Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Crise de la littérature

 | 
Alain Vaillant

Première partie. Histoire d'une crise

4. Mesure de la littérature

Texte intégral

L’un ou le multiple ?

1Que leurs praticiens eux-mêmes en aient ou non une claire conscience, l’histoire et la critique littéraires reposent, depuis les textes fondateurs de Mme de Staël, sur la conviction a priori, ayant presque force de dogme, que l’intime connaissance des grandes œuvres – des « chefs-d’œuvre » – suffit à comprendre non seulement les faits esthétiques eux-mêmes, mais les réalités historiques qui les ont partiellement déterminées ou dont elles sont la manifestation artistique. Cette conviction s’appuie elle-même sur deux croyances assez unanimement partagées. D’une part, on se représente spontanément l’ensemble des productions littéraires en un tout hiérarchisé, ayant un centre constitué des textes majeurs, et une périphérie dont l’intérêt littéraire serait disséminé en une grande masse d’objets médiocres ; si je puis oser cette métaphore agricole, il y aurait un noyau de littérature intensive, et un vaste domaine voué à la littérature extensive. Sans en induire nécessairement un jugement de valeur à proprement parler, il paraît donc raisonnable méthodologiquement, pour qui veut connaître la littérature, d’aller directement à son centre, parce qu’il a plus de chances d’en retirer des enseignements majeurs – quitte à mener quelques excursions périphériques, par acquit de conscience. D’autre part, il est généralement admis, même si l’explication théorique qu’on en donne varie selon les écoles et les doctrines, que le chef-d’œuvre – artistique et, davantage encore, littéraire – vaut précisément par sa capacité à décanter, à concentrer et à transformer en structures signifiantes le réel de l’Histoire, et notamment de l’histoire littéraire : pourquoi donc passer par la recherche longue et aléatoire d’innombrables productions de second ordre alors que quelques œuvres offrent, au terme d’un travail d’analyse autrement gratifiant, la quintessence de ce que le spécialiste a à connaître du contexte littéraire, et donnent même accès à des perspectives inaccessibles par les ressources ordinaires du travail historique ?

  • 1 Au demeurant, l’histoire littéraire est un sujet inépuisable de colloques, de journées d’études ou (...)

2Bien sûr, ces deux croyances, ici résumées sous leur forme la plus élémentaire, s’appuient sur toutes sortes d’appareils conceptuels complexes, qu’il serait trop long de passer en revue et de discuter. Est-il même utile et pertinent de se livrer à cette discussion, tant que ces croyances n’auront pas été mises à l’épreuve, n’auront pas été confrontées, pour une fois aussi concrètement que possible, à la masse épaisse, indifférenciée, des discours qui, à chaque moment de l’histoire littéraire, sont tenus, écrits, imprimés, lus, sous toutes les formes possibles de la communication littéraire ? Aucun protocole théorique ne saurait annuler une réalité qu’il est bien difficile de ne pas trouver gênante, sinon invalidante : les travaux les plus exigeants de critique littéraire, les recherches les plus érudites d’histoire littéraire sont menés et accueillis à leur juste valeur alors que nous continuons à ignorer la plus grande part de cet immense flux de production littéraire – sans rien dire de toutes les autres sortes de discours sociaux – qui constitue, pour ainsi dire, l’atmosphère propre qui donne vie aux grandes œuvres1.

  • 2 Voir Luc Fraisse dir., Pour une esthétique de la littérature mineure, Paris, Champion, 2000.
  • 3 Ce fut le cas, pour les physiologies politiques sous la monarchie de Juillet, dont Nathalie Preiss (...)

3Cette situation, scandaleuse au regard de la science, a fait d’ailleurs naître une sorte de mauvaise conscience, qui suscite de nouveaux types de recherche. Il est ainsi de plus en plus fréquent de s’intéresser aux minores, aux auteurs dont les œuvres sont aujourd’hui dans l’oubli, alors mêmes qu’elles ont joué un rôle, secondaire mais repérable, dans la vie littéraire de leur temps. Ces exhumations sont utiles, et ont souvent permis de remettre en lumière des formes marginales de création d’un intérêt esthétique ou historique incontestable2. On comprend bien, cependant, qu’il ne peut s’agir que d’ajouter quelques nouvelles individualités aux anciennes, sans modifier l’optique fondamentalement monographique de la recherche. Une seconde approche, plus neuve dans son principe, consiste à étudier l’évolution de micro-genres ou de sous-genres historiquement déterminés, et d’analyser d’un point de vue collectif et formel des textes qui, considérés isolément, n’auraient pas retenu l’attention3. Cette démarche, plus proche de l’approche quantitative, présuppose encore, cependant, une définition et une taxinomie des genres encore trop abstraites, en comparaison de la dérive et de l’interpénétration permanente des catégories culturelles que révèle l’observation brute de la production littéraire.

4Surtout, l’objectif n’est pas, ou plutôt ne doit pas être, en opposant à l’étude monographique des œuvres traditionnellement commentées l’examen de vastes corpus, de rétablir une forme de justice dans l’établissement du Panthéon des grands écrivains, d’inverser ou de modifier les hiérarchies reçues : cela reviendrait à opposer un jugement de valeur à un autre, ce qui ne peut se faire qu’au nom d’une doctrine esthétique fermement établie. En revanche, il paraît raisonnable de supposer, sauf preuve du contraire, que la connaissance des tendances générales et collectives de la production littéraire, considérée dans ses liens éventuels avec l’ensemble des faits contextuels, est indispensable pour interpréter et, le cas échéant, mieux estimer les œuvres singulières – cette estime étant inséparable du sens historique que l’analyse permet de leur donner. Deux exemples empruntés au xixe siècle permettront d’illustrer l’enjeu de ce détour méthodologique.

5Il est habituel et pour ainsi dire rituel, chaque fois qu’il est question de retracer l’histoire du « drame romantique », de partir de la bataille d’Hernani et de ses prodromes, puis de suivre les étapes de la carrière dramatique de Victor Hugo jusqu’à la « chute » des Burgraves, en 1843, censée marquer le déclin du genre, dont la durée de vie n’aurait donc pas excédé une quinzaine d’années et s’identifierait, à quelques pièces de Dumas père, Vigny et Musset près, à l’œuvre de Hugo. Or cette vision, pèchant par l’extrapolation évidente qui est faite d’un écrivain isolé à une conclusion globale, inverse à peu près totalement le phénomène qu’elle devrait représenter. Dans la réalité des faits, on observe, dès l’Empire avec le succès du vaudeville et du mélodrame, une demande forte et durable du public – de tous les publics – pour un théâtre qui, sans être un pur divertissement de tréteaux, soit moins oratoire, plus dramatique et plus proche du réel que le théâtre classique, figé à la fois par la tradition classique et par les contraintes propres de l’alexandrin. Ce mouvement puissant, qui lorgne vers Shakespeare et l’idée d’un théâtre en prose, s’exprime par exemple, en 1823-1825, dans le Racine et Shakespeare de Stendhal. C’est donc contre la tendance dominante de son époque que Hugo, grâce à son autorité de chef d’école poétique auprès des jeunes élites littéraires et artistiques de la fin de la Restauration, impose une nouvelle forme de théâtre littéraire – sorte de théâtre d’avant-garde moins rhétorique mais, en un sens, encore plus poétique que le modèle classique – : aussi son échec était-il prévisible et permettra-t-il, mais avec une génération de retard, le triomphe du drame en prose avec Alexandre Dumas – le fils, et non plus le père –, puis du « théâtre à thèse » qui fera encore les beaux jours du théâtre français, jusque dans les années 1950.

