Desktop versionMobile version

Stendhal à Cosmopolis

 | 
Marie-Rose Corredor

Dossier I. Écrire en Stendhal, traduire Stendhal

La Fortune de Stendhal en langue anglaise1

Sheila Bell

Full text

1. Aperçu historique2

  • 1 Je laisse entièrement de côté le cas particulier que constituent les Chroniques pour l’Angleterre (...)
  • 2 Pour plus de détails, voir à la fin de cette section une liste des traductions publiées en Anglete (...)
  • 3 Voir à ce propos A. Strauss, La Fortune de Stendhal en Angleterre, Paris, Marcel Didier, 1966 ; K. (...)

1Certains textes de Stendhal ont été très vite disponibles en anglais : Lives of Haydn and Mozart with observations on Metastasio en 1817 (réimprimées l’année suivante), Rome, Naples and Florence in 1817 en 1818, et les Memoirs of Rossini en 1824. Pourtant – et malgré l’intérêt que suscite déjà l’œuvre de Beyle3 – ce n’est que tout à fait à la fin du xixe siècle que paraissent, aux États-Unis et en Angleterre, les premières traductions des deux grands romans : par E. P. Robins en 1895 (La Chartreuse de Parme) et en 1898 (Le Rouge et le Noir). Avant la première guerre mondiale, on a vu paraître une deuxième traduction de La Chartreuse de Parme et deux autres traductions du Rouge et le Noir (rapport numérique entre les deux textes qu’on verra se répéter à l’avenir). Autre événement des années vingt : en 1925, la toute première traduction, par Catherine Phillips, de la Vie de Henry Brulard (traduction entreprise donc avant le travail de Scott Moncrieff). Une introduction salue dans des termes on ne peut plus enthousiastes la méthode autobiographique de Stendhal (« almost ideal » – presque idéale – de quel poids pèse-t-il, ce « presque » incongru ?) et nous présente la Vie de Henry Brulard comme un livre « which, in its exquisite sensibility and astonishing power of analysis, takes equal and undisputed rank with the best of Stendhal » : « time – nous dit-on – has finally caught up with his prophetic genius ». N’empêche qu’avec la disparition de Scott Moncrieff (en 1930), la fortune de Stendhal en Angleterre semble s’enliser. On réédite Scott Moncrieff, c’est tout.

2À partir de 1949 pourtant, une activité sans précédent se déclenche. Pourquoi ? La fin de la guerre et les presses qui se remettent à tourner ? Relancement aussi de la popularité de Stendhal en France ? Cette nouvelle période commence – fait significatif, il me semble – avec deux traductions des Souvenirs d’égotisme (l’une en Angleterre, l’autre aux États-Unis). Au cours des années cinquante, les études stendhaliennes changent de niveau, pourrait-on dire, grâce à certains universitaires, grâce aussi à certaines maisons d’édition. Parmi les universitaires, il y a Richard Coe, grand stendhalien anglo-saxon ; on verra paraître sa Vie de Rossini et le Rome, Naples et Florence de 1826 (on lui doit aussi plus tard une nouvelle traduction et édition des Vies de Haydn, de Mozart et de Métastase). Parmi les maisons d’édition, il y a celle de John Lehmann, héritier de la célèbre Hogarth Press ; c’est à lui qu’on doit la première publication de Lucien Leuwen en Angleterre (en deux volumes sous les titres The Green Huntsman and The Telegraph, traduction par H. L. R. Edwards). La réception en est très enthousiaste : « The publishers have placed us all in their debt by making this superb novel available in English » (Martin Turnell, The Observer) ; une deuxième traduction a paru au même moment aux États-Unis, mais c’est celle de Lehmann et d’Edwards qui a été rééditée chez Penguin en 1991. Lehmann publie aussi un choix de la correspondance. À John Calder (très actif à cette époque, et éditeur, entre autres, du nouveau roman), on doit toute une série de titres : à part les éditions de Coe, il publie aussi un choix des articles de Stendhal, articles pris pour la plupart dans le Courrier anglais mais aussi dans les Mélanges de littérature. On trouve également pendant cette période les premières traductions de Lamiel, de la Vie de Napoléon, des Promenades dans Rome, et un volume d’extraits du Journal. En plus, de nouvelles versions de textes déjà traduits : La Chartreuse de Parme, Le Rouge et le Noir, Vie de Henry Brulard, De l’amour. Depuis les titres se sont succédé : Voyage au midi de la France (Calder de nouveau), Féder (par le traducteur de Lucien Leuwen), Racine et Shakespeare, Mémoires d’un touriste ; on réédite, surtout Scott Moncrieff, et on publie toujours de nouvelles traductions d’ouvrages déjà traduits : Le Rouge et le Noir, La Chartreuse de Parme, De l’amour ; Armance, Souvenirs d’égotisme, Vie de Henry Brulard. Comme on peut se l’imaginer, c’est du Rouge et le Noir qu’il existe le plus grand nombre de traductions, au moins onze (c’est Le Rouge qui figure le plus souvent sur les programmes scolaires), ensuite La Chartreuse de Parme avec six traductions, De l’amour cinq, Souvenirs d’égotisme quatre, Vie de Henry Brulard trois. Quant aux lacunes ? Moins qu’on ne pourrait le penser, puisque certains textes se trouvent inclus à côté d’autres, « Sir Walter Scott et la Princesse de Clèves », par exemple, avec Selected Journalism et les Privilèges avec les Souvenirs. Mais il manque la plupart des romans inachevés, sauf Le Rose et le Vert, encore quelques Chroniques italiennes, les écrits sur l’art, en grande partie, en dépit de l’ouvrage de David Wakefield, Stendhal and the Arts (1973), qui en offre un choix assez limité.

