Version classiqueVersion mobile

Stendhal à Cosmopolis

 | 
Marie-Rose Corredor

I. Cosmopolis / Babel

Les langues étrangères et le « je » ou le comment d’un idiolecte stendhalien

Edwige Thomas

Texte intégral

  • 1 Nous renvoyons à la partie « Langues étrangères ou le comment d’un idiolecte stendhalien » de notr (...)

1Les jeux sur le nom sont fréquents chez Stendhal, ils font aisément intervenir les langues étrangères à partir du rapprochement de « Henri » avec « Henry » dans la Vie de Henry Brulard. « Henry » peut aussi bien prononcer à la française ou à l’anglaise, dans la mesure où la filiation avec l’abbé de Wakefield est signifiée dès la couverture du manuscrit. Le léger décalage amusé de soi se manifeste donc d’emblée. Ce jeu sur les sonorités dans les écrits stendhaliens est complexifié par les différents apports de premières personnes étrangères, dans le flux d’un discours personnel essentiellement en français. Les textes stendhaliens à la première personne seront le support de cette étude sur l’expression du moi en langues étrangères1.

  • 2 Citation de Condillac, F. Récanati, La transparence et l’énonciation, Pour introduire à la pragmat (...)

Le signe doit être à la fois présent et absent pour représenter la chose signifiée.2

2Pour les classiques, tout est signe, car ils ont du signe une conception sémantique, et non une conception sémiotique. La conception stendhalienne du signe résulte de son intérêt pour les langues étrangères et pour les jeux phonématiques. Il sait que la transparence est un leurre. Au xxe siècle, Saussure analyse le signe d’un point de vue sémiotique. Le signe découvre et cache à la fois le signifié ; sa transparence n’est donc pas totale. Stendhal, poussé par sa méfiance et la recherche d’un langage adéquat, va jouer de l’opacité et de la transparence du signe pour établir des réseaux de signification assurant sa propre existence. D’une part, la transparence est l’une des conditions de la traduction et de la compréhension d’un discours en langues étrangères et des métaphores, d’autre part, le locuteur sait qu’il existe un écart entre les traductions, entre ce qui veut être dit et ce qui l’est vraiment dans les métaphores ; par conséquent, il vaut parfois mieux intégrer dans son propre discours des expressions autres, sans chercher à les traduire.

  • 3 M. Arrive, F. Gadet, M. Galmiche, La grammaire d’aujourd’hui. Guide alphabétique de linguistique f (...)

La nécessité de distinguer sens et référence apparaît nettement dans le fait que des expressions ayant des sens différents autorisent néanmoins la même référence (elles peuvent être mises en relation avec un même référent) : ainsi, l’auteur des Misérables, le plus grand poète romantique, l’exilé de Jersey, etc., qui bien que se distinguant par leur contenu descriptif, peuvent toutes être utilisées pour référer à Victor Hugo.3

3Le référent est une entité extralinguistique. Le problème stendhalien, bien qu’il ne soit pas posé en ces termes, pourrait être le suivant : pourquoi seul le nom ou le groupe nominal peut-il avoir un référent et pas les pronoms de la troisième personne qui eux ne peuvent établir qu’une relation de co-référence ? La référence étant extratextuelle, il est souhaitable que le discours distribue des indices réducteurs d’ambiguïté, si une individualité tente de s’exprimer. On sait, en outre, que « je » ne peut être référentiel à « Henri Beyle » que si ce nom propre apparaît dans le cotexte ou dans le paratexte. Une relation extralinguistique ne suffit pas à établir un lien sûr entre le pronom déictique et un référent du monde empirique. Que le pronom soit anglais ou italien n’y changera rien et ajoutera même une interrogation sur l’impact d’une langue étrangère dans un discours de l’intime.

4Dans tous les cas, le locuteur a conscience de n’être pas ce qu’il désire. Alors, non par procuration, mais « par référence », il va créer des avatars de lui-même. Peu à peu la certitude d’un foyer du discours référent surgit. Le pronom de la première personne n’est plus qu’une manière parmi d’autres de s’exprimer, et, le recours aux langues étrangères augmente le panel. C’est à ce prix que sera la liberté du locuteur ; c’est en langue française que les substituts sont les plus variés, mais les déictiques étrangers ont une portée mélodique incomparable.

  • 4 K. Stierle, « Identité du discours et transgression lyrique », Poétique, 1977, no 32, p. 425.

L’identité discursive n’est jamais une identité réelle, immédiatement saisissable, mais toujours une identité médiatisée par les relations sémiotiques du texte. L’identité est en quelque sorte un a priori du discours qui est toujours présupposé lors de la transposition du texte en discours. L’identité du discours est une nécessaire fiction d’identité […].4

  • 5 Ibid., p. 427. Auparavant, l’auteur a observé le fonctionnement de la métaphore. « Si la métaphore (...)

5Le discours est déterminé par le schéma discursif qui préexiste au discours, le lecteur a véritablement des attentes. Néanmoins des zones d’indétermination sont telles que la réception se retrouve dans un processus « inachevable5 ». Le désordre discursif peut être compensé par la récurrence des mêmes expressions étrangères, constituant alors des points d’ancrage rassurants.

  • 6 Ibid., p. 434.

C’est ainsi qu’au niveau de la textualité, l’identité problématique du discours peut être compensée par les traits de la récurrence qui ne peuvent qu’à cette condition acquérir une fonction non seulement esthétique et unifiante, mais également identifiante.6

6 Répéter « for me », « I » constitue progressivement une voix qui s’observe à tout instant.

  • 7 B. Didier, Stendhal, Ellipses, Paris, 2000, p. 95.
  • 8 Non seulement les histoires d’amour sont des batailles à mener pour Stendhal, mais elles sont plus (...)

7Le locuteur exprime ainsi la « diversité et même une certaine instabilité du moi7 ». Le recours aux langues étrangères peut se produire afin de faire montre d’érudition, d’exprimer avec distance ses désirs amoureux8, ses tabous. Mais, dès qu’une transformation discursive est opérée, ou dès que le locuteur répète à volonté les mêmes phonèmes, l’appropriation d’une langue spécifique et idiosyncrasique est en cours ; et ce, alors même que, dans un même mouvement, le locuteur tente de combler les lacunes de la langue apprise depuis l’enfance et de composer avec les innombrables régionalismes dont elle est empreinte.

  • 9 Ch. Coutel, « L’interlocution dans les Lettres philosophiques de Voltaire », Cahiers scientifiques (...)

8Ce n’est pas la place des langues étrangères dans l’écriture stendhalienne qui sera ici étudiée, mais bien l’ambivalence d’un discours à la première et sur la première personne en langues étrangères. À cette fin, nous jugeons opportun de rappeler, au début du xixe siècle, la prégnance de la pensée anglaise dans la culture française et l’impact de cette langue dans le discours des lettrés. La littérature anglaise a une influence grandissante depuis le traité d’Utrecht en 1713. Dans ses Lettres philosophiques9 ou Lettres anglaises publiées en 1734, Voltaire avait souvent recours à l’anglais ; son emploi participe notamment du discours polémique contre tout dogmatisme parce qu’il permet de multiplier les références culturelles. Le discours de Voltaire facilite, en outre, la diffusion de l’image d’une Angleterre fruste mais libre, vertueuse mais capable de poésie.

  • 10 Article « Angleterre », Dictionnaire des littératures de langue française, Bordas, t. I, p. 44-48.

