Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stendhal à Cosmopolis

 | 
Marie-Rose Corredor

III. Modalités / Pratiques

Le babeylisme scriptural de Stendhal, ou le style comme langue étrangère

Éric Bordas

Texte intégral

1Le babélisme scriptural est l’une des caractéristiques poétiques autant que psychologiques les plus stendhaliennes qui soient. Homme à masques, écrivain à pseudonymes, Henri Beyle fut surtout un polyglotte amoureux des mots et des prosodies, des accents et des traductions. Ses textes autobiographiques les plus intimes, journal ou lettres privées en particulier, sont ponctués de xénismes, imprimés en italiques par les éditeurs modernes, déformés par des abréviations ou des codages variés, au point que les pages se présentent, iconiquement, comme de véritables marqueteries d’énonciations et d’idiomes.

2Pourquoi ces langues ? Comment leur réunion, d’apparence souvent si désinvolte et si arbitraire, fait-elle sens esthétiquement ? Pour répondre à ces deux questions, on commencera par étudier le fonctionnement macrosyntaxique et les typologies idiomatiques du plurilinguisme stendhalien. Puis, on envisagera les différentes scénographies du babélisme : où les langues étrangères surgissent-elles dans l’énonciation de l’intime ? selon quel ordre ou quelle disposition ? et d’abord de quelles langues s’agit-il ? langues ou langages ? Ce travail permettra de s’interroger sur les motivations de l’invention polyphonique stendhalienne, laquelle est surtout une polyglossie qui semble pourtant fondamentalement une monodie renforcée sous ce déguisement langagier. On verra que l’imaginaire linguistique de Beyle, si riche, est le niveau de manifestation le plus engagé d’une véritable morale du style.

  • 1 Exemples : « Je sors de Santa Croce ; je viens de revoir ma Sibylle et le tableau des Limbes. […] (...)

3Citant une langue étrangère, italien ou anglais, Stendhal, comme tout le monde, a le choix entre deux modes d’articulation énonciative : la reproduction transitive en discours direct, qui respecte mimétiquement les altérités linguistiques, ou l’intégration de l’item étranger à l’intérieur d’une morphosyntaxe française, qui assigne à ce mot une fonction de complément ou de sujet dans la phrase. Autrement dit : on désigne le mot dans sa nature autre, et on l’isole, ou l’on feint de ne pas faire de différence linguistique, d’un point de vue énonciatif fonctionnel, entre celui-ci et le cotexte français. Stendhal pratique les deux options, indifféremment, mais avec une très nette préférence pour la seconde, plus subversive et plus troublante. La première, en fait, se limite à la seule pratique de la citation, quand il s’agit de reproduire un titre d’œuvre, les vers d’un livret d’opéra, ou encore de rapporter quelque énoncé peint dans un tableau1.

  • 2 Journal (11 février 1805), p. 214.
  • 3 Sur l’anglais de Stendhal, voir Dénier (1977), Sérodes (2003).

4Mais c’est, bien sûr, dans le choix d’adapter la langue étrangère au moule syntaxique français que l’originalité stendhalienne s’impose. « Je suis allé four fois chez Louason : the first, tête-à-tête, parlé de l’art, demi-heure ; the second with mistress Mortier, a old man come in, and is reçu avec tous les égards qu’on aurait pour un entreteneur ou for a phisician2. » Le modèle énonciatif de la séquence phrastique reste résolument français, en particulier du fait du respect de l’ordre des syntagmes attendus : sujet-verbe-complément, même quand l’auxiliaire est élidé, comme souvent dans les notations diaristes. La première séquence se contente d’insérer un adjectif déterminatif, « four », puis un adverbe de phrase, « the first », en anglais. La seconde développe le procédé, en reprenant thématiquement l’adverbe de phrase, mais en développant celui-ci par une construction prépositionnelle, « the second with mistress Mortier », puis en proposant une indépendante, « a old man come in », elle-même coordonnée à la phrase suivante au moyen d’une conjonction et surtout de la non-reprise du syntagme sujet, « and is ». C’est à cet endroit que Stendhal ose la rupture la plus brutale, en faisant suivre l’auxiliaire en anglais du verbe prédicatif en français, « is reçu », lui-même suivi d’un groupe complément en français, qui s’achève par la mention d’un actant en anglais. Étrange jeu de va-et-vient. Les unités syntagmatiques ne sont donc pas toujours respectées, comme avec ce syntagme verbal bilingue, et on remarque, en outre, quelques erreurs de grammaire anglaise : confusion morphologique de l’article a/an devant voyelle (« a old man »), non-respect du – s verbal pour la troisième personne du singulier (« a old man come in »), qui vient, sans doute, d’une superposition de la morphologie verbale française, laquelle ne fait pas de variation en troisième personne. De plus, l’usage du présent de narration, qui n’est pas vraiment dans les habitudes énonciatives de l’anglais de 1812, relève, de toute évidence, d’une transposition simpliste du français3.

