Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Flâneur et les flâneuses

 | 
Catherine Nesci

Remerciements

Texte intégral

1Au seuil de cet ouvrage, dont la préparation fut constamment nourrie par l’amitié et le dialogue de part et d’autre de l’Atlantique, je tiens à exprimer ma gratitude aux personnes et aux institutions qui m’ont permis de le mener à bien. J’ai bénéficié du concours financier de la Fondation Borchard, de l’« Academic Senate » de l’Université de Californie à Santa Barbara et du Doyen des Arts et Sciences Humaines, David Marshall. Je remercie de leur efficacité l’équipe des Ellug ainsi que sa co-directrice de collection, Chantai Massol, qui a fait preuve d’un dévouement attentif et généreux.

2Par leurs travaux sur la ville, la modernité urbaine ou l’histoire des femmes, Margaret Cohen, Priscilla Parkhurst Ferguson, Jeannine Guichardet, Philippe Hamon, Claude Leroy, Alain Montandon, Michelle Perrot, Christopher Prendergast et Leslie W. Rabine ont été à l’origine de cette réflexion. Je remercie également de leur précieux soutien David Bell, Janet Beizer, Eric Bordas, Cynthia J. Brown, Jody Enders, Nigel Harkness, Owen Heathcote, Dominique Jullien, Anne McCall, Catherine Masson, Jann Matlock, Stéphane Michaud, Cheryl Morgan, Isabelle Naginski, Brian Nelson, Sandy Petrey, Nathalie Preiss, Jean-Marie Roulin, Lawrence Schehr, Sonya Stephens et Richard Terdiman. La liste de ceux et celles qui ont enrichi ce travail de longue haleine s’est tellement allongée au cours des années que je ne saurais les énumérer tous.

3Par leur appui chaleureux et leurs concours amicaux, Anne-Marie Baron, Pierre Bras, Priscilla P. Ferguson, Lisa et Sylvain Mimoun, Alain Montandon, Michelle Perrot, Christine Planté, Leslie W. Rabine, Martine Reid, Michèle Riot-Sarcey et MarieEve Thérenty ont assuré la maturation de ma réflexion. Enfin, Anne-Emmanuelle Berger, Claudie Bernard, Anne Deneys-Tunney, Lucienne Frappier-Mazur, Naomi Greene, Nicole Mozet, Françoise Van Rossum-Guyon, Marta Wilkinson et Mayfair Yang savent que sans leur patience dévouée et leurs encouragements, mes flâneuses seraient bel et bien restées invisibles.

4With special thanks to Douglas E. Hatt for his loving companionship.

© UGA Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site