9Résultat du goût croissant des Belles Lettres anglaises, émailler son discours d’expressions anglaises est un phénomène de mode depuis la fin du xviiie siècle. Shakespeare, grâce à la traduction de Letourneur en 1776, émeut les auteurs avides d’innovation et d’expressivité au début du xixe siècle. Il faut désormais de plus en plus apprécier « dans le texte » cette langue dans laquelle s’expriment des philosophes. Les premiers Romantiques connaissaient l’anglais, la langue de la liberté ; Madame de Staël, dans De la littérature, et Chateaubriand, critique et traducteur depuis son exil à Londres de 1793 à 1800, feront son apologie. Ce dernier ne tarit pas d’éloges sur Shakespeare, Richardson, Fielding, et considère Byron comme son pâlot imitateur. Vigny, Lamartine, Musset, Hugo reprendront des thèmes poétiques de la littérature anglaise ; ainsi, La Légende d’Ossian les influencera ; les plus habiles feront même œuvre de traducteurs dans la lignée de l’abbé Prévost – qui fit le succès de Richardson en France avec la traduction de Pamela en 1734 et de Clarisse Harlowe en 1751 – et de Chateaubriand. La réputation de Shakespeare sera défendue par Stendhal, Vigny, Hugo. L’influence de ces deux derniers surtout reçut un écho favorable, tant et si bien que l’œuvre du dramaturge sera quasiment intégrée à la culture française10.

  • 11 Lettres à Beyle du 19 janvier 1805 et du 7 mars 1806, Correspondance générale, Champion, 1998, t.  (...)
  • 12 « I am just today thirty four years old » commence A. de Mareste le 12 sept. 1818, Correspondance (...)

10Mais cet engouement accru pour la culture littéraire et philosophique anglaises n’implique pas nécessairement l’emploi d’expressions anglaises dans son discours. Et lorsque, avec bonne humeur, Félix Faure11, Adolphe de Mareste12 et Prosper Mérimée ornent leur courrier pour Beyle d’expressions anglaises convenues, ils se conforment à l’anglomanie ambiante tout en participant au jeu de la camaraderie, car ils savent que Beyle est fort friand de ces expressions étrangères.

11Nous venons de rappeler que Stendhal est tout aussi sensible que ses contemporains lettrés à la tradition littéraire anglaise ; sa spécificité tient, semble-t-il, au fait qu’il intègre, avec aisance, la première personne anglaise dans le fil de son discours ; il consent même à intriquer l’anglais, l’italien et le français ; c’est pourquoi nous procéderons dans nos analyses par ordre décroissant de fréquence, allant de l’emploi le plus attendu d’une première personne en langue étrangère à l’emploi le plus déroutant, c’est-à-dire allant du « I » anglais à l’emploi du « ich » allemand qui brille par sa quasi-absence, mais qui ne confirme pas moins le poids de la proximité psychologique qui préside au choix motivé d’un pronom à la place d’un autre.

  • 13 Lettre du 28 avril 1810 en anglais à Pauline, ibid., t. II, p. 21. Lettre du 18 novembre 1821 rédi (...)
  • 14 Comme le 14 août 1827, ibid., t. III, p. 646.

12Nous éliminons le problème des lettres ou des fragments entièrement rédigés en anglais13 ou en italien. La nationalité du destinataire ou la motivation pédagogique de Stendhal pour sa sœur Pauline justifient la plupart du temps de tels énoncés. La correspondance à Sutton Sharpe n’est pas toute rédigée en anglais, mais le discours est émaillé d’expressions anglaises14, du fait de la nationalité de ce dernier. La complicité peut se créer à ce prix. Par ailleurs, communiquer et montrer que le locuteur est détenteur d’un savoir, quand il s’adresse à Pauline, ne font plus qu’un. Mais jouer au renversement linguistique met en doute la légitimité de la langue maternelle, cette forme de « dictature du on » que fustigera plus tard Heidegger.

  • 15 Lettre du 15 mai 1834 à Sarah Newton de Tracy, ibid., t. V, p. 232.

Comment trouvez-vous mon français ? n’est-ce pas bien pour une plume anglaise.
Forewell my dear friend.
Georges Semple15

13Le locuteur retourne la situation avec amusement, mais il ne laisse poindre sa connaissance de l’anglais que dans une formule convenue à la clausule, à tel point que la désignation de soi dans le possessif « my » est peu significative d’une écriture intime.

  • 16 W. A. Guentner, Stendhal et son lecteur, Essai sur les Promenades dans Rome, Gunter Narr Verlag Tu (...)
  • 17 L’emprunt est d’abord l’acte par lequel une langue accueille un élément d’une autre langue, le ter (...)
  • 18 M. Levowitz-Treu, « Stendhal, l’anglais et le surmoi », Stendhal Club, Grenoble, 1983, no 99, p. 3 (...)

14De fait, quand les textes en langues étrangères, les citations étrangères, ou les expressions disparates émaillant un discours en français ne sont pas traduits, c’est que le narrataire projeté par le discours est tenu d’en saisir les rudiments16. En outre, les emprunts17 ne sont que des insertions de discours étrangers tant que les termes n’ont pas subi de traumatisme transformationnel. Se présentant en séquences isolées dans la trame narrative, la langue étrangère pourrait apparaître comme une manifestation du surmoi freudien18, laissant s’exprimer une dimension occultée du sujet énonçant, c’est pourquoi l’amour, l’argent et les relations conflictuelles avec le père sont souvent évoqués dans un mélange de français et d’anglais. Se bercer de consonances autres dans sa propre langue expose les frontières de la langue maternelle, et fait d’abord de l’autre langue un doublage, une transcription du français dont elle souligne à la fois l’incomplétude et la nécessité, puisque la structure discursive est conforme à la syntaxe française et qu’il est beaucoup plus fréquent de retrouver des expressions anglaises après des pronoms « je » que l’inverse ; l’anglais est un « soutien » à la langue française, ou bien tout simplement une frontière entre deux niveaux thématiques différents dans un discours en langue maternelle.

  • 19 « […] Loin de prôner l’anarchie langagière, loin de croire à une perfectibilité de la langue, et m (...)
  • 20 Le 11 mai 1804, « Il vaut mieux exprimer mal le véritable que supérieurement un autre quelque appr (...)

15L’invention injustifiée de termes est intolérable aux yeux du locuteur dans la mesure où, une fois de plus, le locuteur risque de se distinguer totalement de l’ensemble des hommes et de se marginaliser irrémédiablement19. Par conséquent, il vaut mieux travailler à définir les termes dont la polysémie est perçue comme trop grande, faire « boiter » la langue afin de faire du sens et de montrer dans un même mouvement les insuffisances du langage à dire20.

  • 21 Lettre du 11 mai 1804 à Pauline, Correspondance générale, op. cit., t. I, p. 134.

Les divers sens que nous attachons aux mots dont nous nous servons souvent sont une grande source d’erreur. Attachons-nous donc à voir ce que disent ces mots.21

16L’anglais, l’italien ou le latin que cite ou emploie le locuteur révèlent en outre qu’il a une connaissance limitée de ces idiomes ; ce sont le plus souvent des bribes de discours étrangers qui sont parfaitement greffés dans un discours français ; de là, surgit un idiolecte assez aisément intelligible, mais qui voile néanmoins certains aspects tabous de l’existence, ce qui, selon, sied ou déplaît au locuteur.

17La langue de prédilection est l’anglais pour introduire un fragment personnel et pour traiter de « Mr Myself ».

