Version classiqueVersion mobile

Stendhal à Cosmopolis

 | 
Marie-Rose Corredor

Dossier I. Écrire en Stendhal, traduire Stendhal

Sur la traduction stendhalienne au japon

Yuichi Kasuya

Texte intégral

  • 1 A. Kojève, Introduction à la lecture de Hegel, note de la deuxième édition, 1968.

1Les études stendhaliennes pratiquées au Japon relèvent-elles des activités « vidées de tout contenu humain au sens d’historique1 », et la réception japonaise des œuvres de Stendhal est-elle de même nature que le goût snob pour le théâtre Nô, la cérémonie du thé ou l’art floral ? Il faut faire des réserves sur l’affirmation kojévienne à ce sujet car les habitants du pays du soleil levant ont néanmoins un sens de l’Histoire à leur façon, et dans le stendhalisme japonais se reflète sans aucun doute ce sens historique.

2C’est Bin Ueda (1874-1916) qui a mentionné Stendhal pour la première fois en langue japonaise en 1900, dans un exposé sur toute la littérature occidentale du siècle qui venait de passer. Ueda, qui a beaucoup contribué à l’introduction des œuvres culturelles occidentales au Japon, a par la suite écrit une nouvelle intitulée Le Tourbillon, dans laquelle un des personnages exalte hautement Stendhal comme personne ayant à la fois la bravoure militaire et les connaissances du fin sentiment amoureux, et on s’amusait en parlant des idées principales puisées dans De l’amour : sept étapes de l’amour, cristallisation, etc.

3Ce qu’a fait paraître Sueo Goto (1886-1967) en 1911 dans une revue était un petit extrait de De l’amour traduit en japonais. Ensuite c’est Le Rouge et le Noir qui a été traduit et publié en 1922 (version corrigée en 1930) par Takamaru Sasaki (1898-1986), homme de théâtre et connu comme traducteur de l’hymne révolutionnaire l’Internationale. Mais quand on remarque, après Le Rouge et le Noir, une série de traductions de De l’amour, on peut y lire une sorte de vogue de cette œuvre et cela a sa raison historique. Le courant de pensée était pour l’accusation de la formalisation excessive des choses affectives propre aux classes régnantes avant la modernisation du pays. Ce formalisme, qui subsistait à l’arrière-plan des activités culturelles prisées par Kojève en 1957, n’est qu’un obstacle à abattre aux yeux des intellectuels de l’époque. Dans ce contexte il est évident que Stendhal, admirateur de l’amour-passion, se range du côté des partisans de la rénovation.

  • 2 HB, no 2.

4Pour ce qui suit ces tentatives initiales, l’enquête exhaustive effectuée par Monsieur Kosei Kurisu rapporte deux cent quatre traductions stendhaliennes publiées en cent quatre-vingt volumes à peu près, de 1900 à 19982, et cela sans compter les rééditions. Il y a de nombreux traducteurs dont certains sont des chercheurs.

5Takeo Kuwabara (1904-1988) était professeur à l’université de Kyoto. Chef de file de l’École de Kyoto, chercheur et traducteur de Stendhal, il est connu du grand public pour sa polémique sur l’« art mineur » en 1946, à l’époque où les Japonais remettaient toutes leurs valeurs traditionnelles en question devant une défaite totale qui trouverait sa cause dans le domaine moral. La cible de la critique de cet article est le haïku moderne qui, selon Kuwabara, n’atteint pas à la hauteur d’une œuvre avec une construction solide, un univers qui se tient seul avec sa propre valeur intrinsèque, ce qui devrait être le but de l’art en général. Semblables sont les défauts du tanka, du shi-shôsetsu, etc. Ce qui fait l’objet de la critique, c’est exactement ce en quoi Kojève a vu les « valeurs totalement formalisées ». Quelques mois plus tôt le même auteur avait fait paraître un autre article intitulé : « Défaut de la littérature moderne du Japon », où le nom de Stendhal apparaissait en toutes lettres : « De Stendhal, Nietszche, Tolstoï, jusqu’à Gide de nos jours, le souci principal de tous les grands écrivains était toujours la création d’une éthique. »

6On peut voir un autre aspect du stendhalisme japonais dans Shohei Ooka (1909-1988), qui était non seulement chercheur et traducteur de Stendhal mais aussi un éminent écrivain. Dans son roman La Dame de Musashino (1950), Akiyama, universitaire et spécialiste de Stendhal, est un personnage ridicule qui prend le modèle stendhalien pour se donner le prétexte de séduire une femme mariée, rêvant d’une vie sentimentale à la Julien Sorel. Sa femme Michiko est une sorte de Mme de Rênal qui s’obstine dans une relation innocente avec celui qu’elle aime, Tsutomu. Elle est probablement un personnage plus stendhalien que son mari infidèle.

7Il est curieux de voir Akiyama, pendant quelques années, vivre sans souci financier après 1945 avec ses « traductions ». Cela prouve bien la vogue des traductions de la littérature française et bien sûr stendhalienne, enfin libérée du contrôle étatique après la guerre. Mais depuis longtemps déjà Stendhal était considéré comme quelqu’un de très proche pour un écrivain comme Sakunosuke Oda (1913-1947), pour qui l’expérience stendhalienne était si importante qu’elle l’a fait embrasser la carrière littéraire. Il voyait en Julien Sorel une incarnation de sa propre existence, jeune homme intelligent et pauvre, plein d’ambition.

  • 3 Une version chinoise de Le Rouge et le Noir en « manga » vient de paraître : traduction en chinois (...)

8À la fin de La Dame de Musashino, on assiste déjà au déclin de la vogue de la traduction française et stendhalienne. Le goût des gens a changé au cours de ces cinquante ans. Il faut avouer que la psychologie des héros stendhaliens est de plus en plus lointaine des lecteurs du Japon. Les Happy Few subsistent tout de même : il existe depuis une dizaine d’année une association des amateurs de Stendhal, au sein de laquelle on a projeté la publication d’un recueil d’articles de chercheurs : Stendhal aux mille couleurs a vu le jour en 2002. Le Rouge et le Noir, dans lequel on trouve amour, belles femmes, beau garçon, ambition d’un intellectuel démuni, sans manquer de descriptions de la haute société française du xixe siècle, a toutes les raisons pour être intégré dans une série manga3.

Notes

1 A. Kojève, Introduction à la lecture de Hegel, note de la deuxième édition, 1968.

2 HB, no 2.

3 Une version chinoise de Le Rouge et le Noir en « manga » vient de paraître : traduction en chinois de Akato Kuro ; auteure du « manga », Nachiko Satonaka.

Auteur

Université de Kanazawa (Japon)

© UGA Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search