Version classiqueVersion mobile

Stendhal à Cosmopolis

 | 
Marie-Rose Corredor

I. Cosmopolis / Babel

L’héritage espagnol

Angels Santa

Texte intégral

  • 1 L’une des dernières, c’est à travers les entrées « Espagne, Espagnols, Espagnolisme » et « Don Qui (...)

1Le rapport de Stendhal à l’Espagne a maintes fois été évoqué1. Cependant il me semble que je peux apporter un regard différent par ma condition même d’Espagnole et par la différence et la distance qui découlent du point de vue de l’étranger.

  • 2 Stendhal, Le Rouge et le Noir, Paris, Classiques Garnier, 1973, p. 41.
  • 3 Il s’agit du bal offert au roi de Naples, François Ier, le 9 juin 1830, par le comte d’Ofalia, amb (...)

2Mon premier contact avec l’œuvre d’Henri Beyle se fit à travers Le Rouge et le Noir. Et je fus frappée par le caractère espagnol de Julien Sorel (« Son imagination remplie des notions les plus exagérées, les plus espagnoles2 »), par Besançon, « vieille ville espagnole » et surtout par le décor mythique de la fête à laquelle Julien assiste avec Mathilde et qui reproduit l’Alhambra de Grenade. Plus tard, j’eus beau apprendre que cette allusion dérivait d’un fait réel3, je préférais rêver à je ne sais quel choix occulte du romancier, fasciné par la réalité espagnole. Trois exemples où l’évocation de l’Espagne est explicite, mais les intermittences du cœur chez Julien et Mathilde doivent beaucoup à l’idée que son créateur se fait du caractère espagnol et qu’il va dévoiler dans la Vie de Henry Brulard en évoquant sa grand’ tante Élisabeth. Et cela est valable pour beaucoup de ses héros et héroïnes, chargés de cette énergie romantique et de cet idéal espagnol très « siècle d’or ».

3La Chartreuse de Parme doit son sujet à un prince de l’église d’origine espagnole, Rodrigo Borgia, le pape Alexandre VI. La fascination exercée par les Borgia en Espagne égale celle qu’éprouve Stendhal et de nombreux ouvrages leur ont été consacrés dernièrement à Valence, ouvrages érudits où les chercheurs essaient de cerner la véritable personnalité du pape et la portée politique de ses choix. Stendhal parle de lui longuement dans Promenades dans Rome comme dans Rome, Naples et Florence. Il est d’une certaine manière envoûté par cet homme chez qui il trouve la conjonction du caractère italien et du caractère espagnol. Et nous apprenons avec Martineau qu’il est peut-être l’un des modèles du comte Mosca, de même qu’on pourrait retrouver les traits de sa maîtresse Vandozza Farnèse chez la comtesse Pietranera. Une Espagne baignée par la douceur même si la cruauté italienne y est aussi présente. Évidemment elle est toujours en arrière-plan, car le rôle capital est accordé à la France ou à l’Italie, mais elle est là, toujours palpable et à demi-voilée, reproduisant les rêves enfantins de Stendhal.

  • 4 Il demande un poste en Espagne en 1810 au général Dejean. En 1813 l’Espagne remplace la Russie dan (...)

