Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Crise de la littérature

 | 
Alain Vaillant

Première partie. Histoire d'une crise

5. Trois études de bibliométrie

Texte intégral

Le romantisme et la galaxie Gutenberg

1La période romantique constitue un moment privilégié : les auteurs, désengagés du mécénat, sont dans l’attente d’une culture nouvelle et vivent dans un univers apparemment ouvert à tous les possibles ; le champ littéraire est en jachère mais, comme par compensation, tout peut y pousser. Que se passe-t-il, concrètement, entre 1820 et 1850 ? À cette question, une étude précise de la production imprimée, menée à partir du dépouillement de la table systématique annuelle de la Bibliographie de la France, peut apporter des premiers éléments de réponse. Cette table est ordonnée suivant l’ancien système quinaire des libraires de Paris (« théologie », « jurisprudence », « sciences et arts », « belles lettres », « histoire »), et chacune de cinq catégories est elle-même subdivisée en un certain nombre de parties, allant de deux à quinze, détaillées en annexe. Pour cette enquête, il a fallu, pour limiter l’énorme travail de dépouillement bibliographique, sélectionner une année sur cinq, soit, pour éviter les périodes perturbées par divers aléas politiques ou économiques, 1817, 1822, 1827, 1832, 1837, 1842, 1847. À partir des données brutes, un premier « toilettage » permet de retirer une masse hétérogène d’imprimés (annuaires, catalogues de vente, journaux, etc.) qui, signalés dans la source officielle, méritent d’être écartés d’une statistique bibliométrique. Les chiffres obtenus sont donc les suivants :

Tableau A. La production imprimée de 1817 à 1847, d’après la Bibliographie de la France (nombre de notices)

Tableau A. La production imprimée de 1817 à 1847, d’après la Bibliographie de la France (nombre de notices)

2La faiblesse numérique de la production éditoriale est évidente, et reflète une culture de l’imprimé encore étroite et diffusée auprès d’un public limité et relativement homogène. Encore ces chiffres prennent-ils en compte nombre de prospectus, de rapports administratifs ou d’opuscules réservés à un usage privé qui relève de ce que nous considérerions aujourd’hui comme de la « littérature grise ». Ainsi une vérification par sondages, pour l’année 1822, amène-t-elle à réduire des 2/5 les chiffres de production : par exemple, 150 des 563 ouvrages religieux sont faits d’ouvrages non commercialisés, à diffusion paroissiale, 201 des 281 notices de « jurisprudence » concernent des factums qui ne dépassent pas le cadre d’une affaire particulière, 284 des notices de « politique, économie politique et administration » cachent des tracts, des pétitions imprimées et autres feuilles volantes. Il n’y a donc pas 5470 « livres » imprimés en 1822, mais 3 300 environ, soit 10 % de la production actuelle. Sous la Restauration, l’acte éditorial reste un acte isolé, artisanal, qui dépend d’initiatives individuelles mais dont on espère en retour qu’il résistera à l’usure du temps. Le livre est un objet rare et intellectuellement précieux, sauf le tout-venant de la production de romans : d’où le souci des « bons romanciers », comme Balzac, de comparer leurs romans à des publications plus sérieuses (livres de philosophie, de science, d’histoire). Quant aux 2/5 de « livres » qui n’en sont pas vraiment, ils constituent trois ensembles distincts.

3Le premier forme un vaste fourre-tout. Comme tout ce qui est imprimé doit être déclaré au préalable et déposé, on y trouve tout et n’importe quoi, du discours de banquet à la brochure publicitaire, telle celle-ci, qu’on croirait tout droit sortie d’un roman de La Comédie humaine : Traité de l’origine des glaires, de leurs effets, et des désordres qu’elles produisent dans l’économie animale ; avec l’exposé de la méthode à suivre pour les guérir efficacement soi-même par l’usage de l’élixir tonique anti-glaireux. Par M. D…, docteur en médecine de la faculté de Paris, 5e édition, in-12 de 2 feuilles 1/6. Imp. de Nouzou, à Paris. À Paris, chez Oulès, pharmacien, rue de Grenelle Saint-Germain, no 29 [1822, n1364]. Le deuxième groupe comprend des documents qui trouveraient aujourd’hui leur place dans la presse, spécialisée ou générale : discours politiques, comptes rendus de procès, polémiques dans des domaines de politique locale, résultats d’expériences scientifiques ou médicales, etc. On perçoit nettement ici une lacune, l’absence de ce flot d’informations périodiques qui va croître de la monarchie de Juillet à la Troisième République. La troisième catégorie est la plus étrange et la plus instructive. Les ouvrages annoncés proviennent de personnes qui ont des choses à dire, sur n’importe quel sujet, privé ou public, en rapport ou non avec leur activité professionnelle. Ils vont voir un imprimeur, et font tirer à un faible nombre d’exemplaires un ouvrage qu’ils vendront ou distribueront comme ils le pourront. En voici quelques spécimens :

