Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littérature et Orient

 | 
Henri Thuile

Lettres à Pargas

Lettre VI

Texte intégral

  • 1 Cette légende arabe sur l’origine du palmier – créé à partir d’un reste de l’argile ayant servi à (...)
  • 2 Citation de la Sourate 85 du Coran, dans la célèbre traduction réalisée au XVIIe siècle par l’orie (...)

1J’ai passé une après-midi agréable, dans un jardin, à l’ombre des palmiers. Ces arbres toujours me donnent l’impression du bonheur dont les fruits sont trop hauts pour que les puisse atteindre ma main. Et que j’aime à voir, près de moi, sur le sol, leur hésitante image balancée ! Quelqu’un de nous a dit : le palmier c’est l’oncle de l’homme. Quand Dieu l’eut créé, la miette qui restait il la jeta à terre et elle devint le palmier. Légende délicieuse du pays du café1 ! Car nous en bûmes dans des tasses minuscules qui donnaient le goût des songes. En face de moi était assis un cheikh vénérable, ainsi qu’un vieux khalife, qui souriait et caressait sa barbe d’argent filé. Je croyais voir Bokhâri de Djohôre dont nous parlâmes toute l’après-midi. Il y avait autour de nous et sur nos têtes le vent comme un gamin qui jouait dans les arbres. Mais tout était tranquille comme l’eau entre les pierres et cette grande religion de l’Islam dont le charme m’a gagné. Je rêvais, à mon aise, à d’autres « jardins délicieux où coulent plusieurs fleuves, pleins de fruits et d’herbages de diverses couleurs et qui vont aux villages sur le bord de la mer2 ».

  • 3 Dans les pages qui suivent, Henri Thuile propose une synthèse des différentes traductions du Coran (...)

2– Quand donc aurons-nous, pour le lire, une bonne traduction du Koran ? Plusieurs déjà, pleins de zèle, s’y sont en vain essayés3.

  • 4 Formule de l’historien britannique Edward Gibbon (1737-1794), qui revient dans son Histoire de la (...)

3La première traduction du Koran, en langue occidentale, est celle éditée, en latin, par Théodore Bibliander en 1543. Elle fut composée en 1143 par un Anglais, Robert de Retina, et un Allemand, Herman de Dalmatie, sur la demande de Pierre le Vénérable, abbé de Cluny. Une seconde version latine, par le père Louis Maracci, parut à Padoue en 1698. Elle comprenait le texte original accompagné des commentaires d’un esprit trop souvent irrespectueux, qui s’est complu à « malhonnêtement exagérer les faiblesses de Mahomet4 ».

4Au XVe siècle fut publié un Koran en espagnol par Johannes Andrea du royaume de Valence qui de Docteur musulman était devenu prêtre chrétien. Il traduisit aussi les six livres de la Sonna, recueil authentique des traditions et sentences du Prophète, que pieusement rassemblèrent six illustres docteurs de la religion islamique, et dont certainement, Al-Bouhhâri est le plus grand.

  • 5 Nouvelle citation de l’essai de Gibbon (chapitre L), dans la traduction française réalisée en 1812 (...)

5« Chaque jour, écrit Édouard Gibbon, dans son Histoire de la Décadence et la chute de l’Empire Romain, ce pieux auteur allait prier dans le temple de La Mecque. Il y faisait ses ablutions avec les eaux du Zemzem ; il déposa successivement ses pages sur la chaire et le tombeau de l’apôtre, et les quatre sectes orthodoxes des Sonnites ont approuvé l’ouvrage5. » Il mourut l’année 224 de l’Hégire.

6Une version italienne du Koran par Andrea Arrivabene parut à Venise en 1547. Elle est très peu fidèle. Une autre, toute récente, par Aquilo Fracassi, à Milan en 1914.

  • 6 On trouve en effet dans le numéro de juillet 1915 de la revue The Muslim World (volume 5, issue 3) (...)