3Rien dans tout cela, je pense, qui étonnera les stendhaliens français : les hauts et les bas de la fortune de Stendhal en Angleterre ne sont pas sans rapport avec sa réputation en France. Au tournant du xxe siècle, en Angleterre comme en France, Stendhal autobiographe rivalise avec Stendhal romancier auprès du public d’après les indices que fournit l’incidence des traductions. Depuis 1990, on a vu paraître de nouvelles traductions du Rouge et le Noir et de La Chartreuse de Parme (deux de chaque roman), mais aussi de la Vie de Henry Brulard et, en 2003, dans une jolie série qui vise à publier des textes courts et apparemment négligés (parmi d’autres textes français, les Mémoires d’un fou de Flaubert et le Thésée de Gide), une quatrième traduction des Souvenirs d’égotisme.

4Dans la liste qui suit, sauf indication contraire, le lieu de publication est Londres. L’édition anglaise s’accompagne souvent d’une édition américaine ; pour des raisons de brièveté, on ne donne que celle de Londres à moins que ce ne soit l’autre la première (les Works de Scott Moncrieff font exception). Pour les mêmes raisons, certains titres sont écourtés.

51817 : The Life of Haydn, etc [by R. Brewin], with notes by [W. Gardiner], J. Murray, 1817.

61818 : Rome, Naples and Florence in 1817, H. Colburn, 1818.

71824 : Memoirs of Rossini, T. Hookham, 1824.

81890- : La Chartreuse de Parme, by E. P. Robins, New York, G. H. Richmond, 1895.
Red and Black, by E. P. Robins, New York, G. H. Richmond, 1898.

91900- : Red and Black, by Ch. Tergie, Downey & Co., 1900.
The Chartreuse of Parma, by the Lady M. Loyd, New York, Appleton, 1901.
Maxims of Love, A. Humphreys, 1906.

101910- : The Red and the Black, by H. B. Samuel, E. P. Dutton & Co., 1914.
On Love, by Ph. and C. N. Sidney Woolf, Duckworth & Co., 1915.

111920- : The Life of Henri Brulard, by C. AlisonPhillips, New York, A. A. Knopf, 1925.
The Works of Stendhal, by C. K. Scott Moncrieff, New York, Boni & Liveright, London, Chatto & Windus, 1925-1928 (On Love, by Vyvyan Beresford Holland).

121940- : Red and Black, by J. Charles, Philadelphia, John C. Winston, 1949.
Memoirs of an Egotist, by T. W. Earp, Turnstile Press, 1949.
Memoirs of Egotism, by H. and M. Josephson, New York, Lear, 1949.