  • 22 D. Oster, L’individu littéraire, PUF, « Écriture », 1997, p. 92.

En réalisant symboliquement l’ellipse du sujet, la pseudomania brouille toute remontée de la graphie à l’auteur, elle démultiplie les perspectives, indétermine la place et l’identité du scripteur, légitime même ses silences, ses non-dits, « nobody » valant bien le « Monsieur ».22

18La théâtralisation est une attitude spirituelle plus qu’une forme d’écriture. Symboliquement, le pseudonyme porte à assimiler tous les pronoms, faire que le faux nom ne révèle en fait rien, c’est pourquoi l’écriture stendhalienne, nous le rappelons, ne peut pas s’épanouir dans le genre dramatique. Mais c’est aller trop vite en besogne chez Stendhal qui projette aussi ses identités en anglais ou en d’autres langues étrangères pour mieux se voir. Le mélange des langues fait hésiter l’écriture. Son idiolecte est métissage afin de se montrer saillant, hors du lot routinier de ses contemporains. Cette impression de ne pas être dans un discours figé assure sa sauvegarde.

  • 23 Nous rappelons les différentes analyses les plus pertinentes sur la question ; B. Didier, « Le sec (...)
  • 24 À la faveur d’une relecture, le locuteur juge son énoncé dans une note en regard du passage rédigé (...)

19La première personne se manifeste en anglais sous la forme du pronom sujet « I23 », de la forme tonique « myself » – devenue nom propre dans « Mr Myself » –, du pronom complément « me24 » et de l’adjectif possessif « my ».

  • 25 Comme cette considération politique : « For me. Ce qui montre la bêtise des Bourbons c’est que vou (...)
  • 26 Œuvres intimes, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1982, t. II, p. 282.
  • 27 F. W. J. Hemmings, « Est-il bon, est-il méchant ? Les catégories morales dans la Vie de Henry Brul (...)

20En raison des multiples marginales introduites par les prépositions « for » ou « on », la forme complément « me », souvent traduite par un pronom tonique « moi » en français, est la plus fréquente. La distance que prend le sujet de l’énonciation par rapport à soi est, en effet, ainsi signifiée. « Me » renvoie à une première personne « objectivante », hors-jeu parce qu’elle se trouve sur un autre plan narratif. L’anglais sert dans un premier temps à montrer à tout autre lecteur que le locuteur lui-même que son regard est indésirable. Ce discours n’est cependant nullement crypté ; même sans traduction, il est parfaitement compréhensible, et ce, même lorsque ce qui suit est en anglais. Le plus souvent, c’est un énoncé en français qui suit la formule-frontière ouvrant sur un autre état du texte ; note de régie ou expression personnelle peuvent ensuite se développer après l’expression rituelle. « On me », en ouverture de fragment, introduit notamment le 25 novembre 1819 un message que le locuteur voudrait délivrer à Métilde, message dont « prosaïque », le dernier mot, reprend et résume le reproche que lui avait adressé cette dernière. Très rapidement et à cause de leur répétition dans un discours français, ces expressions ne mettent pas en doute la présence du sujet de l’énonciation ; le problème est déplacé vers le contenu de ce qui suit, note apparue au bénéfice d’une relecture25 ou réflexion soudaine. Le « on me » anglais fait aussi penser au pronom indéfini et au pronom complément français. C’est aussi « on me dit » comédien ou personnage-caméléon ; le locuteur l’affirme en se montrant sous le prénom d’emprunt « Dominique » qu’il s’est approprié le 16 septembre 183626. « On me » en anglais, c’est aussi le signal que le Je reste le seul à même de dresser la liste de ses qualités et défauts, l’énonciateur poursuit son « enquête27 ».

  • 28 Lettre du 5 novembre 1816, Correspondance générale, op. cit., t. II, p. 731.

21Reste à remarquer que « For me » est un équivalent de « pour moi » que nous n’avons pas vu attesté. « For » indique une intention et une destination, au contraire de « to me » qui exprime davantage une opinion. L’absence de « to me » chez Stendhal réduit de fait la dimension subjective des marques de la première personne dans ces expressions. La valeur personnelle, intime de ces énoncés n’en est que plus soulignée. « For » est bien la traduction de « pour », mais seulement s’il est suivi par un nom ; cette formulation sonne donc le mauvais anglais. Ce gallicisme est bienvenu pour se distinguer et marquer sa personnalité. Ce n’est plus « me », mais l’expression entière dans son étrangeté qui constitue une marque de la première personne stendhalienne. En novembre 1816, c’est ainsi que « For me » s’oppose au « Pour toi » désignant Crozet28. Ce bel exemple de traduction interlinéaire – prônée par Du Marsais et enseignée à Pauline par Stendhal – signe l’avènement d’un langage propre, qui ne conserve de la syntaxe anglaise que ce qui flatte l’expression de soi.

  • 29 « Pour moi seul » commence une note relative aux observations de Van de Wall, ibid., p. 101.

22En position liminaire, tel un titre, l’expression offre au locuteur une vision inaltérable de soi et certifie l’existence d’un moi profond ; dans ces îlots en anglais, le doute de son existence propre n’existe pas. « Me » est synonyme de moi, ou même de « moi seul »29. Le processus sélectif d’appropriation de soi passe par ces expressions liminaires de discours dans lesquelles « me » rappelle par homophonie le pronom complément italien « mi » – la langue du pays du bonheur – et dans lesquelles, surtout graphiquement, le « me » anglais se calque sur le pronom complément d’objet français et le pronom personnel direct italien traduit en français par « moi » ; la similitude visuelle entre les trois langues laisse entendre, en contexte essentiellement français, la distorsion syntaxique et le côté « grinçant » et fondamentalement en décalage du discours du Je sur lui-même. Telles sont les trois langues maîtresses du discours stendhalien. Le parallèle avec le « me » espagnol ne se justifie pas dans la mesure où nous n’en avons pas relevé d’occurrence.

  • 30 Œuvres intimes, op. cit, t. II, p. 159, 225.

23Les titres à la troisième personne ou sans marques de la personne en anglais des marginales classées dans le journal reconstitué par Victor del Litto, comme « His life » ou « Life », montrent que la non-coïncidence du dire n’est pas résolue et laisse le processus d’objectivation de soi fonctionner librement, dans un écart maximum à soi. L’enveloppe corporelle de « the animal30 », quand elle est désignée néanmoins, révèle la répugnance à mettre en compétition le désir de l’homme de lettres et sa dimension physique disgracieuse et dégradante.

  • 31 10 avril 1837, ibid., p. 293.
  • 32 Une seule occurrence de titre de fragment est en français : « Préface pour moi », au sujet de la p (...)
  • 33 3 juin 1811, ibid., t. I, p. 678. Nous soulignons.