  • L’Art de jouir de la vie par les plaisirs, par un agréable et utile emploi du temps, et par le choix des moyens d’être heureux, en douze entretiens ; recueillis et publiés par C. C. Martin de Salins, ancien vérificateur des comptes de l’administration [1822, no 196] ;
  • Grande découverte qui doit faire époque dans l’histoire du monde et révolutionner la science de la médecine. In-8° d’une demi-feuille. Imp. de Le Normant, à Paris. Signé : Dutertre, ex-capitaine d’artillerie et ancien élève de l’École polytechnique [1822, no 981] ;
  • De l’immortalité de l’âme. Ouvrage posthume de M. Honoré-Noël-François-Dominique Barallier fils, de Marseille, décédé le 24 juillet 1821, dans sa dix-septième année. Revu, classé par ordre de matières et publié par M. Dominique Barallier, avocat, son père. In-8° de 4 f. 1/2. Imp. de Dubié [1822, no 1074] ;
  • Ouvrage dédié au bon, juste et sage Louis XVIII, roi de France et son sauveur par sa juste prudence, et à son auguste famille royale ; et à MM. les membres du collège électoral du département de Seine-et-Marne ; session du 13 novembre 1822 pour l’arrondissement de Fontainebleau ; par les soins et les veilles du sieur Antoine Duguet, membre dudit collège, laboureur et propriétaire, demeurant à Herbauvillers, maire de cette commune depuis plus de trente ans ; mis en vers libres, et le tout prouvé par l’expérience en 4 chapitres. In-8° d’une demi-feuille. Imp. Michelin, à Melin [1822, no 5352]1.

4On devine, à travers ces exemples, choisis parmi beaucoup d’autres, une innocence perdue. L’homme de 1822 n’a pas encore pris conscience du caractère nécessairement médiatique de la communication sociale et ne perçoit pas le passage, évidemment problématique, du singulier au collectif. Une telle naïveté se retrouve chez tous les héros balzaciens qui, convaincus de leur génie, débarquent à Paris et découvrent avec désappointement qu’il faut apprendre les règles du jeu avant de jouer avec les autres ; et, d’une certaine manière, elle est aussi celle de Balzac.

5Revenons cependant aux catégories de la Bibliographie de la France. Le tableau B synthétise les résultats obtenus, pour les sept années témoins.

6Sans doute l’organisation de la table en catégories et sous-catégories paraît-elle souvent arbitraire ou aléatoire. Quels points communs entre la philosophie, les sciences occultes, la gymnastique et la marine, agglomérées aux onze autres domaines des « sciences et arts » ? Que viennent faire les publications des sociétés diverses et secrètes, où se trouve en 1832 un compte rendu de conseil d’administration, dans la section « histoire » ? Non seulement les catégories sont peu cohérentes, mais les livres sont répartis avec beaucoup de fantaisie : ici un roman s’est égaré en « histoire », là un poème en « politique » ou un livre de musique en « art militaire ». Ces flottements montrent que la réflexion sur le savoir humain est encore très éloignée des efforts de systématisation qui aboutiront, en 1876, à la classification décimale de l’Américain Dewey. Mais ils n’empêchent pas de laisser apparaître les tendances principales de l’édition française, qu’on peut résumer en deux mouvements symétriques. D’un côté, la « théologie » et la « jurisprudence », après avoir bénéficié elles aussi de l’augmentation des années 1820, déclinent en valeurs relatives après 1830 : leur part dans l’édition passe respectivement de 12,2 et 7 % sous la Restauration à 9,7 et 4 % sous la monarchie de Juillet, selon les années de l’échantillon. Or il s’agit de deux vieilles disciplines facultaires.

Tableau B. La production de livres de 1817 à 1847, par grands secteurs éditoriaux. (source : Bibliographie de la France)

Tableau B. La production de livres de 1817 à 1847, par grands secteurs éditoriaux. (source : Bibliographie de la France)

