Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littérature et Orient

 | 
Henri Thuile

Lettres à Pargas

Lettre XVIII

Texte intégral

  • 1 Fondée au XIVe siècle par le prince Ar-Sounkor (ou Aqsunqur) et située dans le quartier islamique (...)

1Voulez-vous, ami, quand midi sonne, avec moi, venir à la mosquée bleue1 ?

  • 2 Le poète persan du XIVe siècle Hafiz, né et mort dans la ville de Chiraz, est renommé pour ses poè (...)

2Nous y reposerons à l’ombre de ses arbres et contre la fontaine qui chante dans la cour et nous verrons le jour, sur les vieilles faïences persanes d’Ibrahim Agha, écrire son poème d’amour. Ah ! quelle joie m’a donnée la mosquée de l’Émir Ar-Sounkor ! C’est là entre ces murs, au pied de ces minarets centenaires qu’il fait bon d’oublier le trouble de la vie. Le vent défait mollement ses tresses et ouvre ses yeux d’amant. Je me redis les vers qu’Hafiz composait dans Chiraz2. Vous souvenez-vous de ceux qu’Imroulquâïs dédiait à Aneïssa ?

3« Le jour où je suis monté dans le palanquin d’Aneïssa, Elle m’a dit : Malheur sur vous ! Vous allez tuer ma monture et me forcer à cheminer.

4« Et comme notre poids faisait pencher le palanquin : Vous avez tué mon chameau Ô Imroulquâïs, descendez !

5« Je lui ai dit : Laisse flotter les brides de ta monture. Marche. Ne m’éloigne pas de la douceur que l’on prend à tes lèvres, par gorgées.

6« Souvent le temps parvient à calmer la folie des amants. Mais jamais mon cœur n’oubliera la passion qui l’anime.

7« Combien de nuits, longues autant que sont immenses les flots des mers, m’ont apporté avec leurs ombres des soucis nombreux !

  • 3 Célèbres vers du poète Imrou’l Qays, placés en tête de la Mu’allaqât qui lui est attribuée : cf. A (...)

8« Et je disais à la nuit : Ô nuit si longue, fais donc enfin place à l’aurore ; bien que l’aurore ne doive pas me rendre plus heureux3 ! »

  • 4 Citation d’un vers du poète antéislamique Abou Nouas (ou Abou Nawas), dont les textes exploitent s (...)

9S’il était venu ici, il se fut consolé et comme Abou Nouas il aurait pu écrire : « Nos deux ombres, en un rêve de mon sommeil, se sont retrouvées et notre amour est redevenu ce qu’il était jadis4. »

10Dans cette enceinte sacrée qui m’évoque la première mosquée, celle de Médine que le Prophète a bâtie de troncs d’arbres et recouverte de branches de palmiers, les rêves peuvent prendre sans peine la couleur des carreaux qui revêtent le mur. Ni les cris des enfants de l’école, ni au-dessous du ciel les cercles du milan ou ceux de l’épervier, ni la rue populeuse ni le muezzin grave ne chasseront les songes qui naissent en riant au sein de cette paix.

11Toutes les senteurs de l’Orient fabuleux et la plus fine fleur de la poésie arabe, cette poésie qui a gardé jusqu’à nous la fraîcheur d’un oasis dans le dépouillement du désert, Antar, Tarafâ, Abou Nouas, Imroulquâïs, les Mou’Allaqat qu’on suspendait au mur du temple en lettres d’or, tous, ceux de Bagdad et de Damas et ceux du Kaire, les amoureux inconsolables qui chantaient les combats, les guerriers irascibles qui ont chanté leur belle, passent dans le jardin suspendu, lui aussi, au temple de la terre.

  • 5 Vers issus de la sixième Mu’allaqât, attribuée à Lebid, dans la traduction de Silvestre de Sacy (P (...)

12« Dans ces lieux, aujourd’hui nus et solitaires, dit Lebid, habitait autrefois un peuple nombreux. Ton cœur, ô Lebid, brûla pour les belles voyageuses de cette tribu, au moment où elles s’éloignaient, renfermées sous les voiles de coton qui couvraient leurs litières5. » Et tu jetais en soupirant un long regard de désir sur celles qui détournaient de toi avec grâce leur cou et que tu comparais aux biches de Taudhih et aux gazelles de Medjera.

  • 6 Pierre Louÿs rédigea une préface d’une trentaine de pages à l’Anthologie de l’amour arabe que publ (...)