4Et pourtant l’Espagne est l’un des pays où le romancier voyagera le moins. Il rêve d’y aller, alibi ou pas, à la suite d’Alexandrine Daru4 : il rêve de se trouver à Pampelune à une certaine date, mais il n’y va pas, il brigue un poste à Carthagène. En réalité le seul voyage de Stendhal en Espagne a lieu en 1829 et il arrive jusqu’à Barcelone sans pouvoir aller plus loin. L’Andalousie rêvée avec Cadix, Grenade, Séville, Cordoue, demeure à jamais terre de songes, de même que Madrid, Tolède ou le Pays Basque. Il visite la région la moins espagnole, la Catalogne, et il découvre Barcelone, une ville qui ressemble beaucoup aux villes françaises et qui ne possède pas, au xixe siècle, le charme turbulent des autres villes « sorcières » de cette Espagne exotique. Cette méconnaissance de la réalité physique, des paysages, permet à la rêverie de s’instaurer et de porter ses fruits, des fruits précieux… Il en sera désormais ainsi pour l’Espagne de Stendhal, Espagne livresque, Espagne faite de clichés et de lieux communs, Espagne intéressante et mystérieuse sur laquelle l’écrivain ne cesse de se pencher. Les nouvelles qu’il en rapporte en témoignent : Le Philtre et Le Coffre et le Revenant. Car Le Philtre a beau être inspiré par une nouvelle de Scarron, le caractère de la protagoniste demeure fondamentalement espagnol comme sa nationalité, comme le décor et l’atmosphère qui rendent possibles ses mésaventures. Et que dire de Vanina Vanini, cette sœur de Mathilde de la Môle qui possède une énergie tout espagnole ?

5Mais si nous laissons de côté ces œuvres majeures, il y a quantité d’allusions à l’Espagne qui émaillent ses textes en leur donnant une filiation certaine et en montrant d’une façon très claire que l’Espagne a marqué l’imaginaire de Stendhal.

6Il y a d’abord les auteurs littéraires : dans le Journal il énumère très tôt une série d’auteurs qui attirent son attention et sur lesquels il serait nécessaire de s’attarder : Miguel de Cervantès bien sûr, mais aussi Antonio Hurtado de Mendoza y Larrea, Lope de Rueda, Lope de Vega, Lope de Zarate, Perez de Oliva, Rojas Zorrilla, Murato de Salazar, Antonio Solis y Rivadeneyra, Tirso de Molina et Velez de Guevara. Liste inégale quant à la valeur et à la signification de ces auteurs. En outre, beaucoup d’entre eux ne se retrouvent plus sous la plume stendhalienne.

  • 5 Dans ce sens, il est significatif de signaler qu’une revue pour adolescents comme Virgule consacre (...)

7Le plus important est sans doute Miguel de Cervantès avec Don Quichotte et aussi un peu Les Nouvelles exemplaires. En cela Stendhal reste fidèle à la tradition française qui fait de Cervantès le représentant par excellence de la littérature espagnole en négligeant d’autres auteurs, comme si le génie littéraire et les caractéristiques fondamentales du pays se trouvaient résumés dans l’œuvre de cet auteur5.

8Viennent ensuite Lope de Vega, source d’« espagnolisme » avec Calderon, Velez de Guevara et les références au Cid, sans oublier bien entendu Tirso de Molina. Cependant nous ne trouvons pas mention de ces écrivains dans les œuvres intimes du romancier. Il faut ajouter Leandro Fernández de Moratín, dont les pièces manifestent une influence française certaine, nous pourrions affirmer qu’il s’agit du Marivaux espagnol. Stendhal ne l’apprécie pas beaucoup.

  • 6 Œuvres intimes, t. I, Journal (1801-1817), 21 octobre 1813, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la (...)

Chez les autres nations, la société n’a pas été assez perfectionnée pour porter la comédie. Par exemple Le Barone, comédie de Moratin, traduite par Signorelli que j’ai lue ce matin ne donne nul plaisir par l’extrême grossièreté des caractères.6

9Et encore le 24 septembre 1822 :

  • 7 Œuvres intimes, t. II, Journal (1818-1842), 24 septembre 1822, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de (...)

Le Oui des jeunes filles. Niaiserie à la française, il n’y a jamais d’incertitude.
Le titre est de la plus haute philosophie et de la plus applicable.7

10Revenons à Cervantès. Dans la Vie de Henry Brulard Stendhal nous permet de constater son intérêt et son admiration pour cet auteur :

  • 8 Œuvres intimes, t. II, Vie de Henry Brulard, op. cit., p. 616.