va : valeur absolue

7En revanche, les savoirs récents, marqués par les Lumières et la Révolution française (« sciences et arts » et « histoire ») progressent (30,6 et 18 % sous la Restauration ; 38,1 et 21 % sous la monarchie de Juillet). Les chiffres sont encore plus significatifs si l’on s’attache à des sous-catégories plus précises : de 1817 à 1847, la « liturgie » passe de 158 à 60 titres, la « philosophie » de 40 à 131 titres, l’ensemble « mathématique », « physique », « chimie » et « pharmacie » de 84 à 195 titres. Un changement culturel profond ressort de ces derniers chiffres : à une culture – catholique – déclinante (mais la déclivité est douce : la littérature religieuse représente encore 9,2 % du total en 1847) se substitue peu à peu une pensée laïque, ouverte aux curiosités et aux interrogations du siècle, philosophiques et scientifiques. Si l’on revient au tableau B, il faut constater que l’ensemble « belles lettres » suit une évolution beaucoup plus proche de la « théologie » que des « sciences » et qu’elle paraît elle aussi appartenir au passé : si elle profite, plus que tout autre secteur, de l’embellie des années 1820, sa trajectoire sous Louis-Philippe est à peine plus favorable que l’édition religieuse. Ce n’est pas le moindre paradoxe de la nouvelle littérature romantique de vouloir préparer et désigner l’avenir tout en représentant une vieille tradition. Le dilemme auquel se heurtent les écrivains paraît insurmontable : soit ils revendiquent l’autorité et le prestige des belles lettres de jadis – ce « genre scolastique » dont parle Hugo – et se satisfont d’un repli en bon ordre, soit ils veulent tirer parti des nouveaux modes de publication, et perdent toute initiative au profit du marché du livre et surtout de la presse.

La crise de l’édition de romans sous la monarchie de Juillet

8Dans les domaines politique et social, le règne de Louis-Philippe fait figure d’intermède entre la Restauration et le rétablissement de l’Empire, et constitue une période d’hésitations et de tâtonnements où tout paraît faisable, mais où rien de décisif ne s’accomplit. À cause de cette indécision et du renoncement que symbolisent, pour des raisons différentes, les journées de juin 1848 et le coup d’État du 2 décembre, la monarchie de Juillet semble le moment, à la fois riche d’initiatives et figé dans une sorte d’impuissance, où se joue le sort d’un certain xixe siècle. C’est aussi ce qu’illustre l’édition de romans, dont la crise bloque durablement une expansion que, pourtant, tout laissait prévoir. Le graphique C, qui présente l’évolution de ce secteur de la librairie de 1831 à 1847, illustre ainsi deux phénomènes que les analyses quantitatives et les témoignages contemporains permettaient de pressentir.

Graphique C. L’édition de romans (1830-1848)

Graphique C. L’édition de romans (1830-1848)

9La courbe dessine trois « creux » correspondant à trois chutes brutales de la production dues à la conjoncture économique ou politique, autour des révolutions de 1830 et 1848 et durant les années 1840-1841 : on a affaire, grosso modo, à des cycles décennaux. Mais il est plus significatif de noter que, à une période de forte progression puis de maintien à un haut niveau (1833-1838), succède un marasme seulement ponctué de hauts et de bas. La production fluctue ainsi entre 318 (1837) et 408 titres annuels (1838) de 1833 à 1838, entre 245 (1847) et 309 (1839) entre 1839 et 1847. L’apparition du roman-feuilleton, en 1836, est un autre indice de cet engouement pour la fiction, que confirme le graphique D, en permettant de comparer l’édition littéraire en général et la production de romans.

Graphique D. Édition littéraire et édition de romans (1831-1847)

Graphique D. Édition littéraire et édition de romans (1831-1847)

10Si les deux tracés sont globalement analogues, faisant apparaître une progression passagère après 1830 puis un déclin, la chute commence, pour la littérature considérée globalement, dès 1835-1836. L’euphorie des années 1836-1838 est donc un phénomène spécifique au roman, qui rend l’effondrement des chiffres d’autant plus insupportable. Dans ce contexte, on comprend l’espoir des contemporains, qui ont cru qu’advenait, pour longtemps, un âge d’or pour la littérature romantique et le roman, puis l’aigreur de leur déception. L’éditeur Edmond Werdet, qui avait personnellement participé à l’aventure, écrit :

  • 2 Edmond Werdet, De la librairie française, Paris, Dentu, 1860, p. 117.

Le jour de la mise en vente d’un livre de Victor Hugo, de Chateaubriand, de Lamartine, Benjamin Constant, Jay, Jouy, Casimir Delavigne, ou autres, l’heureux magasin de l’heureux éditeur était littéralement assiégé, soit par les flots d’un public affamé, soit par de longues files de libraires-commissionnaires. Oh ! Que les temps sont changés depuis ! Plus d’éditeurs de romans, plus de commis-voyageurs ! À peine par-ci par-là quelqu’un disposé à en lire hors du rez-de-chaussée des journaux ! Les dieux s’en vont…2

11Cependant, ce sont les produits traditionnels de l’édition de romans qui sont les plus durement touchés : l’édition d’œuvres complètes, les livres au format in-32, l’édition provinciale et les volumes de contes.

