Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books
A
C

Petit dictionnaire de mythologie populaire roumaine

 | 
Ion Taloș

Petit dictionnaire de mythologie populaire roumaine

B

Testo integrale

1Bague (Inelul). C’est un des objets les plus souvent utilisé dans les récits folkloriques roumains. Souvent, elle sert de signe de reconnaissance. C’est grâce à une bague que la mère reconnaît sa fille ramenée par son fils lors d’une épidémie de peste (Lenore*). Le fils illégitime du roi de Hongrie, reconnu à sa bague, reçoit le château de Hunedoara (Corvin*). Un jeune homme mortellement blessé prie l’aigle de porter à sa mère sa main portant un anneau, afin qu’elle sache qu’il est mort.
Dans les rêves, la bague désigne le mariage ; mais rouillée, elle signifie la mort. Elle peut avoir des propriétés magiques, permettre une métamorphose ou rendre invisible, procurer une nouvelle jeunesse et exaucer tous les vœux, etc. Une bague empoisonnée peut provoquer une mort temporaire. Posée sur la poitrine d'un mort, elle écarte de lui toute malignité.

2Bain de lait (Baia de lapte). Le héros des contes doit traire des cavales indomptées afin que le roi puisse se baigner dans leur lait en compagnie d’Ileana Cosânzeana*. Mais le cheval de celle-ci souffle, par une narine, de l’air chaud sur le roi qui se baigne et le tue. Par l’autre narine, il souffle un air d’une chaleur agréable vers Ileana au bain, et c’est ainsi que le héros peut l’épouser.

3Bain des saintes (Baia sfinţilor). Sur neuf pommiers dont les troncs sont éloignée les uns des autres, mais dont les cimes se touchent, des cierges brûlent et de leurs pleurs naissent trois fleuves sacrés : l’un de vin, l’autre d’huiles saintes et le dernier d’eau. Dieu*, le Père Noël*, saint Jean*, Élie* et l'hôte des colindători (Colinde*) s’y baignent. Dieu demande à ce dernier s’il se compare à lui ou aux saints, et celui-là lui répond : « Ni à toi ni à eux. J’ai construit ma demeure au bord du chemin pour héberger les passants. J’ai fait construire des ponts, et les voyageurs m’en sont reconnaissants. J’ai creusé des fontaines dans de mauvais champs, et les assoiffés m’en remercient. » Puisqu’il en est ainsi, l’hôte gagnera le Paradis et recevra le bâton de juge pour juger les bons et les méchants.