J’étais donc fort sournois, fort méchant, lorsque dans la belle bibliothèque de Claix, je fis la découverte d’un Don Quichotte français. Ce livre avait des estampes ; il avait l’air vieux et j’abhorrais tout ce qui était vieux, car mes parents m’empêchaient de voir les jeunes et ils me semblaient extrêmement vieux. Mais enfin, pour comprendre les estampes qui me semblaient plaisantes : Sancho Pança monté sur son bât lequel est soutenu par quatre piquets, Ginès de Passamont a enlevé l’âne.
Don Quichotte me fit mourir de rire. Qu’on daigne réfléchir que depuis la mort de ma pauvre mère je n’avais pas ri.8

  • 9 Ibid., p. 618.

11Le garçon doit vaincre son antipathie pour la vieillesse avant de pouvoir s’intéresser à l’ouvrage. Son intérêt naît à travers les estampes ; c’est encore une marque du prix que le xixe siècle va accorder aux illustrations qui atteindront leur développement le plus significatif avec le roman populaire et les affiches qui en faisaient la publicité. Image qui véhicule le texte et qui force l’écrivain à l’imitation, car le texte est illustré par un petit dessin, qui représente sans doute Sancho Pança. L’autre trait important est que l’enfant est gagné par le comique ; c’est le rire qui se trouve à l’origine de son amour pour Don Quichotte. « Au milieu d’une si horrible tristesse… la découverte de ce livre… est peut-être la plus grande époque de ma vie9. » De cette façon l’Espagne avec son ouvrage littéraire le plus représentatif va s’inscrire dans l’âme stendhalienne et y demeurer car à de nombreuses reprises nous trouvons des allusions à ce thème dans ses ouvrages intimes.

  • 10 Œuvres intimes, t. I, Journal (1801-1817), op. cit., p. 141, 514, 858-859, 865.

28 octobre 1804
Don Quichotte toujours estimé. Dupuy préfère l’édition remise en langue nouvelle.
31 mars 1813
Je lis jusqu’à 1 heure les lettres de Boileau et Don Quichotte.
[…]
1er avril 1813
De là, café à Foy, et je viens lire Don Quichotte.
[…]
9 avril 1913
Aujourd’hui 9, chaleur d’été. Je goûte Don Quichotte.10

12Tout au long de son journal Stendhal fait allusion à Cervantès et à Don Quichotte. Il reste fidèle à cette lecture et nous voyons que son admiration souffre les avatars de son humeur, mais l’œuvre de Cervantès demeure toujours un point de référence.

  • 11 Œuvres intimes, t. II, Journal (1818-1842), op. cit., p. 416.

6 mars 1841
Je trouve ce volume inférieur aux deux premiers, moins d’événements et trop de raisonnements.
[…] Beaucoup de choses sont sacrifiées pour le rire.11

13Ou encore :

  • 12 Ibid., p. 417

Mars 1841
Don Quichotte, premier volume ; sa passion au second qui n’est qu’ une mystification.12

  • 13 « 26 juillet 1804. – Le deuxième défaut vient, je crois, des Espagnols. C’est une fausse délicates (...)
  • 14 Il note dans son Journal le 7 août 1838 : « Hier, Lope de Vega. Ce matin, Passy, 52 » dans Œuvres (...)

14D’autres allusions littéraires à l’Espagne moins importantes se retrouvent dans ses textes. Dans son commentaire de Rodogune13, dans son admiration pour Le Toledan avec l’évocation d’une époque chère au romancier, celle de Philippe II, dans les mentions qu’il réalise des auteurs importants, parmi lesquels nous trouvons Lope et Calderon14.

15La culture et l’art trouvent aussi leur expression sous la plume stendhalienne. Ainsi il envisage les principaux monuments espagnols en passant par la mezquita de Cordoue pour arriver à l’Alhambra de Grenade. Fascination de l’Andalousie. Fascination d’un art lointain, mais rêvé et désiré même si la brièveté et la sécheresse des notations nous surprennent.