  • 4 Journal (18 décembre 1814), p. 922.

5Le phénomène énonciatif est constant dans le journal intime de Stendhal. Mais il peut inverser la tendance macrosyntaxique, et partir d’une référence étrangère, avec syntagme nominal sujet et syntagme verbal en anglais, précisés et modalisés par des adverbes, de phrase ou de mot, en français, puis, dans la séquence suivante, revenir au modèle français, et ponctuer celui-ci de quelques articulateurs grammaticaux anglais : « Depuis le 13 octobre, the day of my arrival till today 18 décembre, I work ferme being crossed in love. From the half of November, uniquement on the stile. Quant à la beauté humaine, nous avons trop d’esprit, etc. J’efface, par cette réflexion : Le ton n’est pas enough profondément énergique for empêcher this tournure de tomber dans le bas4. » En somme, on a souvent l’impression que Stendhal propose une énonciation soumise à un modèle périodique construit en chiasme : protase français-anglais vs apodose anglais-français ; ou inversement : protase anglais-français vs apodose français-anglais. C’est dire que la dimension rythmique de l’énonciation, liée à la prosodie des langues, semble jouer un rôle déterminant dans le babélisme scripturaire stendhalien.

  • 5 Journal (9 janvier 1806), p. 372.
  • 6 Journal (novembre 1809), p. 541, n.
  • 7 Journal (12 mai 1815), p. 932.
  • 8 Pour M. Levowitz-Treu (1983, p. 371), qui travaille sur ce corpus, « les prépositions soulignent u (...)

6Parfois, l’introduction du xénisme n’affecte pas le modèle large de la phrase, mais est limitée à un seul mot bref, par exemple un pronom : « She redevient triste. […] Il faut que je lui dise que cette tristesse vient of m [yself]5. » Ou encore une préposition ou un article : « With ces succès-là, j’ai eu de grands plaisirs6 », « Il ne s’est pas trompé on an important objet7 ». La fonction est, dans ce cas, de type articulatoire, et l’anglais sert de liant, pour passer d’une unité intellectuelle, d’une représentation, à une autre. On entend la rythmique du raisonnement, sous le rythme de la phrase. La prétendue servilité des mots-outils, d’usage, en apparence, plus neutre, ne fait que renforcer l’incongruité poétique franche de cette énonciation autre, sous la forme d’un conflit désamorcé8. En somme, « par les mots anglais s’inachève le flux cohérent de la pensée et du discours. L’anglomanie est anglolalie, pratique dérisoire d’une écriture qui refuse de se gêner, de perdre sa liberté au profit d’une rhétorique ou d’une poétique de la continuité » (Hamm, 1986, p. 136).

  • 9 Vie de Henry Brulard, dans Stendhal, Œuvres intimes, t. II, p. 564.
  • 10 Exemple très souvent commenté par les stendhaliens ; voir Berthier (2000, p. 104), Hamm (1986, p.  (...)

7Quand le procédé est appliqué à un mot plus exposé sémantiquement, la substitution linguistique prend tout de suite une dimension critique plus ou moins précise : « Je me suis mis à dire du mal de God9. » Dire « God » au lieu de « Dieu », c’est suggérer la possible non-adéquation du mot anglais à la chose française : « God » pourrait être, par exemple, le nom d’un chien, hypothèse farfelue, mais moins irrecevable que l’idée que « Dieu » ne soit pas le nom de Dieu10. En somme, le xénisme, qui est toujours un rappel de l’énonciation du huron et de son sain décalage culturel, rend possible une latitude critique entre l’usage et la mention. Mais, en ce qui concerne cette façon de ponctuer le discours de tel ou tel substantif étranger sémantiquement plein, autre niveau de contamination linguistique, niveau référentiel, après le niveau discursif de la grammaire de la phrase, puis le niveau rythmique révélé par les mots-outils, l’arbitraire le plus complet semble régner. En particulier du côté de la traduction ou de la non-traduction de l’item.

  • 11 Op. cit., p. 543.
  • 12 Op. cit., p. 544.
  • 13 Journal (12 février 1805), p. 215.
  • 14 Journal (31 août 1811), p. 721.

