un jour, ils décidèrent de se lever tôt pour entendre gazouiller tous les oiseaux afin de pouvoir les imiter. Voulant épier les oiseaux matinaux, la tourterelle ne dormit pas de la nuit mais elle finit par s’assoupir à l’aube et ne se réveilla qu’à midi. Elle n’entendit alors que les cris des pâtres et, depuis ce temps-là, elle les imite. Le geai dormit toute la nuit, s’éveilla à temps, entendit les chants et s’entraîna à reproduire tout ce qu’il avait perçu en cette heure favorable.

2Géants (Uriaşii). Les géants, aussi appelés Juifs et Daces, étaient des hommes immenses, plus grands que nos maisons. Les eaux du Danube atteignaient à peine leurs chevilles, leurs mains touchaient l’autre rive du fleuve et, sur leurs paumes, une charrue et six bœufs trouvaient place. Ils pouvaient même atteindre les « oreilles du ciel »* (torţile ceruluï). Ils allaient d’un mont à l’autre, édifiaient des églises sans échafaudages, les arbres étaient pour eux ce que sont les plantes pour nous, et les hommes, des fourmis, des hannetons ou des vers. Pour armes, ils utilisaient des arbres déracinés ; ils mangeaient – parfois de la chair humaine – et dormaient debout. Beaucoup portaient des vêtements féminins. Le temps des géants s’acheva avec le déluge car Noé ne prit aucun d’entre eux sur son arche. Selon d’autres traditions, ils firent la guerre à Alexandre le Grand, puis l’empereur Trajan les chassa et les enferma dans de hautes montagnes d’où ils ne sortiront qu’au jour du Jugement dernier. On dit que les Roumains descendent de la race des géants.
Il existe bien des preuves de l’occupation ancienne de la Roumanie par les géants, des ossements par exemple (fémurs, dents et crânes gigantesques), des rocs qui ne se trouvent pas là où ils devraient être et que les filles ou les parents des géants lancèrent contre leurs fils qui s’étaient épris de fées. Un géant lança son couteau sur son fils ; il heurta le sommet d’une montagne qu’il trancha, ce qui produisit le mont Retezatu dans les Carpates. Les enfants des géants ont, en jouant, créé de nombreuses collines, ou bien ce sont, dit-on, les tombes de ces enfants que l'on inhuma là avec leurs trésors. Le mythe narre aussi les activités de bâtisseurs des géants qui construisirent des châteaux, un pont sur le Danube, une église, des routes, des fontaines, etc.
Les traditions roumaines attestent aussi l’existence d’une légende qui se rencontre un peu partout en Europe, notamment en Alsace. La fillette d’un géant rencontra deux hommes labourant avec six bœufs ; elle les prit dans son tablier et les tint pour des jouets ou des vers de terre. Ses parents lui ordonnèrent de les rapporter là où elle les avait pris car ces personnes régneraient sur terre après les géants.
Lorsque les géants voulurent faire cuire de la purée de maïs, ils déposèrent le chaudron plein d’eau sur le poêle puis partirent chercher une passoire à Constantinople ou en Hongrie afin de la passer. Ils turent de retour avant même que l’eau ne se soit mise à bouillir, ce qui donne une idée de la rapidité de leurs déplacement. Les géants sont parfois hostile aux hommes et enlèvent leurs femmes. Parfois amicaux, ils offrent aux mineurs des Carpates occidentales de l’huile pour leurs lampes.

3Gébéléïzis. Parlant de Zalmoxis*, dieu gète, Hérodote dit : « Certains Gètes appellent cet être divin (daïmôn) Gébéléïzis. » Cette remarque fut le point de départ d'interprétations religieuses et étymologiques, surtout parce qu’aucun auteur ancien n’évoque ce nom. Certains érudits croient que Zalmoxis* et Gébéléïzis sont deux dénominations du même dieu, et s’appuient sur un autre passage d'Hérodote où il est dit : « Ces mêmes Thraces, d’autres fois, lorsqu’il tonne et fulmine, décochent des flèches contre le ciel en menaçant cette divinité, car ils ne pensent pas qu’il y ait un autre dieu que le leur. » On en a déduit que Daces et Gètes étaient monothéistes.
Pourtant, l’identification hérodotienne de Zalmoxis à Gébéléïzis reste sujette à caution car ce dernier représente le seul dieu des Thraces en tant que divinité du ciel et des intempéries, alors que sur Zalmoxis, existent de nombreux témoignages, le présentant comme un dieu chthonico-funéraire. Il vivait retiré dans sa demeure souterraine où, dit-on, les Gètes le retrouvaient après leur mort. Il faut admettre que Gébéléïzis présida au ciel et au temps, et qu’il était encore bien vivant lors de la christianisation des Daces car saint Élie a repris son rôle. Quoi qu'il en soit, on peut aussi admettre un phénomène de syncrétisme entre Zalmoxis et Gébéléïzis.