  • 15 Voyages en Italie, Promenade dans Rome, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1973, p. (...)

Un des monuments les plus singuliers de l’Europe est la cathédrale de Cordoue, ancienne mosquée appelée Mezquita. Elle fut élevée, en l’année 792, par le roi Abdérame ; elle a 534 pieds de long et 387 de large. Cette église est partagée en dix-neuf nefs par mille dix-huit colonnes, dont les plus grandes ont 11 pieds 3 pouces de hauteur et les plus petites 7 pieds seulement.
L’Alhambra de Grenade, ancienne forteresse arabe, a 100 pieds de longueur sur 50 de large ; elle est entourée d’une galerie soutenue par des colonnes de marbre blanc accouplées deux à deux et trois à trois.15

16L’évocation de sainte Thérèse d’Avila, à travers la sculpture du Bernin ne pouvait pas manquer. Stendhal y trouve les marques de l’énergie espagnole qu’il a tant admirée.

  • 16 Ibid., p. 807.

Le Bernin a su traduire, dans cette statue, les lettres les plus passionnées de la jeune Espagnole.16

17Souvent la mention à l’Espagne obéit simplement à une localisation, à une focalisation de l’être, qui complète la biographie. L’Espagne est un lieu, un lieu où l’aventure trouve son décor privilégié. Ces allusions ne sont pas très importantes car elles obéissent au hasard ou simplement au souci d’exactitude. Il faut savoir où les événements se sont produits, où se rendent les amis, quelle est la destination ou le sort des personnes qui se trouvent en rapport avec l’écrivain. Il dit, par exemple, à propos de Victor de Tracy dans Souvenirs d’ égotisme :

  • 17 Œuvres intimes, t. II, Souvenirs d’égotisme, op. cit., p. 460.

Nous l’appelions Barre de fer. C’est la définition de son caractère.
Brave, plusieurs fois blessé en Espagne sous Napoléon.17

18Nous avons dit qu’il voyagea peu en Espagne, mais outre le voyage réel réalisé en 1829, il en avait déjà projeté un en juillet de la même année, comme le montre les annotations de son journal.

  • 18 Œuvres intimes, t. II, Journal (1818-1842), op. cit., p. 114.

Le 6 juillet se trouver à Pampelune à 30 lieues de Bayonne.18

19Il aurait aussi eu d’autres projets, car il note le 27 mai 1838 :

  • 19 Ibid., p. 314.

Aller à Cadix et revenir en un mois débarquant chaque jour dans une ville et restant deux jours dans les principales. Afficher le 27 mai.19

20Nous avons même l’impression qu’il s’agit d’un voyage réel quand il nous signale en 1838 quelques endroits où il semble être passé.

  • 20 Œuvres intimes, t. II, Journal (1818-1842), op. cit., p. 311

Béhobie, 17 avril 1838
Passé la Bidassoa en barque ; café à Fontarabie ; la plus belle fille du voyage (quelques mots illisibles).20

21Voulait-il refaire le chemin hugolien ou le chemin de la royauté espagnole déchue du temps de Napoléon ? Car l’histoire et les personnages historiques espagnols attirent l’attention du romancier, soit pour réfléchir sur l’histoire, soit pour y puiser de l’inspiration ou pour raffermir ses propres convictions et même cet « espagnolisme » qui conditionne sa vision de l’Espagne. En suivant cet exemple et en développant ces idées, Philippe II est pour lui la représentation de cette Espagne noire, fière et hautaine où l’Inquisition règne avec force. Anne d’Autriche, la mère de Louis XIV ne mérite pas de sa part beaucoup de considération quand il analyse Cinq-Mars de Vigny.

22En Espagne, on n’a pas su comprendre la Révolution, source de liberté et certainement une période de Terreur eût été nécessaire et convenable.