13Toutes les métaphores de la poésie arabe ont cette simplicité et les poètes n’en ont pas mis d’autres dans leurs livres parce qu’ils n’en avaient pas d’autres dans l’esprit. Leur vie comme leurs amours et leurs vers se déroulait sans contrainte sur le théâtre des plaines levantines ayant le désert pour rideau. Ce peuple de bergers était un peuple libre abrité par la tente ouverte aux quatre coins de l’horizon. De là cette grandeur, cette simplicité native, cette poésie pastorale aux naïvetés d’enfant. Pierre Louÿs nous laisse entendre dans une préface délicieuse « que l’Arabie heureuse était le seul pays où l’on pût mettre convenablement en scène la poésie bucolique6. » La jeune fille arabe est nubile de dix à douze ans. Sa jeunesse excessive a jeté sur toutes les œuvres des poètes la limpidité et l’éclat d’une source qui commence à courir. Pour nous nés d’une race vieillie, casernée depuis des siècles dans la tristesse des villes, nous ne nous lasserons pas de nous y abreuver, de regarder du fond de notre prison, avec amour, l’espace. Il est le vrai fondateur de la religion et de la poésie de l’Islam. Un vent pur venu des bords de l’Océan Indien y porte jusqu’à nous l’arôme de toutes les fleurs de l’Yemen. On peut ici, Pargas, le respirer à l’aise avant qu’il ne se salisse aux carrefours des cités policées.

  • 7 Formule du poète du Xe siècle Motanabbi, ou al-Mutanabbi, citée notamment dans la Chrestomathie ar (...)
  • 8 Référence à l’ouvrage du prêtre jésuite belge Henri Lammens, Le Berceau de l’Islam. L’Arabie occid (...)
  • 9 On retrouvera ces phrases de Motanabbi dans la Chrestomathie arabe de Silvestre de Sacy (vol. III, (...)

14Dans l’isolement que ce liouan de mosquée me donne je me sens pris d’une immense tendresse pour tous mes frères musulmans. Victimes d’une injustice qui dure et menace de s’éterniser, je me demande quand nous accorderons aux fils de ces artistes, nos maîtres, le respect qui leur est dû ? Tandis qu’ils élevaient leur voix inestimable, nous n’en étions pas encore aux romans de la Table Ronde et à la Chanson de Roland ! Et Motanabbi pouvait dire : « Le temps n’est qu’un des auditeurs qui se chargent de répéter mes vers et si je compose une élégie, il s’empresse de la chanter7. » Chez tous ces enfants du désert se rencontrent un haut sentiment de soi-même et un égal mépris de l’injustice et de la félonie. Et au-dessus de tout le culte de l’honneur. Au berceau de l’Islam, selon l’expression du Père Henri Lammens8, le lait qu’on tète donne le goût de la liberté. Pour les bien comprendre il eût fallu, comme eux, auprès de leurs tentes, le soir, saisir la voix des sables et de leurs troubadours. Quand la journée finie, le corps harassé se couchait sur la terre, l’âme buvait avidement une perle de rosée. « Je suis le fils des combats et de la libéralité, s’écrie Motanabbi, le fils de l’épée et de la lance. Les déserts et les vers rimés, les selles de chameaux et les montagnes, me tiennent lieu de père et d’aïeux9. »

15Et le vent qui poussait son manteau de bataille emportait ses souvenirs : « Ils sont présents à ma mémoire les champs situés entre Odhaïb et Barik, ces lieux illustrés par les exploits de nos lances et l’impétuosité de nos coursiers, et la société de ces hommes qui égorgeaient les animaux qu’ils avaient pris à la chasse, avec les fragments des mêmes épées qui s’étaient brisées sur les crânes de leurs ennemis ; et cette nuit passée à Thawiyyà, où nous n’eûmes, pour nous reposer pendant le sommeil, que la terre embaumée qui exhalait l’odeur de l’ambre.

  • 10 Ibidem, vol. III, p. 15.

16« Heureuse contrée, dont les cailloux portés en d’autres pays, serviraient aux beautés de ces lieux de perles pour en parer leur cou ! C’est là qu’une jeune fille pleine d’appas, dont l’aspect a l’éclat du soleil et l’haleine l’odeur du musc, a rempli ma coupe de vin de Kotrobbol10 ! »

  • 11 Cf. Wacyf Boutros-Ghali, La tradition chevaleresque des arabes, Paris, Plon, 1919 : l’ouvrage de c (...)

17Je songe à tout cela en parcourant le livre de Wacyf Boutros Ghali sur la Chevalerie arabe11. J’ai revu le Nedjed et ses collines parfumées. Mais je sens de la part de l’auteur une retenue instinctive, une timidité qui l’empêche d’écrire que les Arabes furent réellement les fondateurs de la Chevalerie. Pourtant on a retrouvé sur les vieilles faïences des fouilles de Fostât, tous les blasons d’Europe, depuis le lys de France, les armes de la Hollande et le lion britannique. J’ai vu, dans la collection du docteur Keatinge, au Kaire, une vieille poterie arabe du IXe siècle signée de la croix grecque. Les croisés rapportèrent chez eux, au retour de la première croisade, ces ornements gravés ou peints sur leurs boucliers. Et ainsi naquit le système des armoiries et ses noms orientaux.

