Version classiqueVersion mobile

Stendhal à Cosmopolis

 | 
Marie-Rose Corredor

Dossier I. Écrire en Stendhal, traduire Stendhal

Traductions espagnoles

Angels Santa

Texte intégral

  • 1 Publicacions de la Universitat de Barcelona, 1988.

1Une mise au point des traductions en espagnol (castillan) et en catalan a été réalisée par Francisco Lafarga et Lídia Anoll, professeurs de l’université de Barcelone au moment du bicentenaire de la naissance de Stendhal, en 1983 ; leurs travaux ont été recueillis dans le livre Stendhal, a cura de M. Angels Santa1.

2De nouvelles traductions se sont ajoutées à celles répertoriées dans ces articles, de nouvelles éditions ont augmenté de panorama de la réception de Stendhal en Espagne, mais les lignes de forme demeurent les mêmes. Nous pouvons distinguer trois sortes de traductions :

  1. Les traductions universitaires, souvent accompagnées par des préfaces, notes et un appareil critique considérable. (Il faut noter cependant que cela varie selon les maisons d’édition).
  2. Les traductions commerciales à proprement parler, réalisées par des traducteurs professionnels ou par des auteurs littéraires.
  3. Les traductions adaptées ou assez libres (cela était une pratique courante au xixe siècle, mais nous pouvons en trouver encore quelques traces dans les productions les plus récentes). Ce sont sans doute les plus difficiles à analyser car elles exigent une parfaite connaissance de l’œuvre de Stendhal pour repérer les modifications envisagées.

3Dans le premier groupe nous pouvons distinguer des professeurs importants comme Antonio Vilanova, spécialiste de Clarín et du roman du xixe siècle, à l’université de Barcelone, ou Carlos Pujol, appartenant à l’école de Martin de Riquer. On peut ajouter à ceux-là Juan Bravo Castillo, professeur à l’université de Castilla-la-Mancha, qui, après avoir consacré une thèse a Stendhal, a entrepris une nouvelle traduction de ses ouvrages les plus importants. La maison d’édition Cátedra a enrichi des traductions qui existaient déjà et qu’elle a récupérées avec d’importantes études critiques que l’on doit à des professeurs de l’université autonome de Barcelone et de l’université Complutense de Madrid, Fátima Gutierrez pour Le Rouge et le Noir, et Anne-Marie Reboul pour La Chartreuse de Parme.

4Il faut citer dans le deuxième, groupe le travail réalisé par Consuelo Berges qui a été l’une des premières traductrices systématiques de Stendhal et qui a beaucoup contribué à le faire connaître dans notre pays ou encore Emma Calatayud. Dans les traductions d’auteurs littéraires il faut signaler celle en catalan de La Chartreuse de Parme de Pere Gimferrer, poète bien connu.

5Il nous reste à évoquer la parution en 2003 d’une nouvelle version des Chroniques italiennes en catalan due à Xavier Pericay dans une collection née de la collaboration entre la maison d’édition Destino et l’université Pompeu Fabra, dirigée par le professeur Luis M. Todó de cette même université. Pour cette édition, on a repris une préface de Gaziel dont le titre est révélateur de l’image qu’il avait de Stendhal et qu’il partageait avec beaucoup de ses lecteurs : « El contrabandiste del romanticisme. Stendhal » (Le brigand du romantisme. Stendhal).

Notes

1 Publicacions de la Universitat de Barcelona, 1988.

© UGA Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search