8De même, toujours dans Henry Brulard, on peut lire une remarque fort claire, grâce à une parenthèse, sur « le grand draw-back (inconvénient) d’avoir de l’esprit11 », mais on doit également comprendre comme on le peut les propos sur « une longue chiacchierata » ou sur « le charme, le dazling des événements »12. Ailleurs, on a une traduction de l’antique latin, certainement très peu utile pour le lecteur de l’époque : « Il n’existe point de mélancolie pour l’homme qui est conscius sceleris sui, qui sait qu’il est méchant13. » Alors que certains énoncés en moderne italien sont laissés dans leur obscurité référentielle : « La Marini s’est faite dévote, della contrada della Bagutta14. » Tout le monde sait que Stendhal écrivait ses textes intimes d’abord pour lui-même, mais pourquoi se traduit-il certains mots, certains syntagmes, et pas d’autres ? L’erreur vulgaire consisterait sans doute à vouloir absolument céder au terrorisme fétichiste du mot, du signe et de sens à comprendre, et à faire un sort à chaque occurrence, en particulier selon des critères psychologiques un peu vains – à cet égard, la notion de connotation, et son rouleau compresseur des valeurs sémiques adjointes, permet d’entretenir toutes les confusions… La connotation suppose une dénotation stable, et fonctionne comme une catégorisation artificielle de l’incatégorisable dans une théorie du signe.

  • 15 M. Crouzet parle, plus exactement, de « langage-self », ce qui semble peu compréhensible. « Pour ê (...)

9En fait, ces traductions sont la manifestation d’un travail général du temps, ou plutôt de l’instant, dans l’énonciation intime. La traduction marque l’instant d’une recherche d’intelligibilité et de communication tournée vers l’altérité, mais une altérité qui peut être une forme d’ipséité : l’autre doit comprendre ce que j’écris, même si l’autre, c’est moi. On passe des « langages autres » à la « langue-self » (Crouzet, 198115). En même temps, la traduction insiste aussi sur le décalage linguistique, puisque l’absolue équivalence entre les deux mots étrangers n’existe pas, au moins sur le plan stylistique. La non-traduction rejette ce décalage lexical, rythmique (puisqu’il y a suspension du rythme du discours par la construction apposée) au profit d’une évidence de l’instant de la seule écriture.

  • 16 Vie de Henry Brulard, p. 536 ; voir la note de V. Del Litto : « Stendhal a publié dans Le Globe du (...)

10Cette question de la traduction peut d’ailleurs être commentée et expliquée linguistiquement dans le texte, par exemple quand Stendhal conjugue à sa façon en français un verbe anglais, d’usage pourtant attesté dans la langue de l’époque : « cet espion était […] directeur de tous les journaux qui le poffaient (de to puff) à outrance toutes les semaines16. » Le français doit s’ouvrir à l’anglais jusqu’à l’adapter à sa morphosyntaxe et à sa phonétique.

  • 17 Souvenirs d’égotisme, dans Stendhal, Œuvres intimes, t. II, p. 444.
  • 18 Vie de Henry Brulard, p. 635.

11Parfois, et de façon beaucoup plus étonnante, Stendhal suit la démarche inverse : c’est un mot étranger, placé entre parenthèses, qui vient expliquer une expression française jugée insuffisante. Ainsi, l’euphémisme métonymique du français est rectifié très brutalement par la traduction anglaise, quand il est dit que Barot, amateur de filles, venait de prêter de l’argent à Mme Petit « pour prendre un établissement (to raise a brothel), rue du Cadran17 ». Le lecteur non angliciste ne peut pas comprendre, et Beyle, de toute évidence, jouit de cette disqualification élitiste, autant qu’il s’amuse de la disproportion stylistique entre la périphrase française et la brutalité référentielle anglaise. Ou encore, le français peut être rendu intelligible par sa traduction anglaise, quand celle-ci permet de marquer discrètement, par la seule morphologie verbale, et non par le lexique, une forme d’insistance que le français rendrait pesante : « la maîtresse de maison que j’aimais (did like)18. »

  • 19 Pour l’italien, voir, bien sûr, la somme de M. Crouzet (1982).
  • 20 À Pauline, 9 juin 1807, dans Stendhal, Correspondance générale, édition de V. Del Litto, Paris, Ch (...)
  • 21 Journal (11 février 1805), p. 214.

12En ce qui concerne le choix des langues elles-mêmes, anglais et italien dominent très largement19, mais on constate que le mélange de ces deux langues, au sein d’une même unité textuelle syntaxique est finalement assez rare : « Donne-moi tous les détails […] sur l’effet que cette mort […] a fait 1 o sur sa bonne amie […], 2 o sur tutti gli altri. Farewell and love me ever as thine best friend. The german tongue me fait oublier entièrement l’anglais20. » La réunion peut avoir lieu dans la même séquence, mais Stendhal n’en a fait qu’un usage très parcimonieux ; l’exemple suivant est, du reste, presque canularesque : « I should have the caldap[issa]21

  • 22 Vie de Henry Brulard, p. 533 ; voir aussi la transcription graphique des initiales des femmes aimé (...)
  • 23 Cité par Berthier (2000, p. 104).
  • 24 Journal (10 août 1811), p. 710.
  • 25 Ibid., p. 1414.

