Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Flâneur et les flâneuses

 | 
Catherine Nesci

III. Delphine excentrique. Portrait du feuilletoniste en chiffonnière

Muse, buse, M(éd)use

Texte intégral

1Plusieurs facettes de l’écriture parodique de Delphine de Girardin ont retenu notre attention : l’investissement excentrique de la flânerie ; la représentation de la modernité parisienne et des fantasmes de mobilité sociale. Déguisée en flâneur mondain, la journaliste sociologue se crée un mode d’accès aux interactions sociales de l’espace public urbain. Grâce à son feuilleton, « histoire du présent » qui se nourrit d’observations et répond au souci de mise en ordre référendaire de son époque, donc au désir de désigner et de classer les types sociaux, Delphine de Girardin n’a-t-elle pas produit une Comédie humaine de sa façon et répondu au défi que lui lançait Balzac de faire un « grand, un beau livre » ? C’est bien ce qu’indiquerait la publication en volumes séparés des Lettres parisiennes, en 1843, chez Charpentier, un an après le début de la publication des Œuvres complètes de Balzac, coiffées du titre unificateur de Comédie humaine. Dans son feuilleton du 30 mars 1844, la chroniqueuse (qui fait tomber le masque) signale ainsi le changement de statut que lui apporte la publication en volumes de ses feuilletons. Pour l’occasion, elle invente un nouveau terme pour décrire son travail d’écrivain, sans toutefois aller jusqu’à exhiber son genre féminin : de feuilletoniste, le faux vicomte est passé non pas illustre historien, mais modeste « mémorien » - néologisme qui traduit la mission du tâcheron des mœurs. La publication en volumes des feuilletons aurait ainsi métamorphosé son auteur en « gâte-sauce historique ». Ancré dans l’actualité immédiate, le « Courrier de Paris » survivra à son auteur parce qu’il représente son époque :

nos vers... ce n’est que nous ; nos commérages... c’est vous, c’est votre époque, si grande, quoi que l’on dise, si extraordinaire, si merveilleuse, et dont les moindres récits, les plus insignifiants souvenirs, auront un jour un puissant intérêt, un inestimable prix. (LP, t. II, p. 218)

2Ne relevant que du privé et de l’intime, les vers n’auront pas de postérité, selon la chroniqueuse, naguère poète et improvisatrice. En revanche, le feuilleton prosaïque, persiflage éphémère, se découvre une nouvelle légitimité dans l’écriture de son temps.

3Dans leur réception des Lettres parisiennes en 1843, les critiques mirent essentiellement l’accent sur deux aspects du feuilleton : la révélation de l’identité de l’écrivaine derrière le pseudonyme masculin ; la désacralisation des élites par la forme feuilletonesque. Comme le rappelait Cheryl A. Morgan, le critique Lagenevais reprocha vivement à Delphine de Girardin de rabaisser la grandeur des salons aux jeux de la « forme banale du feuilleton ». Dans son compte-rendu de La Revue des Deux Mondes, Lagenevais réprouve la rencontre dégradante de la presse quotidienne et des élites de la bonne société :

  • 46 F. de Lagenevais, « Le feuilleton : Lettres parisiennes », Revue des Deux Mondes, no 133, oct. 184 (...)

Les salons ne peuvent avoir leurs sténographes comme les tribunaux, leurs feuilletonistes comme le théâtre [...] Monde et feuilleton, cela se repousse [...] vous démocratisez l’aristocratie.46

  • 47 Ibid.

4Le critique récuse donc la mise en scène distanciée des élites aristocrates dans le cadre d’une publication qui cherchait justement à concilier le dynamisme bourgeois avec la fascination qu’exercent toujours la noblesse et ses manières de bon ton. Contrairement à Gautier, Lagenevais critique aussi avec virulence l’appropriation du rôle du flâneur par la courriériste et son incarnation en feuilletoniste satiriste et chiffonnière. La femme qui manie le chiffon politique et séditieux ressemble, selon lui, « à Méduse et à Scylla, deux beautés changées en monstres47 ». L’invention d’un regard de genre hybride et le travesti de la flâneuse invisible entraînent une anxiété symbolisée par la figure de Méduse, qui reparaîtra un peu plus tard dans un portrait chargé de la feuilletoniste en décembre 1848.

