Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stendhal à Cosmopolis

 | 
Marie-Rose Corredor

Dossier II. Manuscrits, bref état des lieux

Les livres annotés de Stendhal

Hélène de Jacquelot

Texte intégral

  • 1 Face aux diverses appellations en usage (books with manuscript notes, livres annotés, postillati), (...)
  • 2 Le calcul est approximatif. Voir H. de Jacquelot, « Les bibliothèques de Stendhal » dans Bibliothè (...)
  • 3 G. Cavallo, « Perché si scrive sui margini ? », dans Conversare a margine, L’Erasmo, no 8, marzo-a (...)
  • 4 G. Rannaud, « La marge et la pensée. Notes sur la marginale chez Stendhal », Recherches et Travaux (...)
  • 5 Et c’est ce qu’a fait S. Sérodes qui inclut les livres des bibliothèques de Stendhal dans le corpu (...)
  • 6 Cela a été déjà fait en partie ; dans cette perspective je renvoie à mon Stendhal : marginalia e s (...)

1Comme le souligne l’expression anglo-saxonne books with manuscript notes, le corpus des livres annotés de Stendhal se trouve à la croisée de deux systèmes de communication, l’un imprimé, l’autre manuscrit1. De fait en tant qu’imprimés, ces livres font partie de la bibliothèque matérielle de l’écrivain, ou plutôt de ses bibliothèques, qu’il a constituées à Grenoble, Paris, Milan, Rome, Civitavecchia, au gré de ses déplacements. Mais plus de la moitié des mille deux cent soixante volumes qui nous sont parvenus, et qui représentent probablement les deux tiers de sa bibliothèque virtuelle, est annotée, ou contient au moins une trace de lecture2. Pour une étude génétique de l’œuvre et pour une meilleure connaissance des processus de la création stendhalienne, il faut tenir compte de ces témoins fragmentaires d’une activité de lecture et d’écriture, qui investit tous les livres, les livres des autres et les propres œuvres. Ces annotations restituent un dialogue, un questionnement ; mais ce n’est pas tant le lecteur qui interroge le livre, que le livre qui interroge le lecteur, et celui-ci répond en marge3. Comme le rappelle Gérald Rannaud, « tous ces fragments sont autant de pierres d’attente sur le chemin de la création. […] Les marginales sont, en marge des lectures et des écrits, les traces, lacunaires mais fécondes, de cette pensée totale à qui seule l’occasion peut donner de se formuler, un instant »4. Il reste bien entendu que cette pratique d’annotation ne se limite pas aux livres, mais à toute page imprimée ou manuscrite, ce dont témoignent les manuscrits stendhaliens. Les livres annotés appartiennent donc à part entière au corpus des manuscrits de l’écrivain, et doivent être envisagés en tant que tel5. Il n’est pas question ici de faire le tour de la problématique des marginalia stendhaliens, mais plutôt de suggérer quelques lignes de recherche6.

  • 7 Cité par A. Coron, « Les exemplaires annotés des bibliothèques érudites aux cabinets d’amateurs » (...)

2Il convient avant tout de souligner certaines coïncidences chronologiques. Stendhal se met à annoter les livres de sa bibliothèque aux alentours des années 1806-1808, justement lorsque les livres annotés jouissent d’un regain de faveur auprès des bibliophiles et des bibliothécaires. Et c’est ce dont témoigne le Catalogue de la bibliothèque d’un amateur de Renouard, qui, dès 1819, signale plus d’une centaine d’exemplaires annotés, employant pour la première fois le mot « interfolié ». Charles Nodier mentionne lui aussi les « livres annotés ou autographiés » comme un nouveau genre d’objets que l’on peut collectionner7. Quelques années plus tard, à l’occasion de la publication d’Armance en 1827, Stendhal commence à faire interfolier systématiquement ses propres livres ; et c’est une pratique qui l’accompagnera jusqu’à la fin : jusqu’à La Chartreuse de Parme, l’Abbesse de Castro et les Idées italiennes sur quelques tableaux célèbres.

