Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stendhal à Cosmopolis

 | 
Marie-Rose Corredor

Dossier II. Manuscrits, bref état des lieux

Le cas des Idées italiennes

Sandra Terroni

Texte intégral

  • 1 Le Divan, 1931 ; Cercle du Bibliophile, 1972.

1Depuis quelques années Hélène de Jacquelot et moi, nous travaillons à la préparation de l’édition critique et génétique des Idées italiennes sur quelques tableaux célèbres d’Abraham Constantin (collection « Beaux-Arts-Histoire » de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts). Ce livre, publié en 1840 par le Gabinetto Scientifico e Letterario Vieusseux sous le seul nom de Constantin, a été par la suite inséré, comme on le sait, dans les Œuvres complètes de Stendhal1 ; mais la part prise par Stendhal dans sa rédaction n’avait pas fait pour autant l’objet de recherches spécifiques. D’où la décision de combler cette lacune. Au départ, nous avons travaillé sur les deux traces manuscrites connues à l’époque : le fonds de l’Archivio Storico du Gabinetto Vieusseux à Florence et les feuillets conservés à la bibliothèque municipale d’étude et d’information de Grenoble. Puis les contacts que nous avons établis avec les héritiers de Constantin (M. Paul Chaix, son arrière arrière-petit-neveu) nous ont permis de prendre connaissance d’un autre fonds considérable déposé depuis 1988 à la bibliothèque publique et universitaire de Genève. L’ensemble de ces matériaux documente toutes les phases de la réalisation du livre, du manuscrit primitif de Constantin à la correction des épreuves ; malgré quelques petites lacunes, il permet donc de réaliser une édition qui explicite et détermine la nature, l’ampleur et les modalités de la collaboration de Stendhal, ainsi que la singularité de cette écriture à quatre mains.

2À l’Archivio Storico du Gabinetto Vieusseux à Florence se trouvent :

  • le manuscrit final (448 ff.), composé de feuillets de la main de Constantin, de Stendhal et de plusieurs copistes (dont celui de Lamiel), avec corrections et ajouts de Stendhal. Ce manuscrit est composé de plusieurs lots, envoyés à l’éditeur entre décembre 1839 et juin 1840 alors même que l’impression des feuilles d’imprimerie et la correction des épreuves avaient déjà commencé ;
  • un jeu d’épreuves incomplet (326 p., les p. 49-56 et 91-96 manquent), avec corrections et ajouts de feuillets manuscrits de la main de Stendhal (rarement de Constantin). Ces épreuves, tirées et envoyées au fur et à mesure, sont retournées corrigées, signées et presque toujours datées par Stendhal sous le pseudonyme de Charlet (du 12 février au 3 juillet 1840). En nous appuyant sur la correspondance, nous avons classé les différents envois et complété la datation, ce dont tient compte le nouvel inventaire.

3Aux Manuscrits de la bibliothèque municipale d’étude et d’information de Grenoble se trouvent 21 ff. foliotés de 1 à 22 (le f. 4 manque), de la main de Stendhal, brouillon de la première partie du chapitre xx.

4À la BPU de Genève sont déposés :

  • le manuscrit primitif de Constantin (12 ff. recto-verso) avec, de la main de Stendhal, ajout du titre Notices sur les tableaux des grands maîtres que j’ai copiés sur porcelaine, de la date Paris 1838, et d’une « Préface » ;
  • la copie de ce manuscrit : un cahier cousu de 35 ff., avec corrections de Stendhal et de longs ajouts de Constantin ;
  • deux cahiers cousus, l’un de 18 ff. de la main de Constantin avec corrections de Stendhal, l’autre de 61 ff. de la main d’un copiste, de Constantin et de Stendhal, avec corrections de Stendhal et Constantin ;
  • 421 ff. de la main de Constantin, de Stendhal et de plusieurs copistes (dont celui de Lamiel), témoignant des différents stades de la rédaction, plus ou moins lacunaires ; ils ont été inventoriés sur la base du classement établi par Paul Chaix (qui avait été directeur de la BPU) suivant l’ordre du discours dans le livre imprimé et négligeant tout critère génétique ;
  • 19 ff. hétérogènes (listes, tables, notes de lecture et de visite de galerie, brouillons de lettres), de la main de Constantin, de Stendhal et du copiste de Lamiel ;
  • un jeu incomplet d’épreuves d’imprimerie avec quelques corrections de Constantin, dont certaines non retenues.

5Sur la base d’un travail philologique serré (relevé des foliotations successives, des variantes, des annotations…), et après avoir examiné tout le fonds feuillet par feuillet, nous avons été amenées à démanteler le classement en place et à reconstituer – tout ceci virtuellement – plusieurs lots unitaires quoique partiels et au moins deux stades intermédiaires entre le manuscrit primitif de Constantin et le manuscrit final : 60 ff. pour le premier, que Stendhal intitule Idées italiennes sur quelques tableaux célèbres par A. C. in. ; 141 ff. pour l’autre, qui couvre en gros les sept premiers chapitres du livre. Ce qui nous permet d’établir la genèse la plus exacte possible de chacun des « articles » et de l’ensemble du livre, tout en faisant ressortir les dynamiques de cette écriture à deux.

6Quant à l’exemplaire interfolié des Idées italiennes annoté par Stendhal et utilisé par Danielle Plan dans son établissement du texte pour l’édition du Divan, il est toujours introuvable. Par contre, celui qui est annoté par Constantin et dans lequel il a recopié les variantes de Stendhal, est conservé à la BPU.

7Nous disposons aussi de matériaux complémentaires qui se sont révélés d’une grande utilité pour la chronologisation d’au moins la dernière phase de la genèse du texte :

  • plus d’une centaine de lettres et billets de Constantin à Vieusseux, de Vieusseux à Constantin, de Stendhal à Vieusseux ; et une quinzaine de lettres échangées, toujours à propos des Idées italiennes, entre Vieusseux, le typographe, le responsable des postes des États pontificaux, le vice-consul de France à Livourne etc., conservés au Cabinet Vieusseux ;
  • deux lettres conservées à la Biblioteca Nazionale Centrale de Florence ;
  • deux lettres conservées à la BPU.

8Hélène de Jacquelot est en train de réaliser une édition complète de cette correspondance, en grande partie inédite.

9L’étude génétique du texte permet par ailleurs de rendre compte de certaines incongruités dans son organisation générale ainsi qu’à l’intérieur de certains chapitres ou passages. En effet, quand Constantin conclut avec Vieusseux un accord pour l’édition du livre (en automne 1839), seule la partie consacrée aux ouvrages qu’il a copiés sur porcelaine est à peu près finie. C’est même après l’envoi de cette partie (le 20 décembre 1939) que, profitant de la présence de Stendhal à Rome, les deux amis se mettent sérieusement au travail et que le livre va prendre son ampleur. D’où les envois à plusieurs reprises et la quantité remarquable de feuillets oubliés ou ajoutés, de substitutions, révisions et repentirs. Tout cela lié à une production du texte à deux, ainsi qu’aux conditions dans lesquelles elle se réalise. J’en donnerai ici un seul exemple. Un ajout de Stendhal aux quelques lignes consacrées au portrait de la Fornarina à la Galerie Barberini (cap. VII) suggère l’introduction de la gravure de la maison de la Fornarina, que possède Constantin et sur laquelle s’ouvre le livre. Cet ajout visuel, décidé début février 1840, provoque des modifications de détail et d’ensemble. Car Stendhal se met à écrire – et réécrire – d’abord sur la Fornarina (portrait et personnage), puis sur les femmes de Raphaël (modèles et madones) des « morceaux » et ajouts envoyés à Vieusseux parallèlement à la correction des épreuves, et jusqu’à la fin. Cet exemple éclaire aussi sur le rôle que joue Vieusseux, chargé de réviser le texte, de signaler les passages inconvenants pour la censure mais aussi les passages laissés inachevés, d’éliminer les répétitions, de placer les additions qu’il reçoit là où il le juge bon, de réajuster la numérotation pour l’imprimeur. Mais avant d’en arriver là, les nombreuses foliotations, aux quatre coins de la feuille (recto verso) et parfois superposées (nous en avons comptées jusqu’à six dans certains feuillets), montrent tout un jeu de déplacements réalisés au cours de plusieurs lectures et de lectures croisées. Des Tables des matières – suivant le double critère de l’articulation en chapitres et de la liste des articles – sont dressées au fur et à mesure que le travail avance, et elles sont tout le temps modifiées ; avec les changements dans la numérotation des chapitres, elles témoignent de la difficulté à prendre une direction précise, et de certaines divergences d’opinions entre les co-auteurs.

10L’intérêt des Idées italiennes, dont Stendhal est l’auteur à plein titre avec son ami Constantin, est incontestable. La collaboration avec le peintre-copiste permet à Stendhal d’aborder sous une autre perspective quelques-uns des thèmes et des lieux déjà traités : de compléter à distance la partie, inachevée, de l’« École romaine » de l’Histoire de la peinture en Italie, et de développer l’un des points du programme annoncé en ouverture des Promenades – « les chefs-d’œuvre de la peinture » – mais cette fois dans une perspective différente, celle du détail. Les vues d’ensemble cèdent la place aux observations « à la loupe », la « rêverie de Rome » et les réflexions sur les mœurs italiennes sont reléguées au second plan au profit d’une focalisation sur l’esthétique et sur les méthodes d’initiation artistique. Stendhal conçoit ce nouvel ouvrage sur Rome comme un guide pour le touriste français, dont il se propose d’éduquer l’œil en le débarrassant des « idées de Paris », une sorte de manuel d’apprentissage à la vision de l’œuvre d’art alliant l’expérience technique du copiste et la vivacité d’esprit de l’amateur. La possibilité de faire interagir cet ouvrage avec les autres essais d’art stendhalien ouvrirait de nouvelles perspectives de recherche. D’où le vœu d’une numérisation philologique des Œuvres complètes.

11La genèse spécifique des Idées italiennes montre aussi l’intérêt et l’importance d’une numérisation des manuscrits. Pour faire voir d’abord, dans le vif de la feuille manuscrite, le greffage de l’écriture de Stendhal sur celle de Constantin et des copistes, ses modalités d’auto-correction, son mouvement d’expansion des matières abordées, son jeu d’insertions d’anecdotes et d’observations impromptues. Mais aussi pour instituer un lieu virtuel d’unification des avant-textes et documents qui balisent la réalisation du livre et qui se trouvent répartis dans trois villes différentes, entre trois institutions hétérogènes qui n’ont pas forcément les mêmes critères de conservation. L’impossibilité de travailler simultanément sur ces matériaux, qui renvoient l’un à l’autre et s’entrecroisent, sollicite la création d’un cadre commun – européen – de recherche pour coordonner la numérisation selon des critères philologiques. Un rôle de premier plan revient évidemment à la bibliothèque municipale de Grenoble, qui conserve la majeure partie des manuscrits stendhaliens et qui travaille depuis plusieurs années à l’établissement d’un protocole de numérisation adapté aux problématiques de ces manuscrits. Nous souhaitons que notre travail aille dans cette direction et qu’il permette d’autres approfondissements et découvertes aux chercheurs stendhaliens et généticiens.

Notes

1 Le Divan, 1931 ; Cercle du Bibliophile, 1972.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/4191/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k

Auteur

Université de Cagliari (Italie)

© UGA Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540