Desktop versionMobile version

Stendhal à Cosmopolis

 | 
Marie-Rose Corredor

Dossier I. Écrire en Stendhal, traduire Stendhal

Les traductions du Courrier Anglais

Renée Denier

Full text

1Le terme Courrier anglais désignant l’ensemble des articles donnés par Stendhal à la presse britannique, je me propose d’examiner les traductions anglaises dont ces articles ont fait l’objet. Le pluriel est justifié puisqu’elles sont de mains diverses.

2Ce que l’on sait de la manière de Stendhal – tour elliptique, ton tranchant, vivacité – de ses intentions dès le début de sa collaboration à la presse anglaise (« … les jugements ne seront tranchants que dans la forme parce que je veux embrasser le plus d’idées possibles en très peu de mots ») laisse prévoir les difficultés qui attendent les traducteurs anglais. Ces traducteurs, il convient de le souligner, manient le plus souvent une langue soumise à un conformisme de bon aloi, où la phrase est fortement structurée (conjonctions de subordination, mots de liaison), volontiers redondante (emploi de doublets), visant à l’effet (rythmique, sonore, allitératif), abondant en citations, ayant recours aux formes négativées, passives, aux tournures impersonnelles, aux clichés.

3Soulignons qu’en ce début du xixe siècle, deux tendances coexistent dans le domaine de la traduction :

  • traduction libre : la préoccupation majeure n’est pas la fidélité au texte, mais sa réinterprétation à l’usage du lecteur ; on s’attache aux idées plutôt qu’à la forme ;
  • littérarisme : le souci de respecter au maximum les formes originelles, de préserver certaines caractéristiques du texte – archaïsmes, couleur locale, émotion – conduit le traducteur à transcrire directement les mots d’où l’abondance des emprunts, des calques ; cela sous l’influence allemande.

4Ainsi la qualité de la traduction dépendra-t-elle du traducteur – plus ou moins inféodé aux normes, plus ou moins ignorant des sujets abordés, ou au contraire expérimenté, voire inspiré – et également du statut du correspondant.

Stendhal aux mains des traducteurs

5Les contributions de Stendhal à la presse britannique peuvent, par commodité, se répartir en trois groupes :

  • les petits comptes rendus (de quelques lignes à une ou deux pages) dans lesquels il examine les ouvrages parus dans le mois écoulé ;
  • les articles plus longs, parfois même très longs (jusqu’à soixante pages), sur des sujets divers : littérature, actualité, politique ;
  • et, occupant une place particulière, les deux séries Lettres de Paris et Esquisses.

6Cette distinction entre les diverses catégories d’articles s’impose à cause de la différence de traitement de l’une à l’autre, différence due en partie à la différence de statut, si l’on peut dire, de l’auteur.

7Les petits comptes rendus paraissent dans la partie la moins noble du New Monthly Magazine et sont soumis à différents traducteurs parfois peu expérimentés. Certains textes sont très fidèlement restitués, serrent de près l’original dont ils veulent rendre toutes les implications. D’autres sont passablement éloignés du texte : le traducteur, soucieux de la bienséance de la langue et de celle due au lecteur, allonge le texte à des fins explicatives. Ainsi : « le style est la charge de celui de M. de Chateaubriand » devient : « le style est une imitation maladroite et outrée de celui de M. de Chateaubriand », ce qui entraîne un doublet, « le sens intime » des Français devient : « ce qu’éprouvent véritablement les Français ».

8L’allongement se fait parfois à des fins d’atténuation ; l’audace de Stendhal, sa liberté de propos conduisent le traducteur à émousser le texte : il recule devant le mot propre. Ainsi :

  • les « mensonges » deviennent des « faussetés » ;
  • « l’auteur ne ment pas en choses importantes » est traduit par « on ne peut s’y fier », ou encore : « il ne s’est pas risqué à dire ce qu’il sait » ;
  • « somnifère » devient : « il est suprêmement ennuyeux » ;
  • avec des « yeux philosophiques » devient « avec des yeux d’un observateur philosophique ».

9L’allongement se fait par l’introduction de doublets, de locutions modalisantes : « il semble que », « il faut reconnaître que », par l’introduction de mots de liaison, de conjonctions, de formes négativées, de formes passives.

10Suivant les traducteurs, le texte s’enjolive d’effets rythmiques, sonores (allitérations), de citations (Shakespeare) fondues dans la trame du texte, d’images. Stendhal ne sort pas indemne de ce traitement mais quelque peu étouffé, travesti, « anglisé ».

11La situation s’améliore avec son accès à la partie noble du magazine – « Original papers » du New Monthly Magazine. Ses contributions au London Magazine figurent maintenant à côté des plus grands noms de la littérature anglaise et sont confiées à des traducteurs compétents.

12Si l’on déplore une certaine lourdeur, quelque solennité, une phraséologie chargée dans De la Religion de Benjamin Constant, de la platitude et de la raideur, un vocabulaire indigent, des constructions maladroites, un manque de souffle évident dans Histoire de Napoléon, un ton grave, sentencieux, un style lourd et ampoulé, dans Mémoires de Mme du Hausset (jamais Stendhal n’a été aussi mal traduit), la majorité des articles est traduite avec fidélité : ainsi, anglais idiomatique, retenue dans l’emploi des doublets, des ornements de style (Lettres de Rome), vivacité dans le Théâtre de Clara Gazul, finesse de la traduction, compréhension du texte dans Proverbes dramatiques de Leclercq (nous possédons le texte de Stendhal). La vivacité, la simplicité qui caractérisent L’Étrangère en font une traduction exceptionnelle. (L’auteur est parfaitement au courant des publications en anglais de d’Arlincourt). L’aristocratie parisienne, des Hommes, des Mœurs, État actuel de la littérature française en prose, offre une traduction riche et variée qui sert au mieux le texte de départ.