13On aboutit ainsi à une langue unique, un étrange sabir, qui est presque du volapuk, idéalement disponible et individuelle. Cette tendance poétique aboutit en 1840 à l’énigmatique Earline, composé quasi illisible tant le kaléidoscope linguistique diffracte toute continuité discursive. C’est, du reste, dans cet esprit que Stendhal va jusqu’à inventer une langue, sinon étrangère du moins résolument étrange, une langue, ou plutôt un idiome, qui n’appartient qu’à lui, un code phonétique par exemple : « j’ai écrit sur la ceinture en dedans : 16 octobre 1832. Je vais avoir la cinquantaine, ainsi abrégé pour n’être pas compris : J. vaisa voirla522. » Il a également recours au verlan, en particulier, dans le manuscrit du Brulard, pour les mots concernant la religion ou la politique : « repret (prêtre), tismejésui (jésuitisme), ancien menttesta (ancien testament), chismek (catéchisme), sraips (pairs), Kainesrepubli (républicaines), etc.23 » Et/ou à un code d’abréviations, plus ou moins symboliques : « Une autre vérité qui me rend incapable de briller dans une discussion étrangère à my a, c’est le manque absolu de mémoire pour ce qui ne m’intéresse pas24. » Quel est le référent de ce signe linguistique personnel qu’est le a, « à my a » ? Victor Del Litto propose d’y reconnaître l’initiale du mot « ambition25 », et pourquoi pas, si l’on suit cette piste simpliste, « affection », « attirance », etc. ? Le ludisme beyliste est sans limites, et la liberté individuelle d’énonciation atteint son point limite, mêlant anglais et stendhalien, comme, auparavant, anglais et italien, selon un critère d’intelligibilité volontairement problématisée.

  • 26 À Pauline, 30 avril 1807, dans Stendhal, Correspondance générale, p. 595.
  • 27 J Charpentreau (1955) a montré que les mots anglais servent surtout, chez Stendhal, à exprimer les (...)

14Le babélisme scripturaire stendhalien peut sembler résolument beyliste, dans sa façon de privilégier l’auto-communication contre toute facilité de dialogue. Babeylisme, en cela. Et pourtant, cette pratique énonciative se retrouve aussi dans des lettres, en particulier à Pauline, mais on devine alors une forme de connivence codée. La scénographie des xénismes est une cartographie des sentiments privilégiés. Il y a des individus que l’on nomme, entre frère et sœur, par le détour d’une périphrase indexicale transparente, que l’usage de l’anglais rend à la fois encore plus obscure et encore plus claire : « The great father est fort content de toi […]. D’après ce que me dit the great father, l’âge n’amortit pas l’agriculturomanie26. » La lettre du 7 décembre 1809, par exemple, remplace presque tous les indexicaux familiaux et familiers par des désignateurs en anglais, entre autres27.

  • 28 Correspondance générale, p. 850-852.

Il faut donc écrire quatre lettres : trois à Z., the mother and the brothers, toutes les trois fortes, tranchantes et surtout upon the thing the best true viz the 7.650 fr. per annum. I hope these letters are written. Si elles ne l’étaient pas, presse pour qu’elles le soient dans les vingt-quatre heures ; après cela, une seconde lettre to Z, dans laquelle gr[eat] fath[er] rites that it is said trente or quarante a[uditeurs] will be nommés […]. Enfin, le plus difficile est la lettre à avoir de M. Charp[entier]. Il faut que great father lui persuade de l’écrire ; pour épargner sa paresse et éviter la lenteur naturelle, que gr[eat] father la fasse et que the good priest n’ait que la peine de la transcrire. The holy priest refusera peut-être de se prêter à quelques exagérations […]. Aie une conversation avec mon oncle pour la lettre to the adjudant of the prince ; if the uncle did will mettre en jeu le prince lui-même, ce n’en serait que mieux ; que le prince en dit mot à M. Z. that is in the true interest of the dear uncle.28