131950- : The Green Huntsman and The Telegraph, by L. Varèse, New York, New Directions, 1950.
The Green Huntsman and The Telegraph, by H. L. R. Edwards, John Lehmann, 1951.
Lamiel, by T. W. Earp, Turnstile Press, 1951.
To the happy few, selected letters, by N. Cameron, John Lehmann, 1952.
Scarlet and Black, by M. R. B. Shaw, Penguin, 1953.
French Stories and Tales, New York, A. Knopf, 1954 (includes translation of V. Vanini).
The Private Journals of Stendhal 1811-1817, by F. Carmody, Kentfield, Calif., L.-D. Allen, 1954.
The Private Diaries of Stendhal, by R. Sage, New York, Doubleday, 1954.
Life of Rossini, by R. N. Coe, J. Calder, 1956.
Life of Napoleon, Rodale Press, 1956.
The Life of Henry Brulard, by J. Stewart and B. C. J. G. Knight, Merlin Press, 1958.
The Charterhouse of Parma, by M. R. B. Shaw, Penguin, 1958.
Red and Black, by L. Bair, New York, Bantam Books, 1958.
Love, by B. Rhys, Paul Elek, 1959.
Selected Journalism, by G. Strickland, John Calder, 1959.
Rome, Naples, and Florence, by R. N. Coe, John Calder, 1959.
A Roman Journal, by H. Chevalier, Orion Press, 1959.

141960- : Armance, by G. and S. Sale, Merlin Press, 1960.
Féder, or the Moneyed Husband, by H. R. L. Edwards, Merlin Press, 1960.
In Milan and on the Lakes of Lombardy with Stendhal, by J. Garrett, Macdonald, 1961.
Memoirs of a Tourist, by A. Seager, Evanston, III., Northwestern U. P., 1962.
Racine and Shakespeare, by G. Daniels, [New York], Crowell-Collier Press, 1962.
Red and Black, by R. M. Adams, New York, Norton, 1969.

151970- : The Red and the Black by L. C. Parks, New York, New American Library, 1970.
Travels in the South of France, by E. Abbott, New York, Orion, 1970.
Lives of Haydn, Mozart and Metastasio, by R. N. Coe, Calder & Boyars, 1972.
Stendhal and the Arts, by D. Wakefield, Phaidon, 1973.
Memoirs of an Egotist, by D. Ellis, Chatto and Windus, 1975.
Love, by G. and S. Sale, Penguin, 1975.

161980- : The Pink and the Green, followed by Mina de Vanghel, by R. Howard, Hamish Hamilton, 1988.

171990- : The Red and the Black, by C. Slater, Oxford, Oxford University Press, 1991.
The Life of Henry Brulard, by J. Sturrock, Penguin, 1995.
The Charterhouse of Parma, by M. Mauldon, Oxford, Oxford University Press, 1997.
The Charterhouse of Parma, by R. Howard, New York, Modern
Library, 1999.

182000- : The Red and the Black, by R. Gard, Penguin, 2002.
Memoirs of an Egotist, by A. Brown, Hesperus, 2003.

2. Traduire Stendhal romancier : l’exemple de La Chartreuse de Parme

19Je me permets de vous rappeler les remarques, fort perspicaces, de Gide sur le style de Stendhal. C’est un style qui, selon lui, ne peut qu’être infirmé, compromis, par le genre de travail que comporte la traduction :

Le grand secret de Stendhal, sa grande malice, c’est d’écrire tout de suite […] De là, ce quelque chose d’alerte et de primesautier, de disconvenu, de subit et de nu qui nous ravit toujours à neuf dans son style. On dirait que sa pensée ne prend même pas le temps de se chausser pour courir. Ce devrait être de bon exemple ; ou plutôt : son bon exemple, je devrais le suivre plus souvent. L’on est perdu quand on hésite. Le travail de traduction, pour cela, rend mauvais service. Ayant affaire à une pensée étrangère, il s’agit de la réchauffer, de la vêtir, et l’on va cherchant les meilleurs mots, la meilleure tournure de phrase […] On prend cette mauvaise habitude de dissocier la forme et le fond, l’émotion et l’expression de l’émotion, de la pensée, qui devraient demeurer inséparables. (Journal, 3 septembre 1937)

  • 4 Mouse or Rat ? Translation as Negotiation, London, Weidenfeld and Nicolson, 2003.