6Même contresens de la part d’une histoire littéraire qui s’en tient à une succession chronologique de monographies d’auteurs, à propos de l’évolution de la poésie française, aux xviiie et xixe siècles. Une vulgate historique voudrait que nous assistions, sur cette longue période, à une longue et inexorable exténuation du vers syllabique, au profit d’une conception authentiquement « moderne » du vers, libéré de son archaïque métromanie. Or, c’est tout le contraire : non seulement le romantisme a été, d’abord, un mouvement de puissante restauration de la versification, alors qu’il était à peu près entendu, au sortir du xviiie siècle, qu’il ne devait désormais y avoir de véritable émotion poétique qu’en prose, mais encore on ne pourrait alors comprendre comment le plus « moderne » des poètes, Baudelaire, a imposé sa modernité grâce à un recueil en vers, Les Fleurs du Mal. Pendant tout le xixe siècle, les pratiques non syllabiques, très minoritaires, prennent place en fait dans un océan innombrable de vers syllabiques, au sein d’une pratique générale et familière de versification : isoler l’analyse des « révolutions poétiques » du xixe siècle de leur terreau de vers métrifiés risque de n’avoir aucun sens historique, ni aucune pertinence esthétique.

7Il serait bien sûr prématuré d’opposer une histoire à une autre ; en revanche, il apparaît légitime de poser la nécessité, méthodologique et historique, de prendre en compte, sans a priori d’aucune sorte, les pratiques littéraires réelles, parce qu’elles prédéterminent les processus cognitifs et génétiques de la création littéraire, même la plus anomique en apparence. Ce que je suggère ici est donc très loin des principes de l’anthropologie contemporaine, qui scrute les comportements sociaux et culturels sur fond d’indifférenciation esthétique. De même, le militantisme louable des premiers spécialistes de la « littérature populaire », qui a consisté à prendre la défense, idéologique mais aussi artistique, de toute production culturelle issue de groupes sociaux tenus à l’écart de la culture « légitime », a fini par brouiller la vision et à faire plus de mal que de bien à ceux qui, sur des bases strictement scientifiques, s’efforçaient de décrire les mécanismes complexes et interagissant entre eux de l’histoire littéraire et culturelle.

8On a pu croire que la sociologie littéraire, celle-là notamment qui procédait des travaux de Pierre Bourdieu, aurait enfin les moyens de mener à bien une telle description. Mais elle s’est heurtée à un double écueil. En reprenant à son compte pour l’organisation du champ littéraire les notions de centre et de périphérie, de littératures légitime et illégitime, elle a finalement reproduit, sans autre forme de procès, les hiérarchies de l’idéologie scolaire, dont Bourdieu fut en effet l’un des premiers théoriciens : le postulat confinait ici à la tautologie déguisée. De plus, la sociologie des champs, utile jusqu’à un certain point pour rendre compte des stratégies professionnelles, des masques, des scénographies ou des prises de position idéologiques découlant du fonctionnement du champ littéraire, s’est vite révélée incapable, au-delà de quelques hypothèses de bon sens sociologique, de répondre à l’attente de toute histoire littéraire, c’est-à-dire de mettre en relation l’évolution des genres et des pratiques esthétiques avec les déterminations propres du « système » ou de l’« institution » littéraire, en somme de proposer ce que j’appelais en introduction une poétique historique des formes.

De la bibliométrie littéraire

9Le bilan de ces multiples tentatives pour échapper à l’habituelle pratique monographique de la critique littéraire paraît donc bien mince. Pourtant, il existe, depuis le xviiie siècle, un ensemble de méthodes quantitatives qui, notamment grâce à l’élaboration, au traitement et à l’interprétation de données statistiques, sont devenues les auxiliaires habituels des sciences sociales. Il n’est pas inutile de le préciser à l’intérieur d’un livre s’adressant à des spécialistes de littérature, pour qui l’irruption des chiffres dans le monde des lettres passe généralement sinon pour la plus insupportable des profanations, du moins pour la pire des incongruités : l’emploi de la statistique ne vise nullement à gommer ni à nier la nature irréductiblement singulière des unités comptabilisées, mais à faire apparaître, le plus souvent au moyen de séries chronologiques, des évolutions, des ruptures ou des corrélations souvent invisibles par l’examen des faits bruts et dont l’interprétation repose sur l’analyse qualitative des réalités littéraires. L’histoire quantitative joue le même rôle que les données expérimentales dans les sciences physiques : elle sert à infirmer et à confirmer des hypothèses, donc à dépasser le niveau de l’observation extérieure, grâce à un constant va-et-vient entre les phénomènes envisagés et les abstractions statistiques.

  • 4 On pense ici, bien sûr, aux travaux de lexicométrie d’Étienne Brunet, dont on trouvera une présent (...)
  • 5 Voir Carla Bozzolo et Ezio Ornato, Pour une histoire du livre manuscrit au Moyen Âge. Trois essais (...)
  • 6 Voir ci-dessous, p. 108.
  • 7 Ainsi définie, la bibliométrie n’a aucun rapport avec la bibliometry anglo-saxonne, qui mesure la (...)

10Donc, comptons. Mais il reste à décider ce qu’il faut compter, et comment le faire. Dans le domaine littéraire, l’unité de compte est soit textuelle, soit matérielle. On peut imaginer de faire des statistiques sur les textes, sur les phrases, sur les mots, voire sur les graphèmes ou les phonèmes4. Mais, concrètement, le texte littéraire est inséparable du support matériel qui permet sa diffusion et sa conservation ; la statistique a donc intérêt à porter sur ces supports, variables selon les époques : manuscrit, livre imprimé, périodique, sans compter toutes les formes d’enregistrement analogiques ou numériques, présentes ou à venir. Par exemple, la connaissance de la culture écrite du Moyen Âge a considérablement progressé grâce aux statistiques concernant la production manuscrite des divers scriptoria, la circulation de ces manuscrits et leur localisation dans les bibliothèques monastiques, ainsi qu’à la faveur d’études quantitatives sur les grands genres médiévaux5. Tous les supports ne sont pas non plus également pertinents au regard de l’histoire littéraire. Une statistique sur les incunables au xve siècle est du plus haut intérêt pour l’histoire de l’édition ; en revanche, l’essentiel de la vie intellectuelle passant encore par le manuscrit, c’est évidemment ce support que devrait privilégier le spécialiste de littérature. De même, les données concernant l’in-32 au xixe siècle, format populaire, traditionnel et utilisé pour le colportage, fournira des renseignements très différents des chiffres de l’in-octavo, privilégié par les éditeurs de nouveautés littéraires6. Enfin, la bibliométrie7 – tel est en effet le nom de la technique visant à produire des données statistiques sur le livre – peut porter soit sur le nombre d’exemplaires produits et sur les tirages, soit sur le nombre de titres : dans le premier cas, il s’agit plutôt de s’intéresser à des phénomènes de réception ou à l’économie de l’imprimé, dans le deuxième à la production éditoriale et, en amont, à l’activité intellectuelle et littéraire.