  • 21 Voyages en Italie. Rome, Naples et Florence (1826), op. cit., p. 557

Un prêtre de Brancoleone mit deux bonnes heures à nous développer cette idée : « Je suis fâché, comme chrétien et comme philosophe, de tout ce qui va arriver de cruel en Espagne et en Italie ; mais la terreur, et la terreur inspirée par les é…, est nécessaire à ces peuples, que Napoléon n’a pas assez profondément réveillés. »21

23Napoléon, à la suite de la Révolution, apportait le progrès, la liberté, les idées nouvelles et libérait le peuple espagnol d’une famille royale pitoyable. La reine Marie-Louise, dont l’amant était Godoy, le prince de la Paix et qui avait reconnu le caractère illégitime et bâtard de son fils sont souvent l’objet de l’ironie et des critiques de Stendhal. En ce qui concerne l’occupation espagnole par Napoléon, c’est le point de vue négatif exprimé par Paul Féval au xixe siècle qui prédomine avec Le Capitaine Fantôme, ouvrage qui n’a jamais été traduit en espagnol, malgré l’accueil et la réception positive de l’auteur du Bossu en Espagne. C’est aussi le point de vue de Paul Morand au xxe siècle avec Le Flagellant de Séville. Le retour de Ferdinand VII, fils de Marie Louise, plonge le pays dans les ténèbres. Des libéraux comme Riego en feront les frais. Les sympathies du romancier vont vers les ministres ou les hommes politiques qui appartiennent au parti libéral tels que Riego et Argüelles. Ils constituent l’exception dans un pays dominé par l’obscurantisme et la tradition religieuse catholique. Ainsi quand il veut montrer un certain équilibre dans ses relations, il invente le personnage de Don Fernando, ultra espagnol réfugié à Ischia à qui Stendhal rend visite lors de son séjour en Italie en 1817. Il en reparlera à nouveau dans la version de Rome, Naples et Florence de 1826.

  • 22 « 1er septembre 1811, à 4 heures moins dix minutes du matin. Je n’emporte avec moi aujourd’hui que (...)

24Cependant il maintient des rapports amicaux et manifeste une estime particulière pour la comtesse de Montijo et ses deux filles, Paca et Éoukénia, qu’il a connues grâce à Mérimée. Il se plaît en leur compagnie et elles font l’objet de nombreuses allusions dans son Journal. Il maintient avec Éoukénia des conversations sérieuses qui portent parfois sur la politique espagnole. Elle devient la femme de Napoléon III par la suite. L’Italie lui semble un pays que l’on peut mettre en parallèle avec l’Espagne. Il y découvre l’influence espagnole, l’histoire de la famille Borgia, que Stendhal évoque longuement, en est un exemple mais il en trouve d’autres à Naples. Souvent il puisera dans les mêmes sources pour approfondir sa connaissance de ces deux pays, comme on le voit dans le livre d’Arthur Young22.

25La religion constitue aussi un trait d’union important entre ces deux pays. L’Espagne fabrique des martyrs. Cette influence religieuse dépasse les frontières comme le montre l’exemple de Molinos, qui développa le quiétisme en France. Il évoque les mœurs espagnoles concernant les taureaux, l’éducation, les paysans.

26Sa langue retrouve parfois des phrases faites où l’évocation espagnole est présente (« château en Espagne », « le bel Espagnol »), et les villes, les fleuves et les régions les plus importantes reviennent souvent sous sa plume comme points de référence culturels, artistiques ou politiques.

27Mais il y a trois aspects de la vie quotidienne sur lesquels je voudrais m’attarder un peu car ils font partie de la mythologie romantique : les brigands, les chevaliers servants et les auberges.

  • 23 « Un soir, la tourmente força un Espagnol et sa femme à s’arrêter dans une infâme auberge de Pietr (...)