7J’ignore s’il en existe en grec. Mais il serait bien surprenant que vous n’ayez pas été, Pargas, tenté de connaître le livre de vos voisins. C’est aussi l’avis de l’auteur de l’article du numéro de la revue The Moslem World de Juillet 1915 que m’a si obligeamment prêté le fin conservateur de la Bibliothèque d’Alexandrie, M. Combe, et où j’ai trouvé la plupart de ces renseignements6.

8J’ai su, depuis, par l’aimable secrétaire du Conseil des Ministres, S. E. Ahmed Zéki Pacha, qu’il faut toujours consulter sur la littérature arabe, que le Koran avait été traduit en grec par Gérassimos Pentakis, qui, né à Alexandrie, étudia l’arabe au Caire. Sa version parut à Athènes, chez Anesti Constantinidi en 1878.

  • 7 Allusion probable au Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, Istanbul, Mihran, 1889-19 (...)

9Il est aussi probable qu’une autre traduction grecque a été publiée à Constantinople, mais le Dictionnaire d’Histoire et de Géographie7 édité dans cette ville ne la mentionne pas.

10Il y a, en français, la traduction de Du Ryer qui, bien que la plus ancienne est celle que je préfère. Elle date de 1647 et fut imprimée à Paris. Celle de Savary, 1783, celle de Kasimirski, 1840, et celle de Pauthier, 1852. Garcin de Tassy a réédité celle de Savary en 1825. Il en existe une autre de Mouradgea d’Ohsson. Malgré ses négligences, ses omissions et même ses apports, la traduction d’André Du Ryer, sieur de la Garde Malezair, consul en Égypte, reste décidément la meilleure, encore qu’elle ne vaille pas celle que George Sale a publiée en anglais en 1734 et dont Th. Arnold donnait une version allemande dès 1746. Je ne comprends pas qu’on ne l’ait pas encore traduite en notre langue alors que celle de Du Ryer était transposée en anglais par Alexander Ross en 1688.

  • 8 Citation de la Sourate 93 du Coran – rebaptisée « Chapitre du soleil levé » par Du Ryer – d’après (...)
  • 9 Richard Francis Burton (1821-1890), célèbre orientaliste et traducteur en anglais des Mille et une (...)
  • 10 Phrase traditionnellement attribuée au philologue et historien Joseph Scaliger. Ce dernier illustr (...)

11« Par l’éclat du matin et la nuit lorsqu’elle devient sombre, ton Seigneur ne t’a pas quitté, ton Seigneur ne t’a pas trahi. En vérité la vie qui vient sera pour toi plus douce que celle d’aujourd’hui. Car ton Seigneur te donnera la récompense qui te plaît. N’étais-tu pas un orphelin dont il a pris soin ? N’étais-tu pas errant dans l’erreur et ne t’a-t-il pas guidé vers la vérité ? Et ne t’a-t-il pas trouvé pauvre et ne t’a-t-il pas enrichi ? C’est pourquoi n’oppresse pas l’orphelin et ne repousse pas le mendiant. Mais reconnais la bonté de Dieu8. » J’ai pris dans Sale, l’homme qui a le mieux connu le monde musulman, ce passage au hasard, que je vous donne mot à mot, le même qu’a mis en vers anglais Richard Burton en 18669. Mais la poésie de Burton ne vaut pas la prose de G. Sale, bien préférable au chapitre correspondant de Du Ryer qu’il appelle le chapitre du Soleil levé. Et, qu’est-ce, l’une et l’autre version et la mienne, auprès de cette mélopée si berceuse, de cette mélodie qui montait si pure des lèvres du vieux juge récitant des versets, sous les arbres de cette après-midi, dans l’ancien parc de mon ami, le pacha musulman. Il ne faut pas le lire, il faut entendre le Koran. « Toute la littérature arabe, écrivait Scaliger, dans son épître à Casaubon, y est contenue10 ».

  • 11 L’auteur cite un verset d’Images de la Grandeur (1901), tiré du Livre I, p. 13 de l’édition origin (...)
  • 12 Citation de la Sourate 113 du Coran, dans la traduction de Claude-Étienne Savary (1783).
  • 13 Citation de la Sourate 9 et de la Sourate 7, dans la traduction de Du Ryer.