11Comment compter ? Le plus difficile, et le plus important, est de disposer de sources fiables : il serait ainsi du plus haut intérêt de pouvoir évaluer les flux de manuscrits – lettres ou ouvrages divers – au xviiie siècle, mais l’objectif est sans doute impossible à atteindre, même par approximation. L’incertitude qui pèse sur la plupart des sources invite d’ailleurs à rester au plus près des données brutes, sans recourir à des instruments statistiques trop sophistiqués, qui risquent de cacher les imperfections dues à la source même : dans le cours de mes enquêtes bibliométriques, je me contenterai donc de simples séries chronologiques présentant les résultats soit en valeur absolue, soit en valeur relative lorsqu’il s’agira d’analyser l’évolution propre de la littérature à l’intérieur de l’ensemble de l’édition. La seule « manipulation » consistera à « lisser » les courbes par le recours à des « moyennes mobiles centrées sur trois ans » (la valeur retenue pour l’année n est la moyenne des années n - 1, n, n + 1), de manière à éviter que des résultats ponctuels aberrants viennent rendre illisibles et ininterprétables les données statistiques, schématisées sous forme de graphiques.

12Admettons donc que la bibliométrie littéraire puisse apporter quelques renseignements utiles sur la circulation de la production écrite ou imprimée, mais rien ne prouve, a priori, qu’elle ait vocation à être mieux qu’un savoir annexe et accessoire et à faire accéder à cette histoire non monographique de la littérature qui nous fait défaut. Cette méfiance s’impose en effet pour l’âge classique, où les pratiques mondaines, discursives, manuscrites, conversationnelles et, en un mot, non éditoriales continuent à jouer le premier rôle. En revanche, le xixe siècle est marqué, on l’a vu, par l’irruption des logiques propres à l’imprimé public – livre ou périodique – dans le fonctionnement du système littéraire, et par les mutations, nombreuses, profondes et durables, qui s’ensuivent. Bien sûr, la littérature ne se réduit pas à l’imprimé public, mais son histoire résulte désormais de sa confrontation avec les nouvelles formes de communication littéraire, liées à l’émergence des industries culturelles modernes et d’un système médiatique.

13Dans ce contexte précis, l’étude systématique et à grande échelle de la presse périodique et, d’autre part, la bibliométrie littéraire sont donc les instruments principaux dont a besoin l’histoire littéraire du xixe siècle pour sortir du jeu de miroirs que lui présente la série d’images, de représentations et de stéréotypes dont le reflet ne cesse de se réverbérer d’un ouvrage sur l’autre – qu’il s’agisse du sacre de l’écrivain ou de son contraire, de la « prostitution » des hommes de lettres, de la marginalité littéraire ou de la naissance d’une littérature populaire ou de la presse de grande diffusion, etc. De façon plus détaillée, les trois questions auxquelles la bibliométrie a les moyens d’apporter des réponses chiffrées sont les suivantes :

  1. Quelles sont les évolutions précises de l’édition française, considérée dans son ensemble, au cours du xixe siècle ? On admet que, de façon très générale, ce siècle est marqué par un vaste mouvement d’alphabétisation qui consacre le « triomphe du livre » ; mais encore convient-il d’en préciser le rythme, et il n’est d’ailleurs pas sûr que le livre – en comparaison d’autres types d’imprimés (notamment le journal) en soit le premier bénéficiaire – ou que toutes les catégories de livres soient également concernées.
  2. En particulier, il importe de distinguer, au sein de l’édition, la littérature proprement dite, et de se demander si la spécificité culturelle de la littérature fait du « livre littéraire » un objet spécifique sur le plan statistique, ou s’il est soumis aux mêmes inflexions que l’édition globale.
  3. Enfin, il est vraisemblable que les transformations de la littérature liées à l’influence de la communication éditoriale influent sur la hiérarchie entre les grands genres (roman, théâtre, poésie) et sur les caractéristiques formelles de la production littéraire : se profile ainsi, au terme de l’enquête bibliométrique, une histoire quantitative de la littérature, susceptible de proposer une périodisation originale et de conduire à un essai d’interprétation générale de l’évolution littéraire des xixe-xxe siècles.

Sources et classifications bibliométriques

14Reste le problème de la source. Or, le statisticien dispose, pour le xixe siècle, d’un instrument de recherche exceptionnel : la Bibliographie de la France qui, créée par un décret impérial de 1811, a charge d’annoncer tous les ouvrages déposés par les imprimeurs au Dépôt légal du ministère de l’Intérieur, suivant la procédure prévue par le décret du 5 février 1810 sur la librairie. Grâce à cette réglementation d’inspiration strictement répressive et administrative, il est donc possible d’établir des séries bibliométriques continues, de 1811 jusqu’aujourd’hui.

15Cependant, aucune source statistique ne peut prétendre à l’exhaustivité, et plusieurs facteurs ont influé sur la fiabilité de la Bibliographie de la France. La publication a ainsi globalement perdu en efficacité au cours du xixe siècle, du moins pour sa partie officielle et bibliographique : d’une part, l’affaiblissement de la contrainte administrative, après la chute du Second Empire, a encouragé les imprimeurs à se soustraire à l’obligation du dépôt ; d’autre part, l’augmentation du nombre de titres publiés et déposés n’a sans doute pas été accompagnée d’un accroissement des moyens et du personnel, ce qui a contraint, comme on croit le comprendre à l’occasion du débat sur le Dépôt légal qui s’ouvre à la fin du siècle, à négliger parfois des catégories jugées secondaires, au regard du commerce de la librairie (par exemple les publications des sociétés savantes) : il est probable que le tassement des chiffres de production, avant la Première Guerre mondiale, s’explique en partie par les défaillances du Dépôt légal. La Bibliographie de la France est d’ailleurs passée en diverses mains au cours de son histoire. Jusqu’en 1856, elle appartient en propre à la famille du libraire Pillet. Elle est ensuite gérée par le Cercle de la librairie, qui en détermine les évolutions jusqu’en 1925. À cette date, la réforme du Dépôt légal, qui impose le double dépôt (d’éditeur et d’imprimeur) à la place du seul dépôt d’imprimeur et confère un rôle primordial à la Bibliothèque nationale, au détriment à la fois du Cercle de la librairie et du ministère de l’Intérieur, donne à l’institution son visage actuel et lui octroie des moyens de contrôle accrus. Mais une modification si profonde du fonctionnement administratif entraîne nécessairement des changements considérables dans les critères d’enregistrement et de classement des livres.