  • 12 Ibidem, p. 60.

18« Et lorsque plus tard, comme le dit Boutros Ghali, les Chevaliers de France ou d’Angleterre, arborant pour gonfalon des manches de dentelle, s’efforçaient dans les tournois de faire triompher les couleurs de leur dame, se doutaient-ils qu’ils ne faisaient que suivre l’exemple du Prophète lui-même ? L’histoire nous apprend, en effet, que Mahomet avait donné pour drapeau, à ses armées, en guerre, une pièce de soie ayant appartenu à sa femme Aïcha. Ce drapeau de couleur noire était appelé Al Okab, l’Orfraie, et confié à la garde d’Ali Ben Ali Taleb, l’épée de Dieu12. »

19Le premier chapitre de l’Héraldique c’est Mahomet qui l’a écrit. Il y aurait vraiment mauvaise grâce à disputer aux Arabes ce fait incontestable, comme à nier que les hommes de leur histoire ne rassemblent pas en eux les vertus mêmes dont nous avons formé nos héros légendaires. La vie d’un Imroulquâïs est aussi attrayante que la plus fastueuse d’un prince d’épopée. Il fut le parfait parangon de l’amour et de l’ardeur guerrière. Mahomet est resté, dans un siècle d’intolérance, le plus magnanime et le plus juste des hommes. Regardez avec moi le grand Ali debout, appuyé sur son arc. Je n’ai pas besoin de chercher d’autres noms. Lisez leurs œuvres. Inclinons-nous, Pargas, devant la splendeur de ces figures, couchées depuis la naissance du monde.

  • 13 On aura reconnu un passage du sonnet « Tristesse d’été » de Mallarmé : « Nous ne serons jamais une (...)

20« Sous l’antique désert et les palmiers heureux13 ! »

Notes

1 Fondée au XIVe siècle par le prince Ar-Sounkor (ou Aqsunqur) et située dans le quartier islamique du Caire, la « mosquée bleue » doit son nom à sa décoration intérieure en carreaux de faïence colorée, installée lors de la restauration de l’édifice par Ibrahim Agha.

2 Le poète persan du XIVe siècle Hafiz, né et mort dans la ville de Chiraz, est renommé pour ses poèmes à la fois lyriques et contemplatifs, les ghazals.

3 Célèbres vers du poète Imrou’l Qays, placés en tête de la Mu’allaqât qui lui est attribuée : cf. A. Raux, La mo’allaka d’Imrou’lkaïs, Paris, Leroux, 1907.

4 Citation d’un vers du poète antéislamique Abou Nouas (ou Abou Nawas), dont les textes exploitent souvent la thématique galante.

5 Vers issus de la sixième Mu’allaqât, attribuée à Lebid, dans la traduction de Silvestre de Sacy (Paris, Imprimerie royale, 1816).

6 Pierre Louÿs rédigea une préface d’une trentaine de pages à l’Anthologie de l’amour arabe que publièrent Ferdinand de Martino et Abdel Khalek bey Saroit (Paris, Mercure de France, 1902), dont Henri Thuile fait un large usage dans ces pages. Cette préface sera reprise sous le titre « La femme dans la poésie arabe » dans le recueil Archipel (Paris, Fasquelle, 1906, p. 106 pour la citation).

7 Formule du poète du Xe siècle Motanabbi, ou al-Mutanabbi, citée notamment dans la Chrestomathie arabe de Silvestre de Sacy (vol. III, p. 13).

8 Référence à l’ouvrage du prêtre jésuite belge Henri Lammens, Le Berceau de l’Islam. L’Arabie occidentale à la veille de l’Hégire, Rome, Institut biblique pontifical, 1914.

9 On retrouvera ces phrases de Motanabbi dans la Chrestomathie arabe de Silvestre de Sacy (vol. III, p. 26).

10 Ibidem, vol. III, p. 15.

11 Cf. Wacyf Boutros-Ghali, La tradition chevaleresque des arabes, Paris, Plon, 1919 : l’ouvrage de ce diplomate égyptien – dont l’éminente famille, d’origine copte, comptera un demi-siècle plus tard un célèbre secrétaire général des Nations Unies, Boutros Boutros-Ghali (1992-1996) – retrace l’histoire de la chevalerie dans la péninsule arabique.

12 Ibidem, p. 60.

13 On aura reconnu un passage du sonnet « Tristesse d’été » de Mallarmé : « Nous ne serons jamais une seule momie/Sous l’antique désert et les palmiers heureux ! »

© UGA Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540