15Le code général de l’anglais se double d’un code particulier de désignateurs descriptifs, « the holy priest », « the adjudant of the prince », intelligible seulement en contexte particulier d’énonciation, et Stendhal invente ainsi un idiome résolument idiolectal à l’usage de Pauline et de lui-même. L’identification des référents va de soi pour les deux interlocuteurs, tout comme l’intelligibilité de l’anglais. Comme dans le journal intime, l’énonciation ponctue régulièrement le discours de xénismes, qui rythment le discours pour faire apparaître et disparaître, non pas de l’étranger, mais, tout au contraire, du familier. Telle est la valeur la plus nette, sans doute, de ces alternances linguistiques dans les textes privés, que de matérialiser visuellement cette aspectualisation d’une forme de sensibilité du sujet que l’on appelle le rythme. La marqueterie d’idiomes réalise ainsi une configuration graphique et sonore, avec l’effet « prononciation » implicitement marqué sous le tissu des xénismes, de la culture et de la sensibilité, en somme de l’histoire personnelle des sujets stendhaliens, Pauline, Brulard, Dominique ou autres…

16Les lettres sont, en cela, un corpus privilégié, puisque génériquement et linguistiquement motivées par un destinataire choisi. Tout comme les journaux ou autobiographies, qui contraignent l’énonciateur à une invention permanente des instances discursives pour échapper au piège de la redondance ou du pléonasme du sujet parlant. C’est pourquoi le détour de la langue étrangère s’inscrit dans cette poétique générale de l’intimité. Précisément parce qu’elle est réinvention permanente des usages cognitifs les plus larges (les usages linguistiques) pour atteindre à la vérité d’une parthénogenèse discursive et stylistique. Car il faut bien comprendre que Beyle n’écrit pas à Pauline en français mêlé d’anglais, ou en anglais mêlé de français : Beyle écrit à Pauline en stendhalien, cette langue babeyliste parlée et écrite par lui seul, qui emprunte à l’anglais et au français, ou à l’italien, quelques formules de référence, mais qui constitue résolument un hapax linguistique.

17Il faut donc être très prudent avec la notion de « langue étrangère » chez Stendhal. Répétons-le : identifier ces énoncés marqués en italiques comme étant « de l’anglais » ou « de l’italien » risque fort de conduire à une traduction mot à mot qui est bien le contraire même du projet beyliste. La notion de « langue étrangère », en fait, n’est sans doute pas tant, chez Stendhal, un repère d’ordre linguistique cognitif que stylistique sensible. Les xénismes ne sont pas tant convoqués pour leur usage référentiel, même chargé de connotations culturelles, que pour la valeur poétique de leur mention subversive et troublante.

  • 29 E. Bordas, « “Censurer le style d’une duchesse”. Style et idéologie », dans Stendhal journaliste a (...)
  • 30 Vie de Henry Brulard, p. 729.
  • 31 Voir Anjubault Simons (1980, p. 28-29).
  • 32 Vie de Henry Brulard, p. 538.
  • 33 « Ici le beyliste fait penser à la critique paulhanienne de la “terreur” ; il se rapproche du “rhé (...)
  • 34 Vie de Henry Brulard, p. 544.

18À cet égard, on peut se demander si la langue la plus étrangère pour Stendhal, et sans doute la plus étrange, ne serait pas « le style29 ». Le style pensé comme un absolu esthétique, quel qu’il soit, et ce en français, en anglais, en italien, en latin ou en n’importe quoi, absolu langagier formel soumis au terrorisme de l’usage. Stendhal l’a dit lui-même très clairement : il n’entend pas et ne veut pas entendre un énoncé ostensiblement et pragmatiquement soumis à quelque « style » que ce soit, noble ou bas. Le refus de la communication, de sa part, est alors résolument d’ordre langagier : « Un pauvre qui m’adresse la parole en style tragique comme à Rome, ou en style de comédie comme en France, m’indigne : 1 o je déteste être troublé dans ma rêverie ; 2 o je ne crois pas un mot de ce qu’il me dit30. » Le style à effet, qui est aussi un effet de style, insupportable dans sa rhétorique, est rejeté comme inintelligible dans son manque de sincérité. Parfois, c’est le sociolecte bourgeois de sa famille, autre repère stylistique ostensible, qui, dans sa médiocrité, est désigné pour être dénoncé31. Telle expression est désignée par autonymie pour dénoncer son artificialité : « place où mon cousin M. Daru m’avait mis pour me retirer du vice, suivant le style de ma famille32. » Dans un cas comme celui-ci, le style, étrange parce que familier, chargé d’intention et d’exemplarité, est parole de l’étranger33. La mention est une citation, mais surtout une distanciation critique. Ce peut être aussi une question d’usage prétendument courant, mais qui reste un repère de la norme : « Par ainsi, comme disent les enfants34

  • 35 Ibid., p. 547.
  • 36 Voir supra.
  • 37 Vie de Henry Brulard, p. 668.
  • 38 Ibid., p. 684.
  • 39 Ibid., p. 668, 674.
  • 40 Ibid., p. 591.