16Une autre difficulté technique porte sur la classification systématique adoptée pour l’établissement des tables annuelles dont le dépouillement est à la base de la statistique bibliométrique : elle évolue à plusieurs reprises depuis 1811, et ces changements sont eux-mêmes très significatifs de l’attitude des intellectuels et des professionnels à l’égard de la culture du livre.

17De 1811 à 1847, le classement est fondé sur les divisions traditionnelles de la librairie, qui reflètent un état du savoir à peu près figé depuis la Renaissance : théologie, jurisprudence, sciences et arts, belles lettres, histoire. Les seules variations apparaissent à l’intérieur des catégories principales. La section belles lettres est ainsi divisée en 1811 :

  • introduction à l’étude des belles lettres
  • grammaires et dictionnaires
  • rhétorique et éloquence
  • poétique et poésie
  • théâtre
  • mythologie et fables
  • romans et contes
  • philologie, critique, mélanges
  • polygraphes
  • épistolaires.

18Cette organisation, beaucoup trop morcelée pour permettre une exploitation scientifique, traduit en outre les hiérarchies et les subdivisions pratiquées dans l’enseignement, très influencé par les vieilles catégories rhétoriques, plutôt que les réalités du marché de la librairie. On remarquera, en particulier, la double confusion entre la « poétique » et la « poésie », et entre les « romans » et les « contes », ainsi que la forte représentation de la sphère scolaire et universitaire (« introduction à l’étude des belles lettres », « grammaires et dictionnaires », « rhétorique et éloquence », « philologie, critique, mélanges », « épistolaires »), par rapport à la création de littérature vivante. De plus, plusieurs infimes remaniements viennent perturber encore le traitement quantitatif de ces données bibliographiques : en 1814, les « polygraphes » sont fondus avec les « épistolaires », alors qu’apparaît, peut-être dans le contexte qui accompagne la fin de l’Empire et des guerres, la catégorie « Ana, esprits, facéties ». En 1816, « grammaires et dictionnaires » disparaît, son contenu migrant dans « introduction à l’étude des belles lettres ». Quant aux « ana », ils s’ajoutent à nouveau à l’ensemble « philologie, critique, mélanges » dont on les avait sortis. Et comme pour revenir parfaitement à l’état antérieur, les « polygraphes » se retrouvent distingués des « épistolaires ». En 1821, l’apparition des « langues » marque l’intérêt croissant pour l’aspect linguistique en général et pour les langues étrangères en particulier. Mais, dès 1827, les « langues » reviennent dans le giron de l’« introduction », et le classement restera désormais inchangé jusqu’à la fin de la monarchie de Juillet.

19En 1848, l’esprit révolutionnaire souffle, aussi, sur la Bibliographie de la France. Il y a désormais huit catégories principales :

  • théologie
  • jurisprudence
  • sciences et arts
  • belles lettres
  • beaux-arts
  • histoire des sciences, de la littérature, etc.
  • sciences sociales et politiques
  • sciences historiques.

20On notera l’émergence des sciences sociales, à la suite des divisions traditionnelles, et le développement de l’histoire, l’histoire de la littérature étant ainsi formellement distincte, dans une conception très neuve, des « belles lettres ». Quant à ces « belles lettres », elles sont elles-mêmes articulées en huit ensembles :

  • linguistique [les ouvrages y sont répartis par langue]
  • rhétorique
  • critique littéraire
  • romans, nouvelles et contes
  • poésie (généralités, poésie grecque et latine/poésie italienne/poésie française/poésie patoise/chansons/poésie anglaise, allemande, etc.)
  • théâtre (généralités, théâtres grec et latin/théâtre français : tragédies, drames, comédies, vaudevilles)
  • facéties et satires
  • mélanges littéraires.

21La rupture est très forte. D’une part, les réalités éditoriales de la littérature vivante tendent à supplanter sur les hiérarchies traditionnelles : le drame s’est ainsi interposé entre la tragédie et la comédie, genres classiques par excellence. D’autre part, le souhait est spectaculairement marqué de promouvoir les cultures étrangères (et notamment européennes) à côté et au détriment des humanités antiques : curieusement, sans doute par ricochet des préoccupations de politique étrangère de la Seconde République, la poésie italienne précède, seule avec l’antique, la poésie française dans l’ordre des rubriques.

22L’année suivante et jusqu’en 1851, le classement est inchangé, à cette réserve près que les « belles lettres » sont divisées en deux classes principales, « linguistique » et « littérature ». En 1852-1853, Empire autoritaire oblige, on en revient aux catégories de 1827. Mais la table adoptée pour les années 1854-1856 se rapproche de l’esprit de 1848. La classe « belles lettres » se présente ainsi :

  • linguistique
  • généralités de la littérature
  • art oratoire
  • poésie
  • théâtre
  • fictions en prose
  • facéties et satires
  • art épistolaire.

23Le mot de « rhétorique » a donc disparu et est remplacé par l’expression, peut-être plus noble et, à coup sûr, moins scolaire, d’« art oratoire » ; la notion de « fictions en prose » condense la vieille formule de Pierre-Daniel Huet (« des histoires feintes d’histoire amoureuse, écrites en prose avec art », Traité de l’origine des romans [1670]) et révèle un bel effort de rigueur terminologique, qui annonce notre actuelle narratologie. Quant aux littératures étrangères, elles ont disparu de la classification. Mais la principale innovation est ailleurs : chacune de ces huit divisions comporte une section spéciale, où sont réunis les « ouvrages destinés à la jeunesse » et qui enregistre le poids, économique et culturel, du livre pour la jeunesse dans l’essor éditorial du Second Empire.

24La table systématique disparaît de 1857 à 1865, et revient en 1866, avec le souci très manifeste de répartir, de façon aussi simple et pratique que possible, la masse des livres – donc en s’en tenant à des critères éditoriaux plutôt que scientifiques ou intellectuels. D’où un inévitable éclatement, qui ressort du classement principal : religion /droit/philosophie/sciences occultes/Sciences morales et politiques/sciences militaires, marine et navigation/sciences mathématiques/sciences naturelles/sciences médicales/sciences agricoles/arts industriels/histoire et études accessoires/géographie, ethnographie, voyages, guides/littérature française/littérature ancienne/beaux-arts/éducation et enseignement/divers.