12On me dit que tout n’est pas de la même hauteur ; et qu’importe ? N’est-ce pas pour le prophète que Suarès a écrit dans ses Images de la Grandeur : « Tu n’es jamais si beau que lorsque tu déclines : car tu ne descendrais pas si tu n’étais allé si haut11 ». J’ai mis, comme le veut Savary, « ma confiance dans le Dieu du matin12 ». « Il est clément et miséricordieux. Il aime ceux qui ont l’âme nette. Il ne me décevra pas, il ne me trompera pas. Il n’a jamais trompé personne. » « Les plus beaux noms du monde appartiennent à Dieu ; priez-le par la beauté de son nom13. »

  • 14 Nouvelle citation de la Sourate 7 – le « Chapitre des limbes » –, dans la traduction de Du Ryer.

13Savez-vous, Pargas, jusqu’où s’étend, pour ceux qui la lui demandent, sa sollicitude : « Souviens-toi, dit-il, parlant des vrais croyants, souviens-toi comme nous avons élevé la montagne sur eux pour les tenir à l’ombre14. »

14Certes, je pense qu’on n’oserait pas dire qu’il n’y a pas là de beauté. Et puis, j’aime tant l’ombre et m’y asseoir, dans ce pays lumineux, au bord de cette mer de saphir oriental.

  • 15 Autocitation d’Henri Thuile : ces alexandrins sont de sa composition.

Ajamy, Ajamy, Ajamy, quand je vois
Les nuages passer sur ton canal étroit,
Au-dessus de ces bords de palmiers recouverts,
Je ne sais de quels mots te louer dans mes vers15 !

15Aucun lieu de la terre n’offre mieux que mon Mex dénudé une rade propice à la méditation. Ici point de décor inutile, c’est le commencement du désert. La mer, la terre et le ciel : il n’y a plus que l’élément. Mais je l’aimerais moins, il me semble, s’il n’y avait pas le Koran. Il a donné à tout ce peuple qui m’entoure, qui passe sous ma fenêtre avec un chant uniforme, une seule note langoureuse comme une plainte, le goût des choses éternelles et par-dessus tout l’accoutumance à l’idée de la mort.

  • 16 Observation tirée du chapitre XII de la Description de l’Arabie (1772) du célèbre explorateur dano (...)

16Le voyageur allemand Niebuhr rapporte dans sa Description de l’Arabie qu’il a entendu, dans les montagnes de Yémen, « les gens du commun et surtout les soldats dire aux personnes qu’ils rencontrent : Yaum el Nour, jour de la lumière, et les autres répondre : Yaum el Kbour, jour des tombeaux16 ». Voilà toute nue dans sa simplicité qui la rend si belle, une image de grandeur digne d’être auprès de celle de Suarès notée.

  • 17 Sourate 17 de la traduction de Du Ryer, « Chapitre du voyage de nuit ».

17Ces images, elles abondent dans le livre du Prophète. Sa religion est toute humaine, sa grande inspiratrice, la nature. Il nous la donne constamment pour modèle : « Ne soyez pas superbes, dit-il, vous ne serez jamais si longs que la terre, ni si hauts que les montagnes17. » C’est pourquoi il s’est peu écarté de la raison et ne lui a pas demandé de sacrifices considérables. Il a également, dans une sage mesure, ménagé notre esprit et notre corps.

18Je lui sais gré, quant à moi de m’avoir donné de jolis rêves, de m’avoir dit : « L’homme ne peut mourir avant son heure, et personne ne la peut retarder. Ô vous qui croyez, honorez et adorez votre Seigneur et faites bien, peut-être que vous serez heureux. »

19Incertitude que j’aime, mol oreiller du doute !

  • 18 Sourate 24 de la traduction de Du Ryer, « Chapitre de la lumière ».

20Et il a dit encore dans ce chapitre de la Lumière que je voudrais vous citer tout entier : « Dieu éclaire le ciel et la terre comme la lampe qui est dans le fanal de crystal allumée d’huile de l’olivier béni18. »

21Orient ! Porte des rêves, champ du désert illimité !

  • 19 Référence à la Sourate 55 du Coran (« Chapitre du Miséricordieux » chez Du Ryer).