19Grammaticaux ou lexicaux, les clichés de langue sont dénoncés avec malice : « Ils cherchaient toujours à être de bon ton ou comme il faut, ainsi qu’on disait à Grenoble en 179335. » Tout comme certains clichés de style, par exemple métaphorique, qui sont littéralement traduits par une parenthèse, comme certains mots anglais ou italiens36 : « Il l’accusait de broder (mentir)37. » Parfois, ce n’est pas le sens lexical, mais le niveau de la langue provinciale qui doit être précisé du fait de ses approximations, et rendre la communication possible sans erreur : « Il s’agissait d’assignats qui dégringolaient ferme (terme du pays)38. » La précision peut aller jusqu’à la traduction pure et simple, procédant par synonymie : « En me grondant (reprenant) », « En ramassant (cueillant) »39. On retrouve cela également avec les régionalismes, qu’il s’agit de « traduire » « en français de Paris » : « Mon bon grand-père […] se faisait de vifs reproches de ne pas montrer les dents ; c’est une expression du pays ; je les conserve, sauf à les traduire plus tard en français de Paris ; je les conserve, en ce moment, pour mieux me rappeler les faits qui m’arrivent en foule40. » On remarque l’incorrection en nombre de l’anaphore pronominale (« une expression »/« les »), ainsi que l’affirmation du rôle mémoriel du langage. C’est avouer que les clichés sont mobilisés et même utilisés pour la communication, au mépris de tout purisme. En cela aussi, « le beyliste confirme qu’il est en tout cas supérieur au langage » (Crouzet, ibid., p. 395).

  • 41 À Pauline, 24 mars 1807, dans Stendhal, Correspondance générale, p. 591.
  • 42 À Pauline, 30 avril, 1807, dans Stendhal, Correspondance générale, p. 595.
  • 43 Vie de Henry Brulard, p. 552.
  • 44 Dans La Chartreuse de Parme (chapitre VII), Stendhal approfondit la référence linguistique et styl (...)

20Mais un cliché de langue étrangère n’a pas du tout la même valeur performative qu’un cliché français. L’effet citation de la langue de l’autre permet encore une fois de renforcer la mise en soupçon de l’adéquation des mots, non pas aux choses, mais au discours. Ainsi, pour de très brèves unités, qui ont plus une fonction poétique par le détachement rythmique, qu’une véritable fonction référentielle : « Donne-moi une description de ta vie et écris-moi deux pages if you will41. » Ou encore pour une simple séquence, placée entre deux phrases : « Tutto lo stesso »42. Le phénomène est perverti sans être vraiment modifié quand Stendhal mobilise un cliché italien dans sa traduction française, par exemple le fameux « terzo incomodo » : « j’étais le seul tiers incommode43. » Les italiques renforcent ce que rappelle explicitement la maladresse de cette traduction littérale44.

  • 45 Journal (28 juillet 1805), p. 336.
  • 46 À Pauline, 3 juin 1807, dans Stendhal, Correspondance générale, p. 600.
  • 47 Journal (27 septembre 1811), p. 789.
  • 48 Vie de Henry Brulard, respectivement p. 536, 537, 634, 679.

21En fait, les clichés poétiques les plus éculés restent possibles en langue étrangère, parce qu’ils prennent alors une valeur parodique : ils subvertissent le texte dans lequel ils sont insérés, autant qu’ils sont dénoncés en eux-mêmes par l’autonymie de leur mention. Exemple : « Si j’avais cru ce qu’on me disait, je ne serais arrivé à M[arseille] que huit jours après, but love had given wings to me45. » La métaphore devient possible quand il s’agit d’en dénoncer le ridicule. Ou alors une certaine forme d’emphase : « Il faut jouer et mépriser la comédie. Without that never happiness46. » Certains énoncés sur soi-même sont ainsi proposés entre usage communicationnel et mention autocritique : « Mais je sens vivement que tout ceci n’est que il mio parere, forse senza verità47. » C’est en cela que la mention du latin prend presque toujours valeur ironique. Cette langue culturellement chargée de sens intimidant n’est qu’hypocrisie : « Cette draperie qui porte le nom de Sixte IV, pape (Sixtus IIII Papa) », « […] faire entendre indirectement et sans mensonge absolu (jesuitico more) ». Ou mauvais goût : « La death of a K[ing] coupable est toujours utile in terrorem ». Elle peut même être franchement tirée du côté du burlesque : à propos d’un prêtre véreux, « Ubi missa, ibi mensa »48. Là, le cliché est celui de la langue, de la référence, non du discours, quasi secondaire dès qu’il s’agit d’une langue morte, non parlée, et si fortement connotée sur le plan culturel.