25Cependant, malgré l’émiettement apparent qui évoque Bouvard et Pécuchet, la progression de la préoccupation scientifique, si sensible aussi dans l’émergence du livre de vulgarisation, qui lui est contemporaine, marque bien le déclin du vieil ordre des savoirs. Près de la « religion », qui n’est plus « théologie », figurent désormais la « philosophie » et, plus étrangement, les « sciences occultes ». Quant à la littérature française, coupée de la culture gréco-latine, elle se répartit simplement en quatre rubriques, aussi commodes que peu compromettantes : œuvres diverses, romans, théâtre, poésie. Enfin, l’événement le plus considérable, enregistré par cette table de 1866, est l’aboutissement d’une évolution entamée par la table de 1849, à savoir la disparition de la catégorie générale « belles lettres », définitivement supplantée par la « littérature ».

26Jusqu’en 1909, les modifications seront secondaires, quoique très significatives. En 1874, on substitue à la « littérature ancienne » la rubrique « littérature étrangère ancienne et moderne » ; on refait ainsi place aux littératures européennes et on coupe le lien ombilical entre la culture antique, qualifiée de « étrangère ancienne », et la française. En 1875, la catégorie « ouvrages de vulgarisation » fait son entrée, le bibliographe y réunissant, avec une remarquable pertinence, la « vulgarisation des sciences », les « éditions populaires » et les « livres de propagande ». En 1878, est créée en « littérature française » la classe « ouvrages écrits en idiomes romans » qui, jugée sans doute trop restrictive, devient en 1882 « ouvrages écrits en dialectes ou patois divers ». En 1909, ne figurent plus que les rubriques principales sans subdivision, et la classe « littérature de vulgarisation » disparaît.

27En 1910, une nouvelle table systématique annonce le retour à une visée plus synthétique, et ne comporte que neuf divisions :

  • la vie économique et sociale
  • l’enseignement
  • les religions
  • sciences historiques
  • géographie et voyages
  • les sciences
  • sciences médicales
  • les arts
  • les lettres.

28L’inspiration de la République radicale est partout visible. Les savoirs traditionnels ont été supplantés par les nouvelles préoccupations sociales (économie, vie sociale, enseignement) : le droit a disparu, et les religions acquis la marque laïque du pluriel. Quant aux « lettres » – ni « belles lettres » ni exclusivement « littérature » –, elles se présentent en cinq classes : philosophie ; littérature (réédition de chefs-d’œuvre, histoire des littératures) ; poésies et monologues ; romans, contes et nouvelles ; théâtre. La philosophie a ainsi rejoint la littérature, ou l’inverse. Le terme « littérature », quant à lui, désigne pour la première fois la littérature classique, par opposition à la création contemporaine directement classée par genres.

29Cette répartition de l’édition littéraire reposera globalement sur ces principes jusqu’en 1925. Mais la littérature est scindée, dès 1912, entre « œuvres d’auteurs français » et « œuvres traduites » des langues anciennes ou étrangères, dont on peut supposer qu’une partie au moins devait figurer auparavant dans les rubriques génériques. Enfin, la table systématique de la Bibliographie de la France disparaît après 1925, mais, en compensation, la Bibliothèque nationale publie à partir de 1928 une statistique officielle du Dépôt légal, où la littérature est ainsi subdivisée : littérature et histoire littéraire/poésie/romans/théâtre/auteurs grecs et latins. La littérature étrangère est à nouveau fondue dans la masse, sans qu’on puisse savoir précisément où ni d’après quels critères.

30Comme on le voit, la succession de nombreux modes de classement crée de nombreuses incertitudes, que le bibliomètre ne saurait méconnaître. Celles-ci obligent à adopter des règles de prudence : ne s’intéresser qu’aux phénomènes dont la durée et l’intensité reflètent, avec assez de certitude, des tendances lourdes de la production imprimée ; préférer les analyses comparatives et les séries chronologiques aux données isolées, dont l’exactitude et la pertinence peuvent être mises en doute ; ne pas descendre, pour la littérature, en deçà de ces quatre classes : la poésie, le théâtre, le roman et… le reste, dont on obtient le nombre par soustraction.

31Mais l’histoire des systèmes de classification apporte sur les évolutions de la production de livres depuis le Premier Empire des renseignements précieux et originaux. Ainsi, alors que la distribution des unités bibliographiques reste fidèle, dans la première moitié du xixe siècle, à un système d’organisation des savoirs qui, hérité de la scolastique médiévale, ne tient nullement compte de leur diffusion, il est clair que les classificateurs prennent progressivement conscience des réalités culturelles d’ordre communicationnel et éditorial – ce que traduit, de façon partielle et maladroite, l’accent mis successivement sur l’édition pour la jeunesse, l’éducation, puis la vulgarisation. En outre, cette évolution se manifeste, très concrètement, par une montée en puissance des savoirs nouveaux (techniques, sciences sociales et expérimentales) au détriment des composantes anciennes, héritées du trivium et du quadrivium médiévaux. Or, la littérature, elle aussi, subit ce reflux : l’innovation intellectuelle et épistémologique ne se fait pas sur le terrain de l’invention littéraire, malgré qu’en aient les écrivains d’hier et leurs commentateurs d’aujourd’hui. Les catégories finalement adoptées (grosso modo, littérature, roman, théâtre, poésie) disent de façon très nette une sorte de renoncement à penser la littérature, en elle-même et dans ses rapports avec les autres types de discours.

  • 8 Voir, notamment, Roger Chartier, L’Ordre des livres, Paris, Alinea, 1992 et Henri Meschonnic, Des (...)

32Enfin, ces données confirment ce qu’avaient déjà appris, entre autres, les travaux de Roger Chartier et d’Henri Meschonnic8, à savoir la valeur épistémologique originale des systèmes de classification des connaissances. Non seulement ceux-ci reflètent, de façon fine et précise, les évolutions scientifiques et culturelles de leur temps – notamment, pour le xixe siècle, la progression multiforme de la vulgarisation – ; mais il est plus frappant encore que les classificateurs, alors acteurs conscients et presque militants de la production intellectuelle, précèdent des transformations que les discours qu’ils ont charge de distribuer (donc d’ordonner) ne parviennent pas à exprimer clairement. Si leur cible commune est alors le vieux classement emprunté aux libraires de Paris de l’Ancien Régime, ils sont partagés entre deux tendances. Soit lui substituer une structuration nouvelle, d’inspiration à la fois éducative et scientifique : cette orientation est particulièrement sensible, comme on pouvait s’y attendre, en 1848 et pendant la République radicale. Soit diminuer, autant que possible, la rigueur des cadres de classement, à qui il reste inévitablement une fonction prescriptive, prendre acte des réalités du livre et élaborer une bibliographie d’un usage commercial commode : c’est le choix qu’a fait le Second Empire sous l’impulsion du Cercle de la librairie, et qui finira par s’imposer.

L’édition, la littérature et le reste

  • 9 Pour l’histoire de l’édition française, la référence fondamentale est l’ouvrage monumental en quat (...)

