Version classiqueVersion mobile

Littérature et Orient

 | 
Henri Thuile

Lettres à Pargas

Lettre XXIX

Texte intégral

  • 1 À la frontière de l’Égypte et de la Libye, la région de la Marmarique, que domine le plateau de So (...)

1Voici la côte déchiquetée de la Marmarique doucement appuyée aux genoux de la mer. Je pensais à vous, ce soir, sur le grand plateau de Soloum que balayait le vent du Nord1. J’ai vu de nouveau le désert incomparable, ce cirque de montagnes que dore le soleil. C’est bien ici l’extrême frontière de l’Égypte, la première forteresse italienne aux confins de la Tripolitaine. J’entends l’appel des sables et le galopement des collines. Pourtant on ne rencontre que quelques ruines romaines. Pas un cri ne s’élève du sein de ces solitudes dévorées. Hier j’ai marché tout le jour. J’allais dans la montagne à la découverte des tombeaux.

  • 2 Cf. Maurice Barrès, Le Voyage de Sparte, Paris, Juven, 1906, p. 158 : lorsqu’il entreprend son voy (...)

2Ce que c’est que de nous ! Tandis que Barrès par le chemin de fer d’Éleusis à Mégare montait jusqu’à l’Acro-Corinthe, une même journée, de ce printemps couvert et violait jusques au fond des âges « les neiges du Parnasse enflammées de rose et le désordre des montagnes Achaïennes2 », me conviendrait-il, moi-même, d’étaler sur des espaces moins respirables un délire sans discipline et une impatience sans génie ? Aucun Pégase ne frappe, ici, de son sabot la terre caillouteuse. Plus attirantes que l’azur, je vois, au pied d’un âpre promontoire, les tentes des bédouins qui dorment au soleil.

  • 3 La vallée rocheuse et escarpée de l’Ouadi-Farey fait office de frontière physique entre l’Égypte e (...)

3Dans cette immensité mon cœur n’a plus la force de retenir le câble qui l’attachait à ses souvenirs. Je vogue, au gré des vents, sur les monticules démarrés. De sable en sable je voudrais partir longtemps sans qu’aucune oasis ne m’arrête. J’aime l’escarpement de ces rocs suspendus aux bornes de l’Ouadi-Farey3. Enfermé à Soloum dans le cercle des falaises libyennes je jouis d’un spectacle unique au monde que seul le désert peut m’offrir. Qui ne serait ému de ce dépouillement à l’infini des plaines, ce surhaussement du Sahara rocailleux qui remplit l’horizon du Levant au courant. La seule moisson de ces ciels est celle de la lumière. Elle monte immensément de toutes parts comme une acclamation.

4Entre les deux rives du matin et du soir mon âme se replie sur la ligne de la terre. Je voudrais descendre, m’enfoncer jusqu’au roc, jeter l’ancre, trouver quelque solidité. Autant que de ces dunes mouvantes ma vie est composée des dentelles du jour. Rien ne m’arrêtera-t-il donc, ni ici, ni ailleurs, sur le talus de ces pèlerinages dont j’ai gravi les escaliers !

5À ce choix que je fais entre un nuage et l’autre je sais qu’il n’y a derrière moi que le temps. Je ferme mon cerveau à la cavalerie de l’espace.

6Ainsi qu’un poulpe immense et tout autour de moi j’assiste au déroulement du désert.

7Devant cette énormité, Pargas, je n’éprouve plus le besoin de penser ni d’écrire. Que je suive plutôt cette route creusée dans l’épaisseur du mont. Adieu Europe ! Je ne reverrai pas les toits de tuiles. Je m’enfonce dans cet océan de lumière sur le bord duquel la mer m’a porté.

Notes

1 À la frontière de l’Égypte et de la Libye, la région de la Marmarique, que domine le plateau de Soloum, est effectivement aride et inhospitalière. Divers vestiges antiques témoignent de la présence romaine dans cette province. Quant à la forteresse qu’aperçoit au loin Henri Thuile, elle rappelle que la « Tripolitaine » est une colonie italienne, conquise par les armes en 1912.

2 Cf. Maurice Barrès, Le Voyage de Sparte, Paris, Juven, 1906, p. 158 : lorsqu’il entreprend son voyage en Grèce en 1905, Barrès considère son pèlerinage comme une quête spirituelle aux sources de l’héroïsme et de la grandeur. Manifestement, Henri Thuile ne partage pas la perspective de l’auteur du Culte du moi.

3 La vallée rocheuse et escarpée de l’Ouadi-Farey fait office de frontière physique entre l’Égypte et la Libye.

© UGA Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search