22La marqueterie d’idiomes devient alors réseau polyphonique intertextuel, un tissu de langages, de langues et de discours, un tissu de clichés subvertis et assumés, réinventés par cette scénographie critique de la conscience du moi. L’alternance dynamique n’est plus seulement linguistique, elle est d’abord poétique et stylistique.

  • 49 Journal (août-septembre 1810), p. 627.

N’étant pas heureux par l’amour, qu’enfin je ne peux pas faire tout seul, il ne me reste que le parti de faire de grandes choses (grandes pour ma taille, mais qui enfin, à tort ou à raison, me feront la sensation de grandes). Quà solamente trovo pace. La nature m’a fait sensible fortement. Clémentine (fille du marquis de Belveder) et Bradamante occupaient mon cœur à douze ans. Les circonstances m’ont fait sensible délicatement et imaginant l’ennui o il non trovar loco altrove che nel grande, me pousser à faire quelque chose de grand ou qui me paraîtra tel. Je n’ai nulle sensibilité sur ce qui fait les plaisirs des autres. Quelquefois, ma di rado, j’y prends quelque goût parce que mon imagination les déguise ; bientôt je sens que ce sont des mains de bois che non sono niente per me.49

23Les séquences italiennes opèrent comme des citations approximatives de Pétrarque ou de Métastase : elles représentent une forme de style dont on ne peut plus décemment vouloir, mais dont le rejet critique permet de continuer à se servir quand même, en toute bonne conscience. La citation, la mention, supplée à l’usage, mais n’invalide pas totalement celui-ci, qui reste une référence. Certes, Stendhal suggère que ces citations manquent de sincérité, qu’elles renvoient à une culture stéréotypée, mais en même temps, elles demeurent irremplaçables. La polyphonie permet de tenir deux discours à la fois : un discours critique de distanciation, et un discours naïf d’adhésion. La polyglossie, elle, radicalise une dialectique du même et de l’autre, à dépasser dans une libre invention des discours. L’orientation générale de la scénographie permet d’orienter et de privilégier, parfois, l’une des deux tendances, mais elle ne doit jamais conduire à négliger l’autre. Et c’est par cette distanciation des discours les uns par les autres que s’invente le style beyliste, dans cette langue qu’est le stendhalien.

  • 50 Sur les réticences idéologiques de Stendhal à l’encontre de la référence stylistique, voir Bordas (...)

24L’écriture, pour Stendhal, est une expérience, de soi, des autres, et l’énonciation une identité esthétique. Dire et ne pas dire l’italien ou l’anglais. Dire ce que l’on ne veut pas dire, et que, ainsi, on dit quand même, mais en prétendant ne pas vouloir le dire. Stendhal nous contraint à repenser nos propres identités linguistiques. Il n’y a pas « l’italien » ou « l’anglais », pas plus que « le français » pensés comme des superstructures absolues. Il y a « de l’italien », « de l’anglais », « du français » ; il y a des pratiques, des usages, des disponibilités énonciatives, dont la réunion partitive, la concaténation dramatisée par la scénographie de l’intime, réalise une langue originale et originelle : le stendhalien. En fait, il n’y a qu’une seule langue qui reste irréductiblement étrangère au beyliste, c’est le style. Le style comme référence, le style comme terrorisme, le style comme politique50. La polyglossie linguistique stendhalienne, son babélisme original, babeylisme scripturaire si exubérant, est affirmation presque autiste d’une monodie stylistique obsédante et unique.

Notes

1 Exemples : « Je sors de Santa Croce ; je viens de revoir ma Sibylle et le tableau des Limbes. […] Elle tient une tablette de marbre sur laquelle sont ces mots : aquae / eleva / verunt / arcam », Journal (27 septembre 1811), dans Stendhal, Œuvres intimes, édition de V. Del Litto, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1981-1982 (deux volumes), t. I, p. 788-789 ; « […] j’y entends la charmante musique du Mélomane italien, de Mayer. C’est là qu’est Voi di quest’ anima… », Journal (9 septembre 1811) p. 742.

2 Journal (11 février 1805), p. 214.

3 Sur l’anglais de Stendhal, voir Dénier (1977), Sérodes (2003).

4 Journal (18 décembre 1814), p. 922.

5 Journal (9 janvier 1806), p. 372.

6 Journal (novembre 1809), p. 541, n.

7 Journal (12 mai 1815), p. 932.

8 Pour M. Levowitz-Treu (1983, p. 371), qui travaille sur ce corpus, « les prépositions soulignent un état de tension permanent, de conflit entre le mouvement – expression et désir – et la censure morale autocensure de ce désir ».