33Le graphique A esquisse l’allure et les inflexions de la production de livres de 1815 à 1940, à partir de données chiffrées qu’on trouvera exhaustivement en annexe, et précise le cadre éditorial dans lequel il importe de situer le sort particulier de la littérature9. Il montre tout d’abord à quel point la librairie française sort affaiblie et désorganisé de la Révolution et de l’Empire, après sa forte progression – sur les plans économiques et culturels – au xviiie siècle. Il est évident que les troubles révolutionnaires puis les guerres impériales n’étaient pas propices au développement de la lecture, et encore moins à l’exportation de livres, à une époque où le français reste une langue largement parlée par les élites européennes. Mais ce rapide déclin a des causes plus structurelles : la suppression du régime des privilèges de librairie, après la nuit célèbre du 4 août, désorganise la profession et entraîne la multiplication anarchique de petites entreprises. À cet émiettement s’ajoute la répression que subissent les corps de libraires et des imprimeurs, inévitablement compromis avec l’Ancien Régime ; les nouveaux entrepreneurs sont donc le plus souvent des anciens ouvriers imprimeurs qui ont su donner des gages politiques au pouvoir révolutionnaire mais dont la compétence intellectuelle est toute relative : de ces parvenus de l’imprimerie, Balzac a fourni, avec le vieux Séchard d’Illusions perdues, le modèle romanesque. À l’anarchie succède l’encadrement administratif : l’Empire met en place, avec le décret de 1810 sur la librairie, une réglementation tatillonne qui, en soumettant le métier d’imprimeur au système du brevet et en imposant par le biais du Dépôt légal de lourdes mesures de contrôle sur la production imprimée, enlise la profession dans des pratiques routinières.

Graphique A. Édition de livres (1815-1940)

Graphique A. Édition de livres (1815-1940)
  • 10 Notons une fois pour toutes que les crises politiques du xixe siècle sont précédées ou accompagnée (...)

34Or, c’est cette librairie archaïque, économiquement fragile, culturellement déconsidérée et socialement coupée des milieux intellectuels, qui devrait faire face à la forte demande de lecture qui, dès les années 1820, émane du public cultivé et des nouvelles couches de la bourgeoisie issues de la redistribution sociale opérée par la Révolution. Elle ne le peut évidemment pas, ce que traduit clairement la courbe : la progression progresse rapidement, passant de 3 222 titres déposés en 1815 à 8273en 1826. Mais, après la crise de l’imprimerie autour de 183010, la production stagne pendant toute la monarchie de Juillet, autour de 6-7 000 titres annuels. Il est essentiel, ici, de noter que le triomphe public de la culture romantique, à partir des années 1830, est contemporain d’une période de doutes, de difficultés et de mutation pour la librairie. Derrière les déplorations de Balzac sur le mercantilisme médiocre des libraires, se cache une réalité autrement grave, à savoir l’inadéquation de l’outil éditorial à la demande sociale. Ce dont le livre se révèle incapable, le journal le fera : ainsi s’explique, entre autres causes, la profonde affinité entre la presse et le romantisme, qui est l’une des particularités les plus remarquables de la culture littéraire de ce premier xixe siècle.

  • 11 Voir Jean-Yves Mollier, Michel et Calmann Lévy ou la naissance de l’édition moderne (1836-1891), P (...)

35Dans ce secteur économique comme tant d’autres, il faut donc attendre le Second Empire pour que soit profondément modernisée l’édition française, à la fois sur les plans financiers (grâce à l’organisation du crédit), industriel (par la modernisation et la mécanisation accélérée des techniques d’impression et de façonnage) et commercial (à la faveur du développement ferroviaire et des méthodes de marketing). De grandes figures du capitalisme éditorial, comme Michel Lévy et Louis Hachette11, émergent d’un secteur en plein boom économique, et les chiffres témoignent de ce véritable âge d’or économique de la librairie française : la production se maintient pendant tout l’Empire au-dessus de 10 000 titres annuels, avec une point de 12 459 en 1857, et elle restera à un haut niveau (autour de 12-13 000 titres) jusqu’à la fin du siècle, marquée par ce qui apparut aux contemporains comme un véritable « krach de la librairie ».

  • 12 Il convient cependant de préciser qu’Isabelle de Conihout, à qui a été confiée l’étude de « La con (...)

36Mais il s’agissait plus d’une crise de croissance. Pendant toute la seconde moitié du xixe siècle, l’édition s’était développée à un rythme accéléré, profitant à la fois de la révolution industrielle et de l’accroissement rapide du lectorat ; elle s’était organisée, sectorialisée – suivant les grands secteurs que nous lui connaissons encore aujourd’hui – et avait notamment profondément transformé le secteur du livre à bon marché. À la fin du siècle, le livre a conquis le terrain social qui lui restait à conquérir, et il lui fallait, pour continuer sa progression capitalistique, poursuivre sur la voie de la concentration industrielle et de la rationalisation commerciale. D’autres grandes industries européennes du livre – l’anglaise et l’allemande, en particulier – prennent ce chemin, inventant par exemple, dans les premières décennies du xxe siècle, le club du livre ou le livre en format de poche (collection Penguin, en 1935). L’édition française, dans un contexte marqué par les désordres internationaux (la Première Guerre mondiale et la crise de 1929), marque le pas, et ne parvient pas à sortir d’une atmosphère de marasme, ou du moins d’engorgement et de désorganisation dont témoignent les professionnels pendant toute la période : à l’exception des Années folles, marquées par une forte progression conjoncturelle – comme toutes les périodes d’après-guerre –, la courbe traduit une stagnation continue jusqu’en 1914, puis une chute très sensible dans les années 183012. On sait d’ailleurs que la réorganisation de l’édition, alors opérée de façon assez rapide et brutale, n’interviendra qu’à partir des années 1970 : s’engagera alors un vaste processus d’industrialisation et de concentration financière, qui se poursuit encore aujourd’hui et a bouleversé le paysage culturel français.

37Voilà pour le panorama général. Il est maintenant possible de suivre les évolutions propres de l’édition littéraire, figurées sur le graphique B. Son tracé est aisément lisible : puisqu’il représente en valeurs relatives la production littéraire par rapport à l’édition en général, la première se porte mieux que la seconde chaque fois qu’elle dépasse le niveau de 100, et inversement. Rappelons, d’autre part, que l’interruption entre 1856 et 1866 est due à une lacune de la source bibliométrique. Ceci précisé, les conclusions qui ressortent du graphique sont tellement nettes et massives qu’aucun soupçon lié aux incertitudes de la source bibliométrique ne pourrait les remettre en cause.

38Pendant la première moitié du xixe siècle et à l’exception des années 1820-1826, l’édition littéraire accompagne sans plus l’évolution générale du livre, et reste même, le plus souvent, généralement en retrait. Puis, l’écart s’accentue très sensiblement dès le Second Empire et jusqu’aux Années folles. On passe ainsi, de 1840 à 1900, de 101 à 60 (pour un indice 100 correspondant au rapport établi, en 1815, entre l’édition en général et la littérature) : ce qui signifie que, si en 1840 l’ensemble de l’édition a globalement progressé du même pas depuis la fin de l’Empire, la littérature a chuté presque de moitié en valeur relative, à la fin du siècle. En revanche, la situation s’inverse dans l’entre-deux-guerres, la littérature parvenant même, en 1934, à l’indice inégalé de 166.

