Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stendhal à Cosmopolis

 | 
Marie-Rose Corredor

Dossier I. Écrire en Stendhal, traduire Stendhal

Traductions norvégiennes

Karin Gundersen

Texte intégral

1L’histoire des traductions de Stendhal en norvégien est vite racontée. En voici la liste :

21944 : Le Rouge et le Noir (norv. : Rødt og svart), traduction de P. R. Gauguin, Oslo, Dreyer. Rééditée (Oslo, Gyldendal) en 1956, 1974, 1975, 1987, 1993.

31976 : Mina de Vanghel, traduction d’A. Elligers, dans Frankrike forteller (anthologie de récits et nouvelles français), Oslo, Gyldendal.

41992 : La Chartreuse de Parme (norv. : Kartusianerklosteret i Parma), traduction de K. Gundersen, Oslo, Gyldendal. Rééditée en 2003.

51995 : De l’amour (norv. : Om kjærlighet), traduction de K. Gundersen, Oslo, Gyldendal. Rééditée en 2005.

62001 : Le Rouge et le Noir (norv. : Rødt og svart), nouvelle traduction de K. Gundersen, Oslo, Gyldendal. Réédité en 2005. Édition spéciale de la même traduction dans le Club du « Verdensbiblioteket » (La Bibliothèque du Monde), avec une nouvelle introduction par K. Gundersen, Olso, De norske Bokklubbene, 2006.

72006 : Vie de Henry Brulard (norv. : Henry Brulard liv), traduction de K. Gundersen, Oslo, Gyldendal.

8On voit que la Norvège a été lente à traduire Stendhal. Cela ne veut pas forcément dire que nous sommes un peuple barbare. Pour comprendre les dates et le caractère aléatoire de la liste ci-dessus, il faut d’abord savoir un peu de l’histoire politique et linguistique de la Norvège. Ce pays était « jumelé » au royaume de Danemark pendant quatre cent ans jusqu’en 1814 (traité de Kiel), quand le Danemark a dû nous céder à la Suède. Néanmoins, la langue danoise continuait à dominer en Norvège pendant l’union avec la Suède, et le public norvégien qui ne lisait pas les livres français dans leur version originale, pouvait facilement lire les traductions en danois. La Norvège a obtenu son indépendance en 1905, mais ce n’est que vers les années 1930 que le nombre de livres traduits et édités en Norvège a pris un certain poids. On voit que dans cet essor, le Rouge a été traduit en 1944 et réédité plusieurs fois.

9Ensuite, c’est un fait que l’effervescence relative des traductions de Stendhal en norvégien cette dernière quinzaine d’années est due à mon propre travail – et ma propre passion – à la fois comme professeur de littérature française et surtout spécialiste de Stendhal, et comme traductrice. Cela marié à l’enthousiasme de deux rédacteurs en chefs successifs aux Éditions Gyldendal a rendu possible le rythme des traductions publiées depuis 1992, et je ne pense pas m’arrêter encore.

10La première traduction du Rouge et le Noir a donc été celle de Paul René Gauguin, graphiste et traducteur, et petit-fils de l’illustre Paul Gauguin. Cette traduction est excellente, mais en partie très libre. Il y a des omissions et parfois des rajouts. Quand Stendhal est trop détaillé dans ses analyses psychologiques, Gauguin entend faire grâce au lecteur en coupant ; quand Stendhal va trop vite et que l’on peut craindre des malentendus, Gauguin explique. L’éthique de la traduction au sens de fidélité au texte et au style comme tels était moins prononcée à l’époque. Et l’histoire racontée dans le Rouge est tellement bonne que même dans une traduction parfois infidèle, cela passe, pourvu que le traducteur maîtrise sa langue maternelle, ce qui était le cas pour Paul René Gauguin. On voit son succès aussi par les nombreuses rééditions de sa traduction. Mais, comme on sait, l’éthique change avec les époques. La langue change aussi, donc le Rouge avait besoin d’être retraduit dans un norvégien moderne. Car un Stendhal démodé est une contradictio in adjecto. Chaque fois que je m’installe devant un Stendhal à traduire, je me demande – ou plutôt je le lui demande – si vous étiez norvégien et que vous viviez en l’an 2000, qu’auriez-vous dit ?

© UGA Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540