28Les voyageurs romantiques en Espagne ont souvent donné des portraits caractéristiques de ces haltes. Hugo, Féval, Gautier, Dumas, tous ont évoqué l’auberge espagnole et elle est devenue célèbre. Il est difficile qu’on y puisse trouver un repas convenable mais certainement on y trouve le froid, l’inconfort et souvent on y risque la mort. Chez Stendhal deux voyageurs espagnols vont souffrir ce type d’auberge à Pietramala. L’auberge de Pietramala vaut bien celle de Toro Matado dans Le capitaine Fantôme ou celle de Carderousse dans Le Comte de Montecristo23. L’Italie et l’Espagne se ressemblent encore sur ce point.

29Comme elles se ressemblent en ce qui concerne les bandits et les brigands. Bandits généreux comme Diego Corrientes, Curro Jiménez, bandits qui volent les riches pour donner aux pauvres, qui défient une autorité injuste et arbitraire, un pouvoir absolu qui rend l’homme esclave. Bandits séducteurs qui font rêver les jeunes filles ou les jeunes femmes.

  • 24 Voyages en Italie. Promenades dans Rome, op. cit., p. 1038.

La haine profonde que toutes les classes ressentirent pour le despotisme espagnol, importé par Charles Quint dans la terre de la liberté, est l’origine de ce respect pour le métier de brigand, si profondément imprimé dans le cœur des paysans d’Italie.
Par l’effet du climat et de la méfiance, l’amour est tout-puissant chez ces gens-là ; or, aux yeux d’une jeune fille des environs de Rome, surtout dans la partie montagneuse vers Aquila, le plus bel éloge pour un jeune homme est d’avoir été quelque temps avec les brigands.24

30Les chevaliers servants sont une habitude espagnole qui fut importée aussi en Italie. Stendhal signale que ces deux caractéristiques, brigands et chevaliers servants, sont typiquement espagnoles.

  • 25 Ibid., p. 1039.

Ainsi ce sont les Espagnols qui ont donné ces deux traits les plus marquants au caractère italien, tel qu’il était en 1796 : l’indulgence pour les brigands et le respect du mari pour les droits du chevalier servant.25

31Souvent le romancier utilisera les brigands dans ses productions littéraires. Un exemple représentatif est constitué par L’Abbesse de Castro. Mais l’Espagne lui fournira aussi d’autres sources d’inspiration.

32En 1804, l’écrivain pense trouver dans la légende noire espagnole matière pour un opéra qu’il va intituler Don Carlos. Il s’agit d’un épisode de la politique franco-espagnole souvent évoqué par les romanciers. Philippe II avait demandé la main d’Isabelle de Valois, fille de Catherine de Médicis pour son fils Don Carlos, mais à la dernière minute il décide de l’épouser lui-même. Dumas en parle dans La Reine Margot et Michel Zévaco consacre un épisode des Pardaillan Les Amours du Chico à ce problème. C’est la matière d’un roman de Gustave Gailhard, La Suppliciée. Isabelle est morte en couches et on pense que Don Carlos malade a été assassiné sous l’ordre de son père. Stendhal imagine l’amour entre les jeunes et la dureté de Philippe II. L’opéra reste à l’état d´ ébauche.

  • 26 Œuvres intimes, t. I, Journal (1801-1817), op. cit., p. 104.

On verrait les fêtes les plus belles possibles et, au milieu de ces miracles de l’art, Philippe II, exécrable tyran, Carlos, perdu d’amour ainsi qu’Isabelle. On les verrait gênés par la pompe qui les environne. Je consolerais les hommes de n’être pas rois en montrant combien leur grandeur les importune souvent et combien la tristesse redouble dans l’âme sensible d’Isabelle, d’être obligée de paraître tranquille, le désespoir dans le cœur. Je la montrerais détestant ses grandeurs et soupirant après l’obscurité.26

33Mais dans les deux nouvelles espagnoles il évoquera ce monde sombre, dur et rigide de l’Inquisition. Le Coffre et le Revenant pourrait garder quelque chose de ce canevas initial de Don Carlos. De toute façon le dénouement est le même : la mort des jeunes et la solitude du vieillard qui n’a pas hésité à causer leur perte par jalousie et méchanceté. Plus tard, en 1806, Stendhal intitulera un projet de comédie La maison à deux portes ou le Libertin amoureux. Comédie espagnole.

