Version classiqueVersion mobile

Littérature et Orient

 | 
Henri Thuile

Avertissement

Texte intégral

  • 1 Citation tirée de La Fête arabe, roman des frères Jérôme (1874-1953) et Jean (1877-1952) Tharaud p (...)

Je ne demande plus rien à la vie que ce que peut apporter de bonheur, le lever et le coucher du soleil, une nuit étoilée, la flûte de roseau, une chanson arabe…
Jérôme et Jean Tharaud1

1Lecteur, je te présente mon livre. Je l’ai écrit au seuil de la porte du désert, au cours d’une époque malheureuse. Bien souvent je m’arrêtais pour, appuyant mon oreille contre la terre, entendre, sur le sol, le retentissement de nos légions !

2Ne m’en veux pas, si je n’ai pris aucun des moyens qu’il fallait prendre pour te plaire. Repose-le sans amertume sur la table et ne t’en mets pas en souci : les flots l’emporteront.

  • 2 Citation de deux odes d’Horace, « À Lamia » (I, 26) et « À Septimius » (II, 6). L’auteur reprend l (...)

3Laisse-moi maintenant te dire comme Horace, ce fils bien-aimé de Lucrèce : « Ami des Muses, je jette aux vents, qui les disperseront sur la mer de Crète, la crainte avec les pleurs. Viens avec moi ; ces beaux lieux, ces heureuses collines nous appellent2… »

4H. T.

Notes

1 Citation tirée de La Fête arabe, roman des frères Jérôme (1874-1953) et Jean (1877-1952) Tharaud publié dans la NRF de mars et avril 1912, puis édité en volume à la fin de l’année chez Émile-Paul. La phrase citée par Henri Thuile, tronquée, s’achève par « … et la récitation du plus beau des poèmes, l’inimitable Coran ».

2 Citation de deux odes d’Horace, « À Lamia » (I, 26) et « À Septimius » (II, 6). L’auteur reprend librement la traduction de la « Collection des auteurs latins » publiée chez Didot.

© UGA Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search