4Georges, saint (Sf. Gheorghe). On vénère beaucoup saint Georges car il rouvrit le ciel le 23 avril après que saint Démétrius l’eut fermé le 26 octobre. Georges chasse l’hiver et ramène le printemps, accorde protection aux hommes, aux animaux et aux champs auxquels il procure la fertilité. Il règne sur les bêtes sauvages, surtout sur le loup, et, lorsque celui-ci dévore un animal domestique sans sa permission, il le punit, le condamnant à ne plus manger que de la terre.
Dieu a chargé Georges de veiller à l’exécution de Ses décisions. Le saint fut Son soldat et il souffrit le martyre parce qu’il ne voulut pas abandonner sa foi. Il était jeune, beau et si courageux qu’il occit un dragon heptacéphale qui exigeait une victime humaine quotidienne. On raconte bien des merveilles sur lui : jeté dans un tombeau avec de la chaux vive, il resta indemne ; pour le tenter, on le conduisit chez une prostituée, mais il s’adossa à un pilier de la demeure qui verdit, ce qui entraîna la conversion de la courtisane ; il ressuscita le bœuf mort d’un pauvre... Tous les esprits malins le redoutent.
La veille de sa fête, les hommes ornent les portes, les fenêtres, les toits, les objets domestiques ainsi que les églises et les tombes de vertes branches d’érable, de chêne, de hêtre, de saule, de tilleul, de poirier, etc., afin que tout prospère et que vivants et défunts soient protégés du mal. Des bandes de gazon posées sur le seuil de la maison, de l’église ou du portail d’entrée assurent, croit-on, la fertilité et apportent joie et bonheur aux hommes. Ces branches vertes et le gazon visent aussi à rappeler un épisode de la vie du Christ : lorsqu’il fut persécuté, il se réfugia dans une maison que ses poursuivants marquèrent de verdure afin de la reconnaître le lendemain ; quand ils revinrent, toutes les demeures portaient la même marque et ils s’en furent bredouilles.
Le jour de la Saint-Georges, les hommes se balancent afin de rendre inopérants tous les maléfices dirigés contre eux. Ils ne dorment pas, afin que leur agneaux ne perdent pas le sommeil, et ils se flagellent avec des orties afin de rester gais et contents de travailler toute l’année. Les femmes sèment du basilic et se lavent à la rosée pour être belles. La nuit de la Saint-Georges est importante : des trésors cachés jaillissent des flammes ce qui permet de les découvrir ; les sorcières peuvent dérober le lait des vaches et des brebis et s’emparer de la fertilité des champs. Pour empêcher cela, il faut emmener paître les vaches et les brebis de bonne heure le matin. Ce jour-là, on sacrifie un agneau que mange la communauté en célébrant cette fête. Alors commence l’année pastorale.

5Gherman. Saint fêté le 12 mai. Ce jour-là, on ne travaille pas dans les vignes, sinon la grêle les frapperait, et on évite d'autres travaux pour préserver des vers les céréales, les légumes et les animaux domestiques.

6Ghibirdic. Nom d’un nain qui prétendit être plus fort que les dragons et qui gagna son pari contre eux.

7Ghimiş. Nom d’un nain d'une force insurpassable.

8Grégoire le théologue, saint (Sf. Grigore Teologul). On le fête de 25 janvier pour se protéger des brûlures, de la noyade, des inondations et de la paralysie. On dit que pour acquérir ses reliques, on versa leur poids en or.

9Grêle (Grindina). C’est un fléau pour les paysans, une punition de la scélératesse des hommes et des sorcières. La grêle est portée par un cheval ou par un bœuf, et les grêlons ont la taille de noix. On la met souvent en relation avec les saints Élie*, Pierre*, Jean*, Judas*, les archanges Michel et Gabriel*, ou avec le Balaur*, qui la « cuisent » et la répartissent ; les fantômes (II)*, c’est-à-dire les enfants inhumés sans baptême, font de même. La grêle peut être au service des Solomonari* ou des Pietrari et leur obéir. On peut l’éviter en ne travaillant pas les jours les plus importants (Jeudi saint. Vendredi saint, les mardis et surtout les jeudis entre Pâques et la Pentecôte), en faisant sonner les cloches de l’église ou à l’aide d’objets magiques ; branches de noisetier, chatons de saules et pistache sauvage par exemple.

