Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stendhal à Cosmopolis

 | 
Marie-Rose Corredor

Dossier I. Écrire en Stendhal, traduire Stendhal

Traductions

Texte intégral

  • 1 Par exemple Roma, Napoli et Firenze, introduzione de M. Colesanti, traduzione de Bruno Schachere, (...)

1Il faut soumettre Stendhal « à l’épreuve de l’étranger ». Ce dossier est représentatif de quelques langues dont le système entre en comparaison et en résonance avec les langues latines et anglo-saxonnes qui étaient les langues vernaculaires et culturelles de Stendhal. La traduction norvégienne (Karen Gundersen) confronte Stendhal avec un système de représentation dominé par le « naturalisme ». À l’Extrême-Orient, le japonais (Yochi Kasuya) et les problèmes de son formalisme ou bien la transcription en « mangas ». Les traductions italiennes sont les plus anciennes et les plus connues1. Au centre, la relation à la langue anglaise dont Sheila Bell donne un aperçu très complet. Dans une démarche originale, Renée Denier rend compte d’une re-traduction en français à partir de l’anglais. Un peu en marge, les traductions espagnoles présentées par Angels Santa, qui font de Stendhal lecteur de Don Quichotte – livre majeur pour la réflexion sur la traduction – un « contrebandier » des lettres.

Notes sur les traductions allemandes

  • 2 L’année stendhalienne, no 5, éd. Champion, 2006

2Dans le dossier Stendhal et l’Allemagne2 consacré à la réception allemande actuelle, Elisabeth Edl propose un bref aperçu historique de la réception de Stendhal en Allemagne : rappelant que « Stendhal ne fut vraiment découvert par un public germanophone qu’au début du xxe siècle ». Le public allemand cultivé lisait le texte en français et n’avait pas besoin de traductions. L’exemple du Rouge et Noir est significatif : la première traduction par Friedrich von Oppeln-Bronikowski date de 1901 et elle est suscitée par la lecture enthousiaste que Nietzsche fit de Stendhal à partir de 1882. La première édition des œuvres de Stendhal en 8 volumes paraît à Iéna entre 1905 et1910. Suivent onze traductions de Rouge et Noir entre 1901 et 1953. La récente traduction d’Elisabeth Edl : Rot und Schwarz, München/Wien, Carl Hanner a remporté le prix de la traduction, la « Bague de Saint Jérôme » de l’Association allemande des Traducteurs.

Notes

1 Par exemple Roma, Napoli et Firenze, introduzione de M. Colesanti, traduzione de Bruno Schachere, Firenze, Le Lettere, 2002 ; Passegiate romana, traduzione de Bruno Schachere, note, note al testo, indice dei nomi, indice dei luoghi, a cura de M. Colesanti, Paris, ed. Diane de Sellier ; Firenze, Le Lettere, 2002 ; Romanze et Raconti, t. I et II, a cura de Mariella di Maio, traduzione di Maurizio Cucchi, ed. Mondadori, 1996 et 1998.

2 L’année stendhalienne, no 5, éd. Champion, 2006

© UGA Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540