  • 1 S. Austin : Femme étonnante, supérieurement douée, appartenant à la bourgeoisie intellectuelle et (...)

13N’ayant plus de bons points à assigner à des traducteurs anonymes, j’en viens au prix d’excellence : j’ai nommé Sarah Austin1 pour la traduction des Lettres du P.N.D.G. Et cela avec l’accord de Stendhal en personne qui reconnaît que telle traduction est « faite avec esprit », que la « familiarité du style épistolaire a été conservée » et que les Lettres restent « piquantes ».

14Comment Sarah Austin s’y est-elle prise ? D’emblée son propos est double :

  • être au plus près du texte de départ (et là on peut sans crainte relever une influence venue d’Allemagne) ;
  • se faire comprendre de ses lecteurs anglais. Pour cela la traductrice a mis à profit toutes les possibilités offertes par les deux systèmes linguistiques, français et anglais. Dans le souci de préserver les caractéristiques du texte français, elle fait des emprunts à la langue française lorsque le terme manque. Ainsi pour les titres, les fonctions, les partis, les institutions, les lieux, les expressions particulières (« âme damnée », « brusquer la gloire », « en toute bonne foi », « sottise », « niaiserie ») ; à noter que l’insertion de ces termes se fait avec le plus parfait naturel. Elle maintient l’usage de l’italique. Sans davantage de scrupules, elle forge des tournures calquées sur le français : « lèpre militaire » devient « military leprosy », « haine impuissante » devient « impotent hatred », « vanité souffrante » devient « suffering vanity ». Elle a recours à des traductions littérales – parfois suspectes en anglais – à des calques de construction – « there is so little of bonne foi… ». On note également que les conjonctions de subordination sont peu nombreuses ; la juxtaposition domine, le rythme de la phrase française est respecté (peu de cas possessifs).

15La traductrice transmet tel quel tel jugement tranchant, telles phrases-formules, caractéristiques de Stendhal. Il y a peu d’effets de style, d’allitérations. Une seule allusion à Shakespeare. Dans le même temps, afin d’être comprise par ses lecteurs, elle procède à l’anglicisation de certains termes : « Michel-Ange » devient « Michael Angelo », « Sophie Gay » devient « Sophy », « La saint Barthélémy » devient « St Bartholomew », et même de certaines formes grammaticales. On note le recours à des équivalents : (« la noblesse provinciale » devient « gentry »). Il est vrai que Stendhal en fournit un certain nombre : « truisms », « puff », « hints », « innuendos ». On constate la mise en œuvre de toutes les ressources de la langue anglaise, en particulier l’extrême variété des termes employés : ainsi « parti » traduit par cinq termes différents (party, set, band, seet, cabal). Dix termes pour « prôner » (le terme « puff » favori de Stendhal).

16Se mêlent un anglais standard, idiomatique, littéraire, archaïque et nombre de trouvailles en fonction des termes à traduire et du contexte.

17Si on ne peut qu’admirer la virtuosité linguistique qui naît de la mise en œuvre de deux pratiques, on doit reconnaître que l’ensemble a un air quelque peu « baroque » au sens où Grimm l’entendait. C’est ce à quoi a voulu remédier Georges Strickland, professeur à l’université de Reading en publiant en 1959 sous le titre Selected Journalism des extraits des articles de Stendhal réécrits dans un anglais courant pour en faciliter la lecture à ses lecteurs ignorant le français : il supprime les gallicismes, procède à des allongements, évite les traductions trop directes (« impotent hatred » disparaît), escamote les difficultés. Ce travail de rectification dans le but d’éclaircir le sens pour le mettre à la portée des lecteurs en en modifiant la lettre montre, a contrario, que la traduction de Sarah Austin est d’une remarquable fidélité à l’esprit, à la lettre du texte de Stendhal.

18Il y a plus : la traductrice des Lettres P.N.D.G. possède selon nous une autre qualité : la faculté d’empathie – influence allemande ? – : elle parvient à se mettre dans l’état d’esprit de l’auteur quand il écrit.

19Le texte de Stendhal, écrit au fil de la plume est véritablement un texte en devenir ; sur le qui-vive. Stendhal n’est-il pas prêt à le modifier, ne demande-t-il pas de « supprimer les répétitions », « allonger le texte », « forcer les nuances » ? La traduction présente les mêmes caractéristiques d’« improvisation », d’« instabilité ». On a une même impression : il s’agit dans les deux cas d’un texte écrit, traduit « spontanément ».

20Les Esquisses n’auront pas la même fortune. La traduction est correcte mais plate (Stendhal en déplore le « style diplomatique ») : la main a changé ; il semble également que le texte est moins inspiré.

21L’étude de ces différences dans les traductions s’est révélée précieuse dans notre tentative pour restituer au plus près le texte stendhalien. Si la tâche n’a pas été nécessairement plus aisée dans la retraduction des textes de Sarah Austin, le plaisir a été à son comble, preuve selon nous, de l’heureuse conjonction entre un auteur et sa traductrice.

Notes

1 S. Austin : Femme étonnante, supérieurement douée, appartenant à la bourgeoisie intellectuelle et radicale de l’époque. Dans les années 1820, obligée de subvenir aux besoins du ménage – son mari, professeur de jurisprudence sans chaire n’y suffisant pas – elle s’attela à des travaux de traduction en français mais surtout en allemand.

Author

Université Stendhal, Grenoble

© UGA Éditions, 2007

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search