24Le Je s’impose davantage dans sa singularité, quand il apparaît dans les titres de fragments où « my » fait entendre la diphtongue [aj], sonorité plutôt agressive à une oreille latine. Déjà le titre « On my life31 » dresse une barrière entre un extérieur imaginé et une intériorité que le « my » impose. Cette expression est proportionnellement cinq fois moins fréquente que le titre généralisant « Life » ou « His life » avant les marginales et les fragments journalistiques de 1840. La première personne disparaît complètement des titres en anglais de 184032 ; les fragments sur la vie du locuteur vont néanmoins en nombre croissant, et cette prolifération de fragments sur soi s’explique par l’absence de rédaction de manuscrits nouveaux, de journal de voyage ou de roman où le protagoniste est la manifestation du désir du locuteur. L’écriture personnelle occulte l’existence singulière du locuteur contrairement à d’autres titres de fragments antérieurs tel « Memoirs of my love, among the amiable seats of Montmorency vallée33 » renvoyant à « Memoirs of my life during my amour for Graffin Palfy. From the 18th July 1811 till… », laisse dans les deux cas le locuteur au premier plan. La non-coïncidence du discours et du dire est particulièrement soulignée quand le déictique « I » apparaît dans des groupes nominaux ou des propositions françaises. Bien que non tonique, l’anglais « I » est une position dans laquelle l’engagement du locuteur est plus grand ; la planification de l’écriture, les voyages à entreprendre, les campagnes militaires et amoureuses sont le plus souvent exprimés avec ce pronom pivot décisionnel « I ». C’est une force qui propulse le locuteur confronté à son propre désir. Il semblerait en outre que le voisinage de l’anglais suffise à insuffler de la volonté au sujet énonçant, à moins que l’écart entre le désir et la réalité soit au contraire de la sorte signifié.

  • 34 Lettre du 30 septembre 1816 à Crozet, Correspondance générale, op. cit., t. II, p. 706.

Depuis qu’à douze ans j’ai lu Destouches, je me suis destiné to make co[médies]. [Après l’évocation de ses projets littéraires, le locuteur parle de voyages.]
At the Jesuit’s death, If I can, I will go to England pour 4 000 Fr et en Grèce pour autant […].34

  • 35 Ibid., p. 182.

25La pensée négative du père et la projection en Angleterre contaminent l’écriture et entraînent sans aucun doute l’emploi du déictique anglais. La connaissance stendhalienne limitée de l’idiome d’outre-Manche ne justifie pas le recours au français ; de fait, l’anglais reste la langue de l’action et des projets – projets fermes ou idées lancées spontanément comme le mariage hypothétique de Beyle35 – ; selon que le locuteur est fortement impliqué ou non, c’est « I » qui se retrouve en position de sujet. L’arrachement de soi aux autres est marqué par de telles interventions de « I » en contexte français :

It’s not useful my dear, to say to our relations what I write to you.

  • 36 Clausule d’une lettre du 26 mars 1820 à A. de Mareste, Correspondance générale, op. cit., t. III, (...)
  • 37 Lettre du 4 janvier 1831 à A. de Mareste, ibid., t. IV, p. 6.
  • 38 M. Erman, « La langue autre », Stendhal et l’Angleterre, Liverpool University Press, 1987, p. 363.
  • 39 Vie de Henry Brulard, Gallimard, « Folio », 1983, p. 195 ; Vie de Henry Brulard écrite par lui-mêm (...)

26En position liminaire de lettre à Pauline, cette phrase donne du couple Henri-Pauline une image libertine. Le message est compréhensible à ceux qui connaissent les rudiments de la langue anglaise ; en 1820 comme en 1831 avec respectivement « Seulement, dans vos lettres que rien n’indique jamais que I am an author et toutes vos lettres à Domenico Vismara, Ingeniore a Novara36. » et « I date ever a month back37 » ; c’est plus l’esprit d’indépendance du locuteur et l’exclusion de celui qui lit ce qu’il ne devrait pas connaître qui prévalent sur l’inintelligibilité du message. Nous sommes de l’avis de Michel Erman38 pour reconnaître que l’anglais peut être un but en soi ; comme le lapsus freudien, il peut faire surgir l’innommable : « I am an author ». L’euphémisme « the author » se retrouvera d’ailleurs dans le manuscrit de VHB39.

  • 40 Lettre du 13 avril 1810, Correspondance générale, op. cit., t. II, p. 19.

27L’emploi de l’anglais n’est pas toujours aussi riche de sens. En effet, « I am very far d’être enthousiaste des fêtes40 », mêlant anglais et français, peut s’expliquer par l’emploi de l’anglais dans le paragraphe précédent. Comme si, dans son élan, l’énoncé était contaminé alors que le thème de la lettre à sa sœur vient de changer. La première personne anglaise peut même faire diversion, nous semble-t-il, au moment de demander dans une autre lettre à sa sœur ce qu’elle a ressenti à son mariage.

  • 41 Pauline s’est mariée le 25 mai 1808. Lettre de mai 1808, ibid., t. I, p. 772.

Quand tu verras Alphonse dis-lui que I am filled with indignation with him.41

28La question des sentiments de sa sœur ne sera posée qu’après, et, dans la suite de la correspondance avec Pauline, le problème du mariage ne sera plus abordé autrement que sous l’aspect pratique. La pudeur des sentiments peut expliquer ici la diversion due à la boutade en anglais ; cette pudeur est masquée par le conflit feint entre les deux forces masculines les plus proches de sa sœur, son mari et son frère. Tout comme des marques de la première personne apparaissent souvent en anglais quand le locuteur charge sa sœur de demander, pour lui, de l’argent à son père, de même « I » ou « my » donnent l’impression que le sujet de l’énonciation est plus solide, dans les énoncés où le trouble freine l’expression. Il fait progresser son discours en révélant sa faiblesse.

  • 42 Tournure fréquente dans le journal, la correspondance et VHB. Un exemple apparaît notamment dans l (...)
  • 43 Op. cit., p. 359-360.

29Ainsi, il ressort de nos analyses que c’est d’abord sous leur aspect incongru, en contexte français, que les pronoms « I », « me » ou l’adjectif possessif « my » se font remarquer. « My great father »42 pour désigner le grand-père Gagnon devient l’une des expressions fétiches donnant un rôle valorisant particulier à l’aïeul dans l’existence de son petit-fils. L’inaptitude de la langue maternelle à dire et à aborder les thèmes tabous pour le locuteur encourage cette démarche où la première personne s’énonce sous d’autres sonorités. La portée mélodique du [i] de « me » et du [aj] de « I » ou de « my » a été soulevée par Michel Erman43 qui reprend les analyses de Fonagy ; l’élévation de l’âme du son [i] – évocateur de douceur, de tendresse et d’esthétique – tranche avec [aj] – homophone prometteur d’interprétation, car il correspond au français « aïe » – ; [aj] suggère par conséquent le pulsionnel tourné vers la détermination du passé. « My » introduit les thèmes difficiles à aborder pour le locuteur et plutôt que de se taire, il préfère emprunter l’anglais, la langue de la liberté et du lever des tabous. La résonance phonétique est telle que le locuteur choisit de faciliter l’émergence de l’une de ses facettes qui resterait, sinon, tapie ; ce n’est pas pour autant admettre l’autre en soi. Le « difficilement dicible », expression à nos yeux plus juste que celle de « refoulé », n’aurait pas la même force en français, c’est pourquoi l’écriture stendhalienne peut être dite métaphorique. Selon nous néanmoins, il s’agit plus d’une écriture métonymique en quête de fixation et de transcription des sensations du locuteur. Le désir du locuteur ose s’exprimer, si ce n’est s’épanouir, dans la langue de Shakespeare.

  • 44 20 janvier 1812, ibid., p. 820.
  • 45 Ibid.