  • 8 G. B. Babcock, « Foreword » dans B. M. Rosenthal, The Rosenthal Collection of Printed Books with M (...)

3Stendhal tend à insérer la dimension du livre dans les manuscrits qu’il ne destine pas à la publication immédiate, les transformant en volumes-manuscrits : il les fait relier en y insérant des gravures en guise d’illustrations, il écrit lui-même en grosses lettres la page de titre (ou frontispice). Parallèlement il tend à transformer ses livres en manuscrit. En effet, d’un côté, la note manuscrite du livre annoté est conditionnée par le format du livre, et doit donc se plier aux contraintes spatiales de l’imprimé, aux marges plus ou moins spacieuses, parfois rognées après coup par la reliure. Par ailleurs il arrive aussi que la partie manuscrite entre de force dans l’imprimé et fasse éclater les paramètres du livre, le transformant en laboratoire, en chantier de lecture et d’écriture : montage de cahiers de feuillets blancs en début et fin de volumes, notes écrites dans tous les sens, feuillets blancs reliés entre les pages imprimées, annotations sur les couvertures cartonnées, sur la tranche… Cette pénétration plus ou moins subreptice du manuscrit dans l’imprimé ramène le livre, si ce n’est à son état premier, du moins à un état autre, à mi-chemin entre le manuscrit et l’imprimé. Nous nous trouvons alors face à un « nouvel objet-livre » où se superposent deux moments différents de la production d’un objet définitif : l’impression d’un texte et l’écriture manuelle8.

  • 9 Schlegel, Cours d’art dramatique, 1813, t. I, p. 4 de la Table, Bibliothèque littéraire Jacques Do (...)
  • 10 Giraldi, Hecatommithi ouero cento novelle, Venezia, Fabio e Agostin Zopini, mdlxxx, Fondo stendhal (...)
  • 11 Voltaire, Romans, Didot, 1821, t. I. De l’Imprimerie et de la Fonderie de Pierre Didot, l’Aîné, Ch (...)

4Ainsi le livre lu devient un assemblage de matériaux plus ou moins disparates, des recueils factices que l’écrivain recompose à son usage, les illustrant à occasion comme il le faisait pour les volumes de ses manuscrits inédits. Stendhal dessine lui-même en marge le contrepoint visuel de ses lectures : c’est le cas du croquis d’un homme en redingote, décoré de la Croix de la Légion d’honneur et qui, tenant un éteignoir à la main, s’apprête à éteindre le feu du « Sacro Avello », croquis qui se trouve en marge du Cours d’art dramatique de Schlegel9 ; ou comme ces dessins à la plume, signalés par Rosa Ghigo Bezzola10, collés dans le volume de Giraldi, Hecatommithi ouero cento novelle : il s’agit d’esquisses représentant une femme l’épée à la main, des enfants morts à ses pieds, et qui semblent illustrer un des récits du recueil. Il faut signaler aussi les trois gravures, tirées d’œuvres attribuées à l’époque à Raphaël, et insérées dans le premier tome des Romans de Voltaire lorsque Stendhal le fait interfolier après l’avoir annoté et qu’il fait relier au début une liasse de six feuillets ; c’est alors qu’il l’intitule Stile sur le dos de la reliure11. Nous trouvons en tête du livre « Jacob voit Rachel » ; puis entre Scarmentado et Micromégas, « Massacre des Innocents » ; et enfin entre Histoire d’un bon Bramin et Candide, « Jugement de Salomon ». Ces images religieuses, d’épisodes tirés de l’Ancien et du Nouveau Testament forment un contrepoint inattendu au discours voltairien. Elles sont exécutées par Giovanni Francesco Ferrero, comme les deux tiers des gravures, tirées d’œuvres de Raphaël et du Dominiquin, mais aussi de Poussin, Titien et Carracci, que Stendhal fait insérer dans Lucien Leuwen et dans la Vie de Henry Brulard.