5Pour mieux comprendre ce portrait chargé, on peut se reporter au feuilleton du 7 mars 1847 dans lequel la courriériste crée un nouveau néologisme en se déclarant « encrophobe ». Elle peint de manière ambivalente son plaisir d’écrire et son « ennui d’écrire » en faisant à nouveau son autoportrait, cette fois en écrivain pharmakon obligé de pratiquer malgré elle/lui le délicieux et repoussant supplément de l’écriture :

CROQUIS CHARIVARIQUES

CROQUIS CHARIVARIQUES

Figure 5. Anonyme (Honoré Daumier), « Une Muse en 1848 », Le Charivari, 15 décembre 1848.

6Notre situation est bien simple : nous ne demandons pas à écrire ; au contraire, nous demandons à ne pas écrire. On vous l’a dit, nous sommes encrophobe ; cette affreuse liqueur noire, cet abominable cassis littéraire, nous est odieux ; mais, nous l’avouons, il nous enivre comme pourrait le faire un vin délectable. Pour les buveurs, la vérité est dans le vin ; pour nous, la vérité est dans l’encre. Ne jamais respirer ce parfum nauséabond de l’écritoire ; ne jamais entendre ce petit bruit taquin de la plume qui saisit ces belles pages blanches, et qui quelquefois les déchire ; ne jamais écrire un seul mot !... tel serait pour nous le bonheur idéal ; mais on nous met de force la plume à la main : alors il faut bien nous résigner et nous consoler un peu de l’ennui d’écrire par le plaisir de dire au moins notre pensée. (LP, t. II, p. 444) C’est cette scène de la femme enivrée par le « parfum nauséabond» de l’encre et de l’écritoire que reprend le portrait chargé de Daumier, « Une Muse en 1848 » (figure 5). Cette caricature de Delphine de Girardin parut après la publication, dans La Presse, d’un poème dénonçant le général Cavaignac comme responsable des sanglantes journées de juin 1848 et de la violente répression qui les suivit. Le geste politique courageux, juste avant l’élection présidentielle, ne passa pas inaperçu des journalistes et caricaturistes. « Une Muse en 1848 », caricature insérée dans Le Charivari du 15 décembre 1848, indique par son titre la transformation de Delphine Gay, poétesse qui s’était sacrée muse de la Patrie, en journaliste politique. Munie d’une tête virile d’une taille démesurée, peinte de profil et penchée sur son écritoire, la muse aux cheveux dénoués porte le négligé du matin, toutefois serré à la taille par une ceinture en forme de serpent. Dans cette tenue, elle rédige son prochain feuilleton pour La Presse, dont un numéro est affiché dans la partie gauche, au-dessus de la lyre abandonnée par l’ex-poétesse devenue journaliste et feuilletoniste. L’encrier porte le nom de « vitriol », désignant la critique virulente à laquelle se livre la feuilletoniste. L’identité monstrueuse apparaît dans la tête disproportionnée aux traits virils et coiffée d’une chevelure de serpents, telle la Méduse mythologique. Les pieds de la table, eux aussi tordus, font écho aux doigts crochus et aux pieds diaboliques qui confirment la nature infernale et monstrueuse de la femme dénaturée et absorbée par son écritoire. L’abandon du rôle traditionnel de la muse, le mélange des traits féminins (la taille fine, le corps malingre : deux détails étonnants quand on sait la corpulence massive de Delphine à cette époque) et masculins (profil masculin et tête monstrueuse), le couplage de l’encrier-vitriol avec le nom même du journal qui le suit, « Presse » : le portrait chargé figure la déviance de la muse en 1848, représentée par le mélange contre nature de la femme et de l’écriture journalistique, porteuse de sourdes menaces.

  • 48 Pour une analyse plus détaillée du contexte de 1848, je renvoie à : l’étude de W Walton, Eve’s Pro (...)

7Une autre caricature, parue dans La Revue comique et intitulée « Je ne suis qu’une femme, une folle, une buse », parodie le deuxième vers du poème de Delphine de Girardin contre le général Cavaignac : « Hé bien, moi, devant Dieu, devant Dieu je l’accuse !/Je ne suis qu’une femme, une folle, une muse ! » C’est le poème qui clôt le tome I des Œuvres complètes, dédié aux œuvres poétiques ; la date symbolique, « Paris le 26 novembre 1848 », rappelle le geste politique de Delphine de Girardin, au lendemain du vote d’approbation que l’Assemblée avait accordé à Cavaignac pour sa politique de répression après les journées de juin48. Ici la femme de lettres apparaît sous les traits d’un oiseau de proie à tête humaine, déchiquetant de ses griffes un sabre et un uniforme d’officier. La caricature est donc plus violente que celle de Daumier en ce qu’elle touche la forme anatomique et la féminité de la victime, ici transformée en oiseau bourreau. Le blason qui surmonte la buse, dans le coin droit supérieur, contient un bas bleu saignant, une plume en travers et la date de 1848. Cette identification politique entre la feuilletoniste mondaine et les « femmes libres » de 1848, dont aucune n’était toutefois électrice ou éligible, est un comble si l’on considère les attaques violentes des bas-bleus et autres plumitives par le vicomte de Launay !

