Version classiqueVersion mobile

Littérature et Orient

 | 
Henri Thuile

Lettres à Pargas

Lettre XXX

Texte intégral

1Vous me rencontrerez à la croix des chemins vous qui venez du Nord et qui marchez vers l’aube et l’Orient lumineux que j’ai toujours suivi.

2Du haut de la colline de Kolzoum je regardais le soir caresser les jardins.

  • 1 Cf. R. de Chateaubriand, Les Mémoires d’Outre-tombe (1849-1850), tome I, Livre II.

3« Maintes fois, dit Chateaubriand, dans ses Mémoires d’Outre-tombe, en voyant le soleil se coucher dans les forêts d’Amérique, je me suis rappelé les bois de Combourg ; mes souvenirs se font écho1. » Il n’y a ici ni forêt ni écho et le sable que le vent pousse au bord des tombes peut enterrer mes souvenirs. Il ne me convient pas de mêler mes misères à un si large horizon. Que je ramasse, à marée basse sur la plage, un coquillage pour écouter le chant des flots ! Mais la vue des jardins de Suez me rappelait mes bois d’enfant.

4Pargas, voici ma dernière lettre. Après un si long bavardage il est temps que je vous dise adieu. Je vous l’écris, comme Chateaubriand ses Mémoires, aux derniers bruits de l’invasion. Le règne de l’épée va finir ; celui de la pensée commence. Après les traîneurs de sabre que viennent les porteurs d’idées ! Qu’il luise enfin ce jour, à la couronne de vin pur, où comme le dit Ésaïe « l’Éternel sifflera la mouche qui est au bout des fleuves d’Égypte, et l’abeille qui est dans le pays d’Assyrie ; et elles viendront et elles se poseront dans les vallées désertes et dans les fentes des rochers et sur toutes les broussailles et sur les pâturages. Ce peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière ; ceux qui habitaient dans le pays de l’ombre de la mort, la lumière a resplendi sur eux ! Ha ! pays qui fais ombre avec tes ailes ! Car ainsi m’a dit l’Éternel : Je resterai tranquille et je regarderai de ma demeure, comme une chaleur sereine sur la verdure, comme une nuée de rosée dans la chaleur de la moisson ! »

  • 2 Cf. Livre d’Ésaïe, respectivement chapitres VII, IX et XVIII. Henri Thuile cite la version françai (...)

5« J’irai doucement toutes mes années dans l’amertume de mon âme. Les montagnes et les collines éclateront devant vous en chants de triomphe et tous les arbres des champs battront des mains2. »

6Qu’ils battent, Pargas, l’annonce de l’amour universel et la paix unanime. Sous leur feuillage épais, devisant de ce qui nous fut cher, nous porterons le deuil des patries et des dieux.

  • 3 Ibidem, chapitre 38.

7Puissé-je mourir avant d’entendre, de nouveau, un seul homme manifester un espoir de conquête ! J’ai vu tomber les miens et trop de sang donné en holocauste aux ombres. « Ma durée s’en est allée, et elle est transportée loin de moi comme une tente de berger. J’ai comme le tisserand, coupé ma vie3. »

8Après les lieux raboteux, voici la plaine unie. L’aube vient, l’aube qui jette sur les monts un manteau de lumière. Je vois naître le jour et un nouveau soleil.

9Salut, Beauté si longtemps endormie sous l’écorce des pierres et qui prend l’écharpe de l’arc-en-ciel au songe de la vallée ! J’élève mes mains au-devant de cette heure, sur le désert de sable et les champs moissonnés. J’accueille l’avenir qui porte ses voiles des lampes allumées aux flambeaux de l’éther. Je vois danser des nymphes sur des prairies d’étoiles, le monde s’éclairer des rayons les plus beaux.

  • 4 Référence à la légende qui entoure la mort de Pythagore, telle que la racontent en particulier Dio (...)

10Dussé-je, Pargas, y être consumé, j’irai comme jadis Pythagore à Métaponte, m’agenouiller au temple des Muses4. Ce sont elles qu’il faut d’abord louer.

11FIN

Notes

1 Cf. R. de Chateaubriand, Les Mémoires d’Outre-tombe (1849-1850), tome I, Livre II.

2 Cf. Livre d’Ésaïe, respectivement chapitres VII, IX et XVIII. Henri Thuile cite la version française de la Bible réalisée par le prédicateur irlandais John Nelson Darby (1800-1882), dont les enseignements sont à l’origine de la foi protestante de sa famille, particulièrement austère (le darbisme).

3 Ibidem, chapitre 38.

4 Référence à la légende qui entoure la mort de Pythagore, telle que la racontent en particulier Diogène Laërce et Porphyre de Tyr : Pythagore aurait quitté Crotone pour Métaponte et se serait laissé mourir après quarante jours de jeûne dans le temple des Muses.

© UGA Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search