30Mais il est une gradation dans la construction d’une individualité alliant mise en valeur du locuteur et exclusion de ce qui lui est externe. La majuscule transforme en effet le pronom « myself » en patronyme ; le moi acquiert ainsi une « image » de grande solidité, voire de puissance absolue, comme dans « Character of My(self)44 » où seul le locuteur semble faire un emploi légitime de « myself » sorti du discours courant anglais. Plus que le « moi-même » français dont il est la traduction, « myself » – pronom réfléchi en un seul terme – suggère davantage la réflexivité. Le nom propre exige l’emploi de la troisième personne, que ce soit en français ou en anglais ; l’écart linguistique laisse entendre que la conscience que l’on a de soi passe par une mise à distance dans laquelle le locuteur se regarderait en étranger. « Soi-même » ne coïncide pas a priori avec ce que le locuteur se sent être. De ce décalage, l’enchevêtrement d’expressions étrangères dans un discours, dont la trame est française, peut se produire, afin de rétablir une représentation ; cette dernière sera soit plus sensible grâce à l’euphonie de la langue empruntée soit plus objective quand elle contraint à l’emploi de la troisième personne. « Le peintre Myself », dans le même fragment45 que celui cité précédemment, se retrouve dans un texte essentiellement français, mais cette expression anglaise est juxtaposée à un énoncé à la troisième personne de langue italienne. Le nom propre donne l’impression de sortir l’expression de sa langue d’origine.

  • 46 « […] tis for that que Mocenigo is perhaps done for me », 30 juin 1814, Œuvres intimes, op. cit., (...)
  • 47 7 sept. 1813, ibid., p. 882.

31« Mr Myself » est l’équivalent du « Mocenigo ». « Myself » et « Mocenigo » ne sont plus des pronoms, ni même des noms propres au sens strict, car ils sont sémantiquement riches et donnés comme tels. Ce sont des formes pleines de l’image sociale du Moi, ne recouvrant pas forcément l’intimité de Je. De même que « Myself », « Mocenigo » donne l’illusion que le Moi profond est montré ; le nom propre est une façade qui permet au locuteur de se dire. Ce pronom italien est une forme tonique exclusivement réservée par le locuteur à l’évocation de ses frasques littéraires, de ses ambitions et de ses difficultés46 à écrire ; il est lié au comique plaisant et léger, de sorte qu’il est victime de la souffrance du locuteur et ne fait pas ombrage à « Myself » ; en effet, le champ de ce dernier est bien plus vaste puisque « Myself » introduit également les récits amoureux et les demandes d’argent. « Mocenigo » a droit de cité dans le journal du 9 septembre 1811 au 22 septembre 1814 – après une longue interruption justifiée par le « manque de courage » du diariste qui s’adonne alors à la lecture de Schlegel. En 1813, les occurrences de « Mocenigo » précèdent ou suivent des expressions anglaises, faisant doublement ressortir l’incongruité d’un pronom devenu nom propre grâce à la majuscule ; la proximité de l’italien avec deux langues étrangères accélère le processus de nominalisation du pronom effaçant les spécificités du déictique, mais permettant toujours le rapprochement avec l’expression française, en raison de sa proximité phonétique, « moi ce nigaud ». Le nom propre fait perdre au terme son statut de déictique tout en en gardant la trace, sans quoi le décalage locuteur/Je-objet du discours ne serait pas perçu. À bon compte, le locuteur se fait un autre lui-même tout en essayant de maintenir un lien étroit entre Je et Il. C’est sans doute là l’un des procédés pour éviter d’être « moins moi47 ».

32Le choix langagier est subordonné aux dispositions psychologiques du locuteur. Comme le nom marque la survivance du père dans le fils, la filiation à la mère se manifeste aussi dans les choix langagiers. L’italien est peu usité par rapport à l’anglais, dont des expressions s’érigent en totem, et ce, alors même que le locuteur évoque l’Italie. De même que la modalisation du discours et ses nombreuses reformulations, le recours à un langage autre recentre le locuteur stendhalien sur lui-même dans une jouissance où l’harmonie mélodique est puissante. Dès les années 1803-1804, « l’entremaillage » des langues ouvre des opportunités au locuteur.

  • 48 Pensées, Le Divan, vol. 38, op. cit., p. 187.

Mi sembra che this woman ha il cor ternero per me.48

33Cet énoncé essentiellement en italien s’ouvre et se ferme sur deux marques de la première personne ; l’anglais, domaine du désir féminin dans cet exemple, surgit irrémédiablement alors comme un élément dangereux, externe. L’italien sort grandi de sa juxtaposition avec l’anglais, réservé aux domaines nécessaires et pragmatiques mais néanmoins susceptibles de dégrader l’image de Beyle aux yeux des autres et à ses yeux. Un homme digne de ce nom se doit d’avoir des femmes et de montrer quelque fortune pour rester élégant en société.

  • 49 Lettre de juillet 1810 à Pauline, Correspondance générale, op. cit., t. II, p. 46-47. Nous soulign (...)

Pousse ferme the father, my sister, I am wanting of money, ce qui entre nous soit dit, m’a empêché de suivre M. Gudin. […] S’il est vrai que father ait autant de dettes que thy husband le dit, io sto fresco.49

34Suivra un paragraphe en français, puis un en anglais sur les problèmes d’argent du locuteur et ses difficultés à exprimer lui-même ses besoins à son père. La première personne en anglais est réservée surtout à la dimension sociale et publique de la personnalité du locuteur – l’argent, les femmes, le paraître –, alors que la première personne italienne ouvre davantage sur les sentiments qui sont du domaine privé. Ces constantes ne sont valables qu’autant que l’italien et l’anglais sont juxtaposés dans un même énoncé. Or, nous avons seulement repéré ces deux exemples comme occurrences comportant à la fois des marques de la première personne dans les deux langues.

  • 50 P. Aurégan, Les figures du moi et la question du sujet depuis la Renaissance, Ellipses, « Culture (...)

35Les deux énoncés cités ci-dessus comportent des erreurs dues à une mauvaise maîtrise des syntaxes – il faudrait par exemple écrire « I want some money » et non « I am wanting of money ». Derrière les langues maltraitées et réunies dans la structure du français, c’est une agression portée au sens qui s’opère conjointement à la recherche d’un rythme que nous soupçonnons proche du babil. Contrairement à ce qui aurait pu être attendu, c’est l’anglais qui est le plus employé. Or, c’est une langue que ni Henriette ni Chérubin Beyle ne pratiquaient avec aisance et passion. Ainsi, les expressions où la première personne s’énonce en anglais correspondent à une rupture culturelle et psychologique d’avec le français paternel et l’italien maternel. La liberté acquise ne se réalise que dans des îlots brefs et par conséquent « insécables » d’où le sentiment de soi sort grandi. Le manque et l’absence sont des manifestations du vide central au sens lacanien50. Perturber la langue pour échapper à toute emprise porte à nier l’importance de l’expérience, car les emplois des marques de la première personne sujet du verbe en anglais ou en italien déjouent les attentes.

  • 51 Correspondance générale, op. cit, t. I, p. 21-22 et 139.
  • 52 Ibid., t. II, p. 243.

36Si on se réfère encore à l’exemple que clôt « io sto fresco », par contamination des erreurs syntaxiques en anglais, il se pourrait que l’emploi de « io » soit ici le fait d’une hypercorrection pour calquer de trop près le français. Cependant, Stendhal connaissait les usages, sa correspondance en italien le prouve. Nous en donnerons trois exemples ; les deux premiers sont respectivement du 23 décembre 1800 et du 7 juin 180451, il s’agit d’une lettre écrite en italien à Pauline en 1800 et de deux phrases italiennes en 1804. Là, les désinences verbales sont bien perçues comme suffisant à indiquer la personne. Le troisième exemple est une lettre du 30 octobre 1811 à Angela Pietragrua qui, elle, comporte de nombreuses marques de première personne sous la forme de pronoms compléments52. L’emploi de « io » est de ce fait délibéré, et, en raison de son emploi tonique qui explique sa rareté, il exprime la même violence que le « I » anglais.