20Le pourquoi du raisonnement de Gide ne doit pas nous retenir. L’intérêt de son propos consiste, pour nous, en la suggestion que traduire Stendhal serait une tâche quasi impossible. Le traducteur se trouve devant une impasse : plus il s’acharne à transformer Stendhal en son homologue anglais, allemand, italien, plus le style Stendhal se refuse à lui. Dans son récent essai sur la traduction4, Umberto Eco insiste sur le travail lent et long que doit comporter l’activité de traduire. Lui-même a traduit Sylvie en italien : avant de s’y mettre, nous dit-il, il avait lu et relu l’ouvrage pendant plus de quarante ans. Traduire, selon Eco, revient à une sorte de négociation, ou plutôt à une série infinie de négociations, entre le texte original et le traducteur, entre le traducteur et son public à lui, et pour mener de telles négociations à bon terme, il faut beaucoup de réflexion, beaucoup de patience. Les deux traducteurs anglais les plus récents de La Chartreuse de Parme semblent avoir adopté des positions assez opposées à cet égard. Richard Howard, poète connu, qui a traduit, entre bien d’autres auteurs et ouvrages, Gide lui-même et Les Fleurs du mal (traduction qui lui a valu un prix littéraire) se vante d’avoir travaillé vite ; pas si vite que Stendhal (28 semaines au lieu de 52 jours, nous dit-il), mais vite tout de même : il nous raconte comment chaque semaine il a envoyé un nouveau chapitre à son éditeur. Howard est très sensible au brio, à la vivacité du style de Stendhal, et comme Gide, il a voulu sans doute se modeler sur lui, arriver à mimer ce style. D’ailleurs on peut supposer que, tout comme Stendhal, il a beaucoup vécu dans le monde de La Chartreuse de Parme avant de commencer à dicter. Pourtant il n’insiste pas là-dessus et je serais encline à voir dans un travail préparatoire insuffisant ou trop hâtif la source de certaines erreurs. Stendhal ne se serait peut-être pas beaucoup inquiété du fait que Napoléon, dans la version Howard, a un an de plus que dans son propre texte. Mais comment pardonner à un traducteur qui laisse tomber l’épigraphe au premier volume ? C’est à partir de tels indices – indices précieux – que le lecteur saura remplir les silences du roman. Howard – à l’instar d’autres traducteurs d’ailleurs – tend à introduire des mots italiens dans le texte sans doute pour renforcer, dans l’esprit du lecteur anglais, le contexte italien ; ainsi palais devient palazzo, marquis marchese, etc. Mais quand il change Le Moniteur en Il Monitore, il commet tout simplement une erreur. Et quand lui, et Scott Moncrieff avant lui, et Shaw (1958) à la suite de Scott Moncrieff, changent Fabrice en Fabrizio, ils ont également tort, il me semble : le personnage stendhalien s’appelle Fabrice et non pas Fabrizio ; son nom renvoie justement à tout le côté français de ce personnage bien italien. En l’appelant Fabrizio, on risque d’occulter ce va-et-vient subtil entre Français et Italien qui constitue un des éléments principaux du texte. La deuxième traduction moderne, celle de Margaret Muldoon, n’oublie pas l’épigraphe et redonne à Fabrice son nom français (et en connaissance de cause, car elle glose là-dessus dans son avant-propos). Pour ma part, je serais tentée de faire le lien entre cette décision et les deux ans qu’elle semble avoir passés à travailler son texte.

  • 5 On peut évidemment rééditer Scott Moncrieff en corrigeant les erreurs majeures : c’est ce qu’a fai (...)

21Les traducteurs plus récents de La Chartreuse de Parme, y compris Howard, tendent néanmoins à respecter le texte français de Stendhal plus que ne le faisaient leurs prédécesseurs. Le tout premier, Robins, adopte une attitude assez désinvolte quant à la fidélité : il lui arrive de couper des phrases entières et de raccourcir des passages qu’il estime peu nécessaires à l’histoire – par exemple, le paragraphe si précieux où Stendhal évoque les émotions de Gina lors de sa rentrée à Grianta (Robins fait écho peut-être là à Balzac : un avant-propos cite l’article de ce dernier comme « one striking exception » à l’indifférence générale que rencontre le roman lors de sa publication). Même désinvolture dans son choix de mots : il a tendance à compliquer ce qui est simple : « son mari » devient « her lord and master » ; « Grand Dieu » devient – mystérieusement – « Shades of Epicurus ». La traduction de Lady Mary Loyd, publiée peu de temps après, est déjà moins désinvolte, tout en prenant Stendhal pour plus simple qu’il ne l’est : Loyd raccourcit les phrases ou les paragraphes qu’elle estime trop longs, en les découpant parfois en deux. Scott Moncrieff aussi commet des erreurs ; pour ne prendre qu’un petit exemple : la question célèbre que se pose Fabrice en arrivant en prison, « Suis-je un héros sans m’en douter ? » a disparu de la page. Son choix d’expressions peut parfois surprendre. Mais c’est lui le premier à avoir vu l’importance de certains mots – tel « sublime » – chez Stendhal et qui emploie – le plus souvent – la même locution pour les traduire. Les traducteurs qui lui ont succédé lui doivent beaucoup. Le bon traducteur allie la fidélité au texte original à la capacité de bien écrire sa propre langue. Scott Moncrieff sera toujours un des plus élégants des traducteurs de Stendhal puisqu’il sait si bien manier l’anglais5.