12Au début du xixe siècle, la publication d’œuvres complètes permet avant tout aux éditeurs de puiser commodément dans un vaste vivier de textes connus, afin d’atteindre un plus large public, notamment provincial, moins sensible aux soubresauts de la littérature parisienne. De plus, si l’opération réussit, elle assure à son promoteur la constitution de fonds propres qui, dans une deuxième étape, lui donneront les moyens de prendre des risques dans la publication de textes contemporains. Werdet a débuté ainsi, et Balzac s’y est essayé, avec les œuvres complètes de Molière et de La Fontaine en 1825. Plus généralement, la librairie de la Restauration sort du marasme où l’avaient plongée les guerres napoléoniennes grâce à des éditions volumineuses de textes classiques, dans tous les formats et à tous les prix. Cette exploitation du fonds traditionnel se prolonge au-delà de 1830, mais s’y ajoutent, pour le roman, des auteurs à succès, récents ou contemporains, pour lesquels la publication en œuvres complètes, préfigurant déjà le principe de la collection éditoriale, a l’avantage de fidéliser le public. Très logiquement, le graphique E, qui fait apparaître les évolutions de ce secteur, reflète celles de l’édition littéraire en général : une très forte progression jusqu’en 1835 (entre 80 et 108 titres annuels), un déclin de 1836 à 1838 (44-77 titres), puis une stagnation jusqu’en 1847, à moins de 40 titres annuels.

13Quant à la liste chronologique des romanciers ainsi publiés en « œuvres » ou en « œuvres complètes », elle montre la place prépondérante occupée par les Anglais, qui semblent bien jouer le rôle de classiques populaires, et l’importance des « petits » auteurs (Kock, Ducange, Pigault-Lebrun, Soulié, etc.) :

  • 1831 : Scott
  • 1832 : Cooper, Nodier, Tieck
  • 1833 : Cooper, Ducange, Hoffmann, Kock, X. de Maistre
  • 1834 : Kock
  • 1835 : Kock, Scott
  • 1836 : Cooper, Mme Cottin, Kock, Raban, Saint-Aubin, Sand
  • 1837 : Alphonse Brot, Kock, Marryat, Sand, Scott, Sue
  • 1838 : Alphonse Brot, Cooper, Ducange, Hoffmann, P.-L. Jacob, Kock, Pigault-Lebrun, Saint-Aubin, Sand, Scott, Soulié, Sue
  • 1839 : Cooper, Kock, Marryat
  • 1840 : Cooper, la comtesse Dash, Kock, Pigault-Lebrun, Saint-Aubin, Sand, Scott, Soulié, Sue
  • 1841 : Cooper, Kock, Scott
  • 1842 : Cooper, Fiévée, Sand, Scott
  • 1843 : Cooper, Hoffmann, Sand
  • 1844 : Ducray-Duminil, Jules Lecomte, Sand, Scott
  • 1845 : Cooper, Scott
  • 1846 : Cooper, Sue
  • 1847 : Mme Cottin, Sand, Scott.

Graphique E. Édition d’œuvres complètes

Graphique E. Édition d’œuvres complètes

14Il était prévisible que l’édition d’œuvres complètes, apparue en période de prospérité, déclinât avec la crise ; elle renaîtra lorsque les circonstances le permettront. En revanche, des années 1840 date un phénomène plus durable pour l’histoire culturelle de la librairie française : le déclin d’une production artisanale de fiction, souvent à bon marché et de petit format, publiée en marge de la littérature parisienne.

15Les graphiques F-H fournissent trois indices, d’ailleurs étroitement corrélés, de cette évolution : la baisse du format in-32, souvent utilisé pour le colportage, de l’édition provinciale, et des « contes et nouvelles » (pour l’essentiel, récits médiévaux, contes de fées et contes orientaux). Il s’ensuit une standardisation des formats et une concentration des lieux d’édition provinciaux dans quelques grandes villes (Avignon, Lille, Limoges, Lyon, Nancy, Tours).

Graphique F. Édition d’œuvres in-32

Graphique F. Édition d’œuvres in-32

Graphique G. Édition provinciale

Graphique G. Édition provinciale

Graphique H. Contes et nouvelles

Graphique H. Contes et nouvelles

16Le besoin en contes et récits brefs n’a pas disparu, mais passe désormais par d’autres canaux de diffusion : la publication par livraisons de recueils collectifs et, surtout, les périodiques quotidiens, hebdomadaires ou mensuels qui fournissent le public familial en nouvelles ou en romans débités en tranches. En outre, la Bibliographie de la France annonce, à partir de 1844, la réimpression en volume des romans parus en feuilleton et offerts en prime aux nouveaux abonnés : 2 en 1844, 8 en 1845, 16 en 1846, 19 en 1847. Ce phénomène nouveau révèle une mutation plus profonde de l’édition de romans. Traditionnellement, l’œuvre nouvelle était publiée en in-8° (7,50 F/volume), puis rééditée en in-12 (2-3 F/volume) ou en in-18 (1-2 F/volume). Un roman de taille moyenne fait couramment 2 volumes in-8° (15 F), 3 in-12 (6-9 F) ou 4 in-18 (4-8 F) : dans tous les cas, le prix reste élevé et les tirages limités. Or le graphique I offre peut-être les courbes les plus révélatrices de cette enquête bibliométrique. On y constate que l’édition in-8°, malgré la crise et les fluctuations conjoncturelles, demeure, de 1832 à 1845, à une moyenne de 164 titres annuels ; au contraire, l’ensemble des in-12 et des in-18 décroît dès 1835 et se situe, durant la même période, à un niveau moyen de 93 titres. L’écart se creuse entre l’édition d’œuvres originales et le marché de la réédition. Une étude plus précise montrerait d’ailleurs que les rééditions en tous formats profitent davantage, à mesure que le déclin du roman se confirme, aux rares vedettes du genre, consacrées par le roman-feuilleton.