  • 53 Nous reprenons la terminologie de Stern qui propose en 1985 la notion de « soi noyau » ou de « cor (...)
  • 54 Lettre de juin 1829 à Virginie Lancelot proche de l’écriture phonétique, Correspondance générale, (...)

37« Io » et « I » donnent tous les deux au locuteur l’occasion de renouveler « l’expérience de son noyau53 », c’est-à-dire de son Moi ; tout changement, toute prise de décision, ne valent d’être vécus que si, en parallèle, le locuteur stendhalien a accès à la conscience empirique de son existence. Bien que la prononciation italienne soit plus proche de la graphie que celle des langues anglaise et française, et bien que le locuteur, fâché avec l’orthographe, prenne la défense de la réforme de l’orthographe française de Merle en jouant sur l’écriture quasiment phonétique d’une lettre54, le « io » italien est une exception dans son écriture. La bigarrure du discours stendhalien se manifeste en partie par les réminiscences, parfois simples répétitions ou, au contraire, variations avec transformations, qui étoffent le discours sur soi de sonorités mélodieuses quand cela sied au locuteur.

  • 55 Lettre du 4 mai 1818 à A. de Mareste, ibid., p. 122.
  • 56 « Hélas ! ». Lettre du 16 juillet 1813 à Félix Faure, ibid., t. II, p. 425. D’autres occurrences t (...)
  • 57 Lettre du 28 avril 1814 à Pauline, ibid., p. 523. Nous soulignons.

38« Me » et « mi » en italien sont des pronoms compléments dont l’emploi est contraint par le complément d’objet à exprimer. Une citation ne fait pas sens, sauf lorsqu’elle est détournée de son espace originel et intégrée dans le fil du discours du locuteur ; « me peregrino errante55 » passe ainsi de l’état de citation du Tasse à celui de discours du locuteur, de sorte que l’effet de citation exige une expertise beaucoup plus rigoureuse de la part du récepteur. Mais, l’italien « Ohi56 ! », « Adio, servi ed ama mi57 » à la clausule peut tout aussi bien servir la dérision, jouer « la couleur locale » et donner le dernier mot à la première personne par euphonie. N’en allant pas de même pour « io », diphtongue sans équivalent aucun en français, les occurrences de ce dernier déplacent l’intérêt du verbe qu’il précède sur lui, le pronom personnel sujet « chantant ». La fameuse épitaphe au centre de Souvenirs d’égotisme ne fait pas précéder les verbes de pronom tonique afin de laisser en valeur les actes et non la force agissante. « Io » redouble, en effet, la désinence verbale tel un démonstratif.

  • 58 Pensées, Le Divan, op. cit., vol. 39, p. 101. Nous soulignons.

Je n’ai étudié jusqu’ici que des caractères tragiques, se io volo diventar comique, il faut en étudier de ridicules, odieux, etc.58

39Seule l’ambition de l’écrivain se manifeste pleinement dans la langue du bonheur, la seule qui permette d’affirmer ses désirs mi-sérieux mi-moqueurs

  • 59 « Mon ambition serait d’avoir “un imprimeur qui m’imprimât gratis, alors je me livrerai librement (...)

Mon ambition serait d’avoir un stampatore che mi strampasse gratis, allora io sbiz(z)ar(r)ei liberamente.59

  • 60 Le locuteur souligne l’aporie du français en donnant l’équivalent d’« oggetto » : « L’objet de ma (...)

40L’italien n’est pas mieux traité que l’anglais. La maîtrise stendhalienne de la langue italienne est aussi douteuse ; l’essentiel demeure dans les sonorités et l’imaginaire véhiculé par la langue que sa mère Henriette maîtrisait assez bien semble-t-il pour lire la Divine comédie dans le texte. L’italien sert de repoussoir à l’esprit de romanesque hyperbolique – ce que Stendhal appelle étrangement « espagnolisme » – qui peut faire nommer l’objet du désir « oggetto mio60 ».

  • 61 Lettre du 20 septembre 1807 à Périer-Lagrange, Correspondance générale, op. cit, t. I, p. 616. Nou (...)
  • 62 Lettre du 20 novembre 1812 écrite à Smolensk, ibid., t. II, p. 391. Nous soulignons.

41C’est également la seule langue qui apaise. Rédiger « e anch’io61 » peut montrer à quel point le locuteur n’est pas satisfait à l’idée de passer l’hiver en Allemagne. Sans long discours, en employant délibérément la langue du Sud adoré, le mécontentement est évoqué ; de même « la mia cara Italia62 » signifie pendant un instant l’évasion, tout particulièrement l’évasion de Smolensk où se déploient des troupes de l’Empereur, lieu honni de l’écriture. La douceur sonore de l’adjectif possessif italien – forme double comme l’est uniquement le pronom possessif français –, donne certainement au francophone qu’est Stendhal le sentiment d’un lien plus serré encore entre le possesseur et le possédé. Mais, la douceur italienne reste inséparable d’une certaine fantaisie.

42L’anglais et l’italien sont les deux supports du discours sur soi. Le latin auquel a recours le locuteur dans les citations joue un rôle bien secondaire. Les citations latines des textes stendhaliens ne comportent en effet que la désinence verbale comme marque de la première personne. Très souvent, les citations se trouvent sur l’espace de la feuille par un espace, un blanc avant ou après le texte de la main du locuteur. La citation ainsi ciselée, même si elle est erronée, montre une prise en charge distanciée des propos tenus. La première personne est vraiment exprimée de manière indirecte, par un discours autre et à valeur gnomique.

  • 63 Lettre du 22 avril 1818 à A. de Mareste, ibid., t. III, p. 116.
  • 64 Le 9 juin 1811 en citation et le 24 septembre 1813 en titre, Œuvres intimes, op. cit., t. I, p. 71 (...)

43En revanche, le latin de première personne « Audivi63 » dans le fil du discours – seule occurrence que nous ayons relevée renvoyant au locuteur – met l’accent sur l’action exprimée et sur la légitimité de ce que rapporte le locuteur. Le ton se fait grandiloquent et sans réplique, voire hyperbolique par le ton solennel adopté pour aborder des chroniques mondaines. Seul le latin fait vraiment de soi un autre soi-même par le non-emploi à des marques fortes de la première personne ; par sa concision, le discours est sans appel. « Nosce te ipsum64 », l’accusatif de la citation de Delphes postulait que la division du sujet est facteur de connaissance. Quand cette injonction glisse du stade de citation dans un fragment à celui de titre, la réflexion sur soi par la référence antique est valorisée ; s’encourager à une introspection raisonnée est valorisant, car le latin est la langue d’étude des doctes. En même temps, ce vœu pieux de connaissance parfaite et totale de soi reste du domaine de l’idéal et les limites d’une telle réflexion sont peut-être signifiées, parallèlement, par la délégation de la parole à l’autre dans un titre programmatique. Le refuge dans la langue classique, à cause de sa rigueur mathématique et ses expressions figées auxquelles le locuteur ne saurait s’astreindre, enjoint à un retour sur soi, mais n’exprime pas ce qu’est l’individu. La première personne n’a de toute façon pas vraiment droit de cité dans l’Antiquité. Cette situation ne saurait convenir à Stendhal qui veut se montrer dans son discours.