  • 49 Voir à ce propos, J. Bergman-Carton, The Woman of Ideas in French Art, 1830-1848, New Haven et Lon (...)

8La Muse de Juillet est devenue Méduse aux doigts non point blancs, comme les peindra plus tard l’esthète Gautier, mais salis par l’encre ténébreuse du feuilleton. Une fois transformée en « buse » de 1848, la femme d’esprit signant d’un patronyme noble rejoint le rang des femmes grotesques et obscènes, croquées de manière difforme ou animale à cause de leur engagement politique et intellectuel – bas-bleus, divorceuses et femmes socialistes, pour reprendre les titres des séries de Daumier49. Le vicomte de Launay, alias Delphine de Girardin en flâneuse invisible, fréquentait les coulisses du pouvoir comme la Chambre des députés et avait transformé peu à peu sa chronique de La Presse en journal public. Bien qu’elle ne se sentit pas de véritable solidarité avec les groupes féministes de la IIe République, la mondaine insolente et frondeuse ne fit aucunement exception à la curée misogyne que déchaînèrent les intellectuelles et femmes engagées qui bravèrent l’interdit du pouvoir masculin.

  • 50 Pour tout ce paragraphe, voir M. Lassère, Delphine de Girardin, op. cit., p. 312-314.

9Comme le souligne Madeleine Lassère dans son ouvrage récent sur Delphine de Girardin, la réception post-mortem des oeuvres de la Muse de Juillet favorisera surtout ses Lettres parisiennes50. Barbey d’Aurevilly qualifie de « chef-d’oeuvre » le « Courrier de Paris » et compare le « commérage » de Mme de Girardin à celui de Mme de Sévigné, qu’il surpasserait souvent. Dans son livre sur Les Bas-bleus (1878), il disculpera même l’écrivaine du crime infâme de « bleuisme » et reconnaît ses talents de journaliste et de chroniqueuse. À l’orée du xxe siècle, Emile Faguet analysera avec finesse quelques feuilletons de Mme de Girardin pour en louer le « style parlé » :

  • 51 É. Faguet, « Le vicomte de Launay », Revue des Deux Mondes, 15 septembre 1912.

En d’autres termes, Mme de Girardin se promène avec vous en causant, à petits pas, puis, quelquefois s’arrête et vous regarde et vous jette un mot isolé, sa pensée ayant fait sur elle-même comme un nœud.51

10C’est la poétique girardinienne de la promenade sociale et de la conversation intime que Faguet retient avec finesse, dans ce portrait de la chroniqueuse en causeuse digressive.

Notes

46 F. de Lagenevais, « Le feuilleton : Lettres parisiennes », Revue des Deux Mondes, no 133, oct. 1843, p. 136. Cité par C. A. Morgan, « Les chiffons de la M(éd)use : Delphine Gay de Girardin, journaliste », art. cit., p. 58.

47 Ibid.

48 Pour une analyse plus détaillée du contexte de 1848, je renvoie à : l’étude de W Walton, Eve’s Proud Descendants. Four Women Writers and Republican Politics in Nineteenth-Century France, Stanford, Stanford UP, 2000, p. 202-244 ; et M. Lassère, Delphine de Girardin, op. cit., chap, xii : « Les orages politiques ».

49 Voir à ce propos, J. Bergman-Carton, The Woman of Ideas in French Art, 1830-1848, New Haven et Londres, Yale UP, 1995.

50 Pour tout ce paragraphe, voir M. Lassère, Delphine de Girardin, op. cit., p. 312-314.

51 É. Faguet, « Le vicomte de Launay », Revue des Deux Mondes, 15 septembre 1912.

Table des illustrations

Titre CROQUIS CHARIVARIQUES
Légende Figure 5. Anonyme (Honoré Daumier), « Une Muse en 1848 », Le Charivari, 15 décembre 1848.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/4298/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 246k

© UGA Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site