Graphique B. L’édition littéraire/Total de l’édition

Graphique B. L’édition littéraire/Total de l’édition

39L’ensemble de ces observations conduit à deux conclusions particulièrement instructives. D’une part, les deux périodes où l’édition littéraire se distingue le plus nettement par sa progression (dans les années 1820 et 1930) correspondent aussi à des moments clés, au regard de l’histoire littéraire ; de quelque manière qu’on l’interprète, il y a bien une forte corrélation entre l’environnement socio-économique de la littérature et l’inventivité des créateurs : chaque époque nourrit les ambitions artistiques qu’elle mérite. D’autre part, tout se passe comme si l’édition littéraire prospérait lorsque les autre secteurs de la librairie stagnaient (sous la Restauration et dans l’entre-deux-guerres) et que, au contraire, elle piétinait lorsque la profession se modernisait (sous Napoléon III et, plus près de nous, dans les années 1970). Cette évolution symétrique est parfaitement logique. Quelques grands bestsellers, d’autant plus spectaculaires qu’ils sont rares, ne doivent pas faire oublier que la rentabilité du livre littéraire reste très aléatoire, trop aléatoire pour servir de fondement à une politique industrielle cohérente. L’édition, lorsqu’elle franchit un nouveau seuil d’industrialisation, tend à rechercher d’autres centres d’intérêt culturel et, à rebours, privilégie la littérature dans les périodes intermédiaires.

Graphique C. Genres littéraires et production de livres

Graphique C. Genres littéraires et production de livres

Le roman, ou la littérature-livre

40Il est prévisible que le poids croissant de l’édition dans la communication littéraire doive influer sur la nature des œuvres créées. Le graphique C représente la place relative des trois grandes catégories génériques (roman, théâtre et poésie). Sur l’ensemble de la période, la poésie passe ainsi d’un peu plus de 50 % à 10 % du total des trois genres ; inversement, le roman évolue de 20 à 80 % du total ; le théâtre, lui, baisse de 30 à 10 % : son érosion est moins nette, et l’évolution relève, on le verra, de causes spécifiques. La clarté même du tracé obtenu en fait un cas d’école. Il ne s’agit évidemment pas de l’interpréter en termes de concurrence directe : le volume de poésie ne vise pas le même public, n’est pas édité sous la même forme ni au même nombre d’exemplaires que le roman. En revanche, cette inversion traduit le bouleversement de l’image culturelle que le public se fait de la littérature, ainsi que de ses attentes esthétiques et génériques. Le graphique D présente les mêmes données, mais figurées à l’intérieur d’un triangle isocèle, qui traduit de façon encore plus spectaculaire ce changement. Il a en effet l’allure d’une ligne presque droite, qui se passe à peu près de commentaires : nous avons là l’illustration, étonnamment expressive, du fait majeur de l’histoire littéraire post-révolutionnaire, à savoir la substitution du roman (du texte fictionnel) à la poésie (du discours lyrique), comme modèle de référence.

41Si, pour l’essentiel, le tracé est rectiligne et suit l’ordre chronologique, il présente deux exceptions révélatrices. L’édition de romans, archaïque dans ses structures littéraires et économiques, n’est pas prête au bouleversement culturel qui s’opère sous la monarchie de Juillet : c’est, on l’a vu, le journal qui, notamment grâce au roman-feuilleton, en tire profit, et la poésie, telle qu’elle est héroïsée dans Illusions perdues, apparaît comme le lieu de la résistance littéraire contre les nouvelles formes de médiation et de médiatisation. Très logiquement, les années 1835-1850 sont donc marquées par un recul provisoire du roman, contrebalancée par une progression équivalente de la poésie. En revanche, à partir de 1850, jamais la poésie n’aura l’occasion d’inverser significativement son déclin.

42L’embellie que connaît le théâtre de la Belle Époque à la Première Guerre mondiale est d’un autre ordre. L’édition marque alors le pas, après un demi-siècle de progression spectaculaire. Parallèlement, le développement d’une culture aristocratique et mondaine encourage à nouveau, comme au xviiie siècle, l’établissement de réseaux semi-privés, au détriment du modèle éditorial : le monde de Proust succède à celui de Hachette, qui avait remplacé le Paris mythique de Balzac. Il s’ensuit, de 1885 à 1915, un tassement de la production romanesque, dont on aurait pu attendre qu’elle profitât à la poésie : ce qui arriva probablement, si l’on en croit la multiplication des avant-gardes poétiques. Mais la production poétique passe alors par d’autres voies, notamment la publication en revues. L’édition théâtrale, elle, permet d’enregistrer plus directement l’engouement du public cultivé des salons bourgeois pour l’art littéraire de la parole, qu’il soit donné à lire ou qu’il soit représenté en salle ou en privé. Après s’être enlisé dans les formes convenues popularisées sur les scènes du Second Empire, l’art dramatique, sous ses avatars symbolistes et post-symbolistes, apparaît comme cette liturgie du discours, simple ou solennelle, que Victor Hugo avait programmée dans la Préface de Cromwell. Puis, après le conflit mondial et le déclin de la brillante société mondaine dont l’ouvre proustienne constitue le tombeau fictionnel, le roman reprend sa marche, d’autant plus aisément qu’il peut s’appuyer sur l’importance prise par les éditeurs littéraires, qui font désormais figure, Gallimard en tête, de références culturelles aussi bien que d’industriels du livre. D’où la boucle, elle aussi d’une allure très pure, que présente le graphique de l’édition théâtrale de 1880 à 1915.

Conclusions provisoires

43Jusqu’à la Troisième République, la production littéraire marque le pas, pendant que se mettent en place et en état de marche les mécanisme modernes de l’édition programmée, aidée par les mutations économiques et sociales que connaît la France à partir du Second Empire. Puis l’intégration à l’instruction républicaine de la littérature française (sa « classicisation ») fait à son tour de celle-ci un produit programmable, analogue aux diverses formes de vulgarisation culturelle sur lesquelles les grands industriels du livre fondent alors leur puissance.

44Le graphique E traduit, avec beaucoup de netteté, ces trois étapes. La première correspond à la grappe de points qui recouvre la première moitié du xixe siècle : le roman stagne, poésie et théâtre (ici associés par commodité graphique) résistent aussi, et l’édition non littéraire reste au-dessous de 80 % du total. Le tiers de siècle suivant est marqué par le progrès de l’édition non littéraire, dont théâtre et poésie font directement les frais ; le roman, lui, reste stationnaire. Il commence sa progression, aussi forte que continue, à la fin du siècle : le terrain qu’il gagne est alors pris exclusivement sur l’édition non littéraire, tandis que poésie et théâtre demeurent en retrait. L’âge du roman commence bien, du point de vue du livre, avec le xxe siècle, lorsque les valeurs consacrées par l’École de la culture littéraire coïncident enfin avec les impératifs de l’édition industrielle : le roman réalise alors, grâce à un art de la fiction devenu esthétiquement légitime et anobli encore par le modèle héroïque du grand reportage journalistique, un compromis historique entre le devoir républicain d’instruction et l’exigence culturelle et économique du divertissement.