22Lisez aussi dans la version de Du Ryer le livre du Miséricordieux19 : c’est sans doute le plus beau.

  • 20 Rappelons que le lac Mareotis – ou lac Mariout, selon la dénomination arabe – est la vaste étendue (...)

23Je vois, Pargas, les nuages descendre vers les monts de Marea. Au bord du lac Mareotis20, des poètes latins et des poètes grecs, des hommes de ma race sont venus et ont chanté dans des villas de fêtes et des bateaux en fleurs, les yeux de leur Lydie sous le charme des treilles. Ils ont passé comme ces nuages qui ne portent même pas de nom. Le vent du sud, le chacal ailé du désert, a dévoré leur visage et dispersé les ruines de leurs maisons et les vivants d’aujourd’hui ne se souviennent plus de leurs vers. Mais les paroles du Prophète, qui composent son Livre, on peut les entendre, ici, à chaque instant du jour, psalmodiées par le passant. Elles montent du recueillement de ces plaines comme le chant d’amour de la cigale ou le frémissement du criquet. Elles ont de plus cet enveloppement et cette grandeur qui bercent l’âme et la fortifient. L’homme qui les a composées ne pouvait pas être quelconque. Il maniait une plume de lumière. Ceux qui ont parlé mal de lui ont cette excuse que la passion ou l’ignorance les égarait.

  • 21 Phrase tirée de la « préface du traducteur » (signée C. L.) au petit ouvrage philosophique de John (...)

24Je suis heureux d’entendre ici, comme à un carrefour, une voix amie, celle du traducteur de l’ouvrage de John Lubbock Le Bonheur de vivre : « Un ignorant ne saurait goûter le Koran ou les Védas, parce qu’il ne connaît pas les conditions ni les milieux dans lesquels ces livres sont nés ; il n’en voit que le sens littéral ; il n’en saisit pas l’esprit qui en est la vie et le charme21. »

  • 22 Henri Thuile reprend ici les propos que tient George Sale dans ses Observations historiques et cri (...)

25« Le style de l’Alcoran, dit George Sale dans ses Observations historiques et critiques sur le Mahométisme, est en général beau et coulant, surtout dans les endroits où il imite le langage prophétique et les phrases de l’écriture sainte. Il est concis et souvent obscur ; il est orné de figures hardies suivant le goût des Orientaux. Ce style est animé par des expressions fleuries et sentencieuses, et en plusieurs endroits, il est sublime et magnifique. Il est très pur et très élégant, étant écrit dans le dialecte de la Tribu des Koreichs qui est le plus noble de tous les dialectes des arabes. Il est reconnu pour le modèle du langage arabe et les plus orthodoxes croient fonder sur l’Alcoran même, que ce style ne saurait être imité par aucun écrivain humain. Ils regardent cette perfection au-dessus des forces humaines comme un miracle permanent plus grand que ne serait la résurrection d’un mort, et qui est seul suffisant pour convaincre le monde de l’origine céleste de ce livre22 ».

  • 23 Une longue partie du Livre de l’avertissement et de la révision, œuvre de l’historien et géographe (...)

26Dans son Livre de l’Avertissement et de la Révision, traduit par Carra de Vaux en 1896, le grand Massoûdi, l’auteur incomparable des Prairies d’Or, assure, en effet, en parlant du Prophète, qu’il fit pleuvoir les nuées blanches et parler la cuisse empoisonnée… et il fit beaucoup d’autres signes encore : « surtout il apporta le Koran miraculeux et tel que nul homme ne pourrait rien produire de semblable ; c’est par l’évidence de cette impossibilité qu’il a vaincu les hommes et qu’il les a forcés à se rendre23 ».

27D’avoir été écrit sur des feuilles de palmier il en a conservé la fraîcheur et la grâce. Il donne encore généreusement à tous ceux qui le lisent le parfum de ses fruits. On peut réellement l’appeler le Livre par excellence, Al-Kitab, tout comme les chrétiens ont appelé Bibliôn, la Bible.

28Je crois aussi qu’il a rendu les Arabes meilleurs.