10Grenouille (Broasca). Elle contribua à la création du monde en ramenant des « semences de terre » du fond de la mer, avec lesquelles Dieu réalisa Son œuvre. Selon une autre tradition, elle aurait fait savoir au démiurge qu’il y avait beaucoup de terre au fond des eaux. Alors Dieu ordonna à l’onde de se retirer, et la terre émergea. La grenouille porte la terre sur son dos et, quand elle remue, celle-ci s’agite. Comme Dieu bénit ce batracien, il est sacré et on ne doit pas le tuer.
La grenouille a aussi proclamé la naissance du Christ et, après la mort de celui-ci, elle consola la Vierge Marie*, lui disant qu’elle avait eu onze petits qu’une roue avait écrasés ; il ne lui restait qu’un seul fils qu’elle offrit à Marie. Pour sa bonté et son esprit de sacrifice, elle fut récompensée : son corps ne se putréfie point, ne produit aucun ver et les hommes n’en sont pas dégoûtés puisqu’ils boivent l’eau dans laquelle elle vit. Une légende étiologique veut que la grenouille soit née d’un anneau que portait la Vierge à la ceinture et qu’elle perdit.
Pour expliquer les bonds de la grenouille on raconte que Noé l’attacha, ainsi que tous les autres animaux, quand il la prit dans l’arche, mais il oublia de la délier après le déluge et elle quitta le navire avec ses liens, incapable de courir et ne pouvant que bondir. Les hommes la respectent et l’appellent « Maîtresse » ou « Jument » par euphémisme. Dans les contes, des jeunes gens et des hommes prennent parfois sa forme pour un temps. On l'utilise en médecine pour se protéger des fièvres, ce que Pline l’Ancien notait déjà.

11Greuceanu. Ce personnage libéra le soleil et la lune capturés par les dragons. Il réussit à leur échapper grâce à l’aide du Forgeron de la Terre.

12Grillon (Greierul). Il était présent lors de la création des monts et des vaux : il chantait et réjouissait tous les êtres vivants qui participaient à l’entreprise. Il obtint ainsi le droit de se faire entendre partout et de tout temps. On le représente comme un beau jeune homme qui enleva l’amante de l'empereur Alexandre et fut donc poursuivi par le soleil jusqu’à ce qu’il se changeât en un scarabée noir. On dit qu’il tua Ileana Cosânzeana* et que, depuis ce temps-là, il regrette son acte et pleure. On interprète parfois son chant comme l’annonce du trépas.
On raconte aussi que le grillon fut un bel oiseau qui irrita la mère de Dieu en imitant les pleurs de son enfant. Changé en un insecte il ne peut que dire « cricri ». Certaines traditions affirment qu’il est né d’un crâne de chien et est donc impur.

13Grive (Sturzul). Comme elle se distingue à peine du merle, on dit qu’elle est sa cousine ou son amante mal aimée. Son destin rappelle celui de Dokia* (la vieille) parce qu’elle annonce parfois le printemps prématurément.

14Grouia. La famille des vaillants Novac* est très souvent associée aux combats héroïques contre les Turcs. Grouia est le plus jeune de la famille et s’en distingue en étant à la recherche d'une fiancée. Il sort victorieux d’épreuves (boire, manger), tue un dragon et enlève une pomme d’argent ainsi que les fées qui la gardent au fond de la mer Noire. Les Turcs ne réussissent à l’enivrer qu’une seule fois et à le capturer, mais son père le délivre et tous deux se livrent à un grand massacre à Constantinople.

15Grue (Cocorul). Dieu aime cet oiseau auquel sont dédiés trois jours du calendrier populaire (les 7, 8 et 9 mars) et qui annonce le moment propice pour labourer, c’est-à-dire le printemps. Il ne doit donc pas être tué. Le vol discipliné de la grue passe pour avoir été le modèle des soldats d’Alexandre le Grand*. On dit aussi que les grues volant très haut sont en route pour le pays des nains auxquels elles font la guerre. On retrouve ici la légende bien connue de leur guerre contre les Pygmées, déjà attestée chez Homère.

16Guêpe (Viespea). Quand Dieu eut créé tous les êtres vivants, Il les appela pour les consacrer et leur attribuer tâches et destinées. Tous vinrent à Lui, lui apportant, chacun selon ses capacités, un présent. La guêpe paresseuse ne trouva qu’un bout de papier sur son chemin et l’offrit à Dieu qui décida qu’elle n’aurait qu’un nid fort mince, construit en des lieux impropres, si bien qu’il serait sans cesse détruit par les hommes. On raconte aussi que la guêpe fut un enfant qui frappa sa mère et la mordit au cou ; celle-ci le condamna à être une guêpe bâtissant son nid dans les arbres creux et possédant dans les veines du poison à la place de sang.

© UGA Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

F
 
H