Annexes

Annexe. Production de livres en France de 1813 à 1941 d’après le nombre de notices annoncées à la Bibliographie de la France

Annexe. Production de livres en France de 1813 à 1941 d’après le nombre de notices annoncées à la Bibliographie de la France

N.B. Les lacunes sont dues à la source bibliographique.

Notes

1 Au demeurant, l’histoire littéraire est un sujet inépuisable de colloques, de journées d’études ou de publications diverses : voir, par exemple, deux livraisons récentes de la Revue d’histoire littéraire de la France, les numéros 1995-6 (L’Histoire littéraire hier, aujourd’hui et demain) et 2003-3 (Multiple histoire littéraire). Voir aussi, sur l’histoire de l’histoire littéraire, l’anthologie et la très vaste bibliographie analytique réalisées par Robert Melançon, Élisabeth Nardout-Lafarge et Stéphane Vachon, Le Portatif d’histoire littéraire, université de Montréal, coll. Paragraphes, 1998.

2 Voir Luc Fraisse dir., Pour une esthétique de la littérature mineure, Paris, Champion, 2000.

3 Ce fut le cas, pour les physiologies politiques sous la monarchie de Juillet, dont Nathalie Preiss a publié en 1999 une anthologie commentée (De la poire au parapluie, Paris, Champion, 1999).

4 On pense ici, bien sûr, aux travaux de lexicométrie d’Étienne Brunet, dont on trouvera une présentation synthétique dans sa contribution (« Apport des technologies modernes à l’histoire littéraire ») à l’ouvrage collectif L’Histoire littéraire aujourd’hui (H. Béhar et R. Fayolle dir., Paris, A. Colin, 1990, p. 94-117).

5 Voir Carla Bozzolo et Ezio Ornato, Pour une histoire du livre manuscrit au Moyen Âge. Trois essais de codicologie quantitative, Paris, CNRS, 1983.

6 Voir ci-dessous, p. 108.

7 Ainsi définie, la bibliométrie n’a aucun rapport avec la bibliometry anglo-saxonne, qui mesure la productivité des chercheurs à partir de statistiques portant sur les citations dans les publications scientifiques. Pour une présentation générale de la bibliométrie littéraire et de ses enjeux théoriques ou historiques, voir A. Vaillant dir., Mesure(s) du livre, Paris, Bibliothèque nationale, 1992.

8 Voir, notamment, Roger Chartier, L’Ordre des livres, Paris, Alinea, 1992 et Henri Meschonnic, Des mots et des mondes. Dictionnaires, encyclopédies, grammaires, nomenclatures, Paris, Hatier, 1991.

9 Pour l’histoire de l’édition française, la référence fondamentale est l’ouvrage monumental en quatre volumes dirigé par R. Chartier et H.-J. Martin (Histoire de l’édition française, Paris, Promodis, 1983-1986). Lecture qu’on complètera utilement, en ce qui concerne l’édition littéraire, avec Jean-Yves Mollier, L’Argent et les lettres. Histoire du capitalisme d’édition (1880-1920), Paris, Fayard, 1988.

10 Notons une fois pour toutes que les crises politiques du xixe siècle sont précédées ou accompagnées de crises touchant tout particulièrement l’économie de l’imprimé : c’est le cas pour les années 1828-1832, 1846-1847, 1870-1871.

11 Voir Jean-Yves Mollier, Michel et Calmann Lévy ou la naissance de l’édition moderne (1836-1891), Paris, Calmann-Lévy, 1984 ; id., Louis Hachette (1800-1864), le fondateur d’un empire, Paris, Fayard, 1999.

12 Il convient cependant de préciser qu’Isabelle de Conihout, à qui a été confiée l’étude de « La conjoncture de l’édition » au xxe siècle dans L’Histoire de l’édition française (op. cit., t. 4, Le Livre concurrencé, 1900-1950, 1986, p. 75-89), met en garde à l’égard de la Bibliographie de la France, que j’ai utilisée comme source bibliométrique. Sans entrer dans une discussion inutilement technique, il est indispensable de résumer les arguments pro et contra. Isabelle de Conihout a raison de noter que les fluctuations liées au Dépôt légal ainsi que les critères variables du dépouillement bibliographique rendent la source très incertaine. Il est probable, en particulier, que la disparition de toute contrainte administrative, à la fin du xixe siècle, puis la nouvelle législation sur le Dépôt légal, en 1925, ont considérablement influé sur les chiffres fournis pas l’administration. Mais pourquoi penser, a priori, sinon par un pur mouvement d’optimisme, que les chiffres à la hausse seraient plus fiables que des chiffres à la baisse ? Isabelle de Conihout consacre ainsi une pleine page aux chiffres publiés en 1939 dans l’Encyclopédie française, qui présentent, à partir de la Bibliographie de la France, des résultats en effet très satisfaisants : 10 286 pour 1931, 12 179 pour 1932, 12 842 pour 1933. Mais comme, pour ces mêmes années, la dite Bibliographie de la France ne signale que 9 822, 10 602 et 8 205 notices, on peut légitimement s’interroger sur la source annexe qui a servi à « corriger » les données brutes. La Bibliographie de la France a du moins l’avantage de permettre au chercheur d’avoir affaire à une source administrative continue depuis 1813 – or on connaît la mémoire et la force d’inertie des administrations… –, donnant lieu à une description bibliographique à laquelle le chercheur peut toujours se reporter. Je ne doute pas – on le verra au chapitre suivant – que les chiffres bruts doivent être considérés avec beaucoup de prudence, en fonction des aléas de l’efficacité administrative ; en revanche, rien ne me conduit à croire que les tendances générales soient fausses : au contraire, tous les témoignages directs confirment l’hypothèse d’une stagnation de l’édition française, pendant la première moitié du xxe siècle, quelle que soit son amplitude. On ne dira jamais assez que, en matière statistique, les résultats numériques doivent être toujours confrontés aux observations de terrain.

Table des illustrations

Titre Graphique A. Édition de livres (1815-1940)
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3896/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Graphique B. L’édition littéraire/Total de l’édition
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3896/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Graphique C. Genres littéraires et production de livres
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3896/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Graphique D
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3896/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Graphique E
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3896/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Annexe. Production de livres en France de 1813 à 1941 d’après le nombre de notices annoncées à la Bibliographie de la France
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3896/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3896/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende N.B. Les lacunes sont dues à la source bibliographique.
URL http://books.openedition.org/ugaeditions/docannexe/image/3896/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 178k

© UGA Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540