  • 65 Lettre d’octobre 1806, Correspondance générale, op. cit., t. I, p. 568. L’enthousiasme pour les so (...)
  • 66 « The german tongue me fait oublier entièrement l’anglais », lettre du 9 juin 1807, ibid., p. 604.

44Nous terminerons le tour d’horizon des premières personnes étrangères par une remarque sur la première personne allemande. Elle est inusitée, par dégoût stendhalien de cette langue que le locuteur ne réussit jamais à apprendre, par manque de motivation et d’application. Le désir de faire « couleur locale » dans ses courriers, alors qu’il est en campagne militaire et en terre allemande ne se manifeste guère. En 1806, Beyle achève une lettre à sa sœur par les deux premiers mots qu’il sait sans doute écrire, et il y apparaît une erreur : « mine libe (sic). Tu vois que je sais déjà quelques mots allemands65 ». De fait, il est rarement question de l’allemand dans sa correspondance ; lorsqu’il en est question, à la clausule d’une missive pour sa petite sœur, c’est dans un énoncé ironique en anglais66 !

  • 67 9 octobre 1811, Œuvres intimes, op. cit., t. I, p. 812.

45Le pronom de la première personne « ich » n’apparaît qu’une fois et encore est-ce dans un cas particulier. En effet, c’est au bénéfice d’un emploi détourné pour élaborer la signature composite « Is Ich Charlier67 ». Le « is » anglais participe de l’harmonie sonore de l’ensemble où l’assonance doucereuse en [i] éveille les soupçons sur le sérieux d’un tel pseudonyme. La boucle des positions pronominales est néanmoins ici condensée, sans doute involontairement, mais avec une telle fulgurance que cela mérite d’être noté ; de la troisième personne énoncée dans la langue de la liberté à la première personne tellement difficile à atteindre qu’elle est exprimée dans la langue la moins appréciée de Stendhal, la tension du soi et du non-soi est exprimée ; « Charlier » est un nom propre qui ne résout rien et laisse entier le mystère du nom, c’est-à-dire de la naissance et de l’accomplissement de soi.

46En définitive, les sonorités, la vie quotidienne et culturelle allemande sont moins porteuses d’imaginaire, de sorte que dès les débuts du scripteur, l’anglais et l’italien conserveront le monopole. La littérature devient une sorte de jeu de rôles dans lequel le locuteur devient italien ou anglais avec « I ».

47Quand il pratique le collage de premières personnes anglaises ou italiennes à son discours, le scripteur sait ce qu’il est et où il en est.

  • 68 D. Oster, L’Individu littéraire, op. cit., p. 94.

S’il est impossible ou même sot de vouloir remonter du texte à l’auteur, puis de l’auteur à l’homme, comme pour en sonder positivement les reins et le cœur, c’est parce que tout écrivain est fictif et parce que tout homme est sa fiction.68

48Dépasser ce stade s’avère vite nécessaire, pour échapper à la crise pathologique et pour assurer la continuité de l’entreprise scripturale. Mieux vaut projeter une fiction de soi au risque de se perdre que de ne plus parvenir à se dire. L’assimilation des marques de première personne dans le discours stendhalien révèle l’échec de sa langue maternelle à assouvir son désir de diction de soi.

49De fait, l’oblique demeure la meilleure procédure pour s’approcher de son centre, même si celui-ci est une illusion en domaine autobiographique. La porosité générique entre le biographique et le fictif, associée aux répétitions intratextuelles et intertextuelles, fait du locuteur une voix pugnace et déterminée. Les langues étrangères constituent également un procédé pour éprouver les limites de l’individu, de même que les répétitions en contextes variés ou les différentes positions verbales qu’il adopte.

Notes

1 Nous renvoyons à la partie « Langues étrangères ou le comment d’un idiolecte stendhalien » de notre thèse, L’Écriture stendhalienne et les défis du JE. Étude des écrits à la première personne, thèse sous la direction de F. Claudon soutenue à Paris-XII, le 2 avril 2003, p. 284-297.

2 Citation de Condillac, F. Récanati, La transparence et l’énonciation, Pour introduire à la pragmatique, Seuil, 1979, p. 17.

3 M. Arrive, F. Gadet, M. Galmiche, La grammaire d’aujourd’hui. Guide alphabétique de linguistique française, Flammarion, 1986, p. 595-596.

4 K. Stierle, « Identité du discours et transgression lyrique », Poétique, 1977, no 32, p. 425.

5 Ibid., p. 427. Auparavant, l’auteur a observé le fonctionnement de la métaphore. « Si la métaphore se définit essentiellement comme transgression d’un contexte sémantique, alors la poésie lyrique se définira comme transgression des schèmes discursifs qui conditionnent les possibilités élémentaires d’organisation de l’état de fait […] et de son attribution à la matérialité des faits […] », p. 430. L’indétermination du locuteur n’a d’égale que celle du récepteur.

6 Ibid., p. 434.

7 B. Didier, Stendhal, Ellipses, Paris, 2000, p. 95.

8 Non seulement les histoires d’amour sont des batailles à mener pour Stendhal, mais elles sont plus faciles à écrire quand le récit en français est truffé de termes anglais ; il en va ainsi par exemple dans l’évocation de ses sentiments pour Alexandrine Daru, pour Métilde et pour la mystérieuse Earline.

9 Ch. Coutel, « L’interlocution dans les Lettres philosophiques de Voltaire », Cahiers scientifiques de l’université d’Artois, études réunies par A. Chamayou, Arton Presses Université, Centre de recherches littéraires « Imaginaire et Didactique », no 10 consacré à « La lettre et la règle du Je », 1999, p. 66.

10 Article « Angleterre », Dictionnaire des littératures de langue française, Bordas, t. I, p. 44-48.

11 Lettres à Beyle du 19 janvier 1805 et du 7 mars 1806, Correspondance générale, Champion, 1998, t. I, p. 249 et 550.

12 « I am just today thirty four years old » commence A. de Mareste le 12 sept. 1818, Correspondance générale, Champion, 1999, t. III, p. 149.

13 Lettre du 28 avril 1810 en anglais à Pauline, ibid., t. II, p. 21. Lettre du 18 novembre 1821 rédigée en anglais au rédacteur de l’Examiner, alors que Beyle est à Londres depuis octobre, ibid., t. III, p. 354-359.

14 Comme le 14 août 1827, ibid., t. III, p. 646.

15 Lettre du 15 mai 1834 à Sarah Newton de Tracy, ibid., t. V, p. 232.

16 W. A. Guentner, Stendhal et son lecteur, Essai sur les Promenades dans Rome, Gunter Narr Verlag Tubingen, Études littéraires françaises, 1990, p. 110-111.

17 L’emprunt est d’abord l’acte par lequel une langue accueille un élément d’une autre langue, le terme étranger finit par être incorporé dans la langue receveuse. Des éléments, des tours, des mots peuvent migrer vers une autre langue.

18 M. Levowitz-Treu, « Stendhal, l’anglais et le surmoi », Stendhal Club, Grenoble, 1983, no 99, p. 373-377.

19 « […] Loin de prôner l’anarchie langagière, loin de croire à une perfectibilité de la langue, et mieux, loin de travailler à une brutale extension du lexique ou à une révolution du vocabulaire, on va le voir se déclarer ouvertement fixiste en matière de langage, et classique quant à l’idéal linguistique. Il est bien loin en ce sens de l’idéologie et de son idéal de mouvement permanent selon l’invention des besoins et du savoir, c’est-à-dire des choses qui viennent constituer l’être de l’homme et demander leur inscription dans les mots : […]. Pour lui, le fait fondamental, c’est que la langue est fixée en France. », M. Crouzet, Stendhal et le langage, Paris, Gallimard, 1981, p. 355. Une fois ses repères langagiers bien fixés, le locuteur Stendhal va en fait miser sur le jeu de la connotation.

