Version classiqueVersion mobile

La Crise de la littérature

 | 
Alain Vaillant

Troisième partie. Auteurs en crise

12. Lamartine, esthète de la pensée

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lamartine, l’illustre inconnu du romantisme de 1820

Il est très difficile de mesurer aujourd’hui, et surtout d’éprouver dans sa pleine violence, le sentiment d’extraordinaire nouveauté qu’a suscité, en mars 1820, la parution des Méditations poétiques de Lamartine – de ce mince recueil de 24 poèmes et de 118 pages – : peut-être avons-nous là d’ailleurs, à bien y songer, le seul véritable événement littéraire de notre littérature moderne, capable d’imposer, presque instantanément et unanimement, un nouvel auteur et une nouvelle écriture qui bouleversent, par le seul fait de leur existence, le rapport de chacun à la littérature et, davantage encore, aux émotions profondes qui le conditionnent1. Nous en trouvons cependant le témoignage, assez juste quoique amplifié par la nostalgie, dans une lettre de Sainte-Beuve datée du 19 novembre 1865, s’efforçant de communiquer son enthousiasme de romantique à un jeune poète de vingt et un ans, Paul Verlaine :

Non, ceux qui n’en ont pas été témoins ...

© UGA Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search