22À mesure que le texte original s’éloigne de nous dans le temps, de nouveaux problèmes se posent au traducteur. C’est là encore un aspect du travail de négociation qui lui incombe, négociation délicate entre époques, entre l’écrivain d’une époque révolue et le lecteur contemporain. Certains traducteurs cherchent à rendre le texte original aussi proche du lecteur que possible ; il me semble qu’il importe autant de ne pas occulter le caractère essentiellement historique de romans tels que ceux de Stendhal. Quel idiome faut-il donc adopter ? L’archaïsme serait à éviter mais aussi une modernité trop voyante. Pour prendre un exemple très simple – de La Chartreuse de Parme de nouveau – pour « la vie s’enfuit » il faut, je crois, préférer « life is fleeting » (Scott Moncrieff, Shaw, Howard) à « life races by » (Muldoon) ; la première expression nous offre l’allitération pour remplacer l’assonance et, plus important encore peut-être, elle évoque toute une tradition poétique là où la locution « life races by » serait une constatation assez terre à terre. Ce dilemme – comment choisir un ton qui parlera au lecteur moderne sans trahir l’auteur – se manifeste de façon très claire en ce qui concerne la traduction des obscénités. Parmi les traducteurs anglais, certains ont préféré trouver une expression plus anodine quand il s’agit de traduire le mot du caporal « Va te faire f– » : Shaw et Muldoon optent toutes les deux pour « Go to hell » (délicatesse féminine ?) ; par contre, le plus récent des traducteurs choisit un réalisme moderne en laissant tomber le blanc ; il me semble que la meilleure solution est claire ici : traduire en anglais, en optant pour l’équivalent le plus proche, mais en gardant le blanc de Stendhal : « Go and f–yourself ». En l’occurrence, c’est Scott Moncrieff qui traduit ainsi.

3. Problèmes incontournables

23Tout traducteur, tout enseignant de langues aussi ayant pratiqué la science des thèmes et des versions, sait à quel point chaque phrase d’un texte pose au traducteur des problèmes épineux. Parmi ces problèmes, il y en a d’incontournables, devant lesquels il faut savoir sacrifier ce qui est moins important pour sauvegarder l’essentiel. De ces dilemmes, le début du Journal nous fournit un joli exemple : « J’entreprends d’écrire l’histoire de ma vie jour par jour. Je ne sais si j’aurai la force de remplir ce projet, déjà commencé à Paris. Voilà déjà une faute de français ; il y en aura beaucoup, parce que je prends pour principe de ne pas me gêner et de n’effacer jamais » (18 avril 1801). Que faire ? introduire une faute d’anglais et y faire allusion ? Il n’en est pas question : ce serait ridicule de nous distancier ainsi de l’auteur du journal qui est, on le sait, un Français. Voici donc la version anglaise de Robert Sage : « I don’t know whether I’ll have the fortitude to carry out this plan, which I already started in Paris. There’s a mistake in French already ; there will be a lot more, because I’m making it a rule not to stand on ceremony and never to erase. » Le lecteur peut se sentir momentanément un peu perplexe, mais ce qui compte surtout dans ce début, c’est l’attitude désinvolte qu’adopte l’auteur du journal envers de telles fautes ; c’est cela qui nous admet dans l’intimité du personnage plutôt que la faute en question.

  • 6 Cette deuxième solution a l’avantage qu’on comprend tout de suite en lisant ; le renvoi à une note (...)
  • 7 Du Rouge et le Noir aussi bien sûr mais c’est La Chartreuse qui nous intéresse ici.