17Tous les paramètres aboutissent ainsi, pour la monarchie de Juillet, à une description cohérente de la librairie de romans. On y retrouve, dans une première période, l’éventail des produits hérités de l’Ancien Régime : la publication in-8°, et toutes les formes artisanales de réédition (in-12, in-16, in-18, in-32). Les nouvelles règles économique et culturelle rendent cette palette obsolète, et tendent à y substituer des modes nouveaux d’exploitation, qui profitent provisoirement à la presse périodique. L’in-8°, vitrine de l’édition littéraire, subsiste et apparaît comme l’un des derniers bastions de l’édition traditionnelle. Mais, victorieusement concurrencé, en termes de rentabilité et de prestige, par la presse, il cesse d’être le sommet d’une pyramide et son isolement préfigure son déclin relatif, au cours du xixe siècle.

18Bien sûr, dès la monarchie de Juillet, la librairie parisienne imagine des parades : la publication par livraisons qui, par sa périodicité et son apparente modicité, mime la presse, et la « révolution Charpentier ». On connaît les caractéristiques techniques de cette dernière : un nouveau format (le grand in-18), un texte abondant qui réduit le blanc des pages à une proportion décente, un prix modéré (3,50 F), compte tenu du nombre de signes imprimés. Mais la vraie révolution est culturelle ; en constituant son catalogue avec parcimonie et rigueur, Gervais Charpentier, venu de l’in-8°, fait de sa collection une chambre d’enregistrement officieuse des « bons écrivains » :

  • 1838 : Balzac, Mme de Staël
  • 1839 : Balzac, Constant, Goethe, Goldsmith, Prévost, Mme de Staël
  • 1840 : Balzac, Mme de Krüdner, X. de Maistre, Manzoni, Musset, Nodier, Sainte-Beuve, Senancour, Mme de Souza, Mme de Staël
  • 1841 : Fielding, Goethe, Hugo, Lesage, Musset, Prévost, Töpffer
  • 1842 : Balzac, Goethe, miss Inchbald, Mérimée, Mme de Staël, Sterne, Vigny
  • 1843 : Constant, miss Burney, Goethe, Delécluze, Hoffmann, Lesage, Marivaux, Mme de Staël
  • 1844 : Goethe, Goldsmith, X. de Maistre, Nodier, Prévost, Senancour, Mme de Staël, Topffer
  • 1845 : Gautier, Goethe, Hugo, Musset, Sainte-Beuve, X. B. Saintinie, Sand, Mme de Souza, Mme de Staël.
  • 1846 : Balzac, Mme de Krüdner, Musset, Rousseau, Topffer, Vigny
  • 1847 : Balzac, Cervantès, Senancour.

19En soumettant sa politique commerciale à une véritable ligne éditoriale, Charpentier montre ainsi la voie à un futur renouveau de l’édition littéraire. Mais il exploite encore exclusivement le domaine de la réédition, et il faudra attendre, sous le Second Empire, les initiatives de Michel Lévy et, en particulier, sa collection à 1 F pour que l’éditeur reprenne l’initiative sur le terrain de la littérature contemporaine.

20Enfin, pour évaluer l’état de l’édition de romans sous la monarchie de Juillet, le bibliomètre dispose d’un instrument statistique emprunté à l’économétrie, l’indice de concentration. Le principe, qu’un exemple suffira à illustrer, est simple. Supposons que, durant une période donnée, tous les éditeurs aient publié le même nombre de livres ; 10 % des éditeurs correspondraient à 10 % des titres, 20 % des éditeurs à 20 % des titres, et ainsi de suite. Dans ce cas, l’indice de concentration, qui varie de 0 à 1, est nul. Cet indice est un paramètre capital pour diagnostiquer le fonctionnement des industries culturelles : on comprend aisément qu’une concentration insuffisante interdirait aux entreprises d’avoir les moyens de politiques claires et durables mais que, à l’inverse, une concentration excessive (donc avec un indice proche de 1) aboutit à des structures oligopolistiques où les enjeux industriels prennent inévitablement le pas sur les choix culturels.

  • 3 Indice calculé à partir des statistiques annuelles du syndicat national de l’édition.