34L’Espagne est présente, donc, dans beaucoup de thèmes et de motifs. Mais sans doute l’héritage le plus considérable se trouve dans les allusions au caractère de ce peuple et dans l’utilisation que fait le romancier de l’adjectif espagnol pour définir ses personnages et aboutir au terme d’« espagnolisme ».

35Souvent, le portrait qu’il fait des Espagnols, n’est pas très flatteur. Il dit en 1838 :

  • 27 Œuvres intimes, t. II, Journal (1818-1842), op. cit., p. 340.

Les Espagnols, air grossier, dur, barbare.
L’antipode de la grâce italienne et de l’urbanité française.27

36Don Quichotte est toujours là :

  • 28 Œuvres intimes, t. II, Vie de Henry Brulard, op. cit., p. 538.

Je vivais solitaire et fou comme un Espagnol, à mille lieues de la vie réelle.28

  • 29 Correspondance générale, Édition V. del Litto, t. II (1810-1816). « Lettre à Pauline Périer-Lagran (...)

37Dans une lettre à Pauline le 6 avril 1810 il résume d’une manière comique certains traits. Ils gesticulent, ils sont frivoles, ils sont sales, ils sont maigres29. Mais cependant il les admire puisqu’il dit à propos de Métilde dans Henry Brulard :

  • 30 Œuvres intimes, t. II, Vie de Henry Brulard, op. cit., p. 545.

Métilde l’a emporté par les sentiments nobles, espagnols.30

38Ce sont les mêmes sentiments qui caractérisent la grand’ tante Élisabeth :

  • 31 Ibid., p. 595.

Elle a à cet égard formé mon cœur et c’est à ma tante Élisabeth que je dois les abominables duperies de noblesse à l’espagnole dans lesquelles je suis tombé pendant les premiers trente ans de ma vie.31

  • 32 M. Renedo, « Espagnolisme, folie de Stendhal », Stendhal Club, no 165, octobre 1974.

39Elle représente l’« espagnolisme », terme défini par M. Renedo comme « la folle esthétique du sublime, de la démesure par la contemplation32 ». Selon lui, il mène à la folie.

40Folie de Don Quichotte encore. Fierté et orgueil de Métilde, de tante Élisabeth, de Julien Sorel. Êtres réels ou de fiction qui partagent beaucoup de choses avec Stendhal, entre autres l’âme espagnole car, malgré la distance, ce pays a profondément influencé l’écrivain en lui fournissant sans doute le meilleur de lui-même, la capacité de la rêverie qui permet de recréer les êtres et les choses.

Notes

1 L’une des dernières, c’est à travers les entrées « Espagne, Espagnols, Espagnolisme » et « Don Quichotte » dues à M.-R. Corredor dans le Dictionnaire de Stendhal, publié sous la direction de Y. Ansel, P. Berthier et M. Nerlich, Paris, Champion, 2003.

2 Stendhal, Le Rouge et le Noir, Paris, Classiques Garnier, 1973, p. 41.

3 Il s’agit du bal offert au roi de Naples, François Ier, le 9 juin 1830, par le comte d’Ofalia, ambassadeur d’Espagne à Paris. Détails fournis par Le Moniteur dans P.-G. Castex, Le Rouge et le Noir de Stendhal, Paris, SEDES, 1970, p. 60.

4 Il demande un poste en Espagne en 1810 au général Dejean. En 1813 l’Espagne remplace la Russie dans son Journal et dans sa Correspondance.

