Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Champs de l’imaginaire

 | 
Gilbert Durand

Avant-Propos

Danièle Chauvin et René Bourgeois

Texte intégral

1Le premier ouvrage à être publié dans la collection « Ateliers de l’Imaginaire », Champs de l’Imaginaire, rassemble quelques articles de l’un des fondateurs et inlassable animateur du Centre de recherches sur l’imaginaire de Grenoble : Gilbert Durand. En choisissant d’inaugurer sa collection avec un tel ouvrage, Danièle Chauvin souhaite rappeler fortement cet acte fondateur, et inscrire dans le même temps la collection dans une tradition qui ne soit pas uniquement comprise comme conservation et transmission des acquis antérieurs : en faisant être de nouveau ce qui a été, la tradition refuse les fixismes et intègre – appelle même – les nouveautés, sous peine d’une mort certaine ; elle est donc aussi à venir, à construire, avec et dans ces « Ateliers ».

2L’ouvrage que nous proposons aujourd’hui répond à cette double perspective : hommage et « ouverture » symbolique ; référence obligée et outil bibliographique, méthodologique et théorique pour tous les chercheurs concernés par les études sur l’imaginaire, qui pourront lire ici des articles devenus introuvables, des articles ou des communications inédits, des articles, enfin, originairement publiés à l’étranger ou en langue étrangère. Toujours dans le même souci, nous y avons adjoint la bibliographie complète de Gilbert Durand et un index.

3Mais avec cette double perspective de mémoire et de création, s’offraient à nous deux options différentes pour la présentation des articles et des conférences : le respect de l’ordre chronologique (avec ses risques inévitables de redites), ou la recomposition – conceptuelle, thématique, ou méthodologique – avec bien d’autres risques encore : présenter dans un ordre « rationnel » des textes écrits ou des communications données par Gilbert Durand de 1953 (« Psychanalyse de la neige ») à 1996 (« Pas à pas mythocritique ») aurait en effet relevé de la gageure et aurait pu constituer, plus qu’un crime contre l’esprit, une erreur ou une faute épistémologique. Comment, en effet, concevoir un hommage sincère et vivant à un philosophe curieux de tout, constamment en alerte, présent dans la cité par ses idées comme par son action, si on laisse un seul instant croire que sa pensée est un monument d’airain construit ab initio par un architecte omniscient, et qui n’aurait ni cave ni grenier, selon le mot de Bachelard, ni corridors secrets, ni labyrinthe, ni chausse-trape, ni chambre du trésor à découvrir ? Faut-il embaumer avant l’heure un maître à penser socratique, qui n’a jamais dédaigné la controverse, le débat, les sinuosités de l’esprit qui se cherche ? Faut-il faire oublier l’homme derrière le système, ce contestataire, au sens noble, qu’il fut toujours, récusant la bassesse par son engagement précoce dans la Résistance, récusant le conformisme intellectuel qui, à travers tant de modes, d’un marxisme étroit ou d’un structuralisme « dur » à une psychanalyse « réductrice », entasse les théories comme Ossa sur Pélion ? Faut-il enfin lui enlever le charme du primesaut, cette séduction d’une spontanéité qui trouve sa rigueur dans l’enchaînement organique des étapes de la découverte, les notions s’impliquant les unes dans les autres dans une croissance toute naturelle ?

4Ceux qui ont eu la chance inestimable, tout au long de ces trop courtes années qui conduisirent des premières intuitions aux grandes synthèses, d’avoir vu s’enrichir une pensée multiforme, rebondissant constamment sur elle-même dans une dialectique protéenne, ceux qui, un jour ou l’autre, dans un colloque ou un séminaire, ou par une lecture de hasard, se sont dit qu’ils avaient enfin une clé longtemps cherchée, nous en auraient voulu de les associer à une dissection et un embaumement.

5Nous avons donc pris le parti de présenter ici des articles qui, dans leur ordre chronologique, sont comme les pierres d’un gué (le théoricien du « bassin sémantique » nous pardonnera cette métaphore) : chacune marque un temps fort de l’élaboration d’une pensée en mouvement, chacune aussi un champ privilégié : littérature et poésie, sociologie, histoire ou anthropologie. Toutes ensemble, elles dessinent le cheminement d’une recherche, d’une intuition déjà fortement structurée dès le premier ouvrage publié en 1960 (Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, onze fois réédité depuis) mais qui ne cesse de s’enrichir, de s’infléchir et se nuancer dans le temps ; toutes ensemble, elles construisent cette « science de l’homme » qui fut, dès 1975, l’objet d’un autre ouvrage (Science de l’homme et tradition, trois fois réédité), et trouveront comme un point d’orgue dans le dernier, publié en 1996, Introduction à la mythodologie.

6Il se peut que le pas à faire pour franchir le gué semble parfois bien grand : c’est que plus de 250 articles ponctuent le cours du fleuve ; n’en retenir qu’une quinzaine était aussi une gageure… Cependant, si l’écart inquiète, qu’on aille alors chercher d’autres appuis, qui ne manqueront pas et trouveront tout naturellement leur place, là où ils offrent un endroit sûr pour se poser : nous avons déjà cité Les Structures, Science de l’homme et tradition et Introduction à la mythodologie ; il faudrait bien sûr ajouter L’Imagination symbolique (1964), Figures mythiques et visages de l’œuvre (1979, réédité en 1992), Beaux-arts et archétypes (1989), L’Ame tigrée (1981), d’autres encore que le lecteur introduira à son propre rythme pour parcourir une œuvre et découvrir une Weltanschauung, dont la foisonnante ri-chesse réside précisément dans une vivante plasticité.

7La bibliographie, qui rend compte de l’ampleur et de la diversité des réflexions du maître qu’il fut pour beaucoup, est aussi conçue pour guider le nouveau lecteur – ou le lecteur récidiviste – dans son approche ou son approfondissement de l’œuvre de Gilbert Durand. L’index des notions-clés élaborées au cours de nombreuses années, testées dans les articles, discutées dans les conférences, avant d’être plus didactiquement posées et définies dans les ouvrages de synthèse, permettra à chacun d’ouvrir ici de nouvelles voies de lecture en privilégiant une approche centrée sur les principaux instruments conceptuels de l’investigation mythodologique. L’index des noms d’auteurs propose quant à lui une remontée vers les sources et une exploration des affluents : on y retrouvera les noms de ceux (d’une partie de ceux !) qui ont, à un moment ou à un autre de ce vaste parcours, éveillé la curiosité de Gilbert Durand, son attention, qui ont nourri sa réflexion, ou suscité la polémique, mais qui ont tous, toujours, participé de l’histoire intellectuelle du siècle.

8Champs de l’imaginaire se veut donc, par sa conception même, et par l’appel qu’il lance au lecteur, une œuvre ouverte en même temps à la liberté créatrice et critique : hommage à celui qui refusa toujours la clôture des signes et n’accepta jamais (même et surtout au temps du plein essor des sémiotiques structurales) de considérer l’intervention interprétative comme une « impureté »…

© UGA Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site