21Soit donc, pour estimer la concentration éditoriale sous la monarchie de Juillet, un échantillon de quatre années : 1832, 1837, 1842, 1847. En 1832, 325 romans sont publiés, 364 en 1837, 333 en 1842, 282 en 1847. Or, pour ce corpus relativement modeste de titres, il n’y a pas moins de 73 éditeurs différents pour 1832, 82 pour 1837, 88 pour 1842, 67 pour 1847. 70 % d’entre eux n’ont pas publié plus de deux titres annuels, et 50 % n’ont publié qu’un seul titre. Fait encore plus significatif : sur un total de 234 éditeurs, 177, soit 75 %, ne sont actifs que pour l’une des quatre années de référence. 2 seulement sont représentés les quatre années : Baudry et Souverain. Quatorze apparaissent trois années sur quatre : Barba, Charpentier, Dentu, Desessart, Firmin Didot, Dumont, Furne, Gosselin, Louis Janet, Lachapelle, Magen, Paulin, Renault, Roux. Les indices de concentration sont donc faibles : 0,50 en 1832 et en 1837, 0,55 en 1842, 0,42 en 1847. En comparaison, il était de 0,733 pour l’édition française en 1980. La comparaison entre les deux protagonistes de l’édition littéraire est aussi instructive : le ratio auteurs/éditeurs est de 2,1 en 1832, 1,5 en 1837 et en 1842, 1,7 en 1847. Ces chiffres dérisoires se passent de commentaires : le monde des éditeurs est à peine moins éclaté que celui des auteurs. Notons que 12 auteurs sont présents dans les quatre années de l’échantillon : Balzac, Cooper, Fénelon (pour Le Voyage de Télémaque), P.-L. Jacob, Janin, Karr, Kock, Perrault, Sand, Scott, Soulié, Sue.

22On perçoit mieux, maintenant, ce qui s’est passé pendant la monarchie de Juillet. Il y eut probablement un puissant effet de mode en faveur de la fiction ; d’où une prolifération d’auteurs et d’éditeurs puis, aux alentours de 1838, une phase de surproduction. Car il manquait les cadres culturels et éditoriaux capables de soutenir le roman, à la fois vite et mal consommé, et l’essoufflement général de 1840 accélère le déclin. Quant au roman-feuilleton, il occupe l’espace que ne parvient pas à occuper le commerce du livre. S’ouvrent alors devant le roman les trois voies qu’il explorera jusqu’au naturalisme : le feuilleton avec ses contraintes spécifiques, l’adoption, à la manière de Flaubert, de l’éthique aristocratique reprise de la poésie, ou le retour au format de la nouvelle, moins sensible au conflit du journal et du livre. Pourtant, un homme tentera encore, sous la monarchie de Juillet, de sauver le roman-livre en l’identifiant à sa trajectoire : c’est le Balzac de La Comédie humaine.

L’écrivain, le critique et le pédagogue

23Cette dernière enquête bibliométrique, consacrée aux livres de critique et d’histoire littéraires publiés de 1840 à 1909, prend cette fois appui non sur la Bibliographie de la France, mais sur les catégories « critique » et « littérature » du Catalogue général de la librairie française d’Otto Lorenz, qui constitue la deuxième grande source bibliographique pour le xixe siècle et dont les catégories thématiques ont l’avantage, pour la période considérée, d’être plus stables et plus sûres. Les résultats globaux, schématisés par le graphique J, permettent d’esquisser trois périodes distinctes. De 1840 à 1852, la production de livres sur la littérature est toujours léthargique, comprise entre 0 et 5 titres. De 1853 à 1876, après une progression rapide (1853-1857), elle reste, à l’exception de 1866, entre 10 et 20 unités annuelles. Enfin, une nouvelle période de hausse commence en 1877, qui amène ce secteur à un très haut niveau (36 titres en 1887, 46 en 1888), où la production se maintient, bon an mal an, malgré un léger tassement à la fin du siècle, qui reflète sans doute la mauvaise santé générale de l’édition.

24Bien sûr, les chiffres ne doivent faire illusion et la sphère du commentaire – ainsi désignerai-je désormais, par commodité, cet ensemble de livres – est très disparate. Il convient d’abord de distinguer les diverses compilations d’articles, qui s’affichent comme telles dans leurs titres, où se retrouvent les trois vertus cardinales du journalisme culturel :

