Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Littérature et Orient

 | 
Henri Thuile

Lettres à Pargas

Lettre XXII

Volltext

1Que pensez-vous de l’univers, vous semble-t-il rationnel ? On a beaucoup parlé de l’ordre qui le mène, ces mouvements combinés des sphères lancées sur la piste du temps. De très grands esprits ont trouvé cela admirable, ces boules qui tournent en marchant. Et l’équilibre du monde et la loi des attractions ! Leur vitesse, leur volume et les distances qui les séparent exprimés en nombres si considérables qu’ils sont par eux-mêmes étonnants. Ce n’est pas aisément qu’on arrive à les lire et pour qui y parvient quelle douce satisfaction ! Quant à les retenir c’est bien une autre affaire et il faut déployer une vraie énergie. Tandis que si légèrement le vent passe sur la rade dans ce mois de Juillet où l’Égypte est si douce nous tournons dans l’espace à la vitesse initiale d’une balle de fusil et nous filons le long de l’écliptique à une vitesse moyenne soixante-sept fois plus grande. On peut aisément mépriser la lune quatre-vingts fois plus petite que nous, mais le soleil s’impose à notre admiration. Si vous n’en étiez pas absolument convaincu, Pargas, il vaudrait mieux que vous consultiez ces savants magazines où la terre est figurée par un point imperceptible auprès de la moindre étoile remplissant toute la page. En somme ce n’est qu’une affaire de rapport et une question de sentiment. Si au lieu d’habiter cette planète indécemment minuscule le sort nous eut placés dans le plus grand soleil comment jugerions-nous les astres plus petits qui graviteraient autour ? Nous sommes forcément enclins à prendre notre corps comme unité de masse, notre cosmogonie est restée trop anthropomorphe.

2Que m’importent tant de mondes si monstrueux qu’ils soient ; qui peut penser qu’ils nous sont nécessaires ! Et leur grandeur et leur vitesse ne nous rendront pas plus heureux. Quel dieu les a, en s’amusant, oubliés dans l’espace ainsi qu’un inutile et encombrant jouet. Les voyez-vous, Pargas, tourner les petites boules derrière les grandes et jusqu’à des millions de millions. On en découvre chaque jour de nouvelles. Ah on n’a pas fini de s’amuser.

3Pour moi, Pargas, la terre me suffit, la terre d’où je me suis mis à marcher, un jour, avec mes pieds tremblants. Laissez-moi seulement un peu d’herbe où m’étendre parmi la nuit d’été. Je ne pense pas que l’ordre universel vaille la peine qu’on le change ; il vaudrait mieux s’en accommoder.

4D’ailleurs, ce soir, toutes les chandelles du ciel brûlent d’une assez agréable lumière dont j’aimerai longtemps l’éclat. Jamais je n’ai mieux goûté la nuit, le mystère encore impénétrable de ces torches lointaines que je regarde avec le même amour que si c’était la première fois.

  • 1 Allusion au Shah Nâmeh, ou Livre des rois, du poète persan Firdousi : ce long texte épique, rédigé (...)

5Dans son livre immortel écrit à la louange des Rois, Abou’lkasim Firdousi, le poète de Thous1, a dès l’introduction magnifiquement chanté la voûte céleste faite de rubis rouge et non de vent et de fumée.

  • 2 Cf. Le Shâh Nâmeh ou livre des rois, traduit et commenté par Jules Mohl, Paris, Imprimerie royale, (...)

6« Avec cette splendeur, dit-il, et avec ces corps lumineux, elle ressemble à un jardin au jour du Nourouz. Dans elle tourne un astre, qui ravit le cœur de l’homme, et dont le jour emprunte la lumière. Il lève tous les matins du côté de l’Orient, sa tête enflammée semblable à un bouclier d’or. Il habille le monde d’une robe de lumière et rend brillante la terre obscure ; et lorsque de l’Orient il descend vers l’Occident, la nuit sombre lève la tête du côté de l’Orient. Jamais aucun des deux ne prend le pas sur l’autre ; rien ne peut être plus réglé que leur marche. Ô toi qui es le soleil, comment se fait-il que tu ne luises pas sur moi2 ? »

  • 3 Ibidem, p. 152 (« Livre de Féridoun et de Minoutcher »).

7Pourtant, plus tard, lorsque la poussière couvrait pour vous déjà le jardin du printemps n’avez-vous pas, noble Firdousi, conseillé de « laver son âme de l’amour de ce monde » ? « Ô monde ! tu n’es que tromperie et vent, le sage ne met pas en toi sa joie. Toutes les peines et tous les plaisirs s’évanouissent comme un songe. Ne te nourris donc pas de l’espoir de vivre toujours. Heureux celui qui laisse une mémoire bénie3 ».

8J’avais donc bien raison, Pargas de vous écrire : ce n’est qu’une question de sentiment. Selon le gré de l’heure et la couleur de la saison, soit qu’une boucle brune ou qu’une boucle blonde s’approche de sa tête, l’homme chante la gloire ou le néant des cieux. Par eux-mêmes ils n’ont jamais rien dit que nous puissions entendre. Mais ils font bien dans l’univers : ils illustrent les descriptions des poètes.

Anmerkungen

1 Allusion au Shah Nâmeh, ou Livre des rois, du poète persan Firdousi : ce long texte épique, rédigé au Xe siècle, retrace l’histoire des souverains persans, de la création du monde jusqu’à la conquête arabe. Texte fondateur de la culture chiite, le Livre des rois a connu une large réception en Europe dès la deuxième moitié du XIXe siècle.

2 Cf. Le Shâh Nâmeh ou livre des rois, traduit et commenté par Jules Mohl, Paris, Imprimerie royale, 1838-1878, vol. I, p. 35 (« La création du soleil »).

3 Ibidem, p. 152 (« Livre de Féridoun et de Minoutcher »).

© UGA Éditions, 2013

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540