  • 24 Nouvelle citation des Observations sur le Mahométisme de George Sale. La citation suivante provien (...)

29« Les Mahométans, en général, écrit encore George Sale, sont si enclins à faire du bien, qu’ils étendent leur charité même jusque sur les animaux24 ».

  • * Salomon Reinach, Orpheus. Histoire générale des religions. [N.d.A.]

30Et puis il me semble que l’on profite trop de certains crimes isolés pour en accuser toute une race. Par contre, il y a des faits qu’on oublie. « Quand Omar prit Jérusalem en 636, il assura aux habitants chrétiens et juifs, le libre exercice de leur culte, la sécurité de leurs personnes et de leurs biens. Mais lorsque les Croisés prirent Jérusalem en 1099 ils massacrèrent tous les musulmans et brûlèrent vifs les juifs ; 70 000 personnes, dit-on, furent ainsi exterminées en moins de huit jours pour attester la supériorité morale du christianisme* ».

31Quand en 1492, les étendards de Saint-Jacques et de Castille eurent sur les tours de l’Alhambra et de l’Albaycin, remplacé ceux du dernier roi Maure Boabdil, le cardinal archevêque Francisco Ximénès fit jeter aux bûchers de Grenade quatre-vingt mille manuscrits.

32Ce sont les arabes qui sauvèrent de la destruction les ouvrages d’Aristote qui leur parvinrent et qu’au Moyen-Âge l’Église condamnait au feu.

  • 25 Cette expression est empruntée à l’Histoire des Grecs (1887-1889) de Victor Duruy, qui évoque Aris (...)

33Dire, Pargas, que sans eux et le romain Sylla, nous n’eussions peut-être jamais connu l’homme dont Kant et Hegel ont pu écrire que « depuis, la science de la pensée n’a fait ni un pas en avant ni un pas en arrière25 ! »

  • 26 Allusion à la Sourate 9 du Coran, à propos de laquelle Du Ryer note qu’elle ne commence pas par le (...)

34On reproche communément à Mahomet d’avoir encouragé la guerre contre les infidèles. Il est vrai qu’il en a parlé avec avantage et qu’il lui a consacré un chapitre. Mais par une sorte de scrupule qui lui fait honneur comme un remords, ce chapitre est le seul qu’il n’ait pas voulu commencer par l’invocation habituelle : « Au nom du Dieu clément et miséricordieux26 ». D’ailleurs il n’a fait que renvoyer aux juifs et aux chrétiens leurs principes qu’ils détestent si fort chez les autres.

  • 27 Si la littérature patristique valorise fréquemment le martyre chrétien, censé illustrer la vérité (...)

35« Le tout-Puissant, dit un ancien auteur, sait que si quelqu’un de vous meurt, il meurt pour la vérité de la foi, pour sauver son pays et pour la défense des chrétiens : c’est pourquoi il en recevra une récompense dans le Ciel27 ».

36Je ne multiplierai pas les exemples que je n’aurais peut-être pas besoin d’aller chercher si loin.

37Ils auraient aussi bien fait, ces chrétiens et ces juifs susceptibles, en parlant de Mahomet, de suivre sa réserve lorsqu’il a parlé d’eux : « Souviens-toi de David et de Salomon, qui rendaient la justice dans le camp où les troupeaux du village étaient entrés la nuit sans bergers…

38« Nous avons créé Jésus et Marie sa mère, ils sont signes de notre unité, nous les avons établis en un lieu élevé, où ils se sont arrêtés auprès d’une fontaine.

39« Souviens-toi de Marie, de laquelle j’ai béni le ventre, nous avons inspiré notre esprit en elle, et lui avons donné un fils, miracle dans le monde.

  • 28 Sourate 23 de la traduction de Du Ryer, « Chapitre des vrais croyants ».

40« Nous avons envoyé Jésus, Fils de Marie, nous lui avons enseigné l’Évangile, nous avons mis la civilité, la clémence, la chasteté dans le cœur de ceux qui l’ont suivi28 ».

  • 29 Sourate 4 de la traduction de Du Ryer, « Chapitre des femmes ».

