Version classiqueVersion mobile

Stendhal à Cosmopolis

 | 
Marie-Rose Corredor

Dossier II. Manuscrits, bref état des lieux

Le dossier manuscrit des Mémoires sur Napoléon

Catherine Mariette

Texte intégral

Histoire de l’édition des Mémoires sur Napoléon

1Le dossier manuscrit des Mémoires sur Napoléon est constitué des différentes phases de rédaction d’un ensemble inachevé, rédigé entre novembre 1836 et avril 1837 à Paris, pendant le congé accordé par Mollé à Stendhal, alors consul à Civita Vecchia.

2Cet ensemble a été publié à plusieurs reprises, de manière tronquée, par les éditeurs successifs ; le premier fut Romain Colomb qui, en 1854, prépare une première édition de brouillons des Mémoires sur Napoléon. Mais il choisit, dans les volumes reliés par Stendhal, uniquement les pages qu’il estime avoir été rédigées par l’auteur. Il laisse à leur place celles que Stendhal avait fait copier par ses copistes d’après les œuvres de Napoléon. Cette édition partielle paraît chez Calmann-Lévy en 1876.

3En 1829, Louis Royer publie une autre édition de ces brouillons chez Champion, selon le même principe lacunaire, qui sera reprise, à peu de chose près par Victor Del Litto pour les éditions du Cercle du Bibliophile en 1970. Voilà pour les principales éditions critiques des Mémoires sur Napoléon.

Le travail sur le dossier manuscrit

4En 1998, j’ai proposé une édition (Napoléon de Stendhal, Stock) qui tentait de retrouver la cohérence et l’intention historique de l’ensemble. J’ai donc voulu d’abord « recoudre » les pages arrachées au manuscrit relié et retrouver la trace des strates d’écriture, dispersées dans plusieurs volumes des papiers de Stendhal conservés à la bibliothèque municipale de Grenoble et reliés par les soins des conservateurs successifs.

5Ce dossier manuscrit est constitué de trois ensembles, qui correspondent à trois procédés rédactionnels distincts que je décrirai selon l’ordre inverse de leur apparition dans le temps : des ultimes corrections que Stendhal porta sur la copie qu’il dicta à une série de copistes et qui forment la dernière trace visible de cet inachevé, aux notes préparatoires qui forment le soubassement de son travail d’écriture :

  1. Les trois volumes semi-reliés (R 288) intitulés, sur la tranche, Vie de César, constituent la version la plus élaborée du manuscrit avant que Stendhal ne l’abandonne. On y trouve plusieurs pages de titre (dans le volume I : « Vie de Napoléon », « Mémoires sur la Vie de Napoléon » et enfin « Mémoires sur Napoléon »), des tables des matières servant de point de repère au cours du travail (la pagination, plusieurs fois raturée témoigne des nombreux remaniements subis). Puis viennent des pages des Mémoires de Napoléon écrits par Montholon et Gourgaud sous la dictée de l’Empereur, du Mémorial de Sainte-Hélène de Las Cases, confiées à la main d’un copiste et annotées de façon clairsemée, en interlignes, par Stendhal. Ces volumes constituent à proprement parler un « manuscrit de travail », c’est-à-dire un espace provisoire sur lequel l’auteur peut corriger, remanier son texte en devenir. Sur le verso de ces pages copiées, on trouve des notes de régie ou des commentaires sur le contenu du texte. Ces folios, délaissés par les précédents éditeurs, inédits, ont été, dans l’édition que je propose, insérés à leur place, à l’endroit où ils devaient figurer dans l’ensemble d’origine. J’y joins trois chapitres inédits copiés de la main d’un copiste dès le mois de novembre 1836 (« Chute de Venise », « Retour à Paris après l’Italie », « Expédition d’Égypte ») et conservés dans un cahier cousu à la main sous la cote R293, R294 et R295.
  2. Un carton coté R 288 bis contient les pages arrachées aux trois volumes par Colomb ainsi que des fragments divers qui n’ont trouvé leur place nulle part ailleurs. Ces folios sont répartis dans quatre chemises cartonnées annotées par Louis Royer, conservateur de la bibliothèque municipale de Grenoble à l’époque du classement de ces papiers épars. Nous avons là les pages autographes (notamment un brouillon de la préface, du chapitre premier et du chapitre 20 « Milan en 1796 » qui servira de matrice au chapitre du même nom dans La Chartreuse de Parme) et des copies avec corrections autographes en interligne : c’est ce que Stendhal appelait, dans les marginales du manuscrit relié, le « récit raisonnable », c’est-à-dire sa version des faits, nourrie de ses lectures des historiens du temps, notamment Thiers et Jomini. Mais seuls les folios problématiques sont conservés (les autres sont désormais perdus – probablement confiés à l’éditeur qui les a jetés, selon une pratique courante au xixe siècle – et nous ne les avons que sous la forme publiée par Colomb), ce qui nous a permis de corriger les libertés prises par Colomb lors de la première édition de ces papiers : le cousin bien intentionné de Stendhal avait en effet entrepris de corriger son style et de condenser sa narration1. Nous avons donc « restauré » ces pages d’après le manuscrit autographe.
  3. Dans le recueil factice 5896, tome VIII, sont classés des fragments copiés dans les Mémoires de Napoléon, sans corrections autographes, et un véritable journal de la dictée que Stendhal comptait faire à partir de ses lectures de l’Histoire de la Révolution de Thiers et de la Vie politique de Jomini. Cet ensemble nous est particulièrement précieux pour comprendre le travail d’élaboration de l’écriture historique stendhalienne. Nous avons là une vingtaine de feuillets autographes, datés, où Stendhal indique les passages à reprendre en les notant de façon très explicite comme, par exemple, au folio 53 :