  • 12 Entre autres M. A. Ruff, Feuillets inédits de Stendhal, Paris, Corti, 1957 et Y. du Parc, Quand St (...)
  • 13 Afin de consentir une pluralité de lectures de passages difficilement déchiffrables.

5Comment transcrire et faire voir les livres annotés, la page imprimée et les traces manuscrites ? Nous sommes bien sûr tous redevables à Del Litto pour ses travaux de précurseur, et de défricheur, et quelques stendhaliens ont fourni par le passé d’excellentes éditions de livres annotés12. Mais l’édition du Cercle du Bibliophile ne suffit plus, surtout dans la perspective d’une redéfinition des catégories de l’intime et du littéraire qui se trouvent à la base de cette édition des Œuvres complètes. Il est désormais plus que nécessaire de pouvoir disposer d’une édition satisfaisante de ces traces manuscrites complexes, disséminées dans les marges des livres, qui fasse voir les liens parfois casuels, parfois de nécessité, que ces annotations marginales entretiennent avec le support du livre imprimé. La saisie informatique permet de répondre en partie à cette question, et de tenir compte du double statut du livre annoté. La numérisation de la page annotée permet de reproduire la page ; la fiche bibliographique qui l’accompagne, et que l’on pourrait souhaiter interactive13, fournit la description et la transcription aussi bien du contexte imprimé que de l’annotation manuscrite, le tout accompagné d’un commentaire. Un système de liens pourrait consentir de multiplier la typologie des parcours : non seulement chronologique, mais aussi thématique, lexical…

  • 14 Catalogo del fondo stendhaliano Bucci, t. I-II, a cura di G. F. Grechi, Milan, All’insegna del pes (...)
  • 15 V. Del Litto et P. Hamon, Catalogue du Fonds Stendhal, Ville de Grenoble, 1987.
  • 16 La Fondazione Primoli est jumelée avec le Fondo stendhaliano Bucci. Voir Catalogo del fondo Stendh (...)

6Dans cette perspective on ne peut qu’applaudir au projet de numérisation du Fondo stendhaliano Bucci14, et souhaiter qu’il entraîne dans son sillage les principales institutions qui possèdent des livres annotés de l’auteur du Rouge et le Noir et de la Chartreuse : avant tout la bibliothèque municipale de Grenoble, maison mère des manuscrits stendhaliens15, et puis la Bibliothèque nationale de France qui a enrichi son fonds au cours de ces dernières années, la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet et enfin la Fondazione Primoli dont le fonds, formé par des volumes provenant de la bibliothèque de Civitavecchia, complète fort heureusement le Fondo Bucci16. Ainsi l’équipe de Milan pourrait devenir la tête de pont d’une initiative, à échelle européenne, de protection et de valorisation d’un patrimoine précieux.

Notes

1 Face aux diverses appellations en usage (books with manuscript notes, livres annotés, postillati), G. Frasso propose l’adoption du terme unique « postillati » (« Libri a stampa postillati », Aevum, XIXe année, 1995, no 3, p. 617-640).

2 Le calcul est approximatif. Voir H. de Jacquelot, « Les bibliothèques de Stendhal » dans Bibliothèques d’écrivains, Paris, Éditions du CNRS, 2001, p. 71-100 ; V. Del Litto, Les bibliothèques de Stendhal, Paris, Champion, 2001 ; et M. Colesanti, « La noia feconda di Stendhal a Roma » dans Per uno Stendhal “romano”. Libri, idee, immagini, Roma, Edizioni di Storia e letteratura, 2002, p. VIII.

3 G. Cavallo, « Perché si scrive sui margini ? », dans Conversare a margine, L’Erasmo, no 8, marzo-aprile 2002, p. 4-8.

4 G. Rannaud, « La marge et la pensée. Notes sur la marginale chez Stendhal », Recherches et Travaux, no 53, Grenoble, 1997 ; puis dans « Le livre annoté », Revue de la Bibliothèque nationale de France, no 2, 1999, p. 77.

