Version classiqueVersion mobile

La Crise de la littérature

 | 
Alain Vaillant

Troisième partie. Auteurs en crise

16. Les fleurs du mal, chef-d’œuvre comique du xixe siècle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Spleen de critique

Voir dans le comique l’élément essentiel de la poétique des Fleurs du Mal ne trahit pas le désir un peu pervers d’ajouter un appendice étrange, décalé et somme toute secondaire au massif de la critique baudelairienne. C’est une évidence de lecture qui s’est d’emblée imposée à moi et qui, pendant longtemps, m’a amené à me tenir à l’écart du recueil de 1857 – comme, d’ailleurs, de la critique baudelairienne. Je voyais bien (ou, plutôt, je croyais bien voir) que le rire était la clé de l’œuvre, mais je n’étais pas sûr qu’elle ouvrît grand-chose. Au fond, mon impression n’était pas si éloignée des contemporains de Baudelaire qui, sans être toujours ses ennemis, ont souvent vu dans sa poésie une mystification particulièrement habile – voire, si l’on veut, géniale. Puis, c’est à force d’une lecture littérale des textes – des poèmes comme des écrits journalistiques ou intimes – que j’ai cru percevoir les contours d’une entreprise littéraire originale et cohérente, qui fai...

© UGA Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search