4Balaur. Nom du dragon qui est une créature mi-aérienne, mi-aquatique, mais toujours de grande taille. Il existe diverses traditions concernant sa morphologie et son origine. Sorte de grand reptile ou être fantastique, il possède un corps gigantesque, une énorme tête, une peau squameuse rouge, verte ou noire, son corps peut être à moitié humain et sa tête celle d’un crocodile ou d’un cheval, il en a même parfois plusieurs. Pourvu d’ailes, il peut voler. Sa longueur atteint cent toises. Sa gueule est pleine de clochettes qui résonnent comme le sifflement joyeux d’un jeune homme amoureux. Parfois aussi il vomit des flammes. Il habite les montagnes, la forêt, sous les ponts, près des fontaines ou dans les sources, les étangs et les lacs sans fond. Les avis sont partagés concernant sa genèse. Le dragon-reptile naît d’un petit serpent qu’aucun homme, aucun animal, ni même le soleil n’ont vu pendant sept ans. Durant ce temps, le petit serpent grandit, reçoit des ailes et des pattes, puis est enlevé par un nuage qui le redépose peu après. Un autre mythe raconte qu'en été ou à l’automne, les serpents se rassemblent et se battent. Pendant cet affrontement, ils « cuisent la pierre », c’est-à-dire que la bave de leur bouche produit une pierre précieuse de la taille d’un œuf de canard. Le serpent qui réussit à l’avaler se transforme en dragon. Si un homme pouvait entrer en possession de cette pierre, tous ses souhaits seraient exaucés.
Il existe une troisième catégorie de dragons, composée d’hommes condamnés à leur naissance à vivre sept ans sous la forme d’un reptile. S’ils réunissent suffisamment de force pendant ce temps, ils deviennent dragons, sinon ils redeviennent humains. Il y a aussi des « dragons temporaires » ; ce sont de jeunes gens que leurs parents ont condamnés à être serpents pendant neuf ans avant de redevenir hommes. On connaît aussi les métamorphoses en dragon, par exemple celle de l’empereur qui, pour éprouver le courage de ses fils, apparaît près d’un pont sous cette forme monstrueuse.
En tant qu’être fantastique, le dragon niche aussi dans les nuages et possède la faculté de commander aux nuées et aux pluies. Parfois, il tombe sur terre, et un nuage doit venir l’y rechercher. Les dragons reptiles peuvent être attirés hors des lacs par un Solomonar* qui grimpe sur leur dos et les mène où il veut. En maint lieu on raconte qu’un porcher a tué un dragon avec l'aide d’un sanglier, ou bien c'est un routier avec l’aide de son chariot, ou encore un héros avec une flèche, un fusil, etc.
Dans les contes, le dragon est représenté avec sept ou douze têtes, comme l’Hydre de Lerne, et ses têtes repoussent jusqu'à ce que le héros les tranche toutes. Anthropophage, il mange de préférence les fillettes, les petits du griffon ou de l’aigle. Il possède une source dont il ne veut pas donner l’eau aux hommes, c’est pourquoi on lui sacrifie une jeune fille tous les ans. Quand c’est au tour de la fille de l’empereur d’être sacrifiée, un preux surgit qui vainc le monstre, parfois avec l’aide de chiens merveilleux. Lorsque le dragon n’a plus qu’une tête, un corps à corps se déroule : le héros enfonce le monstre dans la terre jusqu’au cou et le décapite. Les dragons ne gardent pas seulement des fontaines ou des sources, mais aussi des champs, des jardins aux pommes d’or (comme dans la légende des Hespérides) ou des îles. Ils sont parfois trois, le plus jeune possédant trois têtes, son aîné six et le plus vieux neuf. De la tête d’un dragon mort surgissent souvent de dangereuses mouches (Iorgovan*).
Il est aussi question, dans certains contes, d’une jeune fille qui possède en elle un ou trois dragons-serpents : le héros du récit ou l’un de ses amis les tue. Les gentils dragons sont rares : l’un d’eux sauve ainsi le fils de l’empereur qui le salue d’un : « Bonjour frère ! » ; un autre avale l’impératrice sur le point d’être tuée, et la recrache quand le danger est passé. Ces dragons sont généralement des jeunes gens ensorcelés qui redeviennent hommes après cette bonne action. Voir aussi Drac*.

5Balmut. Nom de l'épée que le héros des récits roumains fait forger avec l'argent de son salaire annuel.

6Barbara, sainte (Sf. Barbara, Barbara, Varvara). On la fête le 4 décembre pour se protéger des tumeurs et, surtout, des pustules de la varioles et de la peste. Ce jour-là, les enfants ne mangent ni fèves, ni lentilles, ni pois, sinon les pustules deviendraient aussi grosses que ces légumes.

7Barbe (Barba). C’est l’attribut physique le plus important des hommes. Rouge, ou démesurément longue par rapport au corps, elle mesure une coudée alors que l’homme ne fait qu’un empan. Sa longueur est fonction du temps écoulé, comme celle de Corbea, qui poussa jusqu'aux pieds durant sa captivité et grouillait de serpents. La barbe indique l’âge, la profession ou la nationalité d’un homme. Dans les chants magiques, il est question des poils de la barbe de Salomon. La partie de froment qu’on ne moissonne pas mais laisse en offrande, est appelée « Barbe de Dieu ».

8Barbeau (Mreana). Un jeune homme rencontre un barbeau qui lui demande d’épargner sa vie et se transforme en une belle femme qu’il épouse. Le couple passe la nuit dans une hutte en forêt et se réveille dans un palais splendide. Un boyard envieux impose au garçon des épreuves difficiles, mais celui-ci les réussit grâce à son épouse.