dicter sur le volume de Jomini
Jomi 1.68
Dicter 1.68 depuis l’Autriche et l’Angleterre
jusqu’à 69

6Il s’agit d’un aide-mémoire qui sert, sur la gauche du folio, à noter la sélection des passages intéressants à dicter et, sur la partie de droite, à commenter ou à corriger ce qui lui semble douteux du point de vue du contenu ou du point de vue de la forme. Cet espace lui sert aussi à écrire ce que lui suggère le texte lu. La dictée se fait donc, certainement, livre en main à partir de ce travail préparatoire, comme une paraphrase orale des textes des historiens. Mon travail a été de retrouver les sources de ces textes, de les placer en note au moment où Stendhal s’en servait dans son « récit raisonnable » et de compléter ces notes de lecture dont certaines manquaient dans l’édition du Cercle du Bibliophile.

Conclusion

7Nous avons donc là un ensemble très disparate, avec des signes autographes d’importance variable selon le degré d’invention de Stendhal sur les textes historiques disponibles à cette époque de l’écriture. Travailler sur le manuscrit de travail de Stendhal, c’est comprendre l’importance du travail d’historien de Stendhal, importance méconnue ou sous-estimée du fait des carences du procédé éditorial inauguré par Romain Colomb qui amputait le mouvement d’écriture global de certaines de ses composantes et qui réduisait l’ensemble à une anthologie de morceaux choisis. Ce n’est certes pas pour rien que Stendhal a fait exécuter ces copies des écrits de Napoléon. Il s’agissait pour lui de dégager une vérité de l’Histoire à partir de cette logique de l’alternance entre le document de première main et la place de l’observateur, témoin des événements, qu’il revendique pour son propre compte. Ce parti pris, très novateur en cette première moitié du xix siècle, est celui d’un historien. Modifier ce corpus volontairement hybride revient à annuler la dimension historique de l’ouvrage en cours et à ne montrer qu’un fétichisme réducteur qui altère le propos ambitieux du projet. Le dossier manuscrit des Mémoires sur Napoléon nous aide à saisir cette féconde complexité de la rédaction, non soumise encore à la rigidité de la linéarité, mais ouverte à la mouvance de son aléatoire devenir.

Notes

1 On trouve encore, dans les chemises du carton R288bis, la trace des annotations de Colomb justifiant son travail de coupe : « Tiré du premier volume relié. Pages 44 à 78. Ce chapitre contient trop de citations tirées du Mémorial de Sainte-Hélène, t. I, pages 44 à 79 mais il est facile d’en tirer un fragment tout à fait original et bon à publier. Fait. »

© UGA Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search