41« Qui fera bien, bien trouvera, dit le Prophète, et qui mal fera, mal trouvera. Dieu prend garde à tout29 ». N’est-ce pas une assurance, d’une justice bien humaine ? On peut regretter qu’il n’ait été mieux entendu.

42Pour moi, je le veux lire et aimer jusqu’au bout, jusqu’à l’heure où je verrai, à l’Occident, se lever le soleil, et quand, par mon nom, Azraël, l’Ange de la Mort, m’appellera. N’a-t-il pas dit : « La vie du monde est semblable à la pluie tombée du Ciel qui a rafraîchi et fait reverdir les arbres de la terre, et le matin ont été séchés comme la paille que le vent emporte ».

  • 30 Ces deux citations proviennent de la Sourate 18, « Chapitre de la caverne ».

43« Souviens-toi du jour que les montagnes marcheront et que tu verras la terre unie30 ».

44Dans les jours de la vie, les jours heureux, j’imagine une édition rarissime avec le texte original et une traduction parfaite en français. Au frontispice de ce Koran introuvable on verrait le Prophète debout sur les monts du Hedjaz et son Livre à la main. Il s’adresse à la foule des hommes qui se pressent à ses pieds.

45Les deux cent cinquante millions de Musulmans qui vivent aujourd’hui, lui tressent, en attendant, une couronne qui n’est pas à dédaigner.

Notes

1 Cette légende arabe sur l’origine du palmier – créé à partir d’un reste de l’argile ayant servi à former Adam – est connue de longue date en Occident : elle est évoquée en particulier par Jacob Berggren dans son Guide français-arabe vulgaire des voyageurs et des Francs en Syrie et en Égypte (1844), à l’entrée « dattier ». Rappelons par ailleurs que le palmier lui-même, omniprésent dans les paysages du Moyen-Orient, occupe une place de choix dans la culture musulmane, comme trait d’union entre l’humain et le divin.

2 Citation de la Sourate 85 du Coran, dans la célèbre traduction réalisée au XVIIe siècle par l’orientaliste André Du Ryer (Sourate rebaptisée par Du Ryer « Chapitre des signes célestes »).

3 Dans les pages qui suivent, Henri Thuile propose une synthèse des différentes traductions du Coran en latin, en espagnol, en italien, en grec, en français et en anglais. Le texte de son exposé – dont les principales références proviennent de la revue britannique The Muslim World, citée quelques lignes plus loin – reprend presque mot à mot un article publié par l’auteur dans L’Esprit nouveau (« Du Koran et de la poésie arabe », L’Esprit nouveau, n° 4, 1921, p. 411-418). Si la récapitulation tentée par Henri Thuile est loin d’être exhaustive, elle souligne bien quels ont été les grands relais qui ont assuré la diffusion du texte en Europe (André Du Ryer et George Sale notamment).

4 Formule de l’historien britannique Edward Gibbon (1737-1794), qui revient dans son Histoire de la décadence et de la chute de l’empire romain sur la naissance de l’Islam (chapitre L).

5 Nouvelle citation de l’essai de Gibbon (chapitre L), dans la traduction française réalisée en 1812 par François Guizot.

6 On trouve en effet dans le numéro de juillet 1915 de la revue The Muslim World (volume 5, issue 3), un article de S. M. Zwembr intitulé « Translations of the Koran », qui revient sur les différentes traductions du livre sacré en Occident (p. 244-261).

7 Allusion probable au Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, Istanbul, Mihran, 1889-1904.

8 Citation de la Sourate 93 du Coran – rebaptisée « Chapitre du soleil levé » par Du Ryer – d’après la version anglaise publiée par l’éminent orientaliste George Sale en 1734. George Sale (1697-1736), dont l’œuvre fut une source d’information essentielle pour les Lumières, et plus particulièrement pour Voltaire, peut effectivement être considéré comme un des hommes de son siècle qui ont « le mieux connu le monde musulman ».

9 Richard Francis Burton (1821-1890), célèbre orientaliste et traducteur en anglais des Mille et une nuits, s’est en effet essayé, dans un article de The Edinburgh Review (juillet 1866), à une adaptation poétique des premiers vers de la Sourate 93.