9Barthélemy, saint (Sf. Vartolomei). On le fête le 11 juin, journée des céréales, pour protéger celles-ci de la grêle. Dès lors, le froment commence à mûrir et le maïs se met à pousser vigoureusement. À cette date apparaît la constellation des Pléiades. Les pâtres observent son ascension, pensant que leurs moutons vont prospérer et se multiplier.

10Basile, saint (Sf. Vasile). Basile est fêté le 1er janvier. Il exerce ses pouvoirs sur le diable qu'il a banni. Un jour, en effet, le diable se glissa dans un monastère dirigé par Basile et y vécut comme un moine. Il assistait à la messe, mais ne supportait pas un certain chant et, chaque fois qu’on l’entonnait, il quittait l’église. Basile soupçonna que ce moine pouvait être le diable et, pour s’en assurer, il plaça une croix à chaque issue de l’église. Le diable ne put quitter l’édifice où retentissait le chant. Il grimpa dans le clocher d’où il tomba sur le sol de la nef et se transforma en poix. On la jeta dans un ravin d’où jaillit le tabac.
Dans la nuit du 1er janvier, le ciel s’ouvre, et celui qui en est témoin voit tous ses souhaits exaucés. La même nuit, les animaux parlent et des trésors cachés jaillissent des flammes. Les femmes dansent à la Saint-Basile pour que le chanvre pousse bien. Qui éternue à cette date est heureux toute l’année ou recevra de nombreux cadeaux. Certaines légendes présentent saint Basile comme un jeune homme aimant la boisson ; il chevauche un tonneau, boit, mange et aime les femmes.

11Basilic (Busuiocul). Cette plante est née ainsi. Une jeune fille mourut et son fiancé se rendait quotidiennement sur sa tombe pour pleurer. Là où tombaient ses pleurs poussa une plante au parfum agréable à laquelle on donna le nom du jeune homme (Busuioc). Selon d’autres traditions, cette plante est née des pleurs de la sainte Vierge au pied de la croix. Le basilic est utilisé en magie. On le place dans le premier bain du nouveau-né afin que l’enfant soit aimé autant que la plante. Les jeunes filles le portent sur la poitrine, à la ceinture ou dans les cheveux pour être heureuses en amour. Placé sous l’oreiller d’une fille la veille des Rois, il la fait rêver de son futur époux. On place du basilic dans les couronnes et les oreillers des mariés afin qu’ils aient une vie heureuse.
L'utilisation de cette plante dans les rites funéraires est interdite car le monde repose sur quatre piliers de basilic : si l’on en enterrait un rameau, avec une couronne mortuaire, par exemple, cela ébranlerait la terre.

12Battre-les-monts-en-têtes (Bate-Munţii-n-Capete). Plusieurs géants de la mythologie roumaine sont associés aux montagnes : l’un les secoue, l’autre les berce, un troisième joue avec elles et leur donne des coups de tête, comme les béliers. Ces géants ne s’arrêtent que pour manger, ce qui ne laisse qu’un instant au héros des contes pour s’emparer dans l’autre monde de la plante de vie, ou de l’eau de vie et de mort.

13Belette (Nevăstuica). Une jeune femme, belle mais paresseuse, refusait de toucher au fuseau et à la quenouille et ne voulait pas filer le chanvre pour faire une chemise à son mari. Après plusieurs tentatives pour la corriger, son époux la quitta et partit dans le vaste monde. Il rencontra la sainte mère Vendredi et lui raconta tout. Celle-ci transforma sa femme (roum. nevastă) en belette (roum. nevăstuică) pour la punir de son comportement, mais elle ne put amender son âme venimeuse, si bien qu’une morsure de la belette est mortelle pour les hommes et les animaux. Le seul recours serait de placer un rouet ou une quenouille sur son chemin, ce qui la ferait disparaître.
Selon un autre mythe, il y avait un pays merveilleux où tous les hommes travaillaient et vivaient heureux. Son empereur avait trois fils et deux filles. Un jour, il sauva Dieu et saint Pierre de la noyade et obtint d’eux qu’ils exauçassent un vœu. Il désira et obtint une troisième fille, splendide mais paresseuse et mauvaise, dont les mœurs influencèrent les habitants du pays qui devinrent ivrognes et paresseux. À la mort de son père, elle fut nommée impératrice et ordonna de faire disparaître toutes les quenouilles et les personnes trouvées à filer. Dieu envoya alors la foudre qui réduisit le pays en cendres, mais du palais impérial surgit une petite bête ressemblant à une belette qui partit pour d’autres pays afin d’y voler les poules, les œufs, etc. Saint Pierre conseilla aux hommes de placer une quenouille devant les poulaillers, et la belette disparut.
La belette peut empoisonner l’eau. Un jour des moissonneurs trouvèrent ses petits et les épargnèrent en les déplaçant. Ne les retrouvant pas, la belette empoisonna l’eau des moissonneurs, mais les ayant enfin découverts, elle renversa cette eau afin que les hommes ne périssent point, montrant ainsi un sens de la justice.