24Parmi les traits distinctifs du texte stendhalien, il y en a qui posent un défi au seul traducteur anglophone. Que faire des expressions anglaises dont Stendhal est si friand ? Les anglicismes ont pour fonction, on le sait, de voiler sa pensée, ou de faire semblant de le faire. De créer une entente secrète avec son interlocuteur (dans la correspondance) ou avec certains lecteurs, ceux qui savent le comprendre à demi-mot, les âmes sensibles. On peut / on doit signaler au lecteur de la traduction anglaise la présence de telle phrase anglaise dans le texte original – par une note peut-être, ou par des caractères d’imprimerie, des petites majuscules par exemple6 (non pas les italiques qui risquent d’introduire une confusion supplémentaire). Mais le lecteur anglais ne peut guère se sentir un être à part, une âme élue du fait qu’on lui adresse la parole dans sa propre langue. Il aura même des réactions imprévisibles. L’emploi d’anglicismes se trouve surtout dans les ouvrages autobiographiques, les ouvrages non publiés : c’est là où on voit se développer ce langage particulier, ce « stendhalien », dont Éric Bordas nous a parlé. Mais l’expression qui caractérise avant toute autre la position adoptée par Stendhal vis-à-vis du lecteur – « Il faudrait prendre son parti et travailler pour le gros public ou pour the happy few » (Voyages en Italie, p. 705) – figure comme dernier mot de La Chartreuse de Parme7. Devant cette expression, « To the happy few », l’Anglais moyen pensera non pas au vicaire de Wakefield mais à Henry V (voire, selon son âge, à Laurence Olivier ou à Kenneth Branagh), à un discours donc qui renvoie surtout à la guerre et aux sentiments patriotiques :

Henry: We few, we happy few, we band of brothers;
For he to-day that sheds his blood with me
Shall be my brother; be he ne’er so vile
This day shall gentle his condition:
And gentlemen in England, now a-bed
Shall think themselves accurs’d they were not here,
And hold their manhoods cheap whiles any speaks

That fought with us upon Saint Crispin’s day. (Act IV, scene 3)

25De tels sentiments ne sont pas si éloignés de ceux de Fabrice qui rêve de participer à la gloire napoléonienne et qui voudrait passer pour « un des blessés de la grande bataille » : « Ce qu’il avait vu, était-ce une bataille, et en second lieu, cette bataille était-elle Waterloo ? » Que Napoléon ait représenté autre chose dans la mythologie anglaise (épouvantail qui sert à faire peur aux enfants – « If you don’t behave, Boney will come and get you »), que Waterloo ait symbolisé non pas une défaite et la fin d’une période de liberté mais tout le contraire, tout cela n’a pas d’importance. Le lecteur anglais saura passer outre. Mais ce n’est pas sur le champ de bataille que le bonheur se trouve dans La Chartreuse de Parme. Il serait d’autant plus important pour le lecteur anglais qui risque de capter les échos de Henry V et d’Agincourt, que le traducteur n’ait pas supprimé telle épigraphe d’Arioste qui nous renvoie à tout autre chose que la guerre.

  • 8 Stendhal, L’Àme et la Musique, édition présentée et annotée par S. Esquier, Paris, Stock, 1999, p. (...)

26Et quand Stendhal se trompe et fait des fautes d’anglais ? Comment faire ? La bonne réponse, ce me semble, serait de s’y prendre de manière différente selon les circonstances. Si le fragment est du cru de Stendhal, il faut bien sûr le laisser tel quel. Si, au contraire, il s’agit d’une citation, mieux vaut peut-être la corriger ; voyez, par exemple, les vers de Twelfth Night que Stendhal cite dans la Vie de Haydn en les déformant : « like patience sitting on her tomb8. » C’est à une expression consacrée, passée dans la langue courante, voire populaire, que Stendhal nous renvoie ; à la rencontrer ainsi déformée, le lecteur anglais ne peut que patauger. Par contre, le texte authentique de Shakespeare aurait pour effet de renforcer l’argument de Stendhal. Je me permets de citer tout le morceau, puisque les paroles, pourvu qu’elles soient exactes, le rendent tout entier présent à l’esprit du lecteur :

Viola: My father had a daughter lov’d a man,
As it might be, perhaps, were I a woman,
I should your lordship.
Duke: And what’s her history?
Viola: A blank, my lord. She never told her love,
But let concealment, like a worm i’ the bud,
Feed on her damask cheek: she pin’d in thought,
And with a green and yellow melancholy,
She sat like Patience on a monument,
Smiling at grief. Was not this love indeed? (Act II, scene 4)

  • 9 Certains traducteurs rejettent la note explicative comme preuve de défaillance. Position compréhen (...)

