Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Flâneur et les flâneuses

 | 
Catherine Nesci

V. Flora Tristan, « voyageuse consciencieuse ». Une odyssée urbaine

La ville ou la vie

Texte intégral

  • 1 Je cite ici l’édition originale du texte en 2 tomes : Pérégrinaions d’uneparia (1833-1834), par Mm (...)

Liberté, oh, chère Liberté, il n’est pour ta perte aucune compensation : la sécurité même n’en est pas une ; rien au monde ne saurait te remplacer.
Pérégrinations d’une paria (1833-1834)1

1Dans son étude « Flora Tristan, enquêtrice », l’historienne Michelle Perrot a montré que celle-ci s’adapte à l’acception toute moderne que prend le terme même d’enquête dans le premier xixe siècle : il ne s’agit plus d’assembler un savoir livresque en se fondant sur des documents déjà disponibles, il faut à présent se porter sur le terrain pour se livrer à une observation plus directe et plus personnelle des lieux, des êtres et des objets d’investigation. L’exercice d’un regard fortement référentiel, caractéristique de l’enquête sociale, obéit au même souci descriptif que la flânerie urbaine et les études de mœurs de la littérature panoramique ; il suit également les mêmes protocoles de classification et modèles de description en s’inspirant des sciences de la physionomie (physiologie, phrénologie, physiognomonie) ou des sciences naturelles (zoologie notamment).

  • 2 M. Perrot, « Flora Tristan, enquêtrice », Un fabuleux destin : Flora Tristan, Actes du premier col (...)

2Mais comment regarder, analyser, enquêter et publier le résultat de ses observations quand on est femme ? A priori, l’identité féminine n’est pas nécessairement un obstacle à l’enquête de proximité. Circulant comme visiteuse des pauvres ou des prisons, la bourgeoise en mission de charité n’est pas suspecte : « Entre les femmes et les lieux de la souffrance, il existe un lien intime qui passe par le sentiment du péché », comme le remarque Michelle Perrot2. Que la femme s’essaie toutefois à l’enquête plus lointaine ou moins socialement codée, son identité sexuée et sociale appauvrit alors considérablement son champ d’exploration, surtout lorsqu’il s’agit de pénétrer dans l’espace public, qu’il soit urbain ou citoyen.

  • 3 M. Vargas Llosa, Le Paradis – un peu plus loin, traduit de l’espagnol par A. Bensoussan avec la co (...)
  • 4 M.-C. Hoock-Demarle, « Le langage littéraire des femmes enquêtrices », Un fabuleux destin : Flora (...)

3Pourtant l’extraordinaire Flora Tristan fut à la fois voyageuse au long cours, exploratrice et citoyenne sociale. Elle accomplira même son dernier voyage au cours d’un Tour de France militant dont le grand écrivain Mario Vargas Llosa nous fait revivre les étapes passionnées et le chemin de croix dans le roman historique qu’il vient de consacrer à la paria et à son petit-fils Paul Gauguin, Le Paradis – un peu plus loin3. L’écrivain péruvien, natif de cette Arequipa où séjourna Flora Tristan, représente admirablement l’identification profonde entre l’enquêtrice militante et ses lieux d’investigation et d’apostolat : les villes modernes. Utilisant le procédé narratif de l’analepse (ou retour en arrière, pour reprendre une catégorie clef de la poétique narrative selon Gérard Genette), Mario Vargas Llosa tresse les fils de la narration du tour de France politique et ceux de la narration d’événements antérieurs. Il peint ainsi l’apprentissage par son héroïne de l’espace et de la cité à travers son errance de femme en fuite, ses pérégrinations aventureuses au Pérou et ses promenades subversives dans Londres. Il nous plonge ainsi au cœur même de ce nouveau rôle de salut social que se donna la femme messie en venant, sur le terrain, convertir à son projet d’Union ouvrière les prolétaires privés du droit de vote. L’adresse constante du narrateur à son héroïne, qu’il transforme en interlocutrice par l’usage de la deuxième personne du singulier – telle une amante avec laquelle il communique en situation privée –, fait ressortir le montage entre la parole intimiste et le projet politique. Par ce procédé citationnel, « Florita » semble se parler à elle-même à travers la tendre médiation de son metteur en scène. Le choix judicieux de ce mode d’énonciation, qui est aussi rupture de l’illusion réaliste, traduit sur le plan narratif l’une des nouveautés de la vision de ces exploratrices sociales que sont, au xixe siècle, Flora Tristan et Bettina von Arnim : en observant, en prenant des notes, en allant sur le terrain, elles donnent « une dimension sociale à deux occupations littéraires féminines traditionnelles, la correspondance et le journal intime », comme l’écrit Marie-Claire Hoock-Demarle4. Quittant les murs du foyer pour voir la ville et ses habitants les plus démunis, les femmes enquêtrices et quelque peu bohèmes déplacent leur parole de la sphère du privé et de l’intimité familiale à l’espace public de la cité moderne.

4L’interaction entre la sphère de l’intimité, qui recouvre le domaine psychologique et familial du privé, et la sphère publique comme échanges entre personnes privées et analyse des rapports sociaux, reste marquée par l’expérience subjective de celles qui entreprennent le passage de l’une à l’autre sphère. Voir la ville en tant que femme et discuter de questions politiques et publiques reste une entreprise séditieuse dans laquelle vacillent les repères mêmes de l’identité féminine. La conscience douloureuse de la transgression qu’accomplissent les exploratrices par leur observation en milieu urbain se manifeste de manière aiguë dans leurs œuvres. C’est ce que j’aimerais montrer à cette étape de ma réflexion en me penchant sur les deux premiers textes que publie Flora Tristan entre 1835 et 1838, Nécessité de faire un bon accueil aux femmes étrangères et Pérégrinations d’une paria. J’analyserai les rapports dialectiques qu’inscrivent ces deux œuvres entre la ville et la vie, entre le voyage et l’écriture de soi, entre la conscience subjective de la femme et l’espace de son exploration. À partir de la représentation de l’expérience urbaine que nous donne Flora Tristan, je dégagerai une conception différente de la flânerie pour y voir le mode d’investigation sociologique qui permit à la femme paria et messie de devenir le sujet d’une pensée en mouvement.

Notes

1 Je cite ici l’édition originale du texte en 2 tomes : Pérégrinaions d’uneparia (1833-1834), par Mme Flora Tristan, Arthus Bertrand, 1838, t. II, p. 154. Titre dorénavant abrégé en PP.

2 M. Perrot, « Flora Tristan, enquêtrice », Un fabuleux destin : Flora Tristan, Actes du premier colloque international Flora Tristan, Dijon, mai 1984, S. Michaud (dir.), Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 1984, p. 83. Essai repris dans : Les Femmes ou les silences de l’Histoire, Flammarion, 1998, p. 301-312.

3 M. Vargas Llosa, Le Paradis – un peu plus loin, traduit de l’espagnol par A. Bensoussan avec la collaboration d’A.-M. Casès, Gallimard « Du monde entier », 2003. Titre original : El Paraíso en la otra esquina.

4 M.-C. Hoock-Demarle, « Le langage littéraire des femmes enquêtrices », Un fabuleux destin : Flora Tristan, op. cit., p. 100.

© UGA Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site