14Bélier (Berbecul). Animal sacré pour les Roumains, on le représente avec quatre cornes surmontées de pierres précieuses qui illuminent le monde la nuit ce qui permet au pâtre de voir ses moutons. Il a pour fonction de mener le troupeau et de le protéger de la mer et du dauphin. Il est aussi responsable de la richesse et du bien-être des troupeaux. Il semble avoir existé un culte du bélier au Néolithique. Chez les Daces, il représentait les dieux domestiques et les ancêtres auxquels on faisait des offrandes. Plus récemment, il servait de propitiation en temps de peste ou de choléra. Aux enterrements, on offre aux pauvres un bélier comme don funéraire. La peau de l’animal sert dans les rites d’initiation.

15Belle-aile (Aripă Frumoasă). C’est le plus jeune frère du Crépuscule et de Minuit (Aurore*). À l’origine, il s’appelait Aube, mais un empereur changea son nom en Belle-Aile et lui promit sa plus jeune fille s’il délivrait Soleil, Lune et Étoiles du Pays des Dragons. Belle-Aile combattit contre deux dragons et libéra d’abord Étoiles, puis Lune et enfin Soleil. Il surmonta les épreuves du froid, de la soif et de la faim, tua la mère du dragon et se lia d’amitié avec Pipãruş Petru, puis il s’empara d'Ileana Cosânzeana* qu’il mena chez la Vieille de la Forêt Maudite. Avec l’aide d Ileana, il apprit que les forces de la Vieille étaient hors de son corps, dans deux mouches, dans le corps d’un canard, lui-même dans celui d’un lièvre, qui se trouvait dans celui d’un ours (thème de l’âme externe). Belle-Aile tua ces animaux et la Vieille mourut. Ainsi put-il ramener Ileana à Pipãruş qui l’épousa. Belle-Aile quant à lui convola avec la fille de l’empereur.

16Berceau (Leagănul). Un cerf ou un aurochs tient entre ses cornes un berceau fait de six fils de soie et où se tient une jeune fille en âge de se marier, qui prépare son trousseau. L’animal traverse la mer, ou un fleuve. La demoiselle lui demande de nager doucement afin de ne pas être dérangée dans son travail. Le berceau se trouve parfois dans un lilas ou un griottier (cerisier) en fleurs, et un jeune homme demande à celle qui s’y tient de l’y accueillir. D’autres fois dans un érable à feuilles d’obier, il y a un berceau avec le corps d’une prêtresse que Dieu ressuscitera, et celui d’un nourrisson, dont la mère fut emmurée dans les fondations d’un édifice. Des oiseaux nourrissent l’enfançon, le vent le berce et la pluie le baigne (Manole*).

17Berger (Ciobanul, Pastoral). De nombreux saints furent des bergers (Jean*, Pierre*, Dumitru), et ce personnage joue un rôle important dans les légendes. Seul le berger peut rapporter sur terre les fruits d’un pommier dont la cime touche au ciel, grâce à quoi il épouse la tille de l’empereur. C’est lui qui héberge Dieu et Sa suite, ce qui lui vaut une riche récompense. Il est vierge de tout péché parce qu'il ne voit aucune femme du début de la saison pastorale jusqu’à la Saint-Élie, et il peut donc faire des merveilles, traverser le fleuve sans pont, par exemple. C’est un berger qui dérobe les clous forgés pour crucifier le Christ, et Dieu le bénit. Parfois, Dieu lui demande à qui appartiennent les moutons, et il répond : « Je les garde, tu les multiplies », c’est-à-dire que tous deux sont les propriétaires du troupeau. Le berger apparaît comme Dieu ou comme un saint, il paît ses moutons dans les prairies célestes, les abreuve dans les nuages, et les abrite sous l’orbe de la lune.