  1. L’article de presse reproduit le ton et l’éclectisme de la conversation mondaine. D’où l’abondance des causeries (du lundi, Sainte-Beuve ; du samedi, Pontmartin ; historiques et littéraires, Souvestre ; de quinzaine, Deschanel ; sur les femmes et les livres, Merlet ; littéraires et historiques, Janin ; du mercredi, Gille) et des variétés (Albert, Deschanel, Méreaux, Ratisbonne
  2. L’article de presse procède d’un mouvement d’humeur, dont la sincérité fait le prix (Au gré de la plume, Réal ; Boutades et propos, Curnillon ; Coups de plume sincères, Limayrac ; Au caprice de la plume, Liégeard ; Coups de plume, Declève ; Coups de plume indépendants, Pons), et qui tourne naturellement à la satire (Les Bas-Bleus, Barbey d’Aurevilly ; La Lorgnette littéraire, Monselet ; La Ménagerie littéraire, Artamov ; La Pie basbleu, vicomte de Grandeffe).
  3. L’article de presse imite les techniques graphiques, dont il adapte à l’écrit l’art du trait caractéristique et, parfois, caricatural ; les recueils s’intitulent alors des portraits, des profils, des croquis, des pastels ou des esquisses.

Graphique J. Livres de critique et d’histoire littéraire

Graphique J. Livres de critique et d’histoire littéraire

25Ces sous-genres sont trop sporadiques pour faire l’objet d’études diachroniques ; deux catégories, en revanche, possèdent des caractères distinctifs, invariables et objectifs :

  • les ouvrages scolaires, dont l’usage scolaire est explicitement mentionné dans le titre ;
  • les histoires de la littérature française, sans mention scolaire (Histoire de la littérature française, Histoire abrégée ou élémentaire de la littérature française, Histoire nationale de la littérature française, etc.).

26Les évolutions respectives de ces deux catégories, représentées par le graphique K, traduisent sans surprise la chronologie de l’histoire de l’enseignement. Sous Napoléon III et jusqu’aux grandes réformes scolaires de la Troisième République, l’histoire de la littérature française, maintenue à la portion congrue dans les programmes d’enseignement, se transmet essentiellement par les circuits du marché culturel et fait l’objet de synthèses rapides, qui portent la marque de leurs destinataires : car ces volumes in-8°, rédigés avec l’éloquence traditionnelle que requiert leur public bourgeois et familial, vont rejoindre dans les bibliothèques privées les livres qui manifestent la dignité de leurs possesseurs et dont la consultation est conseillée aux enfants de la maison. Aussi leur succès dépend-il aussi de la caution que leur apportent dans les préfaces les autorités morales et, souvent, religieuses ; les prospectus de librairie ne manquent pas d’y faire largement référence. La proportion s’inverse dans les années 1881-1885, à partir desquelles l’édition scolaire devient majoritaire, et ce changement est capital.

27Le temps de la prospérité impériale avait imprimé à la littérature sa marque, ou plutôt ses deux marques, opposées mais complémentaires. Le Paris festif de la rive droite, des théâtres et des cafés, se reflète dans la prose bavarde et ironique de tous les sous-produits du journalisme, où la littérature est intégrée à la culture mondaine ; parallèlement, la bourgeoisie de l’Ordre moral trouve son compte dans la représentation atemporelle de la littérature, ordonnée suivant la hiérarchie classique des genres. Pour des raisons différentes, ces deux images servent également de repoussoirs aux écrivains qui, revendiquant leur marginalité après les désillusions de la monarchie de Juillet, s’obstinent à vouloir réaliser le programme romantique d’une littérature maîtresse d’elle-même et de son devenir. Au contraire, l’histoire de la littérature française, une fois devenue l’une des principales matières d’enseignement, se rapproche des préoccupations des lycéens – et des futurs écrivains – dont elle contribue désormais à former le goût.

28Au fil du temps, cette réconciliation entre créateurs et commentateurs transforme la représentation du métier littéraire ; aux poètes pauvres et alcooliques succèdent, dans l’hagiographie de la littérature, les normaliens issus de méritante, sinon de bonne famille. Quant à la carrière des lettres, elle rejoint le petit nombre de professions que des parents ambitieux peuvent envisager pour leurs fils. Voici comment l’écrivain Pierre Mille imagine ironiquement la visite à l’écrivain d’une mère sollicitant des conseils :

  • 4 Pierre Mille, L’Écrivain, Paris, Hachette, 1925, p. 5.

– Il veut écrire. Devenir écrivain, homme de lettres, enfin.
– Et vous, qu’est-ce que vous en pensez ? Et son père ?
– Cela ne nous déplaît pas… Mais à vous ?
– À moi non plus…
– C’est que vous avez toujours l’air de rire…
Je ne ris pas, je souris. Je souris de satisfaction, j’admire comme la bourgeoisie se réconcilie successivement avec toutes les forces qui sortent d’elle, mais dont pourtant, durant longtemps, elle s’est méfiée, qu’elle considérait comme en révolte ou en dissidence.4

29Lorsque Pierre Mille écrit ces lignes, en 1925, la littérature est effectivement devenue une voie d’avenir. Les élèves d’avant-hier sont devenus adultes, et consommateurs. La littérature repose désormais sur un marché captif, venant combler une attente et un besoin que des années d’enseignement se sont chargées de susciter.