9 Vie de Henry Brulard, dans Stendhal, Œuvres intimes, t. II, p. 564.

10 Exemple très souvent commenté par les stendhaliens ; voir Berthier (2000, p. 104), Hamm (1986, p. 136).

11 Op. cit., p. 543.

12 Op. cit., p. 544.

13 Journal (12 février 1805), p. 215.

14 Journal (31 août 1811), p. 721.

15 M. Crouzet parle, plus exactement, de « langage-self », ce qui semble peu compréhensible. « Pour être vraiment soi, il faut être “étranger”, se rendre autre par la sonorité étrangère des mots qui libèrent de soi, et qui étendent encore ce moi que l’on veut inimitable lors même qu’on se lasse de le baliser. La “frontière” du moi devient la frontière linguistique que l’on franchit », Crouzet (op. cit., p. 393).

16 Vie de Henry Brulard, p. 536 ; voir la note de V. Del Litto : « Stendhal a publié dans Le Globe du 6 décembre 1825 une lettre ouverte pour proposer “au public d’adopter le verbe poffer (du verbe anglais puff) qui veut dire vanter à outrance […]”. La suggestion de Stendhal n’a pas eu de succès : le verbe poffer n’est pas entré en français », ibid., p. 1324.

17 Souvenirs d’égotisme, dans Stendhal, Œuvres intimes, t. II, p. 444.

18 Vie de Henry Brulard, p. 635.

19 Pour l’italien, voir, bien sûr, la somme de M. Crouzet (1982).

20 À Pauline, 9 juin 1807, dans Stendhal, Correspondance générale, édition de V. Del Litto, Paris, Champion, 1997-1999 (six volumes), t. I, p. 604.

21 Journal (11 février 1805), p. 214.

22 Vie de Henry Brulard, p. 533 ; voir aussi la transcription graphique des initiales des femmes aimées dans la poussière du lac d’Albano, ibid., p. 543.

23 Cité par Berthier (2000, p. 104).

24 Journal (10 août 1811), p. 710.

25 Ibid., p. 1414.

26 À Pauline, 30 avril 1807, dans Stendhal, Correspondance générale, p. 595.

27 J Charpentreau (1955) a montré que les mots anglais servent surtout, chez Stendhal, à exprimer les liens de parenté, la question de l’ambition, les problèmes d’argent et les sentiments intimes. On se demande tout de même si ce genre de catalogue n’est pas une illusion qui entend absolument à reconstituer une logique psychologique immanente.

28 Correspondance générale, p. 850-852.

29 E. Bordas, « “Censurer le style d’une duchesse”. Style et idéologie », dans Stendhal journaliste anglais, Ph. Berthier et P. -L. Rey (éd.), Paris, PSN, p. 189-212.

30 Vie de Henry Brulard, p. 729.

31 Voir Anjubault Simons (1980, p. 28-29).

32 Vie de Henry Brulard, p. 538.

33 « Ici le beyliste fait penser à la critique paulhanienne de la “terreur” ; il se rapproche du “rhétoricien”, pour qui l’invention commence à l’intérieur de relations avec le public et les “lieux communs” dûment codés », M. Crouzet (op. cit., p. 357-358).

34 Vie de Henry Brulard, p. 544.

35 Ibid., p. 547.

36 Voir supra.

37 Vie de Henry Brulard, p. 668.

38 Ibid., p. 684.

39 Ibid., p. 668, 674.

40 Ibid., p. 591.

41 À Pauline, 24 mars 1807, dans Stendhal, Correspondance générale, p. 591.

42 À Pauline, 30 avril, 1807, dans Stendhal, Correspondance générale, p. 595.

43 Vie de Henry Brulard, p. 552.

44 Dans La Chartreuse de Parme (chapitre VII), Stendhal approfondit la référence linguistique et stylistique en confrontant le cliché français du « tiers absent » et ce cliché italien ainsi traduit : Mosca, entre la Sanseverina et Fabrice, se sent « un tiers présent qui incommode ».

45 Journal (28 juillet 1805), p. 336.

46 À Pauline, 3 juin 1807, dans Stendhal, Correspondance générale, p. 600.

47 Journal (27 septembre 1811), p. 789.

48 Vie de Henry Brulard, respectivement p. 536, 537, 634, 679.

49 Journal (août-septembre 1810), p. 627.

50 Sur les réticences idéologiques de Stendhal à l’encontre de la référence stylistique, voir Bordas (2001a). Plus généralement, sur les usages terroristes de la mention du « style », voir E. Bordas, « Le cliché du style. Usages d’une mention terroriste », La Licorne (2001b), Poitiers, no 59, p. 133-154.

© UGA Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540