18Biche (Ciuta). Elle apparaît dans des récits mythiques dont le sens n’est pas toujours clair. Un troupeau de biches paît autour d’un lac entouré de roseaux et de prairies florissantes. Une biche pressent qu’un jeune homme à cheval, accompagné d’un faucon et d'un chien, va chasser le troupeau, et que son sang à elle rougira le lac. L’homme construira des ponts de ses os et des montagnes de ses poils. Dans un autre récit, le conseil des anciens demande à un jeune homme la raison de son retard : a-t-il chassé ou l’a-t-on chassé ? Il répond qu’il a poursuivi une biche infatigable et l’a tuée de son épieu. Il a donné sa viande aux bouchers, ses poils à ceux qui fabriquent les bissacs des pâtres et ses os aux fabricants de gobelets.

19Bienheureux, Bénins (Blajinii, Rocmanii, Rohmanii). Le nom d’origine slave (blazen : « heureux ») désigne le peuple que le Roman d'Alexandre* appelle Nagomudri et qui vit sur une île entouré de l’Eau-du-Samedi (Apa Sâmbetei), à proximité du paradis. Cette eau bout toute la semaine, sauf le samedi*, aussi ne peut-on la franchir. Selon d’autres sources, le pays des Bienheureux se trouve au-dessus de l’Euphrate. Ce peuple descend de Seth*, le fils d’Adam*. Il vit nu et se nourrit exclusivement de fruits. Les hommes vivent séparés des femmes, mais les uns et les autres se retrouvent pour quelques jours, à Pâques qui tombe une semaine plus tard que la fête chrétienne. Ils connaissent la date de leurs retrouvailles ainsi : les coquilles des œufs que nous mangeons à Pâques sont portées à leurs pays par les fleuves et indiquent que le moment est venu de se réunir. Ce peuple est bon, doux, bienfaisant, innocent, pur et pieux, mais oublié de Dieu. Son roi, Ivantie accueillit, nu, Alexandre* tout en portant une couronne. Il déclara qu’il tenait ses habits de sa mère et n’en avait pas dépouillé d’autres gens. Il offrit à Alexandre l’eau d’immortalité, mais celui-ci douta et en abreuva son destrier qui devint immortel alors que lui mourut. Chaque Bienheureux sait quand il doit trépasser. Il revêt alors les habits adéquats, franchit une montagne et ne revient jamais plus. À la Pâque des Bienheureux ou des Bénins, les Roumains font l’aumône, offrent un repas aux morts et donnent une fête au cimetière en l’honneur des défunts.
Selon d’autres mythes, les Bénins furent les premiers habitants de la terre, avant les géants. Ils étaient de petite taille, comme nos enfants, mais possédaient de grosses têtes et de longues mains. Dieu retournera la terre, semblable à une galette, et il lui rendra sa position première au Jugement dernier, si bien que les Bénins habiteront à nouveau la terre.

20Bise (Crivăţul). C’est le vent du Nord personnifié. Une armée turque veut attaquer la Bise. Elle envoie le soir une averse, puis souffle par une narine un air si froid que l'armée en pâtit. Les hommes font du feu avec leurs lances, mais le vent souffle du gel et éteint le feu. Les soldats abattent leurs chevaux et s’abritent dans leur carcasse, mais le vent glacial finit par faire périr tout le monde. Seul le pacha reste en vie : sa barbe est de givre, ses cheveux, de neige et sa main tient un glaçon.

21Blaise, saint (Sf Vlasie). On le fête le 11 février pour se protéger des maux de gorge car il sauva le fils d’une veuve qui s’étranglait avec un os. Ce jour voit le retour des oiseaux qui menacent les semis. Biaise protège les femmes durant leur grossesse, et elles honorent sa fête afin que leurs enfants naissent sans tares physiques ou psychiques. Bien des gens ne travaillent pas ce jour-là pour éviter que leurs bêtes aient des petits anormaux (un veau à cinq pattes, par exemple) ou pour avoir toujours quelque argent en poche.