10 Phrase traditionnellement attribuée au philologue et historien Joseph Scaliger. Ce dernier illustre en divers points de sa correspondance, notamment avec Isaac Casaubon, son intérêt pour le Coran.

11 L’auteur cite un verset d’Images de la Grandeur (1901), tiré du Livre I, p. 13 de l’édition originale. La phrase s’inscrit toutefois chez Suarès dans un contexte mythologique qui a peu à voir avec l’esprit du Coran !

12 Citation de la Sourate 113 du Coran, dans la traduction de Claude-Étienne Savary (1783).

13 Citation de la Sourate 9 et de la Sourate 7, dans la traduction de Du Ryer.

14 Nouvelle citation de la Sourate 7 – le « Chapitre des limbes » –, dans la traduction de Du Ryer.

15 Autocitation d’Henri Thuile : ces alexandrins sont de sa composition.

16 Observation tirée du chapitre XII de la Description de l’Arabie (1772) du célèbre explorateur danois Carsten Niebuhr (1733-1815), « De la manière de saluer chez les Arabes ».

17 Sourate 17 de la traduction de Du Ryer, « Chapitre du voyage de nuit ».

18 Sourate 24 de la traduction de Du Ryer, « Chapitre de la lumière ».

19 Référence à la Sourate 55 du Coran (« Chapitre du Miséricordieux » chez Du Ryer).

20 Rappelons que le lac Mareotis – ou lac Mariout, selon la dénomination arabe – est la vaste étendue d’eau douce qui se trouve immédiatement au sud d’Alexandrie. Situé au sud du lac, le site de Marea est riche de vestiges antiques.

21 Phrase tirée de la « préface du traducteur » (signée C. L.) au petit ouvrage philosophique de John Lubbock intitulé Le Bonheur de vivre (Paris, Alcan, 1892).

22 Henri Thuile reprend ici les propos que tient George Sale dans ses Observations historiques et critiques sur le Mahométisme : cet essai sur la culture musulmane, placé en tête de la version du Coran réalisée par Sale en 1734, fut rapidement traduit en français (la première édition des Observations sur le Mahométisme fut imprimée à Genève, chez Barrillot, en 1751).

23 Une longue partie du Livre de l’avertissement et de la révision, œuvre de l’historien et géographe Masoudi, évoque l’« histoire de la naissance du prophète et de sa mission » : les exploits de Mahomet auxquels renvoie Henri Thuile apparaissent p. 302 de la traduction publiée par Carra de Vaux en 1896.

24 Nouvelle citation des Observations sur le Mahométisme de George Sale. La citation suivante provient de l’Histoire générale des religions (1 re édition 1907) rédigée par l’historien Salomon Reinach (chapitre VI).

25 Cette expression est empruntée à l’Histoire des Grecs (1887-1889) de Victor Duruy, qui évoque Aristote par ces termes élogieux, en citant également Kant et Hegel. La préface à la deuxième édition de la Critique de la Raison pure (1787) commence en effet par un hommage à la pensée d’Aristote, fondateur de la rationalité, hommage qui sera repris en des termes très proches par Hegel dans les premières pages de la Science de la logique (1812-1816).

26 Allusion à la Sourate 9 du Coran, à propos de laquelle Du Ryer note qu’elle ne commence pas par les mots habituels, « parce que ce sont paroles de paix et de salut, et qu’en ce chapitre Mahomet ordonne de rompre la trêve avec ses ennemis, et de faire main basse sur eux ».

27 Si la littérature patristique valorise fréquemment le martyre chrétien, censé illustrer la vérité de la foi en Dieu, nous n’avons pas retrouvé l’origine précise de cette citation.

28 Sourate 23 de la traduction de Du Ryer, « Chapitre des vrais croyants ».

29 Sourate 4 de la traduction de Du Ryer, « Chapitre des femmes ».

30 Ces deux citations proviennent de la Sourate 18, « Chapitre de la caverne ».

Notes de fin

* Salomon Reinach, Orpheus. Histoire générale des religions. [N.d.A.]

© UGA Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540