27Richard Coe a choisi, dans sa traduction de la Vie de Haydn, de donner l’expression véritable de Shakespeare, tout en indiquant dans une note9 que Stendhal cite mal le texte original. Qui sait si ce n’est pas traduire plus exactement la pensée de Stendhal qui, tout en se souvenant mal sur le moment de la parole shakespearienne, avait sans doute à l’esprit toute la portée de ce morceau. Autrement il n’aurait pas eu l’idée de le citer. Quoi qu’il en soit, Coe se justifie dans son avant-propos en évoquant la nécessité d’un équilibre entre fidélité et clarté : « it appears to me that minor classics of this order, at once fascinating by their flashes of insight and exasperating by their lapses and fallibility, require a special sort of compromise between exactness and readability » (p. xxxi). Coe parle ici d’un ouvrage qu’il caractérise comme mineur et où, selon lui, des questions de lisibilité peuvent justifier certaines inexactitudes. On n’a pas le droit, tout le monde sera d’accord, de prendre de telles libertés avec La Chartreuse de Parme. Mais tout traducteur de ce roman, forcé, comme il l’est, de naviguer entre la Scylla de l’infidélité à Stendhal et la Charybde d’un anglais qui manque de naturel ou de subtilité, n’éprouve-t-il pas la nécessité d’adopter des compromis pour résoudre les problèmes difficiles qu’il rencontre à tout moment ? Il n’y a pas, il n’y aura jamais de traduction parfaite de La Chartreuse de Parme. Mais tout Anglais qui l’aime et le connaît bien, rêve toujours d’en créer sa version à lui, version idéale, bien sûr. Qu’on ait vu la dernière version de ce texte, j’en doute.

Notes

1 Je laisse entièrement de côté le cas particulier que constituent les Chroniques pour l’Angleterre qui est traité plus loin, dans cet ouvrage, par Renée Dénier.

2 Pour plus de détails, voir à la fin de cette section une liste des traductions publiées en Angleterre et aux États-Unis.

3 Voir à ce propos A. Strauss, La Fortune de Stendhal en Angleterre, Paris, Marcel Didier, 1966 ; K. G. McWatters, « Stendhal et les victoriens : quelques jalons », Stendhal et l’Angleterre, édité par K. G. McWatters et C. W. Thompson, Liverpool University Press, 1987, p. 283-293.

4 Mouse or Rat ? Translation as Negotiation, London, Weidenfeld and Nicolson, 2003.

5 On peut évidemment rééditer Scott Moncrieff en corrigeant les erreurs majeures : c’est ce qu’a fait Ann Jefferson dans sa récente réédition du Rouge et le Noir, en commençant par le titre. Scott Moncrieff est responsable le premier pour Scarlet and Black (changement mystérieux qui s’interpose entre l’édition américaine de 1926 – The Red and the Black – et l’édition anglaise de 1928) ; Shaw l’a suivi. La plupart des traducteurs ont préféré Red and Black (formule qui serait peut-être plus naturelle en anglais) ou, plus souvent, The Red and the Black, plus proche évidemment du titre français et qui a atteint de nos jours le statut d’expression consacrée.

6 Cette deuxième solution a l’avantage qu’on comprend tout de suite en lisant ; le renvoi à une note, surtout si les notes se trouvent à la fin du volume, interrompt trop la lecture.

7 Du Rouge et le Noir aussi bien sûr mais c’est La Chartreuse qui nous intéresse ici.

8 Stendhal, L’Àme et la Musique, édition présentée et annotée par S. Esquier, Paris, Stock, 1999, p. 143. Pour l’éditeur, c’est une « référence qui n’a pas pu être située » (p. 299) ; on comprend pourquoi.

9 Certains traducteurs rejettent la note explicative comme preuve de défaillance. Position compréhensible, s’il s’agit d’un texte contemporain, mais dans le cas d’un texte plus ancien, pourquoi priver le lecteur étranger d’une telle aide à la lecture, puisque même le lecteur français aura parfois besoin d’éclaircissements ?

© UGA Éditions, 2007

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search