30Mais l’École, en adoptant l’histoire littéraire, l’a aussi adaptée à sa propre finalité. Il s’agit moins pour elle de développer un savoir proprement historique que de perpétuer la mémoire de modèles admirables et reproductibles. Plutôt que d’être intégrée à un ensemble collectif, l’œuvre littéraire est considérée comme le témoignage d’un génie singulier ou comme l’expression accomplie d’une forme éternelle. Le graphique L montre ainsi, sans ambiguïté aucune, que le progrès général du commentaire s’explique à peu près exclusivement par la prolifération des monographies consacrées au grands auteurs du Panthéon national, au détriment des ouvrages d’inspiration proprement historique.

  • 5 Pour le xvie siècle, Rabelais, Montaigne et Ronsard ; pour le xviie siècle, Corneille, Molière, Ra (...)

31Cette tendance monographique amène aussi à une sur-représentation croissante des xviie -xviiie siècles. Si l’on s’en tient aux ouvrages consacrés aux figures principales de l’enseignement littéraire5, la progression des « classiques » est irrésistible (voir le graphique M). De 1840 à 1909, la hiérarchie entre les trois siècles modernes est immuable : soit, par ordre croissant d’importance éditoriale, xvie, xviie et xviiie siècles. Mais, alors que les chiffres sont sensiblement comparables dans les premières années, il apparaît au début du xxe siècle que le xvie siècle n’a pratiquement pas progressé, que le xviiie siècle a suivi une courbe légèrement ascendante et que, en revanche, le xviie siècle, après une hausse très rapide dans les années 1870-1880, est bien devenu, plus encore qu’aux premiers temps du romantisme militant, le « siècle scolaire » par excellence, et le symbole enfin unanimement reconnu de la tradition nationale.

Annexes

Annexe. Table systématique de la Bibliographie de la France (1811-1847)

théologie : bibles, extraits et ouvrages relatifs/liturgie/catéchistes, cantiques, sermonaires/apologistes, mystiques, etc.

jurisprusdence : droit étranger/droit français.

sciences et arts : encyclopédie, philosophie, morale, métaphysique/éducation et livres d’éducation/politique, économie politique, administration/finances/commerce, poids et mesures/physique, chimie, pharmacie/histoire naturelle/agriculture, économie rurale, vétérinaire et domestique/sciences occultes/gymnastique et jeux/arts et métiers/beaux-arts/médecine et chirurgie/mathématiques/astronomie/marine/art, administration et histoire militaires.

belles lettres : introduction et langues/rhétorique et éloquence/poétique et poésie/théâtre/romans et contes/philologie, critique et mélanges/polygraphes/mythologie et fables/épistolaires.

histoire : géographie/voyages/chronologie/histoire universelle, ancienne et moderne/histoire sacrée et ecclésiastique/histoire ancienne, grecque et romaine/histoire moderne des différents peuples : histoire de France/antiquités/sociétés diverses et secrètes/sociétés savantes/histoire littéraire et bibliographie/journaux/biographie et extraits.

Notes

1 La Bibliographie de la France cite le poème, écrit en stances de quatre vers, à peu près de la même longueur. Voici la seconde stance : « Je ne demande ni place, ni rang, ni récompense ;/L’envie de faire le bien sera toujours la jouissance ;/Je veux servir mon Dieu, mon Roi et mon pays ;/C’est toute mon ambition et mon unique envie. »

2 Edmond Werdet, De la librairie française, Paris, Dentu, 1860, p. 117.

3 Indice calculé à partir des statistiques annuelles du syndicat national de l’édition.

4 Pierre Mille, L’Écrivain, Paris, Hachette, 1925, p. 5.

5 Pour le xvie siècle, Rabelais, Montaigne et Ronsard ; pour le xviie siècle, Corneille, Molière, Racine, Bossuet et La Fontaine ; pour le xviiie siècle, Voltaire, Rousseau, Diderot et Montesquieu.

Table des illustrations

Titre Tableau A. La production imprimée de 1817 à 1847, d’après la Bibliographie de la France (nombre de notices)
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3899/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Tableau B. La production de livres de 1817 à 1847, par grands secteurs éditoriaux. (source : Bibliographie de la France)
Légende va : valeur absolue
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3899/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Graphique C. L’édition de romans (1830-1848)
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3899/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Graphique D. Édition littéraire et édition de romans (1831-1847)
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3899/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Graphique E. Édition d’œuvres complètes
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3899/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Graphique F. Édition d’œuvres in-32
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3899/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Graphique G. Édition provinciale
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3899/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Graphique H. Contes et nouvelles
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3899/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Graphique I
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3899/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Graphique J. Livres de critique et d’histoire littéraire
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3899/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Graphique K
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3899/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Graphique L
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3899/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Graphique M
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3899/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

© UGA Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540