5 Dans ce sens, il est significatif de signaler qu’une revue pour adolescents comme Virgule consacre le dossier de son numéro3 à Don Quichotte. Le numéro1 avait été dédié à Molière et le 2 aux Pieds Nickelés.

6 Œuvres intimes, t. I, Journal (1801-1817), 21 octobre 1813, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1981, p. 895.

7 Œuvres intimes, t. II, Journal (1818-1842), 24 septembre 1822, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1982, p. 62.

8 Œuvres intimes, t. II, Vie de Henry Brulard, op. cit., p. 616.

9 Ibid., p. 618.

10 Œuvres intimes, t. I, Journal (1801-1817), op. cit., p. 141, 514, 858-859, 865.

11 Œuvres intimes, t. II, Journal (1818-1842), op. cit., p. 416.

12 Ibid., p. 417

13 « 26 juillet 1804. – Le deuxième défaut vient, je crois, des Espagnols. C’est une fausse délicatesse qui empêche les personnages d’entrer dans les détails, ce qui fait que nous ne sommes jamais serrés de Terreur, comme dans les pièces de Shakespeare » dans Œuvres intimes, t. I, Journal (1801-1817), op. cit., p. 105.

14 Il note dans son Journal le 7 août 1838 : « Hier, Lope de Vega. Ce matin, Passy, 52 » dans Œuvres intimes, t. II, op. cit., p. 322.

15 Voyages en Italie, Promenade dans Rome, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1973, p. 873.

16 Ibid., p. 807.

17 Œuvres intimes, t. II, Souvenirs d’égotisme, op. cit., p. 460.

18 Œuvres intimes, t. II, Journal (1818-1842), op. cit., p. 114.

19 Ibid., p. 314.

20 Œuvres intimes, t. II, Journal (1818-1842), op. cit., p. 311

21 Voyages en Italie. Rome, Naples et Florence (1826), op. cit., p. 557

22 « 1er septembre 1811, à 4 heures moins dix minutes du matin. Je n’emporte avec moi aujourd’hui que le voyage d’Arthur Young, et celui de Duclos, parce que l’un et l’autre sont eux-mêmes » dans Œuvres intimes, t. I, op. cit., p. 725. Il s’agit du livre d’A. Young, Voyage en Espagne et en Italie pendant les années 1787 et 1789, traduit de l’anglais par F. Soulès, Paris, 1796. Ce renseignement est donné en note au texte par V. del Litto, p. 1430.

23 « Un soir, la tourmente força un Espagnol et sa femme à s’arrêter dans une infâme auberge de Pietramala, le village où nous sommes : rien de plus sale et de plus dégoûtant, et cependant l’hôtesse, pourvue d’une figure atroce, portait des bagues de diamant » dans Voyages en Italie. Rome, Naples et Florence (1826), op. cit., p. 447. L’Espagnol se méfie de l’auberge et de l’hôtesse et se met d’accord avec le vetturino pour partir quand tout le monde sera endormi. Ils découvrent de retour à Florence qu’ils ont échappé à une bande de malfaiteurs qui volait les voyageurs après les avoir tués quand ils les croyaient profondément endormis par l’opium mis dans le vin servi au souper.

24 Voyages en Italie. Promenades dans Rome, op. cit., p. 1038.

25 Ibid., p. 1039.

26 Œuvres intimes, t. I, Journal (1801-1817), op. cit., p. 104.

27 Œuvres intimes, t. II, Journal (1818-1842), op. cit., p. 340.

28 Œuvres intimes, t. II, Vie de Henry Brulard, op. cit., p. 538.

29 Correspondance générale, Édition V. del Litto, t. II (1810-1816). « Lettre à Pauline Périer-Lagrange », Paris, Champion, 1988, p. 15.

30 Œuvres intimes, t. II, Vie de Henry Brulard, op. cit., p. 545.

31 Ibid., p. 595.

32 M. Renedo, « Espagnolisme, folie de Stendhal », Stendhal Club, no 165, octobre 1974.

© UGA Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search