Version classiqueVersion mobile

Littérature et Orient

 | 
Henri Thuile

Dossier

Notice biographique

Texte intégral

1884 : Mariage à Marseille d’Henri Jonathan Thuile, ingénieur, né en 1861 à Livron-sur-Drôme, et de Juliette Sara Arnaud, née en 1860 à Alès. La famille d’Henri Jonathan est marquée par sa foi protestante (culte darbiste) et par l’amour des beaux livres : Henri Jonathan est déjà un bibliophile et un collectionneur d’éditions rares.

1885 : Naissance d’Henri Thuile, le 29 octobre, à Marseille.

1887 : Naissance de son frère Jean-Léon, le 1 er octobre, à Bressuire (Deux-Sèvres).

1889 : Naissance d’André Georges, suivie deux ans plus tard par celle de Jacques Albert, toujours à Bressuire.

1893 : Naissance de Marguerite Suzanne, cinquième enfant de la famille, à Rochefort. Sa mère, Juliette Sara, meurt quelques semaines après l’accouchement. Henri Jonathan, resté veuf avec cinq enfants à charge, accepte un poste d’ingénieur attaché aux voies ferrées et aux infrastructures maritimes en Égypte.

1895 : Les cinq enfants de la famille Thuile, restés dans un premier temps auprès de leurs grands-parents paternels à Rochefort, rejoignent leur père au Caire. Les grands-parents sont du voyage.

1897 : Après deux ans au Caire, la famille Thuile s’installe à Alexandrie à la faveur d’une promotion : Henri Jonathan a été nommé « ingénieur en chef du port d’Alexandrie ». Si la famille restreinte réside en centre-ville, les grands-parents s’installent dans une maison isolée, construite à l’ouest de l’agglomération par la Compagnie du Canal de Suez : c’est le Mex, où ils reçoivent des visites régulières de leurs petits-enfants.

1898 : Naissance de René Thuile, fruit du mariage en secondes noces d’Henri Jonathan avec Blanche Schiarabati, le 10 mai 1897.

1900 : Alors qu’il se trouve en France pour réaliser des essais sur un prototype de locomotive, Henri Jonathan Thuile meurt accidentellement, le 6 juin, à Château-La Vallière. Les cinq enfants issus du premier mariage, orphelins, trouvent refuge chez leurs grands-parents paternels, au Mex. Blanche retourne, avec René, dans sa propre famille.

1902 : Henri Thuile obtient son baccalauréat, suivi deux ans plus tard par Jean-Léon. Les deux frères sont engagés comme techniciens au port d’Alexandrie, tout en poursuivant des études par correspondance, qui leur donneront le titre d’ingénieur des Travaux publics (pour Jean-Léon) et d’ingénieur des Ports et Phares (pour Henri).

1904 : Décès du grand-père Thuile, le 26 mai, à l’âge de soixante-dix ans. Les cinq enfants restent au Mex auprès de leur grand-mère, qui veillera à leur donner une solide éducation religieuse. Voyage en Provence et à Paris de Jean-Léon, qui découvre une nouvelle génération d’écrivains : Péguy, Gide, Claudel, Valéry.

1910 : Henri Thuile épouse Marie-Hélène Schiarabati, petite sœur de Blanche Schiarabati, la seconde femme de son père. Installé au Mex, il publie ses premiers poèmes dans le Mercure de France.

1911 : Le 2 janvier, mort de Marie-Hélène, la jeune épouse d’Henri. C’est probablement vers cette période que Giuseppe Ungaretti et Enrico Pea deviennent les hôtes réguliers des frères Thuile, et que se ritualisent les « salons » du Mex. Jean-Léon publie son premier roman, Le Trio des damnés.

1912 : Henri Thuile publie chez Grasset La Lampe de terre, recueil poétique dominé par le souvenir de sa femme, l’image du deuil et de la mort. Ungaretti quitte Alexandrie à l’automne, pour se rendre à Paris. Jean-Léon se rend également à Paris, en passant par Orthez, où il rencontre Francis Jammes.

1913 : Jean-Léon épouse sa cousine Camille Arnaud à Paris, le 23 octobre. Il publie son deuxième roman, L’Eudémoniste. Le jeune couple revient en Égypte au début de l’année 1914.

1914 : Jean-Léon quitte définitivement Alexandrie pour la France. Il s’établit d’abord à Paris, puis en Vendée (1916), enfin à Montpellier (1919). Enrico Pea quitte lui aussi Alexandrie pendant l’année 1914.

1916 : Henri Thuile met en chantier ses « Lettres à Pargas ». Première publication, en 1917 et 1918, dans la revue alexandrine Grammata, des lettres qui deviendront Littérature et Orient.

1920 : Henri Thuile épouse en secondes noces, à Alexandrie, Marie-Antoinette Michalla, fille de Selim Michalla Bey et de Betsy Schiarabati. Leur fils François naîtra au Mex à la fin de l’année.

1921 : Henri Thuile est nommé secrétaire français de Sa Majesté Fouad I er, roi d’Égypte, au pouvoir depuis 1917. Il publie Littérature et Orient à Paris, chez Albert Messein, grâce aux bons offices d’Ungaretti. Les salons littéraires du Mex deviennent un rendez-vous incontournable du milieu intellectuel alexandrin.

1925 : En octobre, la revue L’Égypte nouvelle publie un numéro spécial en hommage à Henri Thuile, qui consacre son rôle d’animateur culturel du monde francophone égyptien. Jean Paulhan lui demande d’être le représentant en Égypte de la Nouvelle Revue Française et de Commerce, comme le lui avait déjà demandé Philippe Soupault pour L’Esprit nouveau.

1927 : En juillet, Henri Thuile rentre à son tour en France. Il s’installe à Beauregard, dans les environs de Montpellier. La fameuse bibliothèque du Mex est transférée dans un spacieux salon, au premier étage de la maison.

1931 : Giuseppe Ungaretti publie dans le quotidien la Gazzetta del Popolo les chroniques qui relatent un séjour en Égypte, près de vingt ans après son départ d’Alexandrie. Dans un passage de son « reportage », Ungaretti revient sur le souvenir des frères Thuile.

1932 : Henri Thuile publie Jeux d’Arlequin, son dernier recueil poétique, chez Victor Attinger, dans la collection « Proche-Orient » dirigée par son ami Elian J. Finbert, rencontré en Égypte.

1945 : Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, les séjours d’Henri Thuile en Égypte (essentiellement au Caire et à Alexandrie) se poursuivent, de façon de moins en moins soutenue, notamment en 1948, 1952, 1955.

1947 : Publication de Prélude, suivi de Adieu à ma fille, par Jean-Léon Thuile. Ce livre de souvenirs revient sur l’expérience égyptienne de Jean-Léon.

1949 : Publication en Italie de Vita in Egitto. Enrico Pea y évoque ses années égyptiennes, sa rencontre avec Ungaretti et le petit monde du Mex.

1960 : Henri et Jean-Léon Thuile participent au volume d’hommages à Ungaretti Il Taccuino del vecchio, publié par Mondadori et préfacé par Jean Paulhan. Henri Thuile ne verra pas le livre imprimé : il meurt le 16 août, à Montpellier.

1961 : Publication de Il deserto e dopo, qui reprend les textes sur l’Égypte écrits par Ungaretti en 1931. Le chapitre « Chiaro di luna » met en scène les frères Thuile.

1970 : Mort de Giuseppe Ungaretti, dans la nuit du 1er au 2 juin, à Milan. Mort de Jean-Léon Thuile, le 16 juillet, à Montpellier.

© UGA Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search