20 Le 11 mai 1804, « Il vaut mieux exprimer mal le véritable que supérieurement un autre quelque approchant qu’il soit », Œuvres intimes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1981, t. I, p. 77. Le 11 novembre 1814, Beyle affirme qu’un homme du monde n’a « pas plus de quatre cents mots à son usage », ibid., p. 919 ; néanmoins, il vaut mieux ne pas corriger « pour rendre plus noble », de peur d’obscurcir le discours, ibid., 22 nov. 1824, p. 920.

21 Lettre du 11 mai 1804 à Pauline, Correspondance générale, op. cit., t. I, p. 134.

22 D. Oster, L’individu littéraire, PUF, « Écriture », 1997, p. 92.

23 Nous rappelons les différentes analyses les plus pertinentes sur la question ; B. Didier, « Le secret du journal », L’ARC, éditions Le Jas, 1983, no 88, p. 6-10.

24 À la faveur d’une relecture, le locuteur juge son énoncé dans une note en regard du passage rédigé : « This seems to me sublime. » Histoire de la peinture en Italie, édition établie par V. Del Litto, Gallimard, « Folio Essais », 1996, 23 janvier 1819 note de V. Del Litto, p. 653.

25 Comme cette considération politique : « For me. Ce qui montre la bêtise des Bourbons c’est que voulant un pouvoir absolu, ils ne prennent pas cette route », Vie de Napoléon, Stock, 1998, Note du chapitre XXIII.

26 Œuvres intimes, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1982, t. II, p. 282.

27 F. W. J. Hemmings, « Est-il bon, est-il méchant ? Les catégories morales dans la Vie de Henry Brulard », Stendhal et les problèmes de l’autobiographie, Grenoble, PUG, 1976, p. 47.

28 Lettre du 5 novembre 1816, Correspondance générale, op. cit., t. II, p. 731.

29 « Pour moi seul » commence une note relative aux observations de Van de Wall, ibid., p. 101.

30 Œuvres intimes, op. cit, t. II, p. 159, 225.

31 10 avril 1837, ibid., p. 293.

32 Une seule occurrence de titre de fragment est en français : « Préface pour moi », au sujet de la préface de La Chartreuse de Parme, septembre 1840, Œuvres intimes, op. cit, t. II, p. 396.

33 3 juin 1811, ibid., t. I, p. 678. Nous soulignons.

34 Lettre du 30 septembre 1816 à Crozet, Correspondance générale, op. cit., t. II, p. 706.

35 Ibid., p. 182.

36 Clausule d’une lettre du 26 mars 1820 à A. de Mareste, Correspondance générale, op. cit., t. III, p. 269.

37 Lettre du 4 janvier 1831 à A. de Mareste, ibid., t. IV, p. 6.

38 M. Erman, « La langue autre », Stendhal et l’Angleterre, Liverpool University Press, 1987, p. 363.

39 Vie de Henry Brulard, Gallimard, « Folio », 1983, p. 195 ; Vie de Henry Brulard écrite par lui-même, édition diplomatique de G. Rannaud, Bibliothèque du xixe siècle, 1996-1997, t. II, fo 98, p. 276.

40 Lettre du 13 avril 1810, Correspondance générale, op. cit., t. II, p. 19.

41 Pauline s’est mariée le 25 mai 1808. Lettre de mai 1808, ibid., t. I, p. 772.

42 Tournure fréquente dans le journal, la correspondance et VHB. Un exemple apparaît notamment dans les Pensées, dans Œuvres complètes, éd. Henri Martineau, Paris, Le Divan, 1927-1937, tome 38, p. 268.

43 Op. cit., p. 359-360.

44 20 janvier 1812, ibid., p. 820.

45 Ibid.

46 « […] tis for that que Mocenigo is perhaps done for me », 30 juin 1814, Œuvres intimes, op. cit., t. I, p. 907.

47 7 sept. 1813, ibid., p. 882.

48 Pensées, Le Divan, vol. 38, op. cit., p. 187.

49 Lettre de juillet 1810 à Pauline, Correspondance générale, op. cit., t. II, p. 46-47. Nous soulignons

50 P. Aurégan, Les figures du moi et la question du sujet depuis la Renaissance, Ellipses, « Culture et histoire », 1998, p. 36.

51 Correspondance générale, op. cit, t. I, p. 21-22 et 139.

52 Ibid., t. II, p. 243.

53 Nous reprenons la terminologie de Stern qui propose en 1985 la notion de « soi noyau » ou de « core self » : il se constitue des traces mnésiques d’expérience indissociablement affectives, motrices et perceptives. Cette mémoire de récognition génère l’expérience de sa continuité dans le temps. Dans « Identité de la personne », Psychologie française, Dunod, 1990, tome 35-1, p. 30.

54 Lettre de juin 1829 à Virginie Lancelot proche de l’écriture phonétique, Correspondance générale, op. cit., t. III, p. 727.

55 Lettre du 4 mai 1818 à A. de Mareste, ibid., p. 122.

56 « Hélas ! ». Lettre du 16 juillet 1813 à Félix Faure, ibid., t. II, p. 425. D’autres occurrences terminent des lettres à Pauline, ibid., p. 542 et 576. La tournure erronée « oime ! », Lettre à A. de Mareste du 30 août 1820, ibid., t. III, p. 299. Nous soulignons.

57 Lettre du 28 avril 1814 à Pauline, ibid., p. 523. Nous soulignons.

58 Pensées, Le Divan, op. cit., vol. 39, p. 101. Nous soulignons.

59 « Mon ambition serait d’avoir “un imprimeur qui m’imprimât gratis, alors je me livrerai librement à ma fantaisie” », Lettre à A. de Mareste du 14 novembre 1818, Correspondance générale, op. cit., t. III, p. 170. Nous soulignons.

60 Le locuteur souligne l’aporie du français en donnant l’équivalent d’« oggetto » : « L’objet de ma flamme, comme on dirait au grand siècle. » Note du 9 juin 1811, Œuvres intimes, op. cit., t. I, p. 691.

61 Lettre du 20 septembre 1807 à Périer-Lagrange, Correspondance générale, op. cit, t. I, p. 616. Nous soulignons.

62 Lettre du 20 novembre 1812 écrite à Smolensk, ibid., t. II, p. 391. Nous soulignons.

63 Lettre du 22 avril 1818 à A. de Mareste, ibid., t. III, p. 116.

64 Le 9 juin 1811 en citation et le 24 septembre 1813 en titre, Œuvres intimes, op. cit., t. I, p. 710 et p. 888.

65 Lettre d’octobre 1806, Correspondance générale, op. cit., t. I, p. 568. L’enthousiasme pour les sonorités germaniques sera de courte durée. Dans une lettre du 29 novembre 1809 à sa sœur, le locuteur aura toujours une graphie fantaisiste pour rapporter les propos brefs d’une sentinelle allemande, ibid.

66 « The german tongue me fait oublier entièrement l’anglais », lettre du 9 juin 1807, ibid., p. 604.

67 9 octobre 1811, Œuvres intimes, op. cit., t. I, p. 812.

68 D. Oster, L’Individu littéraire, op. cit., p. 94.

Auteur

Université de Paris-XII

© UGA Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search