22Blé (Grâul). Le blé est né, lors de la crucifixion, des morceaux de chair du Christ, c’est pourquoi il est aussi beau que Sa face. Il se trouve en concurrence permanente avec le vin et les huiles saintes également nés du sang ou de la sueur du Christ. À l’origine, l’épi était aussi grand qu’une paille et Dieu l’attribua au chien, mais celui-ci s’ennuya de mettre longtemps à le dévorer. Dieu réduisit la taille de l’épi pour que le chien puisse le prendre en entier dans sa gueule. Lorsque les Tartares incendièrent tous les champs de blé des Roumains, le chien sauva un épi, si bien qu’on put en reprendre la culture.
Le moment de l’ensemencement est très important. Il n’a lieu qu’au lever des Pléiades, surtout le lundi ou le jeudi, jamais le samedi, à l’aube. Le semeur doit posséder une pureté magique et être bien habillé. Parfois, Dieu Lui-même procède à l’ensemencement avec saint Pierre. Les champs de blé sont protégés par un bœuf mythique. Il descend de la montagne jusqu’à la fontaine du champ, prend de l’eau dans sa gueule et arrose les champs, rôle que tiennent parfois Dieu ou Sa mère.
Aucune festivité n’a lieu pendant la récolte : on porte une sorte de deuil afin que les champs restent purs. Un jeune homme doit couper la première gerbe, et les derniers épis ne sont pas tranchés afin qu’il y ait une bonne récolte l’année d’après. On les appelle « Barbe de Dieu ». À la fin de la récolte, on fait une couronne d’épis qu’une fillette de quatorze ans environ ramène au village, accompagnée de la communauté des ouvriers agricoles, et qui est abondamment arrosée par les villageois. La couronne, fixée à la poutre d’une maison pour la décorer, est conservée jusqu’au printemps. Ses grains sont alors mêlés aux autres semences.

23Bœuf (Boul). Dans les croyances préchrétiennes et l’Ancien Testament, un bœuf gigantesque tient la terre entre ses cornes. Selon la légende, il refusa d'entrer dans l’arche de Noé, convaincu qu’il pourrait nager quarante jours. On dit qu’il aurait survécu au déluge si les oiseaux du ciel ne s’étaient pas posés sur ses cornes, ce qui provoqua sa noyade. Dans d’autres traditions, le bœuf porte sur ses cornes un berceau où repose une fi Mette. On raconte aussi qu'il asperge les champs de son eau. Le diable créa le bœuf de terre, mais seul Dieu put lui donner vie. Adam* reçut deux bœufs du Seigneur avec lesquels il creusa trois sillons, puis il les laissa paître, mais ils lui échappèrent car ils étaient encore sauvages. Le diable les captura et proposa à Adam de les lui rendre contre les âmes de ses petits-enfants.
Le bœuf fut le seul animal qui put porter Josué car le cheval et l'âne succombèrent sous son poids. Alors Josué embrassa le bœuf sur le museau et c’est pourquoi celui-ci n’est pas poilu. Un bœuf apprivoisé, présent à la naissance du Christ, réchauffa l’enfant de son haleine et ne dévora pas la paille afin que le petit ait une couche. Aussi fut-il sanctifié et tous les ans, à la Saint-Basile, il lui est permis de parler, ce que constate celui qui se cache dans l’étable.
Le 24 juin, on pare un bœuf de mille fleurs, de rubans et de clochettes, et on couvre son dos d’un tapis ; un groupe de jeunes gens va avec lui de maison en maison, surtout dans celles où se trouvent des filles en âge de se marier. Les jeunes gens dansent et on asperge le bœuf d’eau, puis la jeunesse du village va nettoyer les puits*.
En temps de peste, on attelle deux bœufs nés un samedi* de la même vache, afin qu’ils tracent un sillon autour du village, un samedi, pour mettre en fuite les démons de la maladie.

24Bogdan Dimian. Ce personnage fait un pari avec Sila Samodiva* : le premier qui atteindra le château aux trois enceintes et le village aux neuf noms pourra décapiter son concurrent. Sila Samodiva suscite un brouillard, empêchant Bogdan Dimian de trouver son chemin, et arrive la première au but. Son adversaire malheureux exprime le souhait de la voir. Quand la brume se dissipe, Bogdan Dimian lui arrache les yeux.

25Bois de la croix, le (Lemnul Crucii). Quand Adam* agonisa, son fils Seth* lui ramena une branche d’olivier du paradis. Avec sa mère Ève*, il en fit une couronne pour son père qui fut enterré avec elle. De la couronne sortit un arbre merveilleux, dont le tronc portait trois branches qui se joignent sept fois, et dont on fit la croix du Christ.

26Borita (Boriţa, Brezaia, Turca). Le terme désigne un masque d’animal que les garçons du village portent lorsqu’ils vont de maison en maison en chantant à Noël, au Nouvel An et à l’Épiphanie. Le masque, très décoré, est porté par un homme en haillons qui tient un phallus de bois. Cet homme ne dit rien et n’obéit ni au groupe de garçons ni à l’Église. Ce personnage mythologique et énigmatique est peut-être un démon, ou le dieu de la forêt de sapin, sans doute un vestige de l’héritage géto-dace. Il s’agit parfois d'un masque de cerf lié à une légende voulant que ce fier animal refusa d’entrer dans l’arche de Noé, convaincu de pouvoir nager quarante jours. Mais il se trompa, et seul son masque est connu.

27Bouleau (Mesteacănul). À l’origine, le tronc et les feuilles du bouleau étaient vert foncé, mais l’arbre revêtit un jour un habit argenté pour se rendre au bal et conserva cette couleur à jamais.

28Bourgeons (Mugurii). Les pâtres des montagnes avaient coutume de communier avec les bourgeons des sapins ou des arbres.

29Brebis (Oaia). Elle ne voulut avoir ni cornes ni venin pour se défendre des autres bêtes. Dieu la créa et la donna à Adam*. Elle cacha Jésus dans sa bergerie lorsqu’il fut poursuivi, le réchauffa, le nourrit et la Vierge Marie* la sanctifia. Selon d’autres légendes, la Vierge maudit la brebis parce qu’elle n’était pas restée tranquille lors de la naissance du Christ. Ainsi, ses petits seraient abattus et elle ne pourrait bêler lorsque le loup l’attaquerait. On dit aussi que le mouton demanda à Dieu la mort du pâtre qui le frapperait. Dieu refusa de l’exaucer et, depuis ce temps-là, il doit supporter les coups. Enfin, on rapporte aussi qu’un mouton accoucha d’un enfant qui devint un grand héros. Au printemps, on sépare brebis et béliers pour ne les réunir qu’à l’automne, ce que l’on nomme « noces des moutons ». Pour protéger ces bêtes du mauvais œil, le pâtre nu traverse le village avec eux ainsi les gens le regardent lui et non ses bêtes.

30Brise-pierre (Sfarmă-Piatră). Ce géant personnifie une anomalie de la nature. Il se tient sur ses jambes plantées sur chaque rive d'un fleuve et broie des cailloux et même des roches dans ses mains. Il est plus fort que Courbe-Arbres*, accompagne le héros des contes dans ses aventures et l’aide sans s’en rendre compte.

31Bucéphale (Ducipal). Nom du cheval d’Alexandre le Grand*. Il but l'eau de vie et devint immortel. À la mort de son maître il pleura amèrement et occit Levkadus qui l’avait empoisonné. Il vit désormais sur une île lointaine et, lorsqu’il aspire à retrouver Alexandre, il hennit si violemment que la terre tremble. Il le retrouvera au jour du Jugement dernier et tous deux entreront au paradis.

32Buzdugan, Ion. Héros qui, trois jours de suite, s’empare des vêtements des fées au bain (ce qui évoque le conte des femmes-cygnes). Il épouse la plus jeune d’entre elles, mais elle le quitte dès qu’elle a retrouvé ses habits. Avec l’aide d’objets merveilleux, Ion atteint le palais des fées et la belle décide d’édifier un château dans son pays et de vivre avec lui.

© UGA Éditions, 2002

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

A
 
C