5 Et c’est ce qu’a fait S. Sérodes qui inclut les livres des bibliothèques de Stendhal dans le corpus des manuscrits (entrée « Manuscrits » du Dictionnaire de Stendhal, sous la direction de Y. Ansel, Ph. Berthier et M. Nerlich, Paris, Champion, 2003, p. 421).

6 Cela a été déjà fait en partie ; dans cette perspective je renvoie à mon Stendhal : marginalia e scrittura, Roma, Edizioni di Storia e Letteratura, 1991, aux travaux de R. Ghigo Bezzola, « La postilla, una forma autobiografica stendhaliana », Quaderni di Palazzo Sormani, no 15, 1992, aux réflexions stimulantes de G. Rannaud, « La marge et la pensée. Notes sur la marginale chez Stendhal », op. cit. ; voir aussi J. -J. Hamm, « Marginalia », Dictionnaire de Stendhal, op. cit., p. 423-424. Je suis revenue sur la question dans Stendhal e i suoi libri dans Biblioteche private in età moderna e contemporanea, a cura di Angela Nuovo, Milano, Edizioni Sylvestre Bonnard, 2005, p. 231-244.

7 Cité par A. Coron, « Les exemplaires annotés des bibliothèques érudites aux cabinets d’amateurs » dans Le livre annoté, Revue de la Bibliothèque nationale de France, n. 2, 1999.

8 G. B. Babcock, « Foreword » dans B. M. Rosenthal, The Rosenthal Collection of Printed Books with Manuscript Annotations, New Haven, Yale University-Beinecke Library, 1997, p. 7-8, cité par E. Barbieri, Il libro nella storia, Milano, Cusl, 2000, p. 208. Voir aussi Nel mondo delle postille, a cura di E. Barbieri, Milano, CUSL (Humanea Letterae), 2002.

9 Schlegel, Cours d’art dramatique, 1813, t. I, p. 4 de la Table, Bibliothèque littéraire Jacques Doucet. Dessin publié dans H. de Jacquelot, Stendhal : marginalia e scrittura, op. cit., tavola 5.

10 Giraldi, Hecatommithi ouero cento novelle, Venezia, Fabio e Agostin Zopini, mdlxxx, Fondo stendhaliano Bucci, dans R. Ghigo Bezzola, La postilla, una forma autobiografica stendhaliana, op. cit., p. 45-51.

11 Voltaire, Romans, Didot, 1821, t. I. De l’Imprimerie et de la Fonderie de Pierre Didot, l’Aîné, Chevalier de l’Ordre Royal de Saint-Michel, Imprimeur du Roi et de la Chambre des Pairs, et Jules Didot Fils, Chevalier de la Légion d’honneur. Paris, mdcccxxi. Le catalogue du Fonds Bucci signale qu’il y a trois gravures, mais sans en donner une description spécifique.

12 Entre autres M. A. Ruff, Feuillets inédits de Stendhal, Paris, Corti, 1957 et Y. du Parc, Quand Stendhal relisait Les Promenades dans Rome, Lausanne, Éd. du Grand Chêne, 1959.

13 Afin de consentir une pluralité de lectures de passages difficilement déchiffrables.

14 Catalogo del fondo stendhaliano Bucci, t. I-II, a cura di G. F. Grechi, Milan, All’insegna del pesce d’oro, 1980-2001.

15 V. Del Litto et P. Hamon, Catalogue du Fonds Stendhal, Ville de Grenoble, 1987.

16 La Fondazione Primoli est jumelée avec le Fondo stendhaliano Bucci. Voir Catalogo del fondo Stendhal. Biblioteca Primoli, vol. I-II, a cura di M. Colesanti, Rome, Edizioni di storia e letteratura, 2002-2006, et le catalogue de l’exposition, cit., 2002.